Michel Moutot

Michel Moutot
Michel Moutot, son co-auteur, est reporter de guerre à l'AFP depuis 1985. Actuellement en charge du terrorisme, il fut lauréat du prix Albert Londres 1999 pour son récit de la tragédie du Kosovo.

Avis sur cet auteur (14)

  • add_box
    Couverture du livre « Séquoias » de Michel Moutot aux éditions Seuil

    Michèle FINANCE sur Séquoias de Michel Moutot

    Un beau roman d'aventure qui fait du bien, nous entraîne loin, dans un monde étonnant où l'homme est fort, courageux et parfois victorieux. Après les Indiens de Ciel d'acier, Michel Moutot s'attaque aux chasseurs de baleines et nous parle de ruée vers l'or et de conquêtes. Un très bon moment de...
    Voir plus

    Un beau roman d'aventure qui fait du bien, nous entraîne loin, dans un monde étonnant où l'homme est fort, courageux et parfois victorieux. Après les Indiens de Ciel d'acier, Michel Moutot s'attaque aux chasseurs de baleines et nous parle de ruée vers l'or et de conquêtes. Un très bon moment de lecture et une promenade fascinante de l'île de Nantucket jusqu'en Alaska.
    De quoi se remplir la tête d'images magnifiques !

  • add_box
    Couverture du livre « Séquoias » de Michel Moutot aux éditions Seuil

    Mimosa sur Séquoias de Michel Moutot

    Une épopée très documentée!Malouine de coeur,je me suis accrochée aux premières pages rudes sur la vie à bord! puis le voyage des 3 frères sur le bateau paternel,le Freedom,le bien nommé nous conduit via le Cap horn à San Francisco:personnages hauts en couleurs,péripéties tragiques,une pointe de...
    Voir plus

    Une épopée très documentée!Malouine de coeur,je me suis accrochée aux premières pages rudes sur la vie à bord! puis le voyage des 3 frères sur le bateau paternel,le Freedom,le bien nommé nous conduit via le Cap horn à San Francisco:personnages hauts en couleurs,péripéties tragiques,une pointe de romantisme,Mercator nous embarque dans sa destinée.Pas de ruée vers l'or pour lui ,mais le commerce des séquoias,la réussite est au bout du chemin .On apprend beaucoup sur cette époque ,passionnante,pleine d'aventures sans complaisance pour l'homme blanc .Tous les immigrés n'auront pas la même réussite!Addictif ,ce livre se lit presque d'un trait 500 et quelques pages quand même,si les dernières pages nous instruisent sur l'utilité de l'ambre à notre époque et nous ramène à Nantucket,elles n'ajoutent(à mon avis) pas grand chose à ce livre d'aventures captivant,enrichissant de bout en bout!

  • add_box
    Couverture du livre « Séquoias » de Michel Moutot aux éditions Seuil

    Musemania sur Séquoias de Michel Moutot

    Et voilà un livre qui a su me faire voyager sur les océans et à travers les époques. Tout commence sur l’île de Nantucket en 1832 pour se terminer en 2018, en Alaska.

    Il s’agit d’une véritable épopée à travers les membres de la famille Fleming, trois frères, fils de baleiniers au XIXème...
    Voir plus

    Et voilà un livre qui a su me faire voyager sur les océans et à travers les époques. Tout commence sur l’île de Nantucket en 1832 pour se terminer en 2018, en Alaska.

    Il s’agit d’une véritable épopée à travers les membres de la famille Fleming, trois frères, fils de baleiniers au XIXème siècle. Je ne compte pas en résumer plus l’histoire car cela serait un travail vraiment trop compliqué pour moi tant il se passe des choses sur près de 500 pages.

    L’auteur, Michel Moutot, parvient à vous donner l’impression que vous naviguez avec l’équipage sur les eaux déchaînées de l’Atlantique et ensuite, du Pacifique. Le récit est vraiment très bien documenté et on y apprend plein de choses : sur la chasse à la baleine (mais quelle horreur !) telle qu’elle se déroulait à l’époque, le contexte de la ruée de l’or aux États-Unis,… Je pense que l’auteur en connaît beaucoup sur ces sujets ou alors il est vraiment parvenu à me le faire croire tout du moins. Tout m’a semblé cohérent, réaliste et sans anachronismes même si ce ne sont pas mes sujets de prédilection, je dois bien l’avouer ;)

    Amoureuse des animaux, j’ai eu du mal avec la chasse aux baleines et cachalots et surtout les prises réussies. Bien entendu, je reste réaliste et continue à croire en la cruauté des êtres humains envers le monde animal. Je ne vis pas dans le monde des Bisounours et me doute bien que la chasse à la baleine doit être d’une cruauté sans nom. Malgré ces passages, j’ai lu ce livre comme un véritable récit d’aventures (un peu à la « Pirates des Caraïbes »). Le côté technique des descriptions n'est pas rébutant pour autant.

    Comme dit dans mon précédent article, les sagas familiales ne sont pas un thème que j’affectionne particulièrement mais quand c’est bien écrit et aussi divertissant qu’ici, j’en redemande. J’avoue avoir eu envie de progresser avec les personnages et savoir quelle allait être leur destinée. J’ai passé ainsi un très bon moment grâce à cette histoire qui m’a totalement déconnectée du quotidien. J’ai aimé découvrir l’Amérique de la sorte (Nantucket, les débuts de la cité qu’est devenue San Francisco, un peu plus sur l’histoire des Indiens,…). La partie concernant les français n'était pas utile selon moi mais il ne s'agit que de mon avis personnel.

    Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/11/last-but-not-least-il-sagit-du-dernier.html

  • add_box
    Couverture du livre « Séquoias » de Michel Moutot aux éditions Seuil

    sylvie Guével sur Séquoias de Michel Moutot

    La ruée vers l'or, ça vous parle ? Et bien Michel Moutot vous fait vivre cette épopée au plus prés de ses personnages, avec principalement Mercator Fleming, issu d'une lignée de chasseur de baleine.
    La nature tient aussi une grande place dans ce roman, les forêts étant alors immenses, quasiment...
    Voir plus

    La ruée vers l'or, ça vous parle ? Et bien Michel Moutot vous fait vivre cette épopée au plus prés de ses personnages, avec principalement Mercator Fleming, issu d'une lignée de chasseur de baleine.
    La nature tient aussi une grande place dans ce roman, les forêts étant alors immenses, quasiment vierges de coupes, d'où la beauté des Séquoias, pins, cyprès et autres essences sylvestres.

    Cette fièvre là a touché le monde entier et les hommes, principalement, de toutes conditions ont tout quitté pour un rêve de fortune. Mais les illusions de beaucoup seront vite mises à mal, car dans ce nouveau monde en construction que sont les USA en 1848, tous n'accéderont pas au rêve américain.

    J'ai vraiment aimé suivre les aventures du capitaine Mercator Fleming, qui lui fera sa fortune sans pioche ni batée; des passagers de son baleinier, dont une femme, qui emprunteront chacun des chemins bien différents.
    Et voir la naissance de la ville de San Francisco, port au début insignifiant, est assez impressionnant .

    Le seul reproche que je pourrais faire à l'auteur c'est que malgré les 500 pages du livre, je l'ai trouvé bien trop court. Il y a tellement de personnages passionnants, que beaucoup auraient mérité un plus grand développement.
    Mais ce fut un excellent moment de lecture.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !