Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Scholastique Mukasonga

Scholastique Mukasonga

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles en lien avec Scholastique Mukasonga (1)

  • Auteures primées : Prix littéraires ne rime pas avec parité
    Auteures primées : Prix littéraires ne rime pas avec parité

    Les deux tiers des artistes, sont des hommes, quoique depuis quelques années le pourcentage des femmes auteures augmente. Très logiquement, les femmes devraient représenter un tiers des écrivains primés !  Il n'en est rien. A l'exception du prix Femina, dont les lauréats, sont plus de 30 % à être des lauréates !  Zoom sur ces femmes primées dans l'univers impitoyablement masculin des prix littéraires.

Avis sur cet auteur (28)

  • add_box
    Couverture du livre « Un si beau diplôme ! » de Scholastique Mukasonga aux éditions Gallimard

    benif sur Un si beau diplôme ! de Scholastique Mukasonga

    Obtenir un diplôme, c'est une garantie pour l'avenir, certes, mais ça ne fait pas tout. L'ironie du titre le signale d'emblée, et ce qui est intéressant, autour de ce diplôme, c'est de comprendre comment on peut revenir au Rwanda après le génocide des Tutsis et le massacre d'une partie de sa...
    Voir plus

    Obtenir un diplôme, c'est une garantie pour l'avenir, certes, mais ça ne fait pas tout. L'ironie du titre le signale d'emblée, et ce qui est intéressant, autour de ce diplôme, c'est de comprendre comment on peut revenir au Rwanda après le génocide des Tutsis et le massacre d'une partie de sa famille, Dans quel état d'esprit on se trouve lorsqu'on habite en France, qu'on a épousé un Français, et qu'on a fait sa vie ailleurs ? Les dernières pages sont émouvantes. L'auteur revendique ses racines africaines, et elle a de l'humour. Elle conserve une certaine spontanéité. Le ton retient, et donne envie d'en savoir plus. C'est le premier livre que je lis de cet écrivain, qui me donne envie de lire les autres.

  • add_box
    Couverture du livre « Un si beau diplôme » de Scholastique Mukasonga aux éditions Voir De Pres

    Valérie971 sur Un si beau diplôme de Scholastique Mukasonga

    J'ai découvert et aimé ce livre et pour sure j'ai envie découvrir d'autres œuvre de cet auteur.
    Mukasonga nous entraine au Rwanda , Burundi. Très concis dans son récit, elle nous enivre de l'atmosphère qui régnait avant le génocide.

    J'ai découvert et aimé ce livre et pour sure j'ai envie découvrir d'autres œuvre de cet auteur.
    Mukasonga nous entraine au Rwanda , Burundi. Très concis dans son récit, elle nous enivre de l'atmosphère qui régnait avant le génocide.

  • add_box
    Couverture du livre « Notre-Dame du Nil » de Scholastique Mukasonga aux éditions Gallimard

    Bill sur Notre-Dame du Nil de Scholastique Mukasonga

    Au Rwanda, à 2500 mètres d'altitude on trouve les sources du Nil. Et, tout à côté de ces sources, une statue de la Vierge  a été érigée : Notre-Dame du Nil. Sa particularité: avoir à peau noire ! 

    Non loin de cette statue et de la source, se trouve le lycée Notre-Dame du Nil, tenu par des...
    Voir plus

    Au Rwanda, à 2500 mètres d'altitude on trouve les sources du Nil. Et, tout à côté de ces sources, une statue de la Vierge  a été érigée : Notre-Dame du Nil. Sa particularité: avoir à peau noire ! 

    Non loin de cette statue et de la source, se trouve le lycée Notre-Dame du Nil, tenu par des religieuses très strictes. Y sont envoyées des jeunes filles de la bonne société de Kigali, qui viennent y préparer le diplôme des Humanités, mais pas toutes les jeunes filles, ni lees meilleures élèves du pays. 

    Un quota est imposé limitant l'accès à ce lycée d'élite à seulement 10 % d'élèves d'origine Tutsi.

    L'auteur nous décrit l'arrivée des nouvelles élèves, leur initiation aux choses de la vie, la cabane réservée au nettoyage et au séchage des serviettes hygiéniques, l'empreinte des rites sorciers, l'histoire des anciens dieux qui ont peu à peu fusionné dans les rites chrétiens. Du culte d'Isis à celui de la Vierge Marie, il n'y aurait qu'un pas.

    Scholastique Mukasonga nous entraîne dans cet univers de jeunes filles et de religieux pas si propres, de religieuses qui ferment les yeux sur les pratiques du vieux planteur blanc, tout en s'émouvant de la longueur des cheveux des coopérants français ! 

    Un roman qui nous plonge dans l'Afrique des années 70, bien avant que le génocide, dont on ressent les prémisses, ne brise les rêves de ces jeunes filles.

    Un beau roman d'apprentissages dont j'aurais aimé qu'il existe une suite pour savoir ce que sont devenues toutes ces jeunes filles ... 

    Une belle découverte. Un auteur dont je vais rechercher d'autres livres.

  • add_box
    Couverture du livre « Notre-Dame du Nil » de Scholastique Mukasonga aux éditions Gallimard

    Lisa_D sur Notre-Dame du Nil de Scholastique Mukasonga

    Au Rwanda, un lycée d’excellence pour jeunes filles perché à 2500 mètres, près de la source du grand fleuve égyptien. Lorsque débute la saison des pluies, qui marque aussi le début de l’année scolaire, ce lycée baptisé Notre-Dame du Nil, prend des allures d’arche de Noé. Mais il n’échappe pas à...
    Voir plus

    Au Rwanda, un lycée d’excellence pour jeunes filles perché à 2500 mètres, près de la source du grand fleuve égyptien. Lorsque débute la saison des pluies, qui marque aussi le début de l’année scolaire, ce lycée baptisé Notre-Dame du Nil, prend des allures d’arche de Noé. Mais il n’échappe pas à ce qui se passe dans le reste du pays…

    Scholastique Mukasonga recrée dans ce microcosme les conditions à un prélude annonciateur du génocide de 1994 (il faut préciser ici que l’histoire se déroule dans les années 70). Elle démontre ce mécanisme implacable qui fait que les Tutsi deviennent la cible de toutes les haines… de la mise à l’écart de la société (quota limitant à 10% le nombre d’élèves Tutsi) à la volonté pure d’exterminer l’autre…

    Le rôle du colonisateur blanc est directement mis en cause, sa manie de tout classer a conduit à la création d’ethnies ennemies. Une fois l’indépendance proclamée, les Européens continuent de projeter leurs fantasmes sur les Africains (rôle du personnage du « vieux blanc » excentrique qui vit dans une plantation de café abandonnée et qui assure que les Tutsi descendent des pharaons Noirs). Sans parler de la gestion paternaliste/maternaliste allant jusqu’à s’octroyer le monopole de la protection des gorilles…

    On s’attache par ailleurs à suivre Virginia, Veronica, Immaculée - rebaptisées ainsi, leurs prénoms de naissance porteurs de sens effacés - dans l’apprentissage de la vie. Apprentissage qui se fait entre les règles strictes et hypocrites du lycée dirigé par une religieuse Belge et les consultations des faiseurs de pluie et des sorciers…

    « Maintenant j’en suis certaine, il y a un monstre qui sommeille en chaque homme : au Rwanda je ne sais qui l’a réveillé. »