Olivier Pont

Olivier Pont
Après l'école des Gobelins, Olivier Pont s'installe à Londres et travaille sur Fievel au Far West produit par Spielberg. Il rentre en France au début des années 90 et entame sa collaboration avec Abolin, son ami d'enfance. Ils signent ensemble la série Kucek, trois albums parus chez Vents d'Ouest... Voir plus
Après l'école des Gobelins, Olivier Pont s'installe à Londres et travaille sur Fievel au Far West produit par Spielberg. Il rentre en France au début des années 90 et entame sa collaboration avec Abolin, son ami d'enfance. Ils signent ensemble la série Kucek, trois albums parus chez Vents d'Ouest dès 1993. En 1994, Pont réalise la BD Arthur et les pirates d'après l'émission de radio éponyme. L'année 97 est marquée parution de La Honte chez Vents d'Ouest, que Pont dessine sur un scénario de Jim. En 2001, les deux amis se retrouvent pour créer un album de la collection Long Courrier des Editions Dargaud, intitulé Où le regard ne porte pas. Et ils enchaînent avec Totale Maîtrise, série décapante sur les fous du surf. Pont vient récemment de signer le tome 2 de La Honte, toujours avec son compère Jim.

Avis (3)

  • Couverture du livre « Desseins » de Olivier Pont aux éditions Dargaud

    Yves MABON sur Desseins de Olivier Pont

    Sept portraits de femmes, des nouvelles en bande dessinée. Elles sont toutes différentes mais ont en commun la volonté d'être libres et ne s'interrogent même pas sur l'égalité avec les hommes, ce n'est pas une question qui les taraude, elles se donnent le droit d'être au-dessus de cela.

    Je...
    Voir plus

    Sept portraits de femmes, des nouvelles en bande dessinée. Elles sont toutes différentes mais ont en commun la volonté d'être libres et ne s'interrogent même pas sur l'égalité avec les hommes, ce n'est pas une question qui les taraude, elles se donnent le droit d'être au-dessus de cela.

    Je voulais commencer cette année légèrement, avec une bande dessinée, force est de constater que si je commence bien avec le format choisi, la légèreté n'est point évidente.

    Cholé vit mal son physique, Mathilde rêve de la liberté en 1968, Alison ne veut plus céder aux injonctions de l'industrie cinématographique, Sylvia voudrait garder son mari, Fanny veut poser pour des peintres amateurs, Elikya, comme Mathilde, mais loin d'elle rêve de la liberté et Fleur ne veut que le bien de ses clientes. Toutes sont très bien dessinées et mises en couleur. Elles vivent, se battent pour obtenir ce qu'elles veulent dans un monde masculin. Ce n'est pas facile, mais elles ne baissent pas les bras.

    Très belle BD qui, comme l'indique le titre tourne autour des seins mais aussi des desseins de ces femmes. Rien de vulgaire, bien au contraire. Pourrait-on qualifier cet ouvrage de féministe ? Sans doute.

    Je reviendrai une autre fois pour la légèreté et qui sait, ce ne sera peut-être pas avec une bande dessinée...

  • Couverture du livre « Desseins » de Olivier Pont aux éditions Dargaud

    Manika sur Desseins de Olivier Pont

    Un bel album dans lequel chacune de nous se retrouve sans doute un peu. Des nouvelles pleines de vérités, où les femmes sont plutôt mises en valeur, avec justesse et pudeur dans les confidences de leur rapport à leur féminité.

    J'ai apprécie les dessins d'une grande sensualité tout en...
    Voir plus

    Un bel album dans lequel chacune de nous se retrouve sans doute un peu. Des nouvelles pleines de vérités, où les femmes sont plutôt mises en valeur, avec justesse et pudeur dans les confidences de leur rapport à leur féminité.

    J'ai apprécie les dessins d'une grande sensualité tout en suggestion, rehaussés par la chaleur des couleurs.

    J'ai été particulièrement émue par les histoires de Fanny et de Fleur.

  • Couverture du livre « Desseins » de Olivier Pont aux éditions Dargaud

    Julia Couplan sur Desseins de Olivier Pont

    Ayant un amour inconditionnel pour la poitrine je me suis jetée sur cette BD. Ce genre d’ouvrage, nous avons toujours tendance à le feuilleter pour vérifier qu’il n’y a rien de tendancieux, pas d’allusions sexuelles.
    Et là, DesSeins est magique ! Olivier Pont a tout compris, il a réussit à...
    Voir plus

    Ayant un amour inconditionnel pour la poitrine je me suis jetée sur cette BD. Ce genre d’ouvrage, nous avons toujours tendance à le feuilleter pour vérifier qu’il n’y a rien de tendancieux, pas d’allusions sexuelles.
    Et là, DesSeins est magique ! Olivier Pont a tout compris, il a réussit à saisir l’aspect important de notre poitrine sans s’extasier dessus, sans être vulgaire au contraire. C’est jackpot pour l’auteur qui nous dresse des portraits de femmes diverses de façon touchante, intimiste et délicate. Il parle des seins comme d’une preuve de féminité, comme d’une partie majeure de la femme sur le plan physique et mentale qui marque notre façon de nous comporter en société. La poitrine est ici synonyme de souffrance, de liberté, de beauté, de sensualité, d’acceptation mais surtout et toujours de féminité ! Les hommes présents dans cet ouvrage sont gauches, ne comprennent pas bien les femmes. J’ai eu un brin d’empathie pour ces hommes allant chercher des sous vêtements pour leurs femmes.

    Merci à Olivier Pont d’avoir parlé ainsi des femmes et de leurs seins. La poitrine mise à nue dans toute sa fragilité et sa délicatesse. Beaucoup de poésie autant dans ces vies que dans le dessin qui représente ces femmes. Un bout de chair qui fait tant parler les hommes mais peu sont ceux qui savent faire rêver les femmes. Car oui, avec cette façon d’évoquer notre anatomie, l’auteur nous offre un moment de rêve. Peu importe qui nous sommes, peu importe notre physique, si nous nous sentons bien dans notre corps et que nous assumons notre féminité : nous sommes belles.

    Je ne ferais pas de billet plus long, il n’y a pas besoin d’en dévoiler trop pour donner envie. A bon entendeur !

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com