Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Je reste roi de mes chagrins

Couverture du livre « Je reste roi de mes chagrins » de Philippe Forest aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072833403
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Un homme pose pour un autre qui le peint. La scène se situe quelque part en Angleterre. L'action se déroule vers le milieu du vieux vingtième siècle. Dans les deux personnages principaux que présente la pièce, le lecteur reconnaîtra assez vite le plus célèbre des Premiers Ministres du... Voir plus

Un homme pose pour un autre qui le peint. La scène se situe quelque part en Angleterre. L'action se déroule vers le milieu du vieux vingtième siècle. Dans les deux personnages principaux que présente la pièce, le lecteur reconnaîtra assez vite le plus célèbre des Premiers Ministres du Royaume-Uni et l'un des plus éminents artistes de son pays.
Afin d'en faire don au grand homme pour son quatre-vingtième anniversaire, le Parlement britannique a confié à Graham Sutherland le soin de peindre le portrait de Sir Winston Churchill.
On n'en dira pas plus.
Le rideau se lève et le spectacle commence.
Le roman ressemble au théâtre puisqu'ils sont tous les deux pareils à la vie. Le monde entier est une scène, dit Shakespeare, et nous y sommes tous des acteurs. Depuis la nuit des temps, les mêmes fables se répètent. Chacun, à tour de rôle, reconnaît la sienne en n'importe laquelle des histoires qui se jouent sous ses yeux. Quelque soit la forme qu'il prenne, un portrait, comme un miroir, réfléchit pour qui le regarde les traits d'un autre individu dans lesquels il retrouve pourtant ceux qui lui appartiennent.
Amère, la morale est toujours la même : dépossédé enfin de tout ce qui fit son existence, un homme, au bout du compte, règne seulement sur les chagrins qui lui restent et dont il ne garde que le souvenir, dont il ne conserve que le secret. Mais lorsque les acteurs, sous les sifflets ou sous les applaudissements, se préparent à regagner leurs loges, une image persiste.
Elle rend à chacun la splendide vérité de ce qui, un jour, fut à lui et qu'il peut peindre, s'il le souhaite, une fois de plus, lui donnant l'apparence de cet étang où, parmi les fantômes qui flottent à sa surface, il aperçoit les flèches de feu de quelques poissons d'or brillant dans la lumière qui baisse.

Donner votre avis

Avis (2)

  • Ce n'est pas en trébuchant sur une histoire qui trainait à terre mais en regardant la série The crown qu'a germé chez Philippe Forest l'idée de ce roman qui relate le dialogue imaginaire entre Churchill et son portraitiste Graham Sutherland. Et ce n'est pas anodin ... L'un comme l'autre ont...
    Voir plus

    Ce n'est pas en trébuchant sur une histoire qui trainait à terre mais en regardant la série The crown qu'a germé chez Philippe Forest l'idée de ce roman qui relate le dialogue imaginaire entre Churchill et son portraitiste Graham Sutherland. Et ce n'est pas anodin ... L'un comme l'autre ont perdu un enfant en bas âge ... Tout comme l'auteur lui-même. Alors bien sûr, outre le récit, Philippe Forest nous livre ses réflexions sur la vie, la mort, le temps qui passe...
    Passons maintenant à la forme où le théâtre est omniprésent. le roman n'est pas découpé en chapitres mais en actes et en scène sans omettre prologue et choeurs. Shakespeare nous accompagne tout au long de ce périple lui qui a également perdu un jeune enfant.
    It all makes sense.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « Je reste roi de mes chagrins » de Philippe Forest
    @editions_gallimard
    « On ne sait jamais rien d’une vie.
    Fut-ce sa vie à soi!
    Alors, imaginez, celle d’un autre. » p 142

    C’est un livre « pas évident » à lire, et encore moins facile de le décrire mais je vous le recommande, une «...
    Voir plus

    « Je reste roi de mes chagrins » de Philippe Forest
    @editions_gallimard
    « On ne sait jamais rien d’une vie.
    Fut-ce sa vie à soi!
    Alors, imaginez, celle d’un autre. » p 142

    C’est un livre « pas évident » à lire, et encore moins facile de le décrire mais je vous le recommande, une « trouvaille » de ma bibliothèque préférée !
    il s’agit là de belle écriture, de poésie « théâtralisée » et donc de littérature qui certes semble nous échapper un peu, parfois, mais nous réjouit et nous enrichit pleinement,
    Et ça, ça fait du bien !

    Les dialogues de 2 hommes et la « voix off » de l’auteur mis en scène subtilement sur le papier... : « Une langue étrange, pourtant. (...) Elle ne vaut que sur la scène.
    Des mots qui n’ont pas cours ailleurs.
    Et dont l’absence de naturel, paradoxalement, est nécessaire à la vérité qu’ils expriment.» (p43)
    Des tas de phrases que l’on a envie de relire, de mémoriser, pour les replacer, «- Maïs comment me voyez-vous ?
    - je le saurais quand je vous aurais peint. » p77
    nous sommes lecteurs ET spectateurs à la fois, c’est magique : « l’action a commencé avant même le lever de rideau » cela s’appelle une scène d’exposition « drame ou comédie ? Le spectacle peut maintenant commencer, qui raconte à chacun le récit de ce que fit sa vie. »

    Vertigineux façon Shakespeare, le « what’s in a name? » (extrait de « Roméo & Juliette ») nous donne à réfléchir comme le mythique « to be or not to be»... Notre attention est happée par cet homme et son modèle qui philosophent le temps d’un livre, le temps d’une pièce :
    « Il parle comme on se jette dans le vide. »
    biographie ? fiction?
    « Ils réalisent, pour finir, qui ils sont.
    C’est à dire qu’ils comprennent que, comme tout le monde, ils ne sont, qu’ils n’ont jamais été personne. » p267
    Le peintre, c’est Sir Winston Churchill... et la peinture sa dernière, 3 ans avant sa mort.

    A lire au calme pour ne rien en perdre, sous la couette ou au soleil peu importe, car vous tiendrez l’ivresse entre les mains!
    Bonne lecture à vous! On se retrouve sur Instagram EMMANUELLEM06

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.