Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Joub

Joub
Joub est né en 1967 et vit à Rennes. Après la faculté d'Arts Plastiques, il fonde le Studio Psurde, avec Étienne Davodeau, Fred et Jean-Luc Simon. Son service militaire terminé, Joub entame sa carrière de dessinateur professionnel en publiant quelques strips dans le magazine « Auto-Rétro ». En 19... Voir plus
Joub est né en 1967 et vit à Rennes. Après la faculté d'Arts Plastiques, il fonde le Studio Psurde, avec Étienne Davodeau, Fred et Jean-Luc Simon. Son service militaire terminé, Joub entame sa carrière de dessinateur professionnel en publiant quelques strips dans le magazine « Auto-Rétro ». En 1995, il crée sa propre agence de publicité : Joub Création Graphique. Étienne Davodeau et lui ont publié en 1998 Le Voyage Infernal aux Éditions Magnard, et une série, Max et Zoé, tout deux pour les enfants. Toujours avec Etienne Davodeau, il scénarise et dessine le triptyque Geronimo publié chez Dupuis.

Avis sur cet auteur (3)

  • add_box
    Couverture du livre « Les couloirs aériens » de Etienne Davodeau et Joub et Christophe Hermenier aux éditions Futuropolis

    Lalo65 sur Les couloirs aériens de Etienne Davodeau - Joub - Christophe Hermenier

    Chronique d'une nostalgie d'un quinqua à la croisée des chemins dans sa vie: plus de parents, plus de boulot, les enfants grands et autonomes, une épouse en perpétuel déplacements. Yvan ne sait plus très bien où il en est... et procède à une forme d'introspection chez un copain dans le Jura....
    Voir plus

    Chronique d'une nostalgie d'un quinqua à la croisée des chemins dans sa vie: plus de parents, plus de boulot, les enfants grands et autonomes, une épouse en perpétuel déplacements. Yvan ne sait plus très bien où il en est... et procède à une forme d'introspection chez un copain dans le Jura. Fable sur le temps qui passe et recherche d'un nouvel élan pour la seconde partie de la vie.

  • add_box
    Couverture du livre « Les couloirs aériens » de Etienne Davodeau et Joub et Christophe Hermenier aux éditions Futuropolis

    nathalie vanhauwaert sur Les couloirs aériens de Etienne Davodeau - Joub - Christophe Hermenier

    Cinquante ans, voilà. Yvan les a ces fameux cinquante ans. Il se souvient dans sa jeunesse, un certain anniversaire, il les voyait finis les mecs de cinquante balais.

    C'est son tour aujourd'hui ! et on ne peut pas dire que le bilan soit positif.

    Yvan a perdu son travail, son père, sa...
    Voir plus

    Cinquante ans, voilà. Yvan les a ces fameux cinquante ans. Il se souvient dans sa jeunesse, un certain anniversaire, il les voyait finis les mecs de cinquante balais.

    C'est son tour aujourd'hui ! et on ne peut pas dire que le bilan soit positif.

    Yvan a perdu son travail, son père, sa mère, un peu sa femme qui travaille à l'autre bout du monde, ses enfants Aude et Michel ont quitté le nid et font leur vie..

    C'est dans le Jura en plein hiver qu'Yvan est venu se réfugier chez des amis. Son frère Martin lui a envoyé les caisses des objets qui occupaient le logement des parents qui vient d'être vendu.

    Alors en plein questionnement, en déprime, pour s'occuper Yvan marche dans le froid et la neige, coupe du bois et photographie tous ces objets du quotidien et souvenirs de ses parents.

    Il s'interroge, dresse le bilan de sa vie. Un peu aigri, nostalgique, il émet ses doutes, ses regrets peut-être...

    Un très joli portrait intimiste qui nous parle avec justesse et une pointe de mélancolie sur le temps qui passe, la maladie, la perte de ses parents, l'usure du couple mais aussi de l'amitié car le roman graphique est le résultat d'un travail entre amis, Christophe Hermenier est venu en renfort d'Etienne Davodeau pour le scénario et les dialogues et son ami Job aux couleurs.

    C'est juste, drôle, tendre, un brin mélancolique. Un très bel album aux dialogues puissants.


    Ma note : 9.5/10

    Les jolies phrases

    Les pessimistes ont compris quelque chose que les gens heureux ignorent. Les gens heureux leur laissent croire ça, ça donne aux pessimistes le sentiment d'être plus malins.

    C'est une aventure étrange, un couple, hein ? Ce qui le tient, ce qui l'use, ce qui le défait...



    https://nathavh49.blogspot.com/2019/12/les-couloirs-aeriens.html

  • add_box
    Couverture du livre « Il s'appelait Geronimo » de Etienne Davodeau et Joub aux éditions Vents D'ouest

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur Il s'appelait Geronimo de Etienne Davodeau - Joub

    Dans l’univers de Davodeau, il y a bien sûr Lulu, je la connais, je l’aime bien !
    Géronimo, je viens de le rencontrer. Je le trouve plutôt sympa, ce grand escogriffe, un peu paumé.
    J’ai suivi son histoire. Il avait un rêve américain. Mais non, ce n’était pas pour lui les US, il s’est retrouvé...
    Voir plus

    Dans l’univers de Davodeau, il y a bien sûr Lulu, je la connais, je l’aime bien !
    Géronimo, je viens de le rencontrer. Je le trouve plutôt sympa, ce grand escogriffe, un peu paumé.
    J’ai suivi son histoire. Il avait un rêve américain. Mais non, ce n’était pas pour lui les US, il s’est retrouvé SDF en Guyane.
    Un coup de pouce du destin transforme Géronimo en Manu et le ramène à Paris.
    J’ai aimé cette histoire simple mais la fin m’a bien déçue.
    Le happy-end arrive comme un cheveu sur la soupe, trop rapidement.
    J’ai eu la désagréable impression que les auteurs avaient grande hâte d’en finir en douceur avec leur héros.
    Cet album bien qu’agréable à lire, ne me laissera pas un grand souvenir.