Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Joseph Roth

Joseph Roth
Joseph Roth, né en Galicie austro-hongroise en 1894, de parents juifs, mène parallèlement à sa carrière de journaliste à Vienne, Berlin, Francfort, Paris celle de romancier et nouvelliste. Opposant de la première heure au national-socialisme, Roth quitte l'Allemagne dès janvier 1933 pour venir s'... Voir plus
Joseph Roth, né en Galicie austro-hongroise en 1894, de parents juifs, mène parallèlement à sa carrière de journaliste à Vienne, Berlin, Francfort, Paris celle de romancier et nouvelliste. Opposant de la première heure au national-socialisme, Roth quitte l'Allemagne dès janvier 1933 pour venir s'installer à Paris où il meurt en 1939. Il laisse à sa mort une oeuvre importante, dont La Rébellion, Tarabas, La Crypte des capucins et La Marche de Radetzky, disponibles en Points.

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « La marche de Radetzky » de Joseph Roth aux éditions Points

    Bernault Jean-Serge sur La marche de Radetzky de Joseph Roth

    J'ai découvert ce livre par le plus grand des hasards. C'est en cherchant un livre de Philip Roth dans les étagères d'une librairie que je suis tombé sur ce livre de Joseph Roth. Intrigué par le titre, j'en ai lu les premières pages et j'ai été immédiatement séduit par le style de l'auteur, par...
    Voir plus

    J'ai découvert ce livre par le plus grand des hasards. C'est en cherchant un livre de Philip Roth dans les étagères d'une librairie que je suis tombé sur ce livre de Joseph Roth. Intrigué par le titre, j'en ai lu les premières pages et j'ai été immédiatement séduit par le style de l'auteur, par le souffle romanesque.
    De la bataille de Solférino en 1859 à l'attentat de Sarajevo en 1914, au travers du destin de trois générations de Von Trotta: Le grand-père, héros de la bataille de Solférino; le fils, préfet d'une petite ville de province; et le petit-fils sous-lieutenant de l'armée impériale, l'auteur décrit le déclin de l'empire austro-hongrois.
    Très beau moment de lecture, une découverte.

  • add_box
    Couverture du livre « Marche De Radetzky (La) » de Joseph Roth aux éditions Points

    GeorgesSmiley sur Marche De Radetzky (La) de Joseph Roth

    « J’aurais bien dit encore, déclara le maire que M. von Trotta ne pouvait pas survivre à l’Empereur. Ne croyez-vous pas, docteur ? Je ne sais pas, répondit Skowronnek. Je crois qu’ils ne pouvaient ni l’un ni l’autre survivre à l’Autriche ? »
    Il est facile de présenter ce roman comme celui du...
    Voir plus

    « J’aurais bien dit encore, déclara le maire que M. von Trotta ne pouvait pas survivre à l’Empereur. Ne croyez-vous pas, docteur ? Je ne sais pas, répondit Skowronnek. Je crois qu’ils ne pouvaient ni l’un ni l’autre survivre à l’Autriche ? »
    Il est facile de présenter ce roman comme celui du déclin et de la chute de l’Empire austro-hongrois, par opposition au titre qui fait appel à la légèreté et la gaité des œuvres de Johann Strauss. Mais c’est bien plus que cela et s’il est question de la longue et lente disparition du vieil empereur et de son empire, il me semble que c’est avec beaucoup de regrets. C’est aussi à regret qu’on finit, en refermant ce livre somptueux, par quitter les trois von Trotta pour lesquels on ne peut que partager la tendresse que leur porte l’auteur. On peut les trouver froids, rigides, pusillanimes. Mais comment ne pas admirer la modestie et la droiture du grand-père, le « héros de Solférino »? Comment ne pas saluer le moment où le père sort de son confort, boit toute sa honte et consent à s’humilier pour s’en aller quémander « grâce pour son fils ». Quant à ce dernier, le petit-fils tout alcoolique, velléitaire et peu doué pour le métier des armes qu’il soit, sa fin l’absout de ses faiblesses en le rapprochant de son grand-père, lui qui « depuis qu’il avait rejoint le régiment, se sentait le fils de son grand-père et non le fils de son père », lui qui, tout jeune cadet, pensait alors que « mourir au son de La Marche de Radetzky était la plus facile des morts. »
    Qui est véritablement le héros ? Le grand-père qui sauve la vie de l’Empereur parce que celui-ci se trouve fortuitement à ses côtés au moment où il commet une imprudence, ou son petit-fils, isolé au milieu de nulle part et perdu dans la débâcle du front russe, qui se dévoue pour aller, au péril de sa vie, chercher de l’eau pour ses compagnons sous le feu des cosaques ?
    Magistral, superbement écrit, le roman parle d’un temps où les fils obéissaient à leurs pères, où les pères faisaient ce qu’il faut pour tirer d’affaire leurs fils, où l’honneur et la parole donnée avaient un prix. Il évoque avec justesse et beaucoup de tendresse la vieillesse, la mélancolie, ainsi que les longues heures inutiles et désoeuvrées des militaires en garnison qui les conduisent à des loisirs aussi ruineux pour leur santé que pour leurs finances et leur font oublier de se préparer à faire la guerre. Il traite du respect et de l’affection entre le maître et son serviteur (le sous-lieutenant et son ordonnance qui lui offre toutes ses économies, le préfet qui ne se remet pas de la mort de son majordome), entre père et fils, même si elle se dissimule derrière la pudeur et les convenances.
    D’une qualité saisissante dès les premières lignes (« Il avait été choisi par le destin pour accomplir une prouesse peu commune. Mais lui-même devait faire en sorte que les temps futurs en perdissent la mémoire. ») et constante tout du long, avec des passages qui confinent au sublime (les dix pages consacrées à l’empereur), ce chef d’œuvre vous fait tourner ses pages avec l’allégresse de ceux qui défilaient au son de La Marche de Radetzky. Il y a également des pages, qui, cent ans après leur écriture, semblent plus que jamais d’actualité ; comme celles qui concernent les nationalités artificiellement agglomérées dans un empire qui entend les dominer sans réussir à les fédérer (magnifique illustration lors de l’épisode de la fête du régiment le jour de l’assassinat du prince héritier ou le sombre discours du comte Chojnicki « l’Empereur était un vieillard étourdi, le gouvernement une bande de crétins, le Reichsrat une assemblée d’imbéciles naïfs et pathétiques, il disait l’administration vénale, lâche et paresseuse » ). On entend bien que les Hongrois n’ont pas envie de mourir pour les Autrichiens, pas plus que les Slovènes pour les Ukrainiens ou les Roumains pour les Tchèques. Mais soudain, on s’interroge. Cet empire en décomposition ne ressemble-t-il pas terriblement à cet autre empire que se veut être aujourd’hui l’Union Européenne, construction utopique et idéologique dont les fondations s’enfoncent chaque jour un peu plus dans le sable en voulant effacer des nations qui ne le veulent pas ? Quelqu’un a-t-il réveillé le président de la Commission européenne pour l’informer de la disparition de François-Joseph ?
    Un moment de lecture formidable pendant lequel l'émotion m'a à plusieurs reprises submergé et l’admiration pour ce roman, truffé de phrases, de paragraphes et de dialogues aussi brillants que les derniers feux de l’empire des Habsbourg, n’a jamais cessé.
    Il donne envie de se replonger dans les grandes œuvres littéraires et musicales de la Mitteleuropa et de se glisser dans les pas du préfet von Trotta lorsqu’il « gravit le chemin droit qui mène au château de Schönbrunn. Les oiseaux du matin exultaient au-dessus de sa tête. Le parfum du lilas et du seringa l’étourdissait. Les blanches chandelles des marronniers laissaient tomber ça et là un petit pétale sur son épaule. Lentement, il monta les marches plates et rayonnantes, déjà blanches de soleil matinal. Le factionnaire salua militairement, le préfet von Trotta entra dans le château… Il attendait dans la grande pièce précédant le cabinet de travail de Sa Majesté, dont les six grandes fenêtres arquées, aux rideaux encore tirés, comme il est d’usage le matin, mais déjà ouvertes, laissaient pénétrer toute la richesse de l’été à son début, toutes les suaves senteurs et toutes les folles voix des oiseaux de Schönbrunn. Par les fenêtres ouvertes, on entendit sonner de lointaines horloges. Alors soudainement, la porte s’ouvrit à deux battants…»
    Alors, vous je ne sais pas, mais moi, après la lecture enthousiasmante de ce chef d’œuvre, je me vois très bien monter prochainement les marches de Schönbrunn en sifflotant les premières mesures de La Marche de Radetzky.

  • add_box
    Couverture du livre « Poème des livres disparus et autres textes » de Joseph Roth aux éditions Heros Limite

    Dominique JOUANNE sur Poème des livres disparus et autres textes de Joseph Roth

    Vient d’être éditée la traduction de 18 courtes nouvelles signées Joseph Roth et publiées dans la presse allemande et autrichienne de l’époque. Petites peintures du quotidien à caractère autobiographique, ce sont 18 caviars littéraires.

    Vient d’être éditée la traduction de 18 courtes nouvelles signées Joseph Roth et publiées dans la presse allemande et autrichienne de l’époque. Petites peintures du quotidien à caractère autobiographique, ce sont 18 caviars littéraires.

  • add_box
    Couverture du livre « La marche de Radetzky » de Joseph Roth aux éditions Points

    Dominique JOUANNE sur La marche de Radetzky de Joseph Roth

    Grand classique de la littérature, j’ai lu le chef-d’œuvre de Joseph Roth, 'La marche de Radetzky', tambour battant ! Écriture absolument remarquable pour cette fresque de la monarchie austro-hongroise de son apogée à sa chute. Joseph Roth choisit de raconter l’histoire de 3 hommes d’une même...
    Voir plus

    Grand classique de la littérature, j’ai lu le chef-d’œuvre de Joseph Roth, 'La marche de Radetzky', tambour battant ! Écriture absolument remarquable pour cette fresque de la monarchie austro-hongroise de son apogée à sa chute. Joseph Roth choisit de raconter l’histoire de 3 hommes d’une même famille sur 3 générations. Le grand-père d’origine paysanne slovène, en sauvant l’Empereur d’Autriche sur le champ de bataille de Solférino, se voit anobli au rang de baron, lui, et sa descendance. Il reçut le grade de capitaine et la particule « von ». « Il s’appelait désormais capitaine Joseph Trotta von Sipolje. » Son fils, homme rigide et entièrement dévoué au règne de François-Joseph, sera préfet. Son petit-fils, faible et influençable, sera sous-lieutenant mais médiocre soldat au sein d’une armée dégénérée.
    J. Roth, ami proche de S. Zweig, va dépeindre avec force détails, un portrait satirique de l’empire des Habsbourg et sa dégénérescence. Le passage d’une époque toutefois insouciante, à une autre, imprégnée de l’inquiétude que le changement et le doute de l’inconnu comportent, est décrit avec le réalisme du vécu. Tragédie au rythme enlevé, texte fort et structuré, tableaux des décors et environnements à l’illustration talentueuse, personnages pétillant d’authenticité, écriture sublime.
    Dans son avant-propos à la première édition de La Marche de Radetzky dans le Frankfurter Zeitung, Roth écrit : "Une volonté cruelle de l’Histoire a réduit en morceaux ma vieille patrie, la monarchie austro-hongroise. Je l’ai aimée, cette patrie, qui me permettait d’être en même temps un patriote et un citoyen du monde, un Autrichien et un Allemand parmi tous les peuples autrichiens. J’ai aimé les vertus et les avantages de cette patrie, et j’aime encore aujourd’hui, alors qu’elle est défunte et perdue, ses erreurs et ses faiblesses. Elle en avait beaucoup. Elle les a expiées par sa mort. Elle est passée presque directement de la représentation d’opérette au théâtre épouvantable de la guerre mondiale." (Extrait Wikipedia)