Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Luc Blanvillain

Luc Blanvillain
Professeur de lettres et passionné de lectures, Luc Blanvillain s'est rapidement spécialisé dans les romans jeunesse. Il a été publié par de nombreux éditeurs : Milan poche, Plon, L'école des loisirs, Le Seuil, Hachette.

Articles en lien avec Luc Blanvillain (6)

Avis sur cet auteur (63)

  • add_box
    Couverture du livre « Pas de souci » de Luc Blanvillain aux éditions Quidam

    danielle Cubertafon sur Pas de souci de Luc Blanvillain

    Parlons en de la morosité surtout en ce moment dans notre vie actuelle , sur tout se qui se passe , santé, vie, guerre, etc ...on a de quoi être morose parfois un livre à decouvrir avec plaisir

    Parlons en de la morosité surtout en ce moment dans notre vie actuelle , sur tout se qui se passe , santé, vie, guerre, etc ...on a de quoi être morose parfois un livre à decouvrir avec plaisir

  • add_box
    Couverture du livre « Pas de souci » de Luc Blanvillain aux éditions Quidam

    Madame Tapioca sur Pas de souci de Luc Blanvillain

    Luc Blanvillain est un écrivain espiègle. Après « Le répondeur » qui était une merveille de malice (notez qu’il vient de sortir en poche), son nouveau roman met à nouveau en mots l’air du temps et les petites tares de notre société.

    Chloé a 30 ans et mis à part qu’elle n’arrive pas à se fixer...
    Voir plus

    Luc Blanvillain est un écrivain espiègle. Après « Le répondeur » qui était une merveille de malice (notez qu’il vient de sortir en poche), son nouveau roman met à nouveau en mots l’air du temps et les petites tares de notre société.

    Chloé a 30 ans et mis à part qu’elle n’arrive pas à se fixer amoureusement, que l’avenir de la planète est angoissant, sa vie est tout ce qu’il y a de plus banal et de lisse. Un job d’audiodescriptrice, des parents même pas divorcés, zéro problème. Cela n’empêche pas la crise de la trentaine. Elle va donc consulter une thérapeute qui rapidement insinue que ses parents lui cachent un lourd secret.

    Ou comment se créer des problèmes quand on en a aucun ! Chloé va vouloir découvrir à tout prix son trauma, trouver le truc dans son enfance qui explique son mal de vivre.
    Cette histoire va bien sûr dérailler, pour le plus grand plaisir du lecteur. Sa quête va entraîner mensonges, quiproquos et autres situations réjouissantes jusqu’au dénouement qui tutoie le thriller.

    Humour, cynisme, désenchantement, clairvoyance…. c’est auteur est un petit malin qui sait inventer des histoires à plusieurs dimensions. Il y a ici autant de couches que dans un oignon ! En tout cas ça pique, ça mouche et à la fin de l’envoi, ça touche.
    Un véritable régal, comme si on avait mixé la série « En thérapie » avec un film de Bacri-Jaoui.

  • add_box
    Couverture du livre « Pas de souci » de Luc Blanvillain aux éditions Quidam

    Evlyne Léraut sur Pas de souci de Luc Blanvillain

    Que serions-nous sans le secours de ce qui n’existe pas ? Paul Valéry. 
    Moderne, subtil, irrésistible, « Pas de souci » et sous ses faux airs, un adage : « Apprendre à toujours se méfier » à l’instar de Prosper Mérimée.
    Judicieux, trépidant, ce roman est un antidote à la morosité. Luc...
    Voir plus

    Que serions-nous sans le secours de ce qui n’existe pas ? Paul Valéry. 
    Moderne, subtil, irrésistible, « Pas de souci » et sous ses faux airs, un adage : « Apprendre à toujours se méfier » à l’instar de Prosper Mérimée.
    Judicieux, trépidant, ce roman est un antidote à la morosité. Luc Blanvillain est un marionnettiste de renom qui tire les ficelles, personnages en action. Le rythme soulève la poussière sous le tapis. L’heure est triomphante, captivante, un peu rebelle. Qu’importe les retombées, la chute sera terrible.
    L’histoire enfle dans un crescendo qui prend son temps. Tout est calculé, parfait et grandiose.
    Dans ce livre, deux familles gravitent. Véronique et Jean-Charles, parents de Chloé et Cécile et Laurent, parents de Maxime. Dans un pas de côté, Patricia, aide à domicile et Gérard, anti-héros, loser et un peu voire beaucoup filou et c’est peu dire, dévoré de sentiments pour Patricia. Les deux familles sont scellées. Éprises et fusionnelles, dans un entendu qui coule de source en quelque sorte. Maxime et Chloé se connaissent depuis leur plus tendre enfance. Les mères sont alliées et confidentes, les pères, mode action, sport commun, foulées de paroles, cadence siamoise. Ils ont déménagé dans un même tempo de Vinteuil-sur-Iton pour rejoindre la capitale. Chloé est l’élément déclencheur. Celle par qui, les murs fondateurs vont vaciller. Chloé est en analyse. Elle rencontre une thérapeute.
    « Sur sa vidéo YouTube, la thérapeute sympa présentait ses méthodes avec franchise et naturel… Oui, en vrai, oui, je pense que je souffre un peu… Ses larmes, en lui confirmant le bien-fondé de la consultation, la rassurèrent et lui permirent d’exprimer par saccades quelques-unes de ses difficultés existentielles. »
    La thérapeute appui là où ça fait mal. Ses dires vont percer les pages de ce récit. Nous sommes dans une double lecture. Une trame contemporaine, flirtant entre le raisonnable et les psychologies dévorantes et sournoises. « Vos parents vous cachent quelque chose. » Chloé s’interroge. Elle cherche et rassemble l’épars d’un ordinaire bien trop tranquille pour être honnête. Sous les faux-semblants, les conventions, tout est normal et simple. Peut-être l’arbre que cache la forêt ?  « Elle était persuadée qu’aux yeux d Maxime comme aux siens, leurs six cœurs étaient transparents, leurs six vies parallèles. »
    Quel est ce secret ? Chloé mène son enquête. Trouve son exutoire dans l’antre familial. Elle bouscule les codes, déplace les meubles, boude, joue à chat-perché. Ses parents cherchent ce secret, ce quelque chose de caché, mais quoi ? Les tiroirs s’ouvrent, claquent, les paroles des uns et des autres vont être révélatrices. Pour l’instant, elles ne sont qu’ombres chinoises, à peine effleurées. Entre le rire et la malice, la gravité des non-dits et des actes manqués, ce roman mélo-dramatique dans l’ombre d’un thriller déguisé est d’une haute intelligence. Dévorant et implacable, il prend le lecteur au sérieux. Nous sommes dans la cour des grands. Dans un décorum de psychologie, de sentiments, le relationnel est dévoilé avec plusieurs degrés de compréhension. Moderne et pétillant, une bulle de savon qui va éclater. Mais quelle prouesse , quel roman agité, délicieux comme un bonbon, sombre et intuitif. Sa morale est un tableau sociologique hors norme. Les hôtes des pages soudés dans le lever de rideau sur leur quotidien qui va (peut-être) vite être une épreuve. Ce livre est une pure délectation ! Sa maîtrise est une gageure. Ce genre de roman qui vous donne le sourire, tout en sachant que la littérature y est souveraine.
    Ce puzzle assemblé en pages finales est nos propres secrets enfouis tournés en dérision immanquablement. Il y a dans cette force d’écriture intrinsèque les nuances de nos habitus et de nos convictions . La confiance est parfois un as de pique. Lisez ce livre de suite, bientôt , dans vos nuits d’hiver frileuses et tourmentés, face à vos questionnements ou certitudes, c’est un livre salvateur. Après « Le répondeur » Luc Blanvillain nous offre un lâcher de crayons de couleur et que ça fait du bien ! Publié par les majeures éditions Quidam éditeur.

  • add_box
    Couverture du livre « Le répondeur » de Luc Blanvillain aux éditions Quidam

    voyages au fil des pages sur Le répondeur de Luc Blanvillain

    Baptiste est un jeune imitateur doué mais inconnu, sauf des rares spectateurs d'un obscur petit théâtre non subventionné. Sa vie prend un tournant aussi inattendu que radical le jour où Pierre Chozène assiste à son spectacle.

    Pierre Chozène, écrivain célèbre et reconnu, voudrait pouvoir se...
    Voir plus

    Baptiste est un jeune imitateur doué mais inconnu, sauf des rares spectateurs d'un obscur petit théâtre non subventionné. Sa vie prend un tournant aussi inattendu que radical le jour où Pierre Chozène assiste à son spectacle.

    Pierre Chozène, écrivain célèbre et reconnu, voudrait pouvoir se consacrer, se concentrer pleinement sur l'écriture de son prochain livre, le plus ambitieux, le plus personnel. Sans être sans cesse dérangé par les appels de journalistes, de son éditeur, de sa fille, de son ex, ou autres importuns. le grand écrivain a donc eu l'idée d'engager Baptiste pour répondre à sa place au téléphone, en se faisant passer pour lui. Un boulot improbable, mais que Baptiste accepte, en même temps que le téléphone portable de Chozène et un fichier des gens les plus susceptibles de l'appeler, chaque fiche étant annotée de quelques mots-clés censés aider Baptiste à appréhender l'entourage et l'univers de l'écrivain.

    La mission du jeune homme, forcé de s'immiscer dans la vie privée de Chozène sans presque rien en connaître, ne tarde pas à tourner au vaudeville. Gaffes, quiproquos, approximations, extrapolations, malentendus, la situation, difficile à gérer, dérape. D'autant que Baptiste tombe amoureux d'Elsa, la fille de Chozène. Bientôt les dégâts menacent d'être irréparables.

    Le roman démarre fort, drôle et caustique, rebondissant. Puis ça s'essouffle à mesure que Baptiste se pose des questions sur une possible relation avec Elsa. D'une satire d'une certaine littérature et de son monde, centrée sur Chozène, on passe en s'y engluant un peu à une bluette douceâtre dans laquelle Baptiste tient la vedette, au propre et au figuré.

    Globalement c'est divertissant, même si ça manque de mordant et de profondeur, et que le vocabulaire gagnerait à être moins recherché.