Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Virginia Woolf

Virginia Woolf

Virginia Woolf est née en 1882. Mariée à l'économiste Leonard Woolf, elle a fondé avec lui la maison d'édition Hogarth Press. Ses romans et ses articles ont fait d'elle l'une des figures les plus importantes de la littérature de l'entre-deux-guerres. Sujette à des crises nerveuses fréquentes et c...

Voir plus

Virginia Woolf est née en 1882. Mariée à l'économiste Leonard Woolf, elle a fondé avec lui la maison d'édition Hogarth Press. Ses romans et ses articles ont fait d'elle l'une des figures les plus importantes de la littérature de l'entre-deux-guerres. Sujette à des crises nerveuses fréquentes et craignant de perdre la raison, elle mit fin à ses jours en 1941. Elle était membre du Bloomsbury Group, un groupe d'artistes auquel appartenaient E.M. Forster et J.M. Keynes.

Avis sur cet auteur (34)

  • add_box
    Couverture du livre « Une chambre a soi » de Virginia Woolf aux éditions 10/18

    Alsk di Speranza sur Une chambre a soi de Virginia Woolf

    Plus qu'un essai pour expliquer à quel point un lieu à soi est important à la créativité. J'ai pris un véritable cours d'écriture. Une révélation ! Woolf, je vous aime, vous êtes merveilleuse de génie...

    Plus qu'un essai pour expliquer à quel point un lieu à soi est important à la créativité. J'ai pris un véritable cours d'écriture. Une révélation ! Woolf, je vous aime, vous êtes merveilleuse de génie...

  • add_box
    Couverture du livre « La traversée des apparences » de Virginia Woolf aux éditions Flammarion

    Alsk di Speranza sur La traversée des apparences de Virginia Woolf

    Roman époustouflant. Je ne peux trouver les mots pour décrire toutes les émotions éparpillées partout à la lecture de ce sublime écrit. Woolf est un génie. Woolf, mon héroïne, la grandeur, le mythe...

    Roman époustouflant. Je ne peux trouver les mots pour décrire toutes les émotions éparpillées partout à la lecture de ce sublime écrit. Woolf est un génie. Woolf, mon héroïne, la grandeur, le mythe...

  • add_box
    Couverture du livre « Une chambre a soi » de Virginia Woolf aux éditions 10/18

    benif sur Une chambre a soi de Virginia Woolf

    Pourquoi lire ou relire cet essai de Virginia Woolf ? Parce qu'il est brillant et plein d'humour ? Pourtant, il est démodé car les femmes écrivains ont leur place aujourd'hui. Il n'empêche qu'il n'est guère facile pour une femme écrivain aujourd'hui de vivre de sa plume, ce qui impose d'avoir un...
    Voir plus

    Pourquoi lire ou relire cet essai de Virginia Woolf ? Parce qu'il est brillant et plein d'humour ? Pourtant, il est démodé car les femmes écrivains ont leur place aujourd'hui. Il n'empêche qu'il n'est guère facile pour une femme écrivain aujourd'hui de vivre de sa plume, ce qui impose d'avoir un autre métier. Sans compter tout ce qui la sollicite : son mari, ses enfants, ses parents, la vie sociale, les démunis, son développement personnel, ses amitiés… Comment trouver le temps d'écrire ?
    L'écriture reste un exercice solitaire ; et les prix de l'immobilier notamment à Paris ne permettent pas toujours d'avoir une pièce à soi pour écrire. Une femme doit-elle aimer les femmes pour que l'écriture féminine se développe ? Une femme pauvre est-elle plus en difficulté pour écrire qu'une femme riche ? Virginia Woolf a le mérite de faire réfléchir à ce qui fait le talent d'un écrivain. Mais rien ne permet d'affirmer que les femmes en aient plus ou moins que les hommes.

  • add_box
    Couverture du livre « Tout ce que je vous dois ; lettres à ses amies » de Virginia Woolf et Eusebio Trabucchi aux éditions L'orma

    Mumu Dans le Bocage sur Tout ce que je vous dois ; lettres à ses amies de Virginia Woolf - Eusebio Trabucchi

    Chère lectrice, cher lecteur,

    Quoi de mieux qu'une lettre pour parler de ce recueil de correspondances de Virginia Woolf paru dans la même collections que Austen, pas de femmes parfaites s'il vous plait dont je vous ai parlé il y a quelques jours. Je n'ai pas la prétention d'avoir le talent...
    Voir plus

    Chère lectrice, cher lecteur,

    Quoi de mieux qu'une lettre pour parler de ce recueil de correspondances de Virginia Woolf paru dans la même collections que Austen, pas de femmes parfaites s'il vous plait dont je vous ai parlé il y a quelques jours. Je n'ai pas la prétention d'avoir le talent de Virginia, mais cela me donne envie de le faire de cette manière, retrouver l'art d'écrire pour parler de soi, des autres, de la vie, de ce que l'on aime.....

    Si je dois recommander des voix représentatives de la littérature anglaise, je ne peux manquer d'évoquer Jane Austen et Virginia Woolf, deux écrivaines qui savaient manier la plume, deux femmes j'oserai dire "modernes", pleines d'esprit, de sens critique et d'ironie.

    Pour Virginia Woolf, les lettres du recueil sont celles adressées aux "femmes de sa vie" : Vanessa, sa sœur bien sûr, sa complice-confidente mais aussi Violet Dickinson, Vita Sackville-West, Ethel Smyth entre autres, certaines amies, amantes mais qu'importe ce sont toujours des lettres empreintes de tendresse, d'ambivalence, d'humour, de déclarations enflammées mais aussi de doutes et de certitudes.


    J'ai eu l'idée de lire certaines d'entre elles à voix haute et je dois avouer qu'elles ont pris alors une résonnance toute particulière car je me suis rend encore plus compte du ton de celles-ci, de leur douceur ou de leur fermeté de l'omniprésence de la nature et de son exigeant travail d'écrivain


    "Lettre à Vita Sackeville-West
    Je suis très heureuse et pas très heureuse. Aimes-tu que, dans les lettres, ces états d'esprit aient la préséance sur toute autre chose ? (...) Je lis Proust, Henry James, Dostoïevski ; mon bonheur est comme coincé (mais j'utilise trop de métaphores) entre ces blocs de granit (étant désormais des blocs de granit, je peux comparer mon bonheur à de la salicorne, une petite plante rose que je cueillais enfant en Cornouailles). (p44-45)"

    Je te dirai que ce que j'ai trouvé particulièrement réussi dans cette collection : c'est d'avoir sélectionné les lettres les plus représentatives du caractère et de la sensibilité de ces deux écrivaines. Qui peut encore dire que Virginia Woolf était une personne froide, sans charme après avoir lu sa correspondance ? Certes je ne peux écarter le fait qu'elle a dû traverser des périodes sombres mais moi je n'ai en tête que la richesse de son écriture, de la recherche de la justesse de ses mots et de ses réflexions sur la société qui l'entoure. Une femme libre !

    A qui a peur de Virginia Woolf.... j'enverrai ce petit livre dans son enveloppe-couverture prévue à cet effet afin de lui démontrer que la peur n'évite pas le danger et que le seul danger c'est d'avoir entre ses mains une correspondance pleine de charme.

    Alors, cher lecteur, chère lectrice, t'ai-je convaincu ? Que restera-t-il de nos mails, sms, post etc.... dans quelques années ? Nous avons la chance que les écrivain(e)s d'autrefois n'aient pas connu ce mode de communication et que leurs lettres nous parviennent grâce à de telles publications.

    J'espère que tu auras autant de plaisir que moi à la lire, la relire, à écouter cette femme dont l'esprit était toujours en éveil et que tu auras envie d'en parler autour de toi, comme je le fais, pour donner envie de la lire, de la découvrir et de l'aimer.

    Bien à toi,