Solomonica De Winter

Solomonica De Winter
Solomonica de Winter est née en 1997 aux Pays-Bas, où elle a grandi. Après plusieurs années à Los Angeles, elle vit maintenant avec sa famille à Bloemendaal, près d'Amsterdam, et étudie à l'École internationale. Elle écrit en anglais. Elle est la fille de l'écrivain néerlandais Léon de Winter (Se... Voir plus
Solomonica de Winter est née en 1997 aux Pays-Bas, où elle a grandi. Après plusieurs années à Los Angeles, elle vit maintenant avec sa famille à Bloemendaal, près d'Amsterdam, et étudie à l'École internationale. Elle écrit en anglais. Elle est la fille de l'écrivain néerlandais Léon de Winter (Seuil).

Articles en lien avec Solomonica De Winter (2)

Avis sur cet auteur (9)

  • add_box
    Couverture du livre « Je m'appelle Blue » de Solomonica De Winter aux éditions Liana Levi

    Sy Dola sur Je m'appelle Blue de Solomonica De Winter

    Ce roman est surprenant et on ne comprend vraiment qu'une fois arrivé à la fin, ce qui est dommage car j'ai souvent eu l'envie d'arrêter ma lecture par ennui mais j'ai décidé de poursuivre car je voulais comprendre le pourquoi de cette écriture.
    la fin est surprenante et vaut vraiment qu'on...
    Voir plus

    Ce roman est surprenant et on ne comprend vraiment qu'une fois arrivé à la fin, ce qui est dommage car j'ai souvent eu l'envie d'arrêter ma lecture par ennui mais j'ai décidé de poursuivre car je voulais comprendre le pourquoi de cette écriture.
    la fin est surprenante et vaut vraiment qu'on s'accroche à la lecture car c'est vraiment là que tout prend sens.

  • add_box
    Couverture du livre « Je m'appelle Blue » de Solomonica De Winter aux éditions Liana Levi

    Clemady Rocy sur Je m'appelle Blue de Solomonica De Winter

    Blue est une jeune adolescente, traumatisée par la mort tragique de son père.
    Au moment du récit qu'elle nous livre, 5 ans se sont passé où elle s'est mûrée dans le silence. Elle développe une haine contre l'homme responsable de la mort de son père et se réfugie dans un livre, Le magicien...
    Voir plus

    Blue est une jeune adolescente, traumatisée par la mort tragique de son père.
    Au moment du récit qu'elle nous livre, 5 ans se sont passé où elle s'est mûrée dans le silence. Elle développe une haine contre l'homme responsable de la mort de son père et se réfugie dans un livre, Le magicien d'Oz, passionnément, à la folie, même.
    Ce roman est à la hauteur de la folie de Blue. Époustouflant !
    Je n'ai pas pu décrocher. Accro à cette jeune fille complètement barrée et passant par une multitude d'émotions et de sentiments décrits à la perfection.
    Je suis conquise.
    Un grand merci à mon chéri pour ce merveilleux cadeau surprise ;-)

  • add_box
    Couverture du livre « Je m'appelle Blue » de Solomonica De Winter aux éditions Liana Levi

    célia briand sur Je m'appelle Blue de Solomonica De Winter

    Le genre de livre qui une fois refermé, on se dit "pfiou... Purée, la claque!".

    L'histoire de Blue, qui à l'âge de 8 ans perd son père tué par un "mafieux" à qui il devait de l'argent. Depuis ce jour, elle est plongée dans un mutisme où la seule chose qui la tient émerveillée est le livre...
    Voir plus

    Le genre de livre qui une fois refermé, on se dit "pfiou... Purée, la claque!".

    L'histoire de Blue, qui à l'âge de 8 ans perd son père tué par un "mafieux" à qui il devait de l'argent. Depuis ce jour, elle est plongée dans un mutisme où la seule chose qui la tient émerveillée est le livre donné par son père peu de temps avant sa mort.

    Une livre rondement mené par une jeune fille de 18 ans, dont le talent promet... J'ai juste trouvé que la première partie était un peu longue, mais sinon, l'histoire, l'écriture et surtout la chute sont superbe

  • add_box
    Couverture du livre « Je m'appelle Blue » de Solomonica De Winter aux éditions Liana Levi

    Benoit LACOSTE sur Je m'appelle Blue de Solomonica De Winter

    Je m’appelle Blue est le premier roman de Solomonica de Winter, jeune auteur d’à peine 18 ans.
    “Excitant comme un thriller. Poétique comme une histoire d’amour” nous prédit le bandeau publicitaire autour du livre. Ajoutez les très bonnes chroniques des Explolecteurs lors des explorateurs de la...
    Voir plus

    Je m’appelle Blue est le premier roman de Solomonica de Winter, jeune auteur d’à peine 18 ans.
    “Excitant comme un thriller. Poétique comme une histoire d’amour” nous prédit le bandeau publicitaire autour du livre. Ajoutez les très bonnes chroniques des Explolecteurs lors des explorateurs de la rentrée littéraire avec Lecteurs.com, et vous comprendrez aisément que cette lecture devenait indispensable.

    3 parties, un peu plus de 50 chapitres et 224 pages plus loin, on frôle le coup de cœur ! Quel roman fascinant, quelle maitrise époustouflante et surtout quelle maturité. Je rejoins sans aucun souci la liste déjà longue et qui continuera à n’en pas douter à augmenter des lecteurs conquis par Solomonica de Winter.

    Je m’appelle Blue est l’histoire d’une jeune fille de 13 ans traumatisée par la mort tragique de son père lors d’un braquage. Heureuse avec Daisy et Ollie dans sa jeunesse, tout vire à la catastrophe : son père meurt, sa mère se drogue, Blue se retrouve délaissée. La vie de Blue se résume désormais à deux obsessions : tuer James pour « venger son père Ollie » et le livre que ce dernier lui a offert : le magicien d’Oz dont la lecture lui permet de survivre en s’évadant, échappant ainsi à la difficulté de sa vie réelle.

    "C’est comme ça, en lisant et relisant simplement mon roman, en m’imaginant dans le pays d’Oz que j’arrivais à la fin de la journée. Mon seul passe-temps, mon seul espoir, c’était la lecture. « Continue simplement à lire, je pensais, et tu finiras par te retrouver dans cet autre monde, Blue. La lecture aura tellement rempli ton cœur qu’il explosera et flottera dans les airs, au-delà de l’arc en ciel, jusqu’au pays d’Oz, et qu’il t’emportera avec lui. Si tu veux survivre à ta tristesse, lis »."

    Murée dans le silence depuis 5 ans, elle choisit de se confier au docteur par écrit et c’est ainsi qu’on apprend à connaitre Blue : ses pensées, ses rêves, ses fantasmes mais aussi ses pulsions, ses envies de meurtre, sa violence et ses démons. Tout va crescendo, et le jeu de Solomonica avec le lecteur est fascinant jusqu’à la chute finale.

    C’est merveilleusement bien écrit. L’auteur alterne entre les codes du polar : écriture réaliste, dynamique, parfois abrupte et sèche, vulgaire faisant ressortir violence et haine.

    "Ma folie était un bouclier de protection au-dessus de mon vrai moi, camouflant mon secret (je n’étais pas folle, c’était bien moi la coupable). C’est alors que j’ai été positivement sûre que je le tuerais. "

    Et les phrases belles, travaillées, poétiques pour bien montrer l’ambivalence de Blue.
    "Je suis une fille sans mots, mais mon esprit n’est pas lent. Mon esprit n’est ni terne ni creux. Regardez mes yeux et vous y trouverez un univers infini, une tempête, une machine qui ne s’arrête jamais. Je suis toujours en train de penser. Je me contredis souvent. Je suis folle, je suis saine, je suis meurtrière, je suis innocente. J’en suis bien consciente. Mais je n’y peux rien si mes pensées fluctuent avec mon état d’esprit. Comme les rides sur l’eau, en fonction de la force du vent. L’eau qui coule ne s’arrête jamais. "

    "J’ai plongé mes yeux dans ceux de Charlie, aux iris constellés de gouttelettes d’or, et j’ai eu l’impression de nager en eux. C’était horrible d’observer leur désespoir, comme si des poissons noirs tournaient frénétiquement derrière ses pupilles. Je savais que je ne pouvais rien faire pour les apaiser, parce que j’étais la cause de son désespoir. "

    C’est très agréable à lire et ça incite le lecteur à dévorer le roman.
    La violence, la haine, l’amour, la pauvreté, les traumatismes, la peur, la joie, la tristesse, … tous ces thèmes sont parfaitement traités par Solomonica de Winter, ce qui donne un côté très réaliste au roman.

    "L’amour est la chose la plus forte que nous ayons, la plus puissante, il peut détruire ou créer, faire ou défaire. On ne veut pas la haine, on ne veut pas la peur, mais on vit dans un monde où ces sentiments sont le produit de la destruction que l’amour peut engendrer, des cœurs qu’il peut briser. Chaque fois que tu ressentiras de la peur, je veux que tu te souviennes de ceci : ton amour peut détruire ta peur. Ne le laisse pas détruire ton courage."

    De même, le parallèle avec le monde imaginaire et enchanté du magicien d’Oz (encore plus marqué avec le titre original du livre Over the Rainbow) contrebalance la noirceur et la folie réelle de Blue. Ou quand fiction et réalité sont indissociables …

    Je ne regrette finalement qu’une chose : que le roman ne soit pas un peu plus long…

    Je m’appelle Blue est un excellent 1er roman totalement maitrisé, aussi fort que déroutant et dérangeant. Bref pour un coup d’essai, c’est une vraie et belle réussite !

    4,5/5
    http://alombredunoyer.com/2015/09/21/je-mappelle-blue-solomonica-de-winter/

Bibliographie de Solomonica De Winter (1)

Thèmes en lien avec Solomonica De Winter

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !