Scholastique Mukasonga

Scholastique Mukasonga

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles (1)

  • Auteures primées : Prix littéraires ne rime pas avec parité
    Auteures primées : Prix littéraires ne rime pas avec parité

    Les deux tiers des artistes, sont des hommes, quoique depuis quelques années le pourcentage des femmes auteures augmente. Très logiquement, les femmes devraient représenter un tiers des écrivains primés !  Il n'en est rien. A l'exception du prix Femina, dont les lauréats, sont plus de 30 % à être des lauréates !  Zoom sur ces femmes primées dans l'univers impitoyablement masculin des prix littéraires.

Avis (21)

  • Couverture du livre « Un si beau diplôme ! » de Scholastique Mukasonga aux éditions Gallimard

    Aude ACM sur Un si beau diplôme ! de Scholastique Mukasonga

    L'auteur retrace son parcours d'étudiante, de mère, de professionnelle (assistante sociale) au Burundi puis en France. Un texte fluide, sur fond de génocide du Rwanda.

    Extraits

    "En tout cas, concluait papa, c’est ce papier, si tu l’as un jour et il te le faudra, idiplolomi nziza, un beau...
    Voir plus

    L'auteur retrace son parcours d'étudiante, de mère, de professionnelle (assistante sociale) au Burundi puis en France. Un texte fluide, sur fond de génocide du Rwanda.

    Extraits

    "En tout cas, concluait papa, c’est ce papier, si tu l’as un jour et il te le faudra, idiplolomi nziza, un beau diplôme, c’est ce qui te sauvera de la mort qui nous est promise, garde-le toujours avec toi comme un talisman, un passeport pour la vie".

    "Le peu de temps que j’ai passé à l’école d’assistantes sociales, à peine une année et demi, je le porterai au compte de mes jours heureux".

    "Comme disait ma mère qui avait toujours le proverbe à propos : « il faut sarcler tous les sorghos, on ne sait lequel donnera le premier ».

    "Aujourd’hui encore, je déplie le carton jauni de mes diplômes d’assistantes sociales, le burundais, le français qui n’en font plus qu’un dans ma mémoire, ce diplôme que j’ai tant désiré et tant haï, ce diplôme que je croyais enfin posséder et qui m’échappait toujours, qui disparaissait pour réapparaître telle une grossesse nerveuse.
    Et je n’ose pas me poser la question ; n’y avait-il pas mieux à faire que de m’entêter à courir après un bout de papier ?"

  • Couverture du livre « La vache du roi Musinga et autres nouvelles rwandaises » de Scholastique Mukasonga aux éditions Gallimard

    Catherine Kosma Galian sur La vache du roi Musinga et autres nouvelles rwandaises de Scholastique Mukasonga

    L'auteure nous livre dans une simplicité absolue une image romancée et tellement vivante les us et coutumes du Rwanda. Trois nouvelles qui nous permettent de comprendre quelques éléments historiques du Rwanda. J'avoue que ma préférée est celle appelée "Le bois de la croix".

    L'auteure nous livre dans une simplicité absolue une image romancée et tellement vivante les us et coutumes du Rwanda. Trois nouvelles qui nous permettent de comprendre quelques éléments historiques du Rwanda. J'avoue que ma préférée est celle appelée "Le bois de la croix".

  • Couverture du livre « Ce que murmurent les collines ; nouvelles rwandaises » de Scholastique Mukasonga aux éditions Gallimard

    Miss Marple sur Ce que murmurent les collines ; nouvelles rwandaises de Scholastique Mukasonga

    J'aime beaucoup cette auteure, son nom d'abord, et aussi la façon qu'elle a de travailler ses nouvelles, sa façn bien personnelle d'aborder les horreurs de la colonisation , tout en touches, douces mais acérées, pointes portées aux Belges occupants mais aussi à ses pays..pas très nets ni...
    Voir plus

    J'aime beaucoup cette auteure, son nom d'abord, et aussi la façon qu'elle a de travailler ses nouvelles, sa façn bien personnelle d'aborder les horreurs de la colonisation , tout en touches, douces mais acérées, pointes portées aux Belges occupants mais aussi à ses pays..pas très nets ni clairs.
    je recommande la lecture de ce livre, facile à transporter..et de très bonne qualité pour percevoir une petite partie de l'Afrique.

  • Couverture du livre « Un si beau diplôme ! » de Scholastique Mukasonga aux éditions Gallimard

    Mireille B sur Un si beau diplôme ! de Scholastique Mukasonga

    Dès son enfance, les paroles de son père, l’atteignent tel un harcèlement bienveillant. En 1973, chassée de l’école, Henuka quitte le Rwanda et commence un long exil pour se protéger des massacres précurseurs du génocide contre les tutsis. S’ensuit un acharnement sans faille pour obtenir ce si...
    Voir plus

    Dès son enfance, les paroles de son père, l’atteignent tel un harcèlement bienveillant. En 1973, chassée de l’école, Henuka quitte le Rwanda et commence un long exil pour se protéger des massacres précurseurs du génocide contre les tutsis. S’ensuit un acharnement sans faille pour obtenir ce si beau diplôme, censé lui offrir un poste d’assistante sociale au Burundi, à Djibouti ou en France. Dans ce parcours où s’enchaînent violences verbales, sexisme, racisme, elle transcende « la lancinante désespérance de l’exil » en accueillant chants et danse, ou en s’immergeant dans l’écriture.

    Ce récit autobiographique, à l’écriture soignée, ne tombe jamais dans le misérabilisme. Scholastique Mukasonga évoque ses souvenirs d’un rude combat, amplifié par son statut de femme, sa couleur, ses origines contre lesquels elle doit s’imposer pour être reconnue. Retournée dans son pays natal, elle se souvient des siens, tous assassinés, se recueille sur d’imaginaires sépultures, et accueille avec émotion et soulagement l’évolution du statut des femmes africaines.
    J’ai été littéralement subjugée par les faits bien sûr, et par la capacité de résilience de l’auteure.

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com