Michel Pastoureau

Michel Pastoureau
Michel Pastoureau est historien. Directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études et à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, il a notamment publié au seuil, dans " la librairie du XXIe siècle ", l'Etoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés (1991) et Une histoi... Voir plus
Michel Pastoureau est historien. Directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études et à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, il a notamment publié au seuil, dans " la librairie du XXIe siècle ", l'Etoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés (1991) et Une histoire symbolique du Moyen Age occidental (2004). Directeur d'études à l'École pratique des hautes études et à l'École des hautes études en sciences sociales, il a de nombreux ouvrages au Seuil, pour la plupart repris en « Points Histoire » : L'Étoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés, Bleu. Histoire d'une couleur, Noir. Histoire d'une couleur, et, avec Dominique Simonnet, Le Petit Livre des couleurs (« Points Histoire », 2007). Son autobiographie, Les Couleurs de nos souvenirs (« La Librairie du XXIe siècle », 2010) a reçu le Prix Médicis Essai.

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « Rouge ; histoire d'une couleur » de Michel Pastoureau aux éditions Seuil

    Sophie Wag sur Rouge ; histoire d'une couleur de Michel Pastoureau

    Un livre totalement passionnant, où l'on découvre l'histoire de la couleur rouge à travers les âges de la Préhistoire à aujourd'hui. Tout y est : la maitrise, les symboles, les reprises politiques... A lire!

    Un livre totalement passionnant, où l'on découvre l'histoire de la couleur rouge à travers les âges de la Préhistoire à aujourd'hui. Tout y est : la maitrise, les symboles, les reprises politiques... A lire!

  • add_box
    Couverture du livre « Vert ; histoire d'une couleur » de Michel Pastoureau aux éditions Seuil

    AntoineTuileries sur Vert ; histoire d'une couleur de Michel Pastoureau

    Vert : Histoire d'une couleur de Michel Pastoureau
    Un sommet d'érudition dans le plus pur style Michel Pastoureau : élégant, érudit sans être pédant, pédagogue et malicieux. Incontournable pour les amoureux des couleurs !

    Vert : Histoire d'une couleur de Michel Pastoureau
    Un sommet d'érudition dans le plus pur style Michel Pastoureau : élégant, érudit sans être pédant, pédagogue et malicieux. Incontournable pour les amoureux des couleurs !

  • add_box
    Couverture du livre « Le loup ; une histoire culturelle » de Michel Pastoureau aux éditions Seuil

    Florel sur Le loup ; une histoire culturelle de Michel Pastoureau

    http://encreenpapier.canalblog.com/archives/2019/02/01/37065992.html


    Que peut nous apprendre sur une époque un loup ? Pour qui n’est pas habitué à l’histoire cette question peut paraître saugrenue ; pourtant dans ce livre l’historien médiéviste Michel Pastoureau va nous montrer de manière...
    Voir plus

    http://encreenpapier.canalblog.com/archives/2019/02/01/37065992.html


    Que peut nous apprendre sur une époque un loup ? Pour qui n’est pas habitué à l’histoire cette question peut paraître saugrenue ; pourtant dans ce livre l’historien médiéviste Michel Pastoureau va nous montrer de manière simple, efficace et rapide que le loup peut nous apprendre beaucoup sur l’époque qui l’utilise. La chose est rendue possible à l’historien grâce à sa recherche de code récurrent, d’image employée, d’écrit, qu’il replace dans le contexte d’époque. Et après lecture de ce livre, le moins que l’on puisse dire c’est que le loup est bavard.

    Pour débuter son livre, l’auteur va commencer par nous montrer ce que le loup renvoie comme image selon les régions et les époques. Partant des mythologies d’Europe en passant par le christianisme, l’historien va nous dévoiler les diverses images qu’il peut refléter dans les sociétés d'époque, - en sachant tout de même que les bons et mauvais côtés se retrouvent dans toutes les périodes.
    C’est ainsi qu’on découvrira pour commencer, que dans la mythologie nordique il possède une image plutôt négative à cause de la légende de Fenrir, alors que dans les mythologies grecque et celte, l’image est plutôt bénéfique puisqu’il accompagne régulièrement les dieux celtes comme Lug ou Cernunnos dans leurs déplacements et est un attribut d'Apollon. Alors qu'avec Rome c'est encore une autre histoire, l'image est double.
    Avec le christianisme cependant, l’image tend à se stabiliser. Si la Bible est peu prolixe à son sujet, les hommes d’église par la suite sont plus bavards. Ils font du loup un faux prophète ou un animal rusé, et s’en servent aussi pour mettre en évidence la puissance des hommes de Dieu face au mal, comme dans la légende de Saint Blaise. Toutefois, comme le montre cet extrait ci-dessous, l'image du loup peut être adoucie pour calmer l'imagination des populations d'époque.

    "L'histoire lupine la plus célèbre de l'hagiographie médiévale est celle du loup Gubbio, en Ombrie, un loup colossal, vorace, insatiable et particulièrement cruel qui terrorisait la ville et la contrée. Saint François d'Assise (1181-1226), qui avait eu vent de ce fléau, vint à la rencontre de la bête et lui parla chrétiennement. Il l'appela "Frère loup", lui reprocha son comportement, tout en reconnaissant que c'était la faim qui le poussait à agir ainsi. Puis il demanda de s'amender et de faire la paix avec les habitants de Gubbio, qui en échange, promit-il le nourriraient. Le fauve ferma son énorme gueule, inclina la tête, s'agenouilla devant la le saint et fit comprendre qu'il se soumettait. Le pacte fut respecté : les gens de Gubbio donnèrent régulièrement à manger au loup, qui désormais vécut familièrement parmi eux et devint une sorte d'animal protecteur de la cité. Quand il mourut de vieillesse, il fut pleuré de tous les habitants. Tuer le loup, le diaboliser, le domestiquer : telles ont été les premières stratégies médiévales pour lutter contre le fauve et contenir les peurs - justifiées ou non - qu'il faisait naître. Mais cela n'a pas suffit. A l'époque féodale, les clercs ont donc eu recours à un autre moyen pour le rendre moins effroyable et menaçant : le bafouer, l'humilier, le ridiculiser. Ce fût le rôle des fables et des contes d'animaux, particulièrement du Roman de Renart." P.44

    Tout cela est certes bien beau, mais sachez que l’auteur va au-delà de l’image que le loup renvoie dans les religions et mythes. Ne fuyez pas encore ! La suite est meilleure. En effet, il va montrer comment dans le domaine temporel les loups ou au moins le son du mot, va être utilisé sur quelques blasons de riche famille afin de faire référence au nom de famille ou au prénom, où toutefois le loup y garde sa force brutale.
    "C'est en Navarre et en Galice que les armoiries au loup sont les plus nombreuses. Il ne s'agit pas tant d'un emprunt à la faune locale (les loups abondent dans les forêts du nord de l'Espagne) mais d'un usage fréquent à toute l'Europe : choisir une figure héraldique dont le nom forme un jeu de mots avec celui de la famille ; de telles armoiries sont dites parlantes". P. 84
    Néanmoins, si dans l’image il garde sa puissance, dans la littérature il en va tout autrement. Bien sûr dans les fables (même dans les fables antiques) et les contes qui remontent à cette époque comme le Petit Chaperon rouge (an mil), le loup est encore féroce. Cependant, l'auteur va nous montrer que dans le temps sa représentation peut changer, et servir par exemple à moquer la politique, les moeurs nobles, comme on le voit à l’époque Féodale dans le Roman de Renart (écrit comme ses représentations).
    Outre ceci et toujours dans le domaine temporel, Michel Pastoureau va aussi nous faire découvrir que le loup peut même être le sujet d'écrits scientifiques comme l'atteste certains bestiaires de médecine, et même être un livre de stratégie amoureuse comme dans le Bestiaires d’Amour, quand il n'est pas seulement une source de croyance et de superstition.
    Des croyances et superstitions que l'époque actuelle essaye de faire disparaître en réhabilitant le loup dans l’opinion publique. Les religions européennes étant lointaines, les contes pour enfants ou encore certains travaux de zoologues participent effectivement à améliorer son image.

    "Du XV au XVIII siècle, les loups constituent partout, ou presque, un fléau, et leurs victimes ne sont plus seulement des moutons ou des chèvres, comme dans l'Antiquité ; ce sont des enfants, voire des adultes lorsque sévit la rage. Tous documents d'archives, tous les registres paroissiaux, toutes les chroniques, l'affirment et le confirment : sous l'Ancien Régime, lorsque certaines circonstances sont réunies - hivers interminables, famines épidémies, guerres - les loups attaquent les humains et mangent les cadavres des soldats. le nier, comme le font aujourd'hui certains éthologues et zoologues, est malhonnête." P.107

    Les religions lointaines, OK. Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous ai dit cela.
    Tout simplement parce que le contexte a énormément joué dans la peur ou la méfiance du loup. Et la religion n’y est bien sûr pas étrangère avec ses écrits comparatifs, ou encore avec la chasse au loup-garou qui se fait en même temps que la chasse aux sorcières dès la fin du Moyen-âge. Toutefois, Michel Pastoureau va montrer comment la conjoncture joue aussi sur la peur du loup.
    En effet, l'auteur a remarqué que les crises climatiques, agricoles, sociales, favorisent cette peur, puisque la faim les fait rôder proche des villes et villages, et les rend particulièrement féroces. Ce qui lui permet d’affirmer cela, c’est aussi le fait que pendant deux siècles (12 et 13ème) la peur du loup semble diminuer avant de revenir vers la fin de l'époque médiévale. Ces deux siècles correspondant effectivement a une accalmie, puisque cette période est marquée par une reprise de la culture, la puissance des villes… avant que la guerre de 100 ans, le retour de la peste et le schisme d’occident renversent toute cette stabilité. Tout ça dès le 14ème siècle. Ils ont été gâtés à l’époque !

    Temporel, spirituel, conjoncturel, mythique, littéraire, voilà donc le panel d'approche que propose ce livre. Tout cela est certes parfait, mais avant de finir je dois dire que ce livre possède un autre petit atout : l'auteur va aborder rapidement ses autres domaines de recherche comme sur les couleurs. Ceci va lui permettre de battre en brèche des petites choses avancées par des psychanalystes tarés sur les contes, mais aussi chemin faisant, nous donner l'envie de lire ses autres livres sûrement tous aussi passionnants (ça tombe bien, j’en ai trois autres sous la main).

    En résumé, c’était une lecture très enrichissante. Autant visuellement qu'en connaissance. L’auteur nous donne pour l’Europe la longue évolution du loup dans les divers supports d’expression, en abordant tant le côté légendaire que scientifique d’époque, sans oublier l'époque contemporaine. Un livre à lire donc, et à lire sans peur de se faire croquer.

  • add_box
    Couverture du livre « Suzanne préfère le rouge » de Michel Pastoureau et Laurence Le Chau aux éditions Privat

    stephanie tranchant sur Suzanne préfère le rouge de Michel Pastoureau - Laurence Le Chau

    L’album est drôle (manger de l’abricot peur s’avérer très rigolo), intelligent et parfaitement à l’image de l’univers des bambins.

    J’aime l’histoire et j’adore les illustrations de Laurence Le Chau qui, comme pour le texte, cachent sous la simplicité beaucoup de symbolique pour aborder avec...
    Voir plus

    L’album est drôle (manger de l’abricot peur s’avérer très rigolo), intelligent et parfaitement à l’image de l’univers des bambins.

    J’aime l’histoire et j’adore les illustrations de Laurence Le Chau qui, comme pour le texte, cachent sous la simplicité beaucoup de symbolique pour aborder avec l’enfant l’idée d’être différent et de s’affirmer, et surtout pour aider à sortir des stéréotypes et clichés liés au sexe......................................
    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/michel-pastoureau-et-laurence-le-chau-suzanne-prefere-le-rouge