Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Ken Liu

Ken Liu
Souvent comparé à Ted Chiang (mais en plus productif), Ken Liu s'affirme, récit après récit, comme la nouvelle petite merveille de la science-fiction américaine. Il était temps, est-on tenté d'affirmer, parce que des auteurs de ce calibre, qui n'hésitent pas à se confronter au réel pour accoucher... Voir plus
Souvent comparé à Ted Chiang (mais en plus productif), Ken Liu s'affirme, récit après récit, comme la nouvelle petite merveille de la science-fiction américaine. Il était temps, est-on tenté d'affirmer, parce que des auteurs de ce calibre, qui n'hésitent pas à se confronter au réel pour accoucher d'une littérature qui dit le monde tel qu'il est et tel qu'il pourrait être — l'essence même de la SF, ce qui la rend nécessaire —, dans la droite ligne d'un Greg Egan, en somme, il faut avouer que la SF d'aujourd'hui n'en accouche plus guère... Pour le reste, on précisera que notre jeune auteur, déjà auréolé de deux prix Hugo (ici réunis), est né en Chine, à Lanzhou, en 1976, et qu'il vit près de Boston (Massachusetts). Lorsqu'il n'écrit pas de fiction, il lui arrive de traduire en anglais de la SF chinoise. Voire d'exercer ses talents d'informaticien, ou même de juriste... A moins qu'il ne fasse tout cela en même temps. A l'heure ou paraîtra en France La Ménagerie de papier (recueil sans équivalant en langue anglaise), The Grace of Kings, son premier roman, paraîtra aux USA chez Simon & Schuster.

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Toutes les saveurs » de Ken Liu aux éditions Le Belial

    Grammejisser sur Toutes les saveurs de Ken Liu

    Une ode aux travailleurs chinois venus aux Amériques pour tenter leur chance lors de la ruée vers l'or. Là où règne l'individualisme, eux se regroupent pour faire bloc. Ils amènent leur savoir-faire, leurs légendes, leur cuisine. Loin de se retrancher, de s'isoler des populations, ils...
    Voir plus

    Une ode aux travailleurs chinois venus aux Amériques pour tenter leur chance lors de la ruée vers l'or. Là où règne l'individualisme, eux se regroupent pour faire bloc. Ils amènent leur savoir-faire, leurs légendes, leur cuisine. Loin de se retrancher, de s'isoler des populations, ils tentent de se fondre dans l'Amérique où règne le puritanisme, la peur de l'autre. Mais les yeux d'une enfant, dans ce coin de l'Idaho, vont faire chanceler les apprioris. Ken Liu tisse avec émotion ces reconversions dans une novella de l’Imaginaire empreinte de nostalgie. Loin des thèmes classiques. C'est là le talent du conteur.

  • add_box
    Couverture du livre « La ménagerie de papier » de Ken Liu aux éditions Le Belial

    Regine Zephirine sur La ménagerie de papier de Ken Liu

    Ce recueil, couronné du Grand Prix de l’imaginaire 2016, regroupe 19 nouvelles très différentes tant par leur univers que par leur thème. Ken Liu aborde l’humanité par des approches très diverses, ce qui aiguise la curiosité du lecteur.
    « La ménagerie de papier » qui donne son titre au livre,...
    Voir plus

    Ce recueil, couronné du Grand Prix de l’imaginaire 2016, regroupe 19 nouvelles très différentes tant par leur univers que par leur thème. Ken Liu aborde l’humanité par des approches très diverses, ce qui aiguise la curiosité du lecteur.
    « La ménagerie de papier » qui donne son titre au livre, est une petite merveille. En quelques pages, l’auteur nous parle de la perte de ses racines, des difficultés d’intégration et des relations mère-fils avec les difficultés qu’une langue, une culture autres peuvent provoquer. Cette nouvelle m’a profondément émue, et c’est, de loin, celle que je préfère. Il n’est donc pas surprenant qu’elle ait remporté trois prestigieux prix littéraires : World Fantasy, Hugo et Nebula.
    « Mono no aware » est le récit épique de cet enfant parti sur un vaisseau et qui évoque avec tendresse son père, sa mère, laissés sur une terre agonisante. C’est d’une grande force évocatrice et teinté de poésie. On change de registre avec « La plaideuse », histoire bien ficelée et qui nous tient en haleine avec la jeune Sui Wei Far qui mène l’enquête et confond le coupable. « Faits pour être ensemble », qui parle de la perte de liberté et de la surveillance permanente des hommes, est glaçante.
    Je n’ai pas accroché à certaines histoires, mais l’avantage des nouvelles, c’est qu’on passe vite de l’une à l’autre et toutes ces histoires proposent des pistes de réflexion pleines d’intérêt.

  • add_box
    Couverture du livre « L'homme qui mit fin à l'histoire » de Ken Liu aux éditions Le Belial

    Franck FINET sur L'homme qui mit fin à l'histoire de Ken Liu

    Akemi Kirino (Scientifique nippone) et Evan Wei (Historien chinois) ont inventé une machine permettant de revivre des instants du passé.
    Machine qui devrait permettre d'apporter les preuves des atrocités commises par l'Unité 731 pendant la 2 ième guerre mondiale. Une organisation militaire...
    Voir plus

    Akemi Kirino (Scientifique nippone) et Evan Wei (Historien chinois) ont inventé une machine permettant de revivre des instants du passé.
    Machine qui devrait permettre d'apporter les preuves des atrocités commises par l'Unité 731 pendant la 2 ième guerre mondiale. Une organisation militaire japonaise qui s'est livrée à des expérimentations inhumaines sur des prisonniers chinois en Mandchourie.
    Les autorités japonaises ont toujours refusé de reconnaître ces faits, aussi odieux que ceux perpétrés par les nazis allemands dans les camps de concentration.

    Un texte très riche distillé sous différentes formes (minutes de procès, interview, narrations)
    Un texte qui nous interroge sur le devoir de mémoire, le travail de l'historien, la responsabilité des peuples.
    A qui l'Histoire appartient-elle ? Aux victimes, aux états ?

    J'avoue avoir été bousculé par ce court texte, déroulé comme un plaidoyer mais qui ne prend pas fait et cause pour les victimes.
    L'auteur nous interroge.
    Une "philosophie de l'Histoire " en 107 pages.
    Chapeau bas Mr LIU !

  • add_box
    Couverture du livre « Le regard » de Ken Liu aux éditions Le Belial

    kadeline sur Le regard de Ken Liu

    Le meurtre d'une call-girl avec une enquête « bâclée » et reprise par une détective, un point de départ assez banal pour un roman policier et pourtant pas du tout. On est dans un futur proche où les hommes peuvent opérer un grand nombre de modifications sur leur corps pour « l'améliorer ». Et...
    Voir plus

    Le meurtre d'une call-girl avec une enquête « bâclée » et reprise par une détective, un point de départ assez banal pour un roman policier et pourtant pas du tout. On est dans un futur proche où les hommes peuvent opérer un grand nombre de modifications sur leur corps pour « l'améliorer ». Et c'est le détail qui fait tout. Faut-il accepter toutes les modifications et à quel prix ? Quelles utilisations insoupçonnées ces implants cachent-elles ? Si un filon est trouvé, comment l'exploiter sans se faire attraper ? Voici quelques questions que ce court roman abordent à travers un meurtre qui n'est pas ce qu'on croit et une détective qui vit ses implants d'une manière très personnelle. Ethique médicale et policière, progrès à tout prix, différences de classes sociales, tout est fait et bien fait pour s'interroger sur ces thèmes de société. C'est intelligent, sans superflu ni vision manichéenne ou imposée et le tout est vraiment bien écrit/traduit. Je vais me pencher sur d'autres roman de l'auteur.