Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La douleur fait naître l'hiver

Couverture du livre « La douleur fait naître l'hiver » de Matteo Porru aux éditions Buchet Chastel
Résumé:

« Jievnibirsk est le négatif d'un ciel étoilé. Les isbas qui émergent de la neige sont toutes noires, immensément vides, et la glace grimpe comme du lierre aux parois en bois. Tout, dans cet endroit, semble inexorablement destiné à appartenir à une foule de gens sans histoire. ».

Déneigeur... Voir plus

« Jievnibirsk est le négatif d'un ciel étoilé. Les isbas qui émergent de la neige sont toutes noires, immensément vides, et la glace grimpe comme du lierre aux parois en bois. Tout, dans cet endroit, semble inexorablement destiné à appartenir à une foule de gens sans histoire. ».

Déneigeur dans une ville où la neige ne cesse jamais de tomber, Elia Legasov a perdu toute notion du temps et de la mémoire. Avec l'arrivée d'un groupe de géologues étrangers, la neige ne retiendra plus longtemps ses secrets.

Désigné par La Repubblica comme l'un des vingt-cinq écrivains de moins de vingt-cinq ans les plus prometteurs au monde, Matteo Porru signe un premier roman court et enveloppant. Avec une maturité impressionnante, il imagine les tourments d'un homme qui s'est séparé du temps et de l'espace pour tenter d'oublier.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (3)

  • Voici un court roman, qui saura vous surprendre, tel une tempête de neige imprévisible.

    "« Jievnibirsk est le négatif d'un ciel étoilé. Les isbas qui émergent de la neige sont toutes noires, immensément vides, et la glace grimpe comme du lierre aux parois en bois. Tout, dans cet endroit,...
    Voir plus

    Voici un court roman, qui saura vous surprendre, tel une tempête de neige imprévisible.

    "« Jievnibirsk est le négatif d'un ciel étoilé. Les isbas qui émergent de la neige sont toutes noires, immensément vides, et la glace grimpe comme du lierre aux parois en bois. Tout, dans cet endroit, semble inexorablement destiné à appartenir à une foule de gens sans histoire. »
    Déneigeur dans une ville où la neige ne cesse jamais de tomber, Elia Legasov a perdu toute notion du temps et de la mémoire."

    Je suis entrée dans ce livre, comme on marcherait dans la neige la nuit. A petits pas. Tout doucement. Dans une atmosphère mystérieuse et pesante.

    L'auteur a ensuite su me surprendre, par la révélation d'un secret bien caché dans ce pays enneigé, par une histoire de famille et une fin, que je n'aurais pas pu imaginées.

    Il faut se laisser pénétrer par l'ambiance retranscrite par Matteo Porru, et se laisser porter par une histoire qui, dès le début, semble bien noire.

    Elia est un personnage dans le genre taiseux, mais qui se dévoile au fur et à mesure du récit, telle la neige qui fond au printemps. L'arrivée de géologues, certains de trouver du pétrole dans la région, nous y aidera.

    Quel(s) secret(s) ont pu être dissimulés sous la neige ?
    Qui est vraiment Elia, le dernier déneigeur de sa famille ?

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • C'est un premier roman d'un très jeune auteur, Matteo Porru, né en 2001, édité chez Buchet-Chastel que j'avais bien repéré puisqu'il se passe en territoire russe. La Republicca, le fameux quotidien italien, l'a désigné comme l'un des vingt-cinq écrivains de moins de vingt-cinq ans les plus...
    Voir plus

    C'est un premier roman d'un très jeune auteur, Matteo Porru, né en 2001, édité chez Buchet-Chastel que j'avais bien repéré puisqu'il se passe en territoire russe. La Republicca, le fameux quotidien italien, l'a désigné comme l'un des vingt-cinq écrivains de moins de vingt-cinq ans les plus prometteurs au monde, rien que cela. Les transalpins étant dotés d'un sens de l'emphase plutôt aiguisé, c'est avec précaution que j'ai pris cette affirmation malgré la dizaine de prix dont il est titulaire, nous dit le Wikipedia transalpin. Pourtant, nous avons un incipit franchement sublime et qui n'a rien à envier à d'autres auteurs avec plus de vécu. C'est un jeune homme prometteur, à l'évidence, à voir ce que l'avenir nous en dira.


    C'est un roman court, avec du style et une idée directrice très efficace. Alors qu'une première partie est entièrement consacrée à Ilya et l'étrange village de Jievnibirsk, situé aux confins de la Russie, près de la mer de Kara – mer bordière de l'océan Arctique – on croirait presque qu'on a sous la main un roman contemplatif. de la neige à perte de vue. Et quelques hommes disséminés ici et là, qu'on ne comprend pas trop ce qu'ils font, ni pourquoi ils le font, et encore moins la raison pour laquelle ils y restent. Cette première partie possède presque un pouvoir hypnotique de cette neige omniprésente qui étouffe tout, paysages comme être humains.

    Jievnibirsk est un hameau, imaginaire ou pas, de Russie, peuplée notamment par Elia Legasov, issu d'une famille qui a toujours habité dans ce lieu. On comprend lentement qu'il est le seul rescapé de cette famille, que ce village vit hors du temps, entre deux couches de neige, celle qui est tombée, celle qui tombe : habitant aux limites extrêmes du pays, ils vivent tous aussi aux extrémités de leur vie, qui n'a plus rien d'autre à offrir qu'un verre d'alcool, une tempête, une nouvelle tombée de neige, une ultime discussion entre quatre yeux. Jusqu'à l'arrivée brutale d'un géologue et de son équipe, qui viennent prospecter les sous-sols de Jievnibirsk, à la recherche de pétrodollars. C'est une irruption brutale dans la vie des habitants, d'autant que les nouveaux venus ne prennent pas la mesure du caractère du lieu, de sa démesure, de la sauvagerie de ses conditions de vie. Jusqu'à ce que le docteur Andrej Sobolev apparaisse, géologue pétrolier, ou Cravate bleue pour Elia. Comme une tache au milieu du blanc que l'on croit immaculé, comme la vie d'Elia.

    Si Elia déneige, Andrej creuse, les strates de neige et de glace, le présent jusqu'au passé. le chamboulement qu'entraîne cette arrivée impromptue de la vie dans ce semi-coma enneigé est sans retour, la société envahie cette micro-société de moins de 300 âmes, scientifiques, hommes d'affaires et machines, anesthésiée sous la neige éternelle, comme une comme protectrice entre ces hommes et la réalité, des exilés de leur propre existence. On va creuser cette neige et cette glace, décaver les secrets de la terre, et on va simultanément découvrir le passé d'Elia à mesure qu'il bâtit une drôle d'amitié avec Andrej : on y découvre la famille Legasov, déneigeur de père en fils, ses blessures, ses traumas, et la nature de cet isolement paralytique dans lequel il a fini par se complaire.

    Je ne m'attendais certainement pas au dénouement que Matteo Porru nous réserve, j'avais plutôt l'esprit centré sur la relation des deux hommes, sur cette écriture qui n'en a pas fini de nous apprivoiser, je ne m'étais pas aperçue que les paysages de neige devenaient secondaires derrière l'histoire d'Elia qui a remonté à la surface comme le pétrole que les « envahisseurs », et c'est le titre d'un chapitre, sont venus remonter à la surface. On est face au style de l'auteur italien, très poétique, que l'on devine l'esprit très fécond, qui a peuplé sa narration d'une pile de sensations déclinées autour de la neige, le froid comme le vide, des vies, des paysages et des personnages, sont rendus avec une grande délicatesse, beaucoup de finesse, fruits d'une maturité que l'on doit reconnaître rare à l'âge de l'auteur.


    Ces lignes révèlent également une fascination pour la neige, de celle qui tombe par pelletés, la blanche, la vierge, qui se compacte et recouvre tout, cache tout, avale tout, d'une forme solide qui peut devenir liquide, un alibi, derrière lequel se cacher, pour ne pas penser et ne pas vivre. Une protection aussi contre le passé, et l'avenir, une menace, l'essence même de la vie des rares habitants de Jievnibirsk ankylosés dans un éternel présent, qui pique toujours par sa froideur, mais au fond réconfortant par sa constance. Un hiver éternel qui accompagne une douleur immuable ou presque.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Un roman hors du temps jusqu’à ce que la civilisation arrive à Jievnibirsk où la neige tombe sans discontinuer et le froid de régner ! Quelques vieilles isbas et quelques habitants enkystés dans ce village oublié de tous, sans rien, sans avenir et avec le désir d’oublier le passé !

    Elia...
    Voir plus

    Un roman hors du temps jusqu’à ce que la civilisation arrive à Jievnibirsk où la neige tombe sans discontinuer et le froid de régner ! Quelques vieilles isbas et quelques habitants enkystés dans ce village oublié de tous, sans rien, sans avenir et avec le désir d’oublier le passé !

    Elia Legasov est déneigeur, son père avant lui, ses ancêtres avant lui et la neige lui apporte l’oubli, efface la mémoire et la douleur qui se terrent non loin. Pour son voisin et ami, il en est tout autant mais des géologues arrivent et bousculent le silence et déneigent en forant ! Le passé et ses histoires oubliées remontent douloureusement et bousculent tout !

    Je n’ai pas vu le jour tout le temps de ce roman, tant les descriptions sont parlantes et rendent l’ambiance oppressante, glaciale, de celle qui arrive presque à susciter la terreur ! La nature et le silence sont toujours les plus forts !

    L’auteur est italien mais a réussi à donner vie à cette contrée oubliée et inhospitalière tout en faisant revivre des souvenirs comme s’ils étaient les siens ! Malgré tout le roman est assez poétique et ouaté ! Paradoxal n’est-ce pas ? A lire si vous aimez la belle littérature.

    #Ladouleurfaitnaîtrelhiver #NetGalleyFrance

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.