Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Vincent Tassy

Vincent Tassy

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « Comment le dire à la nuit » de Vincent Tassy aux éditions Chat Noir

    Rêver de bouquins en livres sur Comment le dire à la nuit de Vincent Tassy

    J'ai découvert ce livre dans le cadre de l'édition 2019 du Prix littéraire de l'imaginaire organisé par Booktubers App, lecture que je n'aurais sans doute pas faite sans cela.

    On est plongé dans une histoire dans le style gothique, avec différents personnages durant différentes époques.
    ...
    Voir plus

    J'ai découvert ce livre dans le cadre de l'édition 2019 du Prix littéraire de l'imaginaire organisé par Booktubers App, lecture que je n'aurais sans doute pas faite sans cela.

    On est plongé dans une histoire dans le style gothique, avec différents personnages durant différentes époques.
    L'intrigue se déroule ainsi sur plusieurs siècles, et arrivée à la fin, j'ai eu l'impression que rien ne s'était vraiment passé, à part lors des dernières pages. Je ne me suis pas pour autant ennuyée, mais la dernière page tournée, je me suis dit "C'est fini ? Il ne se passe rien de plus que ça ?". Ce fut quelque chose d'assez déroutant pour moi, de se dire que je ne me suis pas spécialement ennuyée malgré qu'il n'y ait pas énormément d'action dans le roman, n'ayant jamais lu auparavant de livre appartenant de près ou de loin au genre gothique.

    On apprend à connaître plus ou moins les différents personnages, sans non plus s'attarder sur chacun d'entre eux. Au final, on en sait que peu sur eux, sans que cela ne soit dérangeant, bien que je ne m'y suis pas vraiment attachée. Les relations se nouent lorsque nous découvrons ce qui rejoint les protagonistes, nous voyons comment tout se construit et s'imbrique pour nous proposer le final du roman.

    L'ambiance du roman est assez sombre, à l'image de la couverture. On est très souvent immergé dans ces scènes sous le clair de lune, silencieuses et emplies de sentiments sombres eux aussi. On assiste ainsi à la dépression, à la mort, à la solitude ou encore à la tristesse et à la mélancolie durant le bouquin, qui créent cette ambiance particulière tout en nuances de gris, ponctuée de touches de rose pâle.
    Ces sentiments se ressentaient dans les relations entre les personnages, agrémentées de quelques touches d'un amour parfois destructeur, façonnant les personnages du début à la fin, certains en devenant presque évanescents.

    La plume de l'auteur s'inscrit totalement dans cette ambiance et la rend d'autant plus palpable par les tournures de phrases et les mots utilisés, et nous plonge d'autant plus dans cette obscurité éclairée d'un faible rayon de lune.

    Quelques scènes plus sanglantes font leur apparition au fil des pages, nous immergeant dans le contexte originel de l'intrigue du roman et permettant de comprendre petit à petit comment tout cela a commencé.

    La fin, quant à elle, est à l'image du reste du roman, dans cette ambiance grise, sombre mais éclairée d'un rayon de lune.


    Pour conclure, j'ai apprécié cette lecture un peu particulière pour moi, mais il faut avouer que j'en suis ressortie un peu déroutée, ayant eu l'impression que les pages défilaient sans qu'il ne s'y passe beaucoup de choses. Je ne me suis pas particulièrement ennuyée malgré que je ne me sois pas vraiment attachée aux personnages, et j'ai au final apprécié cette ambiance sombre et mélancolique qui se dégageait de ce décor tout de nuances de gris éclairée d'un éclat de lune.

    Note de 3,5/5 sur le blog

  • add_box
    Couverture du livre « Comment le dire à la nuit » de Vincent Tassy aux éditions Chat Noir

    kadeline sur Comment le dire à la nuit de Vincent Tassy

    Je suis la première déçue de ne pas avoir autant apprécié que les échos qui me sont parvenues. Pour résumer ma lecture de Comment le dire à la nuit : bah oui bah non pas moi.
    L'histoire n'était pas faites pour moi et sans le plib, je ne l'aurais probablement pas tentée. Les histoires d'amour...
    Voir plus

    Je suis la première déçue de ne pas avoir autant apprécié que les échos qui me sont parvenues. Pour résumer ma lecture de Comment le dire à la nuit : bah oui bah non pas moi.
    L'histoire n'était pas faites pour moi et sans le plib, je ne l'aurais probablement pas tentée. Les histoires d'amour maudit, les relations amour/haine qui perdurent une éternité, la fatalité qui fait que ça finira mal… je n'aime pas ça et quand j'en trouve dans une lecture souvent en plus ce n'est pas bien fait. Ici ce n'était malgré tout pas une mauvaise lecture justement parce que c'est très bien fait. C'est très bien écrit, les sentiments sont complexes et bien développés, les personnages et leur histoire variée et le fil conducteur intéressant.
    Comme beaucoup je pense, j'ai adoré le personnage d'Egmont. J'ai apprécié aller au bout de ce récit et découvrir les personnages mais il y a trop de pathos à mon goût. C'est très bien fait et très beau si on aime ce type de sujet.

  • add_box
    Couverture du livre « Apostasie » de Vincent Tassy aux éditions Chat Noir

    Les Fantasy d'Amanda sur Apostasie de Vincent Tassy

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Une plume inoubliable ---

    Vincent Tassy fait partie de ces auteurs qui accordent autant d’importance au fond qu’à la forme de leur histoire. Il soigne sa plume à un point tel qu’il devient poète dans...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Une plume inoubliable ---

    Vincent Tassy fait partie de ces auteurs qui accordent autant d’importance au fond qu’à la forme de leur histoire. Il soigne sa plume à un point tel qu’il devient poète dans sa manière d’écrire. Rien n’est laissé au hasard, ni le choix des mots, ni la formulation des phrases.

    De plus, dans Apostasie, il est parvenu à créer une ambiance unique oscillant entre glauque et enchanteresse. Autant vous dire que j’étais plus qu’enthousiaste en lisant les premières pages.

    --- De belles paroles, et ensuite ? ---

    Malgré des débuts un peu trop lents à mon goût, j’ai rapidement été captivée par l’histoire. Enfin, pas par celle d’Anthelme dont le quotidien n’est pas très exaltant, ni même par celle d’Aphélion, un vampire aux désirs sanglants, mais par celle de Lavinia et d’Ambrosius, les héros d’un conte tragique. Mélange réussi de merveilleux et de macabre, ce dernier m’a totalement envoûtée. Il est d’ailleurs la raison pour laquelle ce one-shot a obtenu une note supérieure à la moyenne.

    Mais, une fois ce conte terminé, replonger dans la réalité onirique d’Anthelme a été difficile…

    --- Un récit aux trop nombreuses directions ---

    Il faut le reconnaître, Vincent Tassy est un auteur audacieux. En effet, Apostasie se compose de plusieurs histoires imbriquées les unes dans les autres, et chacune offre un nouveau tournant à l’intrigue.

    Comme dit plus haut, j’ai beaucoup apprécié le conte dédié à Lavinia et Ambrosius, et c’est sûrement ce qui a provoqué mon désintérêt le plus total pour la suite. Tourner les pages est devenu de plus en plus dur, au point de me pousser à faire une pause. Or, cela ne m’arrive que très rarement ! Et en règle générale, quand je dépose un livre, c’est pour ne jamais le reprendre…

    --- Heureusement (ou pas), j’ai persévéré ---

    Après avoir lu Ceux des limbes sur un coup de tête, je me suis replongée dans Apostasie avec une nouvelle envie de découvrir le dénouement.

    Cependant, même si je tenais le rythme, ce ne fut pas le cas de l’histoire qui, une fois encore, s’est perdue dans des passages inutiles. Bien qu’écrits avec finesse, ceux-ci m’ont semblé creux. Concrètement, il ne se passe quasiment rien dans le dernier tiers du roman. Il en va de même pour la fin que j’ai presque trouvée absurde, tant elle est aux antipodes de ce que décrivait l’auteur au début de son récit.

    En conséquence, même si je conçois que le voyage était plus important que la destination, cette fin n’a fait que confirmer ce que je pensais depuis un moment : en dépit de tous mes espoirs, ce one-shot n’était pas pour moi.

  • add_box
    Couverture du livre « Effroyable porcelaine » de Vincent Tassy aux éditions Chat Noir

    Félicie Lit Aussi sur Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

    Ce petit bijoux vient de la collection Chatons Hantés (j’adore ce nom de collec’.. !!) de la superbe maison d’Edition du Chat Noir (que j’aime tout autant).

    Comme tu peux le voir, rien qu’avec la couverture, on est servis.. Perso, je suis en am♥ur. Aussi, l’intérieur est parsemé...
    Voir plus

    Ce petit bijoux vient de la collection Chatons Hantés (j’adore ce nom de collec’.. !!) de la superbe maison d’Edition du Chat Noir (que j’aime tout autant).

    Comme tu peux le voir, rien qu’avec la couverture, on est servis.. Perso, je suis en am♥ur. Aussi, l’intérieur est parsemé d’illustrations pleines pages et chaque chapitre est agrémenté de petites arabesques magnifiques.. Tout cela est un soucis du détail qui fait toute la différence pour moi ! Quand on s’adresse à de jeunes lecteurs – surtout ceux qui démarrent – il est important de ne pas plomber le livre de blocs de lignes ; les illustrations sont parfaites pour alléger les pages !

    L’histoire : Sibylle, notre héroïne principale est une jeune ado, que j’ai trouvé plutôt mature pour son age. Elle est dans son monde, un peu sombre, un peu seule, penchant pour un coté gothique que j’adore. C’est lors d’un « vide-demeure » pour le travail de sa mère, qu’elle va rencontrer une jolie poupée de porcelaine. Forcément, cette poupée n’est pas posée là par hasard ; malgré l’attachement que Sibylle aura pour elle, la jeune fille sera la proie de phénomènes étranges : musique dans la tête, visions, larmes de sang..

    C’est avec l’aide de son meilleur ami Philémon, que Sybille va devoir percer le mystère qui entoure le mal être de cette poupée apparemment possédée : d’où vient elle, qui est elle, mais surtout que veut elle ?!

    La plume de l’auteur, adaptée parfaitement aux jeunes lecteurs avec un langage simple crée une ambiance sombre et quelque peu glaçante. Elle nous emporte dans un tourbillon de paranormal, de magie, de frissons et d’angoisse. L’auteur décrit le tout avec beaucoup de parcimonie car il ne faut pas oublier que c’est destiné à un jeune public ! (faudrait pas que je me relève toute la nuit à cause des cauchemars de ma buissonnière