Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Laurent Gaudé

Laurent Gaudé

Né le 6 juillet 1972, Laurent Gaudé est un écrivain français diplômé en lettres. D’abord attiré par l’écriture théâtrale, il écrit en 1999 une première œuvre de théâtre, Combat de possédés, jouée dans plusieurs pays.  Sa seconde pièce, Onysos le Furieux, est écrite en 10 jours seulement. C’est en...

Voir plus

Né le 6 juillet 1972, Laurent Gaudé est un écrivain français diplômé en lettres. D’abord attiré par l’écriture théâtrale, il écrit en 1999 une première œuvre de théâtre, Combat de possédés, jouée dans plusieurs pays.  Sa seconde pièce, Onysos le Furieux, est écrite en 10 jours seulement. C’est en 2002 que Laurent Gaudé rencontre un succès plus important avec son roman La Mort du roi Tsongor, qui remporte le prix Goncourt des lycéens et le prix des libraires. Deux ans après, le roman Le Soleil des Scorta est lui aussi récompensé par le prix Goncourt et le prix du jury Jean-Giono. Il est traduit en 34 langues.

L’auteur publie un roman tous les 2 ans environ. Parallèlement à son activité de romancier, Laurent Gaudé écrit différents types de textes, tels que des nouvelles, un album pour enfants, des scénarios, etc. En 2014, le roman Le Soleil des Scorta est illustré par le peintre Benjamin Bachelier.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Laurent Gaudé (5)

Avis sur cet auteur (251)

  • add_box
    Couverture du livre « Salina, les trois exils » de Laurent Gaudé aux éditions Actes Sud

    Sylvie ADAM BEAUCOURT sur Salina, les trois exils de Laurent Gaudé

    Salina est arrivée de nulle part et a été adoptée. Elle a eu une enfance heureuse et espérait être mariée à Kano, son ami de toujours. Ce mariage lui est refusé et elle subit les pires violences conjugales de par son mari, le frère de Kano. A la mort de celui-ci, elle est vouée à l'exil et va...
    Voir plus

    Salina est arrivée de nulle part et a été adoptée. Elle a eu une enfance heureuse et espérait être mariée à Kano, son ami de toujours. Ce mariage lui est refusé et elle subit les pires violences conjugales de par son mari, le frère de Kano. A la mort de celui-ci, elle est vouée à l'exil et va vivre comme une ermite dans le désert, élevant ainsi seule son enfant, pleine de haine et mûrissant sa vengeance. Jusqu'au jour où... Son histoire nous est racontée par son dernier fils, alors qu'elle vient de mourir. Il lui faut raconter la vie de sa mère et réussir à émouvoir les habitants d'un lieu magique et situé derrière la montagne. Alors seulement sa mère pourra reposer sereinement dans le cimetière qui lui ouvrira les portes. Une plume magnifique, pleine de poésie et d'amour.

  • add_box
    Couverture du livre « Paris, mille vies » de Laurent Gaudé aux éditions Actes Sud

    Sylvie ADAM BEAUCOURT sur Paris, mille vies de Laurent Gaudé

    Le temps d'une nuit, le narrateur se laisse guider par une ombre à travers Paris. le temps pour lui de retrouver d'abord ses propres morts, en particulier son père, qui s'est écrasé sur un trottoir après une chute de plusieurs étages. Puis ce sont les autres morts qui se réveillent et que Paris...
    Voir plus

    Le temps d'une nuit, le narrateur se laisse guider par une ombre à travers Paris. le temps pour lui de retrouver d'abord ses propres morts, en particulier son père, qui s'est écrasé sur un trottoir après une chute de plusieurs étages. Puis ce sont les autres morts qui se réveillent et que Paris a avalés, célèbres ou inconnus. On voit tout comme le narrateur, les images défiler. Celles qui ont fait l'Histoire de Paris. Et qui dit Histoire dit violence, sang, meurtres. Les époques se succèdent ainsi, sans transition et sans ordre chronologique. On ose même un rapprochement entre les jeunes du siècle de Villon et ceux de mai 68. Et pour tous ces morts, il faut des mots. C'est enfin bizarrement un hymne à la vie. Une balade hors du commun décrite avec beaucoup de poésie. Une plume enchanteresse.

  • add_box
    Couverture du livre « Chien 51 » de Laurent Gaudé aux éditions Actes Sud

    Elisavignon sur Chien 51 de Laurent Gaudé

    Ce roman de Laurent Gaudé ne ressemble pas à ses autres écrits, c’est un polar plein de poésie.
    Mais cela va plus loin encore.
    Dans un monde futur, la Grèce, en faillite, a été vendue à un puissant consortium. Lors de l’insurrection qui a suivi, Zem Sparak s’est battu pour la liberté puis il a...
    Voir plus

    Ce roman de Laurent Gaudé ne ressemble pas à ses autres écrits, c’est un polar plein de poésie.
    Mais cela va plus loin encore.
    Dans un monde futur, la Grèce, en faillite, a été vendue à un puissant consortium. Lors de l’insurrection qui a suivi, Zem Sparak s’est battu pour la liberté puis il a été forcé à trahir. On le retrouve trente ans plus tard, il est devenu « chien » c’est à dire policier.
    L’enquête suite à un meurtre se déroule dans un monde inquiétant, un monde de coercition, hyper connecté, « une dissolution totale de l’individu dans le grand projet commun ». Les citoyens-salariés sont devenus des cilariés surveillés par des drones. Tout désir de liberté a été maté. Les séquences effort obligatoires ont permis de construire des dômes comme protection contre les cyclones de plus en plus violents. Mais sur ces chantiers les hommes travaillaient comme des esclaves alors que les nantis restaient à l’abri.
    Pour échapper à cette réalité abjecte Zem se réfugie dans les images que lui procure la drogue Okios, des images du passé où il retrouve l’Athènes de sa jeunesse, le ciel bleu, la mer, les plages car il est devenu l’un des derniers gardiens des souvenirs.
    Le dernier châpitre de ce livre s’appelle Ithaque… L’odyssée d’Ulysse s’est terminée quand il a pu regagner son île, Zem choisit de partir pour rejoindre ses souvenirs.
    C’est un récit très fort, empli d’humanité, inquiétant et bouleversant à la fois.

  • add_box
    Couverture du livre « Chien 51 » de Laurent Gaudé aux éditions Actes Sud

    Madame Tapioca sur Chien 51 de Laurent Gaudé

    Laurent Gaudé est un menteur. Voilà des années qu’il nous fait croire qu’il écrit de la littérature « blanche » et du théâtre. Avec Chien 51, on découvre qu’il est un brillant auteur de polar et de dystopie. Il fait dans la littérature de genre et il le fait très bien. Rassurez-vous ça reste du...
    Voir plus

    Laurent Gaudé est un menteur. Voilà des années qu’il nous fait croire qu’il écrit de la littérature « blanche » et du théâtre. Avec Chien 51, on découvre qu’il est un brillant auteur de polar et de dystopie. Il fait dans la littérature de genre et il le fait très bien. Rassurez-vous ça reste du Gaudé avec son écriture subtile et son humanisme, avec certains de ses thèmes récurrents.

    En partant d’une réalité (la dette grecque) l’auteur invente un monde où la Grèce n’existe plus, elle a été démantelée et rachetée par GoldTex. Elle a été la première d’une longue liste. Aujourd’hui le monde est privatisé, il n’y a plus de nationalité. Son héros, Zem Sparak a quitté Athènes il y a 30 ans au moment de l’effondrement et comme nombre de ses concitoyens, il est parti vivre à Magnapole, la cité de GoldTex. Là, il habite et travaille comme flic en zone 3, la zone des laisser pour compte avec au fond de lui la nostalgie brulante de son pays. La découverte d’un corps va l’obliger à travailler en tandem avec la jeune inspectrice Salia Malberg de la zone 2.

    La trame policière est totalement addictive. L’univers futuriste est particulièrement fascinant et effrayant. Mais au-delà de tout ça, il va être question de trahison et surtout de mémoire. La mémoire, la verticalité du temps, l’identité, le moderne et l’antique, le mythique, la transmission, l’humanité en souffrance… pas de doute c’est bien Gaudé. Le décor change mais le fond est le même.
    Je n’ai pas envie de vous en dire plus parce qu’il faut vraiment découvrir par soi-même toutes les spécificités de ce monde et il serait dommage de spoiler les ramifications de l’enquête. J’ai pris un immense plaisir à la lecture de ce texte. J’en avais retardé la lecture depuis septembre parce que le résumé me laissait un peu froide. C’était une erreur.