Marc Bourgne

Marc Bourgne
Marc Bourgne est né en 1967. Le Grand Nord américain l'inspire : c'est l'Alaska qui est le décor de sa première série Être libre / Dernière Frontière et également de Frank Lincoln. Il est l'auteur d'albums aux thèmes historiques ainsi que de nombreuses BD publicitaires. Il a été illustrateur pour... Voir plus
Marc Bourgne est né en 1967. Le Grand Nord américain l'inspire : c'est l'Alaska qui est le décor de sa première série Être libre / Dernière Frontière et également de Frank Lincoln. Il est l'auteur d'albums aux thèmes historiques ainsi que de nombreuses BD publicitaires. Il a été illustrateur pour la Bibliothèque Verte et pour la collection « Z'azimut ». Après avoir dessiné quatre tomes de Barbe-Rouge sur des scénarii de Christian Perrissin, il reprend le dessin de Voyageur pour le cycle « Présent ». Il a écrit les scénarii de L'Été 63, Le Dernier des Mohicans (pour Uderzo) et Les Pirates de Barataria. Récemment, Marc a dessiné le tome 5 de IR$ All Watcher.

Avis sur cet auteur (10)

  • add_box
    Couverture du livre « Le sentier de la guerre T.1 ; fort Buford » de Marc Bourgne et Didier Pagot aux éditions Glenat

    Lionel Arnould sur Le sentier de la guerre T.1 ; fort Buford de Marc Bourgne - Didier Pagot

    Chronque précedemment parue sur le blog www.sambabd.net


    Je ne sais trop quoi vous dire… Le pitch est intéressant (bien qu’inexact… l’action débute en 1868 et non 1864… et ce n’est pas si anodin que cela car en 68 la Guerre de Sécession est terminée depuis 3 ans, alors qu’en 64 on est encore...
    Voir plus

    Chronque précedemment parue sur le blog www.sambabd.net


    Je ne sais trop quoi vous dire… Le pitch est intéressant (bien qu’inexact… l’action débute en 1868 et non 1864… et ce n’est pas si anodin que cela car en 68 la Guerre de Sécession est terminée depuis 3 ans, alors qu’en 64 on est encore en plein dedans… J’avoue avoir toujours un peu de mal avec les résumés éditeurs qui tendent à prouver qu’eux-mêmes n’ont pas lu la BD… Fin de l’énorme parenthèse) mais l’action et la protagoniste n’ont finalement que peu de relief. Cela commence avec l’acceptation de Diane par la tribu Lakota qui se fait un peu trop facilement à mon goût. Et puis son personnage est par ailleurs trop « parfait ». C’est une ravissante jeune fille qui possède à la fois un don pour la peinture et un grand cœur. Ce dernier organe symbolique la pousse même à se rebeller contre son milieu et sa condition sociale privilégiée pour aller vivre parmi les indiens menacés d’une extinction aussi bien physique que culturelle. Et, comme si cela ne suffisait pas, elle est toujours prête à défendre la veuve et l’orphelin indien quitte à se sacrifier, le tout, en ne se plaignant jamais des rustres conditions de l’Ouest américain… Sans relief vous disais-je…

    Pour le reste, j’ai apprécié la vaine tentative de présenter le contexte de cette conquête de l’Ouest qui, à coup de traités bafoués et guerres bactériologiques (les fameuses couvertures infestées de variole) ou conventionnelles, ont terminé l’entreprise de colonisation du territoire nord-américain par les blancs. J’écris « vaine tentative » car, avec toute la meilleure volonté du monde, je ne crois pas que l’on puisse résumer et expliquer les mécanismes de cette quasi-annihilation des peuples précolombiens d’Amérique du Nord par quelques dialogues, aussi bien vulgarisés soient-ils, entre deux personnages d’une BD. Tout au plus, comme les auteurs le font ici, on peut évoquer quelques faits historiques marquants, mais cela ne va guère plus loin.

    Côté dessin, c’est pareil, un peu mi-figue mi-raisin… (nouvelle parenthèse car je suis un peu embêté avec cette expression étant donné que j’apprécie à la fois les figues et le raisin…). Sentier de la Guerre 2Je n’ai pas trop aimé les traits des visages et, dans quelques cases (très peu, pour être franc), les attitudes un peu trop statiques des personnages. La mise en couleur non plus n’est pas à mon goût. Trop de dégradés numériques et de ciels bleus photographiques collés en arrière-plan. En revanche, je trouve les décors de très bonne facture (de nombreuses cases panoramiques très bien réalisées). Certaines scènes d’action impliquant de nombreux personnages ont elles aussi manifestement fait l’objet d’une attention particulière et le résultat s’en ressent clairement. C’est juste dommage que ça ne semble pas être le cas de toute la BD…

    En tout cas, à moins qu’elle ne s’améliore drastiquement, cette BD n’est pas spécialement un indispensable dans une bibliothèque. Mais ce n’est que mon humble avis…

  • add_box
    Couverture du livre « Michel Vaillant - nouvelle saison T.6 ; rébellion » de Marc Bourgne et Denis Lapiere et Philippe Graton et Benjamin Beneteau aux éditions Dupuis

    Jean-Paul Degache sur Michel Vaillant - nouvelle saison T.6 ; rébellion de Marc Bourgne - Denis Lapiere - Philippe Graton - Benjamin Beneteau

    Le deuil frappe la famille Vaillant. On n’est pas habitué à ces images très noires dans les albums de Michel Vaillant. C’est d’autant plus justifié qu’une fracture coupe la famille en deux.

    Marc Bourgne et Benjamin Benéteau démontrent leur grand talent de dessinateurs alors que Philippe...
    Voir plus

    Le deuil frappe la famille Vaillant. On n’est pas habitué à ces images très noires dans les albums de Michel Vaillant. C’est d’autant plus justifié qu’une fracture coupe la famille en deux.

    Marc Bourgne et Benjamin Benéteau démontrent leur grand talent de dessinateurs alors que Philippe Graton et Denis Lapière rivalisent d’imagination pour corser le scénario, allant de rebondissement en rebondissement.
    Pourtant, la compétition automobile reprend le dessus avec des essais pour les 24 H du Mans. Jean-Michel est très nerveux, ne supporte aucune contrariété, surtout l’absence de Jean-Pierre, son père. On apprend qu’une enquête est en cours, en Suisse… Cela devient intenable !
    Heureusement, débarque une belle fille rousse, Elsa Tainmont, une Québécoise, adepte des techniques orientales pour se ressourcer. C’est Steve Warson qui l’envoie pour être la coéquipière de Michel aux 24 H du Mans.
    Cette présence est d’autant plus insolite qu’Elsa se présente, au Mans, avec, dans les bras, Georges, son bébé qu’elle allaitera en pleine course ! Malgré ces sourires, les choses s’aggravent : jalousies, suspicion et… Rébellion.

    Quelle bagarre sur la piste du Mans mais quelle terrible fin !

    Vivement le prochain album !

  • add_box
    Couverture du livre « Michel Vaillant - nouvelle saison T.5 ; renaissance » de Marc Bourgne et Denis Lapiere et Philippe Graton et Benjamin Beneteau aux éditions Dupuis

    Jean-Paul Degache sur Michel Vaillant - nouvelle saison T.5 ; renaissance de Marc Bourgne - Denis Lapiere - Philippe Graton - Benjamin Beneteau

    La couverture de cet album est magnifique comme toutes les autres mais elle surprend car les bolides, au premier plan, roulent avec la Tour Eiffel au fond de l’image. Une course de Formule 1 en plein Paris ? Bien sûr que non ! C’est la Formule E comme Électrique qui permet de retrouver Michel...
    Voir plus

    La couverture de cet album est magnifique comme toutes les autres mais elle surprend car les bolides, au premier plan, roulent avec la Tour Eiffel au fond de l’image. Une course de Formule 1 en plein Paris ? Bien sûr que non ! C’est la Formule E comme Électrique qui permet de retrouver Michel Vailllant et Steve Warson sur le circuit de l’Eprix de Paris pour tenter de faire renaître le nom de Vaillante.

    Cette Renaissance est nécessaire, indispensable même car « Notre ADN c’est la compétition et c’est par la compétition que nous voulons renaître », affirme Françoise, l’épouse de Michel, devant Benjamin, le frère d’Henri.
    Inutile de le cacher, si l’on parle de renaissance c’est que tout va très mal : Vaillante n’existe plus ! C’est pourquoi, brusquement, nous voilà au cœur de l’Afrique, en République Démocratique du Congo. Michel Vaillant est là, en polo rouge et pilote un camion sur une piste complétement défoncée. Un grave accident blesse très grièvement un homme, Ambroise, et Michel, toujours prêt pour l’exploit fait parler ses talents de pilote. Il sauve Ambroise en le conduisant en un temps record à l’hôpital de Goma. Les images sont fortes, très colorées.
    Ce sont ensuite les WRIIIIIIIIIIII et les WHOOSHHH du EPrix de Paris où Michel retrouve le goût de la course pendant que Patrick, son fils, et Jean-Michel, son neveu, jonglent avec les logiciels. On croise des noms connus comme Senna, Prost, Piquet, mais ce sont les fils des champions de la Formule 1, pilotes qui courent vraiment des EPrix.

  • add_box
    Couverture du livre « Michel Vaillant - nouvelle saison T.4 ; collapsus » de Marc Bourgne et Denis Lapiere et Philippe Graton et Benjamin Beneteau aux éditions Dupuis

    Jean-Paul Degache sur Michel Vaillant - nouvelle saison T.4 ; collapsus de Marc Bourgne - Denis Lapiere - Philippe Graton - Benjamin Beneteau

    Pourquoi Jean-Pierre Vaillant, le frère de Michel, offre-t-il un cadeau de valeur à Agnès, son épouse, alors qu’il part pour l’aéroport, prendre l’avion pour Genève avec Evelyne, sa collaboratrice ? Est-ce que c’est parce qu’il va réaliser la plus grosse opération financière jamais effectuée par...
    Voir plus

    Pourquoi Jean-Pierre Vaillant, le frère de Michel, offre-t-il un cadeau de valeur à Agnès, son épouse, alors qu’il part pour l’aéroport, prendre l’avion pour Genève avec Evelyne, sa collaboratrice ? Est-ce que c’est parce qu’il va réaliser la plus grosse opération financière jamais effectuée par Vaillante ? Peut-être, car Jean-Pierre est très nerveux.

    Avec cet album, l’histoire de la famille Vaillant entre dans une phase critique dont il ne faut rien dévoiler sous peine de tuer tout suspense. L’essentiel se passe dans des salons ou dans une chambre d’hôtel, sous le signe de la mondialisation.

    Philippe Graton, Denis Lapière, Marc Bourgne et Benjamin Benéteau nous rappellent au passage que Jean-Pierre fut le pilote sans visage, dans le second tome de la grande saga, il y a bien longtemps…

    La couleur rouge domine plusieurs pages et ce n’est pas de la course automobile. La seule poursuite en voiture de l’album est entre… mais n’en disons pas plus sur ce Collapsus !