Jerome Attal

Jerome Attal
Jérôme Attal est né en 1970. Il a choisi très tôt la poésie devenant l'un des paroliers les plus prisés de la scène musicale française (Florent Pagny, Johnny Hallyday, Pierre Guimard, Mareva Galanter). Parallèlement, il poursuit une carrière d'auteur, compositeur, interprète avec deux albums dont... Voir plus
Jérôme Attal est né en 1970. Il a choisi très tôt la poésie devenant l'un des paroliers les plus prisés de la scène musicale française (Florent Pagny, Johnny Hallyday, Pierre Guimard, Mareva Galanter). Parallèlement, il poursuit une carrière d'auteur, compositeur, interprète avec deux albums dont le très remarqué Comme elle se donne (clipé par Frédéric Taddéï). Auteur de nouvelles dans la revue Bordel. L'amoureux en lambeaux, en 2007 Le rouge et le bleu ou comment les chansons des Beatles infusent dans l'existence aux éditions Le Mot et le Reste. Le garçon qui dessinait des soleils noirs, en 2008

Avis (27)

  • Couverture du livre « 37, étoiles filantes » de Jerome Attal aux éditions Robert Laffont

    Violaine belouard sur 37, étoiles filantes de Jerome Attal

    Découvrir Paris juste avant la guerre, dans le milieu artistique qui plus est semble un thème original et divertissant. Mettre en scène des personnages historiques de manière romancée et nouvelle est une idée riche car elle attire ainsi le lecteur. La couverture du livre donne aussi à penser que...
    Voir plus

    Découvrir Paris juste avant la guerre, dans le milieu artistique qui plus est semble un thème original et divertissant. Mettre en scène des personnages historiques de manière romancée et nouvelle est une idée riche car elle attire ainsi le lecteur. La couverture du livre donne aussi à penser que l'insouciance est encore de mise à cette époque.

    Les heures sombres de la France n'ont pas encore sonnées et ainsi Jean-Paul Sartre a encore de beaux jours devant lui. Oui, mais si justement la guerre n'est pas déclarée à l'échelle mondiale, il se pourrait qu'elle le soit envers sa personne.

    Ce n'est pas parce qu'on s'appelle Jean-Paul Sartre que tout est permis et lorsque Alberto Giacometti apprend les critiques dont il est la victime, cela va chambouler le quotidien de l'écrivain.

    Heureusement pour lui, une femme arrivera et fera diversion bien malgré elle.

    J'ai trouvé ce roman un peu compliqué au démarrage le temps de m'habituer aux personnages puisque certains ne sont cités que par leur prénom et donc il m'a fallu repérer plus précisément chacun pour poursuivre facilement la lecture. Une fois imprégnée dans le roman j'ai trouvé plaisir à lire les aventures des héros. Si je me suis parfois un peu perdue c'est de ma très grande faute car ma maîtrise historique de l'époque d'avant-guerre est moyenne mais l'ensemble est plutôt cohérent et surtout très bien écrit. A l'inverse mes lacunes en histoire ont pu être réparées pour certaines puisque j'ai appris des informations dans ce roman et qu'ensuite ma curiosité fait que j'ai cherché à mieux comprendre comment fonctionnait la société, et notamment le milieu artistique dans les années 30.

    J'ai trouvé que Jérôme Attal jouait beaucoup avec la langue française et ce n'est absolument pas pour me déplaire. Il fait aussi la part belle à ce qu'était la France avant les tourments que nous lui connaissons et cela redonne aussi une certaine confiance. Certaines périodes sont plus ou moins occultées en fonction des événements qui ont perturbé la société et finalement Jérôme Attal rend hommage à ceux et celles qui ont fait aussi de la France un pays d'amour, de fête, de débats intellectuels etc.

    C'est un bon moment de lecture.

  • Couverture du livre « 37, étoiles filantes » de Jerome Attal aux éditions Robert Laffont

    Miss Marple sur 37, étoiles filantes de Jerome Attal

    soazick
    Membre depuis le :
    24/05/2018
    9 avis déposé(s)

    1J'aime

    Amusant . Émouvant . Intéressant
    A partir d'une petite phrase sibylline, Giacometti décide de régler son compte à Jean Paul Sartre. Je ne vous dirai pas s'il a tenu parole, ou s'il a joint le geste à la parçole..A vous de...
    Voir plus

    soazick
    Membre depuis le :
    24/05/2018
    9 avis déposé(s)

    1J'aime

    Amusant . Émouvant . Intéressant
    A partir d'une petite phrase sibylline, Giacometti décide de régler son compte à Jean Paul Sartre. Je ne vous dirai pas s'il a tenu parole, ou s'il a joint le geste à la parçole..A vous de voir. Mais pour sûr vous allez entrer dans un monde original, fourmillant de poètes surréalistes, d'écrivains en route vers le succès, outre Sartre, Cocteau, Arthaud, Anais Nin e bien d'autres " people" de ce temps..les années 30..tout près de la terrible année 39. Le titre déjà vous dévoile l'ambiance de l'année 37..les étoiles filent, les opinions fusent, les racismes de tous poils aussi, déjà monte la folie antisémite, anti rital, anti, pro.. Le monde d'il y a 80 ans n'est finalement pas si différent du notre, c'est troublant, dérangeant et pour tout dire inquiétant, Une belle découverte, un témoignage sur ces années d'orages mais aussi une enquête interessante sur le grand Alberto Giacometti. Un régal!!

  • Couverture du livre « 37, étoiles filantes » de Jerome Attal aux éditions Robert Laffont

    Emma C sur 37, étoiles filantes de Jerome Attal

    Alberto veut casser la gueule de Jean Paul !!
    Dans le Paris bouillonnant des années 30, à la veille de la guerre que personne ne veut voir venir, quelques jours en compagnie des frères Giacometti, Sartre, Beauvoir, et beaucoup d’autres au gré des rencontres aux terrasses des cafés de...
    Voir plus

    Alberto veut casser la gueule de Jean Paul !!
    Dans le Paris bouillonnant des années 30, à la veille de la guerre que personne ne veut voir venir, quelques jours en compagnie des frères Giacometti, Sartre, Beauvoir, et beaucoup d’autres au gré des rencontres aux terrasses des cafés de Montparnasse.
    Une fois encore Jérôme Attal livre un petit bonheur de roman, une douceur comme une coupe de champagne bien fraiche (pas surprenant qu’il ait été invité par Amélie Nothomb lors de son Grand Atelier ;-) )en y insufflant sa poésie et son grain de folie.
    Une course poursuite accrochée aux pans du manteau d’Alberto, qui traverse tout Paris, y compris en béquilles, pour venger l’affront.
    Un motif somme toute bien futile mais qui nos laisse entrevoir les prémices des bouleversements à venir pour cette pauvre Europe.
    Le tout s’achevant sur un réveillon de jour de l’an comme un feu d’artifice lumineux et magnifique avant de sombrer dans un avenir plus sombre.
    Une vraie réussite et un grand plaisir de lecture.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !