Lei boumians

Couverture du livre « Lei boumians » de Valeri Bernard aux éditions Editions Des Regionalismes
Résumé:

Malan, un anarchiste et son ami Estève (Etienne), peintre sensible et amoureux de la vie et de la nature, sont tous deux en rupture avec la société, et partent courir le pays à l'image des bohémiens qu'ils rencontrent e suivent.
Cette équipée se traduit pour Malan par un voyage au bout de... Voir plus

Malan, un anarchiste et son ami Estève (Etienne), peintre sensible et amoureux de la vie et de la nature, sont tous deux en rupture avec la société, et partent courir le pays à l'image des bohémiens qu'ils rencontrent e suivent.
Cette équipée se traduit pour Malan par un voyage au bout de lui-même. Ses idées anarchistes se mariant mal avec l'esprit identitaire de cette communauté, ses relations avec les bohémiens se détériorent peu à peu. Pour eux, Malan sera celui qui porte le malheur (Malan, en provençal signifie « malheur »). Mais il prendra conscience que son adhésion à l'idéal libertaire n'est qu'illusoire et cela le poussera à une sorte de folie et tout se terminera pour lui dans un endroit emblématique, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, lieu sacré pour les gens du voyage qui, quelque temps après, venant de partout, s'y rencontreront chaque année. Les Saintes-Maries est aussi l'endroit que Frédéric Mistral avait choisi pour la mort de Mirèlha, l'héroïne de son chef-d'oeuvre du même nom.
Valère Bernard, qui leur consacra bon nombre de poèmes peint ici la communauté des Bohémiens, peuple pauvre mais fier, maudit et rejeté par la société qui le considère comme un danger pour l'ordre social. Il connaît, pour les avoir côtoyés, leur manière de survivre, leurs superstitions et leurs coutumes, leur méfiance à l'égard de ceux qui n'appartiennent pas à leur monde, leur ruse et leur perversion, mais il sait aussi qu'ils sont capables du pire comme du meilleur.
Grâce à sa sensibilité de peintre, il sait décrire avec réalisme les soirées autour du feu, où musique, chants e danses enflamment les corps, les attitudes et les regards des bohémiens comme la beauté des jeunes femmes fières mais soumises aux règles de la communauté.
Comme dans son roman Bagatoni, cet ouvrage est une sorte de constat d'échec d'une utopie généreuse et tentante, et l'art et l'action politique ne réussiront pas à bonifier la société.

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com