Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Débarquer

Couverture du livre « Débarquer » de Hugo Boris aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

Andrew, vétéran américain du 6 juin 1944, trouve la force de revenir en Normandie à la fin de ses jours pour revoir la terre qui l'a si profondément marqué. Une guide des plages du débarquement doit l'accueillir, Magali, âgée d'une trentaine d'années.

Dans sa profession, accompagner un... Voir plus

Andrew, vétéran américain du 6 juin 1944, trouve la force de revenir en Normandie à la fin de ses jours pour revoir la terre qui l'a si profondément marqué. Une guide des plages du débarquement doit l'accueillir, Magali, âgée d'une trentaine d'années.

Dans sa profession, accompagner un vétéran d'Omaha Beach, c'est le Saint-Graal. Mais ce matin, lorsqu'on lui annonce l'arrivée d'Andrew, Magali se sent dépassée. Il y a neuf mois, son mari a disparu et depuis l'enquête piétine, personne ne sait s'il est mort ou vivant. Seule avec ses deux enfants, elle est morte d'inquiétude. La visite de ce vieil Américain, alors qu'elle musèle sa douleur avec des médicaments depuis des semaines, c'est trop.

Les vétérans se déplacent toujours en famille, souvent accompagnés d'une association, toujours accueillis comme des demi-dieux, presque des stars du rock. Pourtant à la gare de Bayeux, Andrew est seul. Magali n'en revient pas. Ce vieillard qui peine à marcher a fait le voyage depuis le Connecticut sans l'aide de personne. Qui est-il ? Que cache cette détermination solitaire ?

Construit comme un singulier jeu de miroir, sur une journée associant rythme implacable et temps suspendu de la vie intérieure, Débarquer est un roman de désapprentissage. Magali et Andrew ont déjà parcouru un rude chemin de vie, et les voilà confrontés à un passé qui ne passe pas. Comme les échos d'une guerre destructrice marquent à jamais les territoires et les êtres, Hugo Boris livre un roman fort et magnétique, une traversée vers l'aube qui ne se laisse pas oublier.

Donner votre avis

Avis (10)

  • La première scène, impressionnante, ouvre sur la journée du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie. Andrew Calkins, soldat américain, y débarque, avec tout ce que nous connaissons ou imaginons de bruit, de fureur, de sang et de peur. De nombreuses années plus tard, Andrew décide de revenir sur...
    Voir plus

    La première scène, impressionnante, ouvre sur la journée du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie. Andrew Calkins, soldat américain, y débarque, avec tout ce que nous connaissons ou imaginons de bruit, de fureur, de sang et de peur. De nombreuses années plus tard, Andrew décide de revenir sur ce lieu chargé de souvenir et Magali sera chargée de le guider sur les vestiges de son passé.

    Voilà un résumé fort prometteur et j’attendais beaucoup de la rencontre de ces deux âmes égarées. Car Magali traîne un drame derrière elle : son mari, Darius, disparu alors qu’il était parti faire un jogging et dont elle ignore ce qu’il est devenu.

    Mais de rencontre ou de confrontation point. Les deux protagonistes ne seront face à face que furtivement si l’on peut dire. On ne les verra ensemble qu’à la page 85 sur 133 (pour ce qui concerne la version en liseuse) et on ne peut pas dire que les échanges soient riches.

    Le récit se concentre beaucoup sur l’histoire de Magali et le désespoir qui l’étreint depuis la disparition de son mari. Un désespoir que l’on comprend très bien mais sur lequel on aimerait passer un peu plus vite car les scènes paraissent parfois bien redondantes. On en apprendra aussi beaucoup sur la profession de guide sur les plages de Normandie et les habitudes touristiques mais ce n’est pas vraiment ce qu’on est venu chercher ici.

    On s’impatiente en attendant que le lien se fasse, enfin, entre l’histoire de Magali et celle d’Andrew. Or, ce lien ne se crée jamais. Et on reste sur sa faim avec un récit bien lisse duquel personnellement j’ai été débarquée très vite et cela malgré la brièveté du roman.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Débarquer, le nouveau roman de Hugo Boris paru pour la rentrée littéraire 2022 raconte l’instant où, lors d’événements insupportables, la vie remporte contre la mort qui rode.

    En conviant un vétéran venu revoir le lieu où sa vie à basculer, sur cette plage d’Omaha Beach, et une jeune femme,...
    Voir plus

    Débarquer, le nouveau roman de Hugo Boris paru pour la rentrée littéraire 2022 raconte l’instant où, lors d’événements insupportables, la vie remporte contre la mort qui rode.

    En conviant un vétéran venu revoir le lieu où sa vie à basculer, sur cette plage d’Omaha Beach, et une jeune femme, guide conférencière, qui vient de perdre l’homme de sa vie, Débarquer pose la question de cet instant où la mort est toute proche, mais où la vie triomphe !
    Brins d’histoire

    Cinq chapitres pour raconter le débarquement du sergent Andrew, au côté de Gareth, pilote de la barge. Horreur et vision apocalyptique, les mots les révèlent présents, incontournables. Du coup, la peur des hommes se ressent parmi les tirs ennemis. Il ne reste plus à Andrew, pour retrouver le courage de traverser cet effroi, d’appeler sa mère. Mais une interrogation l’obsédera durant toute sa vie : ils sont tant tombés autour de lui, pourquoi pas lui ?

    Puis, Magali investit Débarquer, seule à faire face aux pleurs de sa dernière, Albane, et aux insomnies d’Émilien. Sans nouvelle de son mari, elle essaye de continuer à vivre bien que ses pensées et son corps voudraient se fondre pour oublier l’inquiétude, la solitude, la peur et l’épouvante qui la saisit lorsque son esprit revient de façon obsédante auprès de son mari parti faire son jogging et qui n’ai jamais revenu.

    Magali est guide conférencière à Colleville sur mer. On lui propose d’accompagner un vétéran de plus de quatre-vingt dix ans. C’est Andrew, à la fin de sa vie, qui est revenu pour revivre cette nuit qu’il n’a pu oublier.

    De leur rencontre, Hugo Boris en fait un rapprochement improbable qui va permettre aux deux, que la vie a rendu solitaires, de se dépasser et de retrouver le goût de poursuivre leur vie.

    la suite ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2022/09/20/hugo-boris/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La première scène du livre est une démonstration de la puissance que peuvent avoir les mots. En une trentaine de pages, Hugo Boris nous plonge sous le casque d’un G.I au cœur du débarquement. Cette description violente et particulièrement réaliste est un modèle du genre. Elle m’a scotché à mon...
    Voir plus

    La première scène du livre est une démonstration de la puissance que peuvent avoir les mots. En une trentaine de pages, Hugo Boris nous plonge sous le casque d’un G.I au cœur du débarquement. Cette description violente et particulièrement réaliste est un modèle du genre. Elle m’a scotché à mon siège !

    Après ce moment dantesque, le récit se déplace de nos jours. Une jeune guide touristique, qui vit un drame, rencontre le soldat devenu vieux. Ces deux individus connaissent deux vies complètement distinctes mais les vestiges de la guerre les réunissent. En confrontant leurs destins, ils vont entrer dans leurs intimités respectives et se reconnaître dans leur tristesse et dans leur impuissance. Leur rencontre apparaît alors comme une évidence et même une nécessité.

    L’auteur confirme sa dextérité pour percer à jour l’être humain dans des situations particulières. L’action de son livre se déroule dans un laps de temps très court et pourtant elle arrive à nous embarquer avec elle. Cette efficacité dépend surement du fait, qu’en peu de phrases, il dresse un portrait précis des personnages. Le lecteur est en empathie avec eux et il est connecté à leurs sensations de l’instant. Ainsi, on a l’impression de vivre toutes les préoccupations des protagonistes et de comprendre leurs galères. Depuis « Police », je suis fan de l’écrivain Hugo Boris. C’est toujours un bonheur de replonger quelques petites heures dans son style à la fois minimaliste et percutant. A travers ces petites histoires, il démontre tout l’intérêt qu’il porte aux autres. Sa sensibilité et son humanité peuvent s’exprimer. Son écriture est toujours aussi magnifique et elle peut provoquer un tourbillon d’émotions. Je vous recommande donc ce bref roman, pour son introduction explosive et pour son message mélancolique et émouvant!

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2022/09/15/788-hugo-boris-debarquer/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le roman s’ouvre sur une scène apocalyptique : le débarquement des forces américaines sur les plages du débarquement. Les quarante premières pages sont époustouflantes ! Le lecteur est aux côtés des soldats, dans le froid, l’eau, la nuit, au coeur de la marée montante et de la guerre dans ce...
    Voir plus

    Le roman s’ouvre sur une scène apocalyptique : le débarquement des forces américaines sur les plages du débarquement. Les quarante premières pages sont époustouflantes ! Le lecteur est aux côtés des soldats, dans le froid, l’eau, la nuit, au coeur de la marée montante et de la guerre dans ce qu’elle a de plus terrible.

    Débarquer est un livre qui se lit en apnée. En quelques heures à peine, vous aurez l’impression de traverser une nuit. Une nuit de cauchemars durant laquelle vous vous laverez de toutes vos peines avant de vous redresser à l’aube d’un nouveau jour. D’une nouvelle vie. Chacun à sa façon.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • 6 juin 1944 : Andrew Calkins, sergent est troublé, attiré par Garnett, barreur de la barge de débarquement dans laquelle ils vont prendre place, dans quelques heures, pour débarquer à Omaha Beach, sous le feu des Allemands.
    De nos jours, Magali, dont le mari, Darius, a disparu 9 mois auparavant...
    Voir plus

    6 juin 1944 : Andrew Calkins, sergent est troublé, attiré par Garnett, barreur de la barge de débarquement dans laquelle ils vont prendre place, dans quelques heures, pour débarquer à Omaha Beach, sous le feu des Allemands.
    De nos jours, Magali, dont le mari, Darius, a disparu 9 mois auparavant en faisant son jogging, se sent couler face au vide et à l'absence de réponse, face à ses deux enfants dont la plus jeune a un an et l'aîné est à la maternelle, face à son travail de guide du Débarquement.
    C'est alors qu' Andrew, qui a plus de 90 ans, arrive seul du Connecticut et revient pour la première fois depuis le 6 juin 1944. En 24 heures, ces deux êtres vont mutuellement s'aider, se consoler, s'alléger.
    Le début du roman, qui décrit l'horreur du débarquement, vu de l'intérieur d'une barge, est saisissant de réalisme; il ne cache rien de la violence, de la peur, des morts, de la boucherie de ces quelques heures terribles pour des milliers de très jeunes hommes pris sous le feu allemand. Un moment, qui clôt le chapitre sur le Débarquement, est particulièrement poignant : Andrew, terrorisé, redevient un enfant qui appelle sa mère.
    La rencontre de Magali et d'Andrew est celle de deux êtres ayant perdu un être cher au même endroit, sur une plage normande, celle de deux histoires d'amour inachevées. La communauté de destin à tant d'années d'intervalle crée un lien entre eux, qui leur fait du bien, les réchauffe.
    Ce roman, c'est aussi un hommage au métier difficile de guides qui doivent, parfois, faire face à des réflexions stupides, aux addicts aux selfies, dont les commentaires ne sont parfois pas même écoutés.
    #Débarquer #NetGalleyFrance

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le titre ne ment pas : le roman s’ouvre sur cet épisode à la fois dramatique et salvateur de la deuxième guerre mondiale : le débarquement en Normandie. Dans un environnement terriblement hostile, la nuit, les embarcations instables, la mer houleuse, et rapidement les cadavres qui s’échoueront...
    Voir plus

    Le titre ne ment pas : le roman s’ouvre sur cet épisode à la fois dramatique et salvateur de la deuxième guerre mondiale : le débarquement en Normandie. Dans un environnement terriblement hostile, la nuit, les embarcations instables, la mer houleuse, et rapidement les cadavres qui s’échoueront sur les plages, on assiste comme si on y était au drame humain qui se joue là, et qui est bien plus terrifiant que ce que le cinéma a bien voulu mettre en images.

    Sans transition, le temps a passé, et c’est de nos jours que nous faisons connaissance avec Magali, une jeune femme éprouvée par la disparition inexpliquée du père de ses enfants, parti pour son jogging et jamais revenu. Jonglant avec les tracas d’une organisation quotidienne à gérer seule, elle ne parvient pas à éviter une mission que son employeur lui confie : accompagner un vétéran américain sur les lieux du débarquement. Une rencontre qui changera sa vie…


    La crainte de devoir lire un roman de guerre s’estompe vite, et le changement soudain de temporalité et d’ambiance, met au contraire en valeur la prouesse d’écriture de la première partie.

    L’auteur attire aussi l’attention sur cette profession de guide touristique, avec les travers des touristes qui se pensent malins dans leur réflexion, ou qui savent plus que le guide lui-même. Même leur tenue vestimentaire n’échappe pas au regard peu amène de l’auteur.

    Histoire originale, très bien écrite, qui rétablit des vérités et ne manque pas d’ironiser sur les maladresses de nos contemporains.


    193 pages Grasset Aout 2022

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Magali est  mère de deux enfants en bas âge. Son mari a disparu il y a 9 mois alors qu’il partait courir. Il n’avait que son passeport sur lui. Il a toujours son passeport sur lui. Ellle se rend régulièrement au commissariat mais il n’y a aucune avancée et ce ne sont pas ses beaux parents en...
    Voir plus

    Magali est  mère de deux enfants en bas âge. Son mari a disparu il y a 9 mois alors qu’il partait courir. Il n’avait que son passeport sur lui. Il a toujours son passeport sur lui. Ellle se rend régulièrement au commissariat mais il n’y a aucune avancée et ce ne sont pas ses beaux parents en Inde à 7000 kilomètres qui vont l’aider.

    Elle est guide touristique en Normandie. Elle doit s’occuper d’un vétéran américain, Andrew, revenu sur les lieux du débarquement. Ça ne l’arrange pas car elle doit rencontrer la psychologue scolaire pour son fils. Ne pouvant annuler aucun des deux, elle doit faire avec. Andrew va s'immiscer dans le monde de Magali. 

    La détresse de Magali est justement mise en scène, entre les enfants, la police, l’école et son métier, cette femme démunie lutte pour ne pas perdre la tête.

    Elle ne se doute pas de l'effet que cette rencontre avec Andrew encombrante et appréhendée va lui apporter. 

    Et la manière dont elle est mise en scène est subtile, pudique, sobre et touchante.

    La plume est si efficace qu'il n'y a pas besoin de beaucoup pour faire passer l'émotion, créer l'attachement et l'empathie.

    J’ai également appris des choses, des détails sur le débarquement.

    Une très belle lecture qui vous entraîne dans une magnifique rencontre avec deux êtres blessés en mettant en scène les lieux du débarquement de manière remarquable. 

    J'avais adoré Le courage des autres du même auteur. J'ai été ravie de retrouver sa plume si délicate avec Débarquer.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • 6 juin 1944, un débarquement raconté en quelques chapitres courts, d’un réalisme saisissant pointant les dangers de noyade des occupants de barges incertaines sombrant ou débarquant les soldats avant qu’ils n’aient pied en portant une charge d’équipement lourde.
    Andrew est l’un de ces hommes...
    Voir plus

    6 juin 1944, un débarquement raconté en quelques chapitres courts, d’un réalisme saisissant pointant les dangers de noyade des occupants de barges incertaines sombrant ou débarquant les soldats avant qu’ils n’aient pied en portant une charge d’équipement lourde.
    Andrew est l’un de ces hommes dont l’héroïsme est plus contraint que volontaire et qui décide avant de mourir de revoir les trous ou il a pu s’abriter et rejouer le calvaire de son cheminement sur la plage d’omaha.
    Magali, guide des plages du débarquement, en galère familiale accueille ce vétéran solitaire, venu à l’insu de sa famille et qui a gardé un souvenir très précis des lieux.
    Très beau roman touchant qui fait se rapprocher deux solitudes, deux détresses qui se rencontrent fortuitement et se réconfortent. La narration directe, au plus prêt de l’action et des sentiments est fluide, addictive et réussit à rendre le lecteur complice de l’auteur dans une empathie partagée.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions (1)