Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

John Steinbeck

John Steinbeck
1902-1968
D'ascendance prussienne et irlandaise, J. Steinbeck naît à Salinas, petite ville de Californie, dans une famille modeste de quatre enfants. Il étudie à l'université de Stanford, en exerçant parallèlement de petits métiers: commis de vente, employé de ferme. Il abandonne ses études, quitt... Voir plus
1902-1968
D'ascendance prussienne et irlandaise, J. Steinbeck naît à Salinas, petite ville de Californie, dans une famille modeste de quatre enfants. Il étudie à l'université de Stanford, en exerçant parallèlement de petits métiers: commis de vente, employé de ferme. Il abandonne ses études, quitte Los Angeles pour New York mais s'adapte mal à la ville. Après un échec dans le journalisme, il retourne en Californie et prépare son premier roman, La Coupe d'or, qu'il publie en 1929. Six ans plus tard, il connaît son premier succès populaire avec Tortilla Flat, chronique truculente de la vie des paisanos peu recommandables mais unis par la fraternité. Il prolongera cette veine anarchisante avec Rue de la Sardine et Tendre Jeudi. Ses autres romans parlent de l'inhumanité du développement économique et de la misère des journaliers. Déçu dans ses convictions socialistes, il finira par se rallier au "rêve américain" tout en se rapprochant de la nouvelle génération de l'Ouest et des Beatniks.
En 1948, il est élu à l'Académie Américaine des Arts et des Lettres et en 62, il reçoit le Prix Nobel de Littérature.Son oeuvre est généreuse et son originalité réside dans cette langue populaire, souvent cocasse, qu'il a su restituer; dans l'amitié et la solidarité qu'il a peint de façon émouvante.

Articles en lien avec John Steinbeck (1)

Avis sur cet auteur (79)

  • add_box
    Couverture du livre « À l'est d'Eden » de John Steinbeck aux éditions Lgf

    Madame Tapioca sur À l'est d'Eden de John Steinbeck

    La chronique impossible !

    Impossible parce que :
    1 – j’ai cru comprendre que d’autres avant moi avaient lu ce livre (info à vérifier)
    2 – d’autres avant moi on reconnu un certain génie au dénommé Steinbeck (pas sûre pour autant qu’il obtienne un jour le Nobel)
    3 - je ne vois pas l’once...
    Voir plus

    La chronique impossible !

    Impossible parce que :
    1 – j’ai cru comprendre que d’autres avant moi avaient lu ce livre (info à vérifier)
    2 – d’autres avant moi on reconnu un certain génie au dénommé Steinbeck (pas sûre pour autant qu’il obtienne un jour le Nobel)
    3 - je ne vois pas l’once d’un défaut à ce roman.

    Je pourrais écrire un résumé du livre, mais c’est d’une part difficile car trop foisonnant et d’autre part inutile parce que l’histoire on la connait tous. Souvent présenté comme une réécriture moderne de la Genèse et de la légende d’Abel et Caïn (ce qui a priori fait un peu peur), « A l’est d’Eden » est pour le dire simplement une saga familiale, mais c’est la rolls de la saga. Tout est maitrisé à l’extrême: les personnages sont d’une profondeur rare, les thèmes sont traités avec une finesse absolu, les descriptions de la nature sont détaillées mais sans lourdeur, l’émotion prégnante de bout en bout.

    Chaque protagoniste de cette histoire mérite à lui seul, une chronique. La psychologie de chacun est poussée, ils sont complexes et rien n’est manichéen. Steinbeck fait preuve d’un humaniste sans faille et ce même quand il met en scène le personnage féminin le plus détestable jamais croisé dans ma vie de lectrice.

    Si selon moi l’opposition entre le bien et le mal est le thème majeur du livre, bien d’autres tout aussi philosophiques sont développés: la responsabilité individuelle, le libre arbitre, la place de la religion, le rapport au progrès technique, les relations parents-enfants, la morale... Que ces grands mots ne vous fassent pas fuir car si c’est intelligent c’est aussi très généreux. Comme tout livre qui a acquis le label « classique » avec le temps, ce roman sait t’embarquer tout en te faisant réfléchir.

    Et si vous hésitez encore à vous lancer dans cette lecture, j’ai l’argument marketing ultime: À l’Est d’Eden est un page-turner. La narration est très vive et le récit ne s’essouffle jamais. Il prend de l’ampleur de page en page. On veut sans cesse connaître la suite.

    À votre tour de découvrir les Hamilton et les Trask, vous me remercierez d’avoir déniché ce roman passé totalement inaperçu ;).

    Traduction:
    Jean-Claude Bonnardot

    Résolution (c’est de saison):
    A priori j’ai encore quelques années devant moi, mais je ne rendrais pas l’âme sans avoir lu tout Steinbeck.

  • add_box
    Couverture du livre « Des souris et des hommes » de Rebecca Dautremer et John Steinbeck aux éditions Tishina

    Victor621 sur Des souris et des hommes de Rebecca Dautremer - John Steinbeck

    Une illustration magnifique pour un roman tout aussi formidable. La technique et les procédés successifs de peinture des planches sont incroyables. Un livre d'orfèvrerie à découvrir, à lire et relire, A posséder absolument dans une bibliothèque digne de ce nom !

    Une illustration magnifique pour un roman tout aussi formidable. La technique et les procédés successifs de peinture des planches sont incroyables. Un livre d'orfèvrerie à découvrir, à lire et relire, A posséder absolument dans une bibliothèque digne de ce nom !

  • add_box
    Couverture du livre « Des souris et des hommes » de John Steinbeck aux éditions Gallimard

    Céline Chevalier sur Des souris et des hommes de John Steinbeck

    ''- Faisons-le tout de suite. Achetons-la tout de suite, notre petite ferme.
    - Mais oui, tout de suite. J'vais le faire. On va le faire tous les deux.''

    Remarquable, brillant, bouleversant.
    John Steinbeck nous emmène à la rencontre de deux personnages, George et Lennie, unis par une amitié...
    Voir plus

    ''- Faisons-le tout de suite. Achetons-la tout de suite, notre petite ferme.
    - Mais oui, tout de suite. J'vais le faire. On va le faire tous les deux.''

    Remarquable, brillant, bouleversant.
    John Steinbeck nous emmène à la rencontre de deux personnages, George et Lennie, unis par une amitié qui, dans un premier temps, nous échappe. Des rêves de lapin et de luzerne plein la tête, George et Lennie se tuent à la tâche dans l'espoir de pouvoir acquérir, un jour, leur propre ferme. Malheureusement, les relations humaines se vivent rarement de façon paisible... Leur amitié résistera-t-elle à la folie des Hommes ? Et, jusqu'où peut-on aller au nom de l'amitié ?

  • add_box
    Couverture du livre « Des souris et des hommes » de John Steinbeck aux éditions Gallimard

    Sweetcactus sur Des souris et des hommes de John Steinbeck

    Dire que j'ai attendu d'avoir 50 ans pour lire un Steinbeck ....En ce moment, je (re-)découvrir des classiques et ça manquait à ma culture. C'était agréable mais pas si intense que je le pensais (ce livre est devenu un mythe) .
    Alors oui, j'ai bien aimé ce court roman, les deux principaux...
    Voir plus

    Dire que j'ai attendu d'avoir 50 ans pour lire un Steinbeck ....En ce moment, je (re-)découvrir des classiques et ça manquait à ma culture. C'était agréable mais pas si intense que je le pensais (ce livre est devenu un mythe) .
    Alors oui, j'ai bien aimé ce court roman, les deux principaux protagonistes louant leurs bras pour 50 dollars par mois et qui rêvent d'avoir leur propre ferme où Lenny s'occupera des lapins. Ce rêve, en pleine crise post-1929 , c'est ce qui les porte et ce qui les lie. L'ambiance est lourde dès le début, entachée par le douce folie de Lenny dont on pressent que cela va mener au drame.
    J'ai beaucoup aimé la construction "cinématographique" dans le sens que chaque description de personnages ou de lieux , renvoie à des images faciles à mettre en scène. J'ai beaucoup aimé les personnages secondaires, à la fois victimes et bourreaux, en déshérence eux aussi, dans une Amérique qui ne fait pas du tout rêver...