Schmitt E-E.

Schmitt E-E.

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (19)

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant de noe » de Schmitt E-E. aux éditions Albin Michel

    Marie Hélène Fasquel sur L'enfant de noe de Schmitt E-E.

    Ce roman bouleversant nous propulse dans la vie d’un enfant juif séparé des siens du jour au lendemain à l’âge de sept ans. Il essaie, tout au long des épreuves que sont la seconde guerre mondiale, le fait de devoir se cacher et cacher son identité comme si l’on était un être inférieur,...
    Voir plus

    Ce roman bouleversant nous propulse dans la vie d’un enfant juif séparé des siens du jour au lendemain à l’âge de sept ans. Il essaie, tout au long des épreuves que sont la seconde guerre mondiale, le fait de devoir se cacher et cacher son identité comme si l’on était un être inférieur, l’ajustement entre son identité de juif et celle de « faux » catholique, de se construire ou plutôt de se reconstruire. Sa rencontre avec le Père Pons est essentielle dans cette recherche de la « vérité » mais cette vérité, quelle est-elle ? Comment la redéfinir ?

    Cet enfant, si jeune, qui tente par tous les moyens de montrer à quel point les deux religions sont similaires, ce Père qui tente par tous les moyens - sauver de jeunes enfants juifs, les élever dans l’amour et leur foi, pas la sienne justement, monter des collections d’objets culturels des peuples oppressés - nous offre une belle leçon de compassion, d’humilité, de communion entre les peuples.

    Ce superbe texte nous rappelle un autre roman sur la même thématique : Un sac de billes de Joseph Joffo.

    Un ouvrage (comme celui de Joffo) à mettre entre toutes les mains !

  • add_box
    Couverture du livre « L'évangile selon Pilate ; journal d'un roman volé » de Schmitt E-E. aux éditions Lgf

    Marie Hélène Fasquel sur L'évangile selon Pilate ; journal d'un roman volé de Schmitt E-E.

    Parler des livres est difficile, tant les auteurs y mettent d’eux-mêmes. S’il s’agit d’un livre entré au Panthéon, comment, nous, modestes blogueurs, pouvons-nous oser toute critique ? Et quant aux auteurs naissants, comment pouvons-nous prendre le risque de les froisser, voire de les...
    Voir plus

    Parler des livres est difficile, tant les auteurs y mettent d’eux-mêmes. S’il s’agit d’un livre entré au Panthéon, comment, nous, modestes blogueurs, pouvons-nous oser toute critique ? Et quant aux auteurs naissants, comment pouvons-nous prendre le risque de les froisser, voire de les décourager, sachant, étant auteurs nous-mêmes, à quel point l’aventure de l’écriture est ingrate et ardue. Pour autant, devons-nous nous limiter à une approche émotionnelle de la lecture, autrement dit au ressenti ? Les personnages sont attachants, le livre est émouvant, etc…

    Ce serait une solution de facilité, et nous nous y refusons. En revanche, pour nous préserver de tout risque, nous avons choisi de ne parler que des livres que nous aimons, ce qui est bien sûr le cas du livre d’Éric-Emmanuel Schmitt !




    Écrit en deux parties, il a pour narrateurs, Jésus de Nazareth et Ponce Pilate, le préfet de la Judée.

    La première partie, beaucoup plus courte, s’inspire des récits des évangélistes. La seconde, nettement plus longue, prend la forme d’une enquête policière, dans laquelle Pilate joue le rôle de l’inspecteur.

    On pourrait donc penser que, dans cette vision romancée de l’histoire de Jésus, il y a un épisode historique, et un épisode imaginaire, puisque jusqu’à une période très récente on n’était même pas sûr de l’existence de Ponce Pilate (sa bague - son sceau - vient d’être retrouvée dans des fouilles archéologiques). Or, cette distinction est sans doute beaucoup moins nette qu’il n’y paraît. Pourquoi ?

    Il faut se souvenir que les Évangiles ont été rédigés par Marc, Matthieu, Jean et Luc, des hommes qui n’ont pas été les contemporains de Jésus. Ils n’ont donc pas été les témoins oculaires de ce qu’ils racontent. Dans les évangiles, nous sommes déjà dans la légende, dans le mythe. Et ces récits ont, à la limite, autant de vraisemblance que l’histoire de Pilate menant son enquête auprès d’Hérode, de Salomé, etc… Schmitt s’inscrit donc dans une logique parfaitement cohérente.

    Où est la vérité ? Quelle est la part des désirs humains calqués sur une histoire revue, transcendée, déifiée ?

    Comme dans toute histoire religieuse, on ne le saura jamais.



    Dans ce récit, écrit simplement, mais prenant, Jésus apparaît comme un homme ordinaire, un charpentier qui a une vie de famille, nullement prédestiné. Sa vocation lui vient lentement, presque à son insu, sous l’influence complice de ses apôtres. Il y a une vision presque laïque du cheminement de Yéchoua (l’auteur a choisi de conserver les noms hébraïques des personnages, ce qui est parfois un peu perturbant, pour Christophe, par exemple). Dieu est peu présent.

    En revanche, ce qui est mis en valeur, de manière très pertinente, c’est la disproportion entre une histoire relativement banale et l’implication qu’elle aura dans l’avenir pour des milliards d’êtres humains. A ce titre, le personnage de Claudia, femme de Pilate, est particulièrement intéressant. Pilate doute. Pour lui, Jésus n’est qu’un allumé vivant dans un trou paumé, quelqu’un qu’on aura vite oublié. Et c’est Claudia qui prend la mesure de l’événement. Elle devient chrétienne, et ce faisant, révèle à son mari l’importance du message délivré par Jésus. Un message de tolérance - en particulier pour les femmes - très subversif pour l’époque.

  • add_box
    Couverture du livre « L'évangile selon Pilate ; journal d'un roman volé » de Schmitt E-E. aux éditions Lgf

    Philippe Taulet sur L'évangile selon Pilate ; journal d'un roman volé de Schmitt E-E.

    Une histoire racontée de manière originale dans laquelle Pilate se transforme un petit peu en policier pour éclaircir l'énigme à laquelle il est confronté. Un beau roman superbement bien écrit.

    Une histoire racontée de manière originale dans laquelle Pilate se transforme un petit peu en policier pour éclaircir l'énigme à laquelle il est confronté. Un beau roman superbement bien écrit.

  • add_box
    Couverture du livre « Odette Toulemonde et autres histoires » de Schmitt E-E. aux éditions Lgf

    Ghislaine Moreau sur Odette Toulemonde et autres histoires de Schmitt E-E.

    Un recueil de nouvelles qui rafraîchit et redonne le moral. Léger, bien écrit, à savourer plutôt deux fois qu' une.

    Un recueil de nouvelles qui rafraîchit et redonne le moral. Léger, bien écrit, à savourer plutôt deux fois qu' une.