Marie-Fleur Albecker

Marie-Fleur Albecker

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles (1)

Avis (6)

  • Couverture du livre « Et j'abattrai l'arrogance des tyrans » de Marie-Fleur Albecker aux éditions Aux Forges De Vulcain

    Mumu Dans le Bocage sur Et j'abattrai l'arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker

    Quel étrange premier roman ! Mêler langage et réflexions du XXIème siècle à une révolte du XIVème siècle….. Original et pourquoi pas après tout. Qu’importe les siècles, les révoltes sont souvent similaires…..

    Elle qui souffre le double fardeau de l’idéal pour lequel elle s’est battue et d’une...
    Voir plus

    Quel étrange premier roman ! Mêler langage et réflexions du XXIème siècle à une révolte du XIVème siècle….. Original et pourquoi pas après tout. Qu’importe les siècles, les révoltes sont souvent similaires…..

    Elle qui souffre le double fardeau de l’idéal pour lequel elle s’est battue et d’une révolte de femme qui paraît absurde à tous ceux qui l’ont entendue. Seule, entièrement. (p194)

    Trop d’impôts, trop de taxes, trop d’injustices…. Cela ne vous rappelle rien, être femme, subir les injustices dues à votre sexe, tiens tiens, cela me rappelle aussi quelques luttes.

    Et pourtant ce premier roman de Marie-Fleur Albecker, sorti bien avant certains mouvements actuels, trouve un écho dans l’actualité. Ce roman est le cri d’une femme Johanna Ferrour, violée par son premier mari puis remarié à William, paysan, ils vont se mêler tous les deux à la révolte qui eut lieu en 1381 en Angleterre, contre des taxes et impôts injustes, révolte menée en autres par John Ball, qui finira par un semblant de compromis et l’exécution des principaux meneurs.

    L’autrice aurait pu utiliser un langage de l’époque, en vieux français (difficile à comprendre) mais a choisi, et surtout dans les deux premières parties, d’utiliser une narration avec les mots et expressions de notre siècle…. Une immersion totale dans les défilés, dans les manifestations, donnant le sentiment parfois de ne plus savoir de quelle époque il s’agit

    Ah mais oui, bien sûr, parce que quand tu as appris à fermer ta gueule toute ta vie et que tu risques une accusation de sorcellerie rien que parce que tu dis tout haut ce que tu penses tout bas, c’est juste que tu es une caractérielle qui fait la gueule. Pour une fois, au lieu de hurler « OUAIS CONNARD ET LA PROCHAINE QUE TU DEMANDES JE TE BOUFFE LE NEZ DIRECT IL VA PAS RESTER GRAND-CHOSE DE TOI ET DE TA PETITE QUEUE ! (p119)

    Alors c’est vrai que cela dépayse, une page d’histoire avec un langage pas toujours châtié mais vrai, peut-être finalement, à quelques détails près, celui utilisé à cette époque, en tout cas langage adapté et qui reflète l’ambiance et la colère qui peuvent régner quand le peuple n’en peut plus !

    Que de combats doit mener Johanna ! Etre femme au XIVème siècle n’est pas une sinécure… Alors vouloir se mêler aux hommes, vouloir tenir sa place, revendiquer des droits alors que vous n’avez que celui de vous taire, de travailler et d’assurer le bon vouloir de l’homme…. Elle se retrouve finalement en première ligne, n’hésite pas à élever la voix, à affirmer ses choix, le temps d’un combat, d’une lutte, avoir le sentiment d’exister.

    Le récit se compose de quatre parties : la mise en route et la marche de ces paysans, un état des lieux de l’époque et des différents personnages. Ensuite les victoires du fait du nombre, de l’entente, des rencontres. L’union fait la force mais Johanna va vite apercevoir les limites et les débordements qui vont la faire basculer, elle aussi, dans la violence. Elle fait preuve de lucidité sur l’issue du combat et des gens qui l’entourent. Elle sait lire dans les regards des puissants mais aussi de ses concitoyens, intuition féminine.

    J’ai trouvé amusant de donner, dans la troisième partie la parole aux différents protagonistes, se révélant finalement tels qu’ils sont, bas les masques :

    Incroyable quand même, que ça ait persisté, enfin je veux dire, les seigneurs sont au fond des gens compétents dans l’ensemble, c’est pour ça qu’ils sont en poste, non ? Enfin bref, il faut ajuster des trucs, c’est sur, mais tout ça me semble un peu extrême, un peu too much. (…) Parce que faut pas se faire d’illusion, ça va saigner. Faut que je trouve un moyen discret de me barrer dès que possible (p133)

    On y retrouve également les grands maux de notre société actuelle (rien ne change) : injustice sociale mais aussi rivalité commerciale entre petits commerçants et flamands puissants, entre autres.

    En prenant une révolte vieille de 700 ans, Marie-Fleur Albecker, professeur d’histoire géographie, utilise une autre façon de raconter l’Histoire qui fait miroir avec le présent. Sûrement que ce style peut plaire et je le trouve judicieux surtout pour un public plus aguerri à ce franc-parler mais pour moi cela a été un peu plus ardu, lassant.

    J’ai failli abandonner à la moitié du récit, puis j’ai pensé que la démarche était malgré tout intéressante, innovante et totalement en adéquation avec l’histoire, avec le contexte.

    Evidemment le combat féminin tient une grande place, demander justice sociale ne peut faire oublier l’égalité des sexes et Johanna envoie du lourd.

    En ouvrant ce livre vous entrez dans une sorte « d’expérience » d’écriture, réussie mais qui n’emporte pas, pour moi, ma totale adhésion. Ce n’est pas une littérature que j’apprécie même, et c’est cela qui est ambigu, si je suis contente de l’avoir découvert et de l’avoir lu jusqu’au bout.

  • Couverture du livre « Et j'abattrai l'arrogance des tyrans » de Marie-Fleur Albecker aux éditions Aux Forges De Vulcain

    Rose Ramettes sur Et j'abattrai l'arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker

    « Et j’abattrai l’arrogance des tyrans » est un titre qui nous indique clairement de quel côté de la barrière va se trouver notre héroïne. Johanna une femme au moyen âge en Angleterre va se retrouver emportée par sa conscience dans cette révolte des paysans, serfs. La révolte et la soif de...
    Voir plus

    « Et j’abattrai l’arrogance des tyrans » est un titre qui nous indique clairement de quel côté de la barrière va se trouver notre héroïne. Johanna une femme au moyen âge en Angleterre va se retrouver emportée par sa conscience dans cette révolte des paysans, serfs. La révolte et la soif de justice est déjà en elle.

    La narration va de Johanna, donc de l’individu à la collectivité, ce va et vient de particulier au général fait écho au mouvement social et physique. On va suivre cette femme qui se lance dans l’aventure où nul ne se rend vraiment compte de ce qui va advenir, ils vont se laisser déborder par les événements. Cela part d’une injustice qui concerne la liberté d’aller travailler où l’on veut. Au temps du servage c’est inconcevable. Il y a toute une hiérarchie féodale qui gère la vie des hommes et des bêtes. La grogne va toucher aussi les impôts trop importants.

    En chemin elle va rencontrer des hommes dont le nom va passer à la postérité comme John Ball. A ce sujet je vous conseille de voir un autre point de vue complémentaire sur cette période dans « John Ball » de William Morris publié aussi aux Forges de Vulcain.

    Johanna est un personnage fictif, mais de toute façon aucune femme n’a laissé de trace de cette période là.

    Marie-Fleur Albecker ni va pas avec le dos de la cuillère, elle est plutôt du genre incisif, la fourche est plus appropriée pour symboliser la paysannerie et la révolte. Le langage est plutôt actuel, elle nous plonge dans ces années là avec la langue d’aujourd’hui pour rendre plus parlant les questionnements des ses hommes et femmes. Elle utilise des images très significatives et des expressions très fleuries. Elle emploi une langue acérée mais très travaillée.

    C’est un roman dans la lignée de certains romans de la maison d’édition « Aux Forges de Vulcain ». Des gens à la croisée des chemins qui revendiquent leur façon de voir la société en employant les grands moyens. L’humour provocateur et satyrique renforce le côté iconoclaste.

    Je me suis régalée, ce mélange de provocation par la langue et de travail documentaire qui crée les fondations de cette histoire. Elle donne le droit à une femme du « peuple » de penser, sans en faire une copie de Jeanne d’Arc bien au contraire.

    Johanna s’inquiète de cette petite voix intérieure qui la pousse à vouloir une meilleure vie. Une femme qui exprime les pensées est vite taxée de sorcière. Ce roman met l’accent sur les barrières mentales qui cloisonnaient les gens.

    Il y a le village puis le chemin, l’immobilisme et le mouvement, dans tous les sens physique et moral. On passe de l’isolement et la population maintenue dans l’ignorance et dans un lieu retreint vers la sortie de sa « zone de confort autorisée» pour aller vers l’autre, et vers d’autres façons de penser l’avenir.

    Dans la structure de la narration on retrouve ce crescendo de quelque chose de spontané vers quelque chose de plus structuré. J’ai trouvé intéressant que Johanna fasse le distingo entre la révolte et la révolution.

    On découvre aussi la géographie de l’Angleterre de l’époque, c’est très visuel, Marie-Fleur Albecker nous remet dans le contexte avec la place de Londres, de la Tamise et des difficultés pour atteindre le but physiquement. Elle sous resitue aussi le contexte politique et la place de chaque personnage politique de l’époque. Où aller et à qui s’adresser…

    Ce que j'ai beaucoup aimé ce sont ces digressions qui donnent un plus à la narration .

    Je vous laisse découvrir ce roman passionnant et dynamique qui donne envie de bouger et de s’exprimer.

  • Couverture du livre « Et j'abattrai l'arrogance des tyrans » de Marie-Fleur Albecker aux éditions Aux Forges De Vulcain

    Dominique Sudre sur Et j'abattrai l'arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker

    1381 en Angleterre, la grande peste et la guerre de cent ans ruinent le pays, les paysans vont devoir payer un nouvel impôt. Alors la rage éclate, car écrasés de taxes et d’impôts divers ils arrivent tout juste à survivre. La révolte éclate, serfs, paysans, par milliers de pauvres ères quittent...
    Voir plus

    1381 en Angleterre, la grande peste et la guerre de cent ans ruinent le pays, les paysans vont devoir payer un nouvel impôt. Alors la rage éclate, car écrasés de taxes et d’impôts divers ils arrivent tout juste à survivre. La révolte éclate, serfs, paysans, par milliers de pauvres ères quittent leurs régions de l’Essex et du Kent armés de haches et de gourdins à l’assaut de Londres et de la garde du Roi Richard – le deuxième du nom, un roi à peine âgé de quatorze ans – pour demander l’annulation de la loi scélérate.
    Dans cette foule, il y a aussi des hommes plus instruits qui mènent les troupes, mais également Johanna Ferrour. Une jeune femme d’à peine trente ans, mariée à un homme plus âgé, avec qui elle vit une relation qui, si elle n’est pas d’amour et de folie douce, est pour le moins harmonieuse. Mais Johanna décide de se battre aux côtés des gueux avec son époux William, pour demander justice et réparation pour ces inégalités, pour ces affronts endurés par des générations de paysans dociles et exploités. Elle part cheveux aux vents quand toute femme qui se respecte porte un foulard sur la tête, reste au foyer et ne demande ni ne prend surtout pas la parole… La suite on s’en doute sera épique et combative…
    Ce que j’ai aimé ? Sans doute ce qui m’a au départ le plus déroutée, ce langage si moderne qu’on oublie forcément qu’il s’agit de la narration d’un fait historique. L’auteur nous entraine dans le présent, dans ses références, son langage, son argot aussi et ses situations.

    Lire la chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2018/11/07/et-jabattrai-larrogance-des-tyrans-marie-fleur-albecker/

  • Couverture du livre « Et j'abattrai l'arrogance des tyrans » de Marie-Fleur Albecker aux éditions Aux Forges De Vulcain

    Valerie Brz sur Et j'abattrai l'arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker

    J'ai adoré le titre et le style de la couverture explicite à souhait .Içi ,les "H" ne sont pas aspirés et les "poings" ne terminent pas les phrases.
    On est dans une belle idée de révolte justifiée,de colère trop longtemps contenue où l'envie d'égalité et de justice sert de porte drapeau.
    Avec...
    Voir plus

    J'ai adoré le titre et le style de la couverture explicite à souhait .Içi ,les "H" ne sont pas aspirés et les "poings" ne terminent pas les phrases.
    On est dans une belle idée de révolte justifiée,de colère trop longtemps contenue où l'envie d'égalité et de justice sert de porte drapeau.
    Avec "la"Marie-Fleur au fusil et la rage au ventre (bafoué) ,on suit Johanna,une paysanne au caractère volcanique ,qui entrevoit dans cette révolution là une autre mise à plat :celle de l'égalité homme -femme et c''est ironiquement qu'on réalise à l'acmé de la lutte que cette égalité là est toujours tributaire d'une association obligatoire et qu'elle n'a malheureusement pas fini son combat .
    C'est dans un style à bout de souffle et scandé au rythme des pas vers la bataille que l’écrivain nous livre une rage de vivre et un étourdissement parfois dissipé de questions bouillonnantes sur l'envie de justice avec un grand "J" comme "J'y arriverais" . Et elle y arrive !
    On termine exténué(e) et on retombe abasourdi(e) par une réalité cruelle et sans pathos où les faits effacent l'effet ,où l’infâme et la femme sont trop souvent associés ,où les princes ne viennent pas vous chercher ,où la condition des masses laborieuses n'a pas encore fini de creuser ce sillon dans lequel on veut souvent l'enterrer.
    Un beau livre tout rouge gravé Aux forges de Vulcain qui forgent patiemment les outils de demain .

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com