La petite sonneuse de cloches

Couverture du livre « La petite sonneuse de cloches » de Jerome Attal aux éditions Robert Laffont
Résumé:

1793. Le jeune Chateaubriand s'est exilé à Londres pour échapper à la Terreur. Sans argent, l'estomac vide, il tente de survivre tout en poursuivant son rêve de devenir écrivain. Un soir, tandis qu'il visite l'abbaye de Westminster, il se retrouve enfermé parmi les sépultures royales. Il y fera... Voir plus

1793. Le jeune Chateaubriand s'est exilé à Londres pour échapper à la Terreur. Sans argent, l'estomac vide, il tente de survivre tout en poursuivant son rêve de devenir écrivain. Un soir, tandis qu'il visite l'abbaye de Westminster, il se retrouve enfermé parmi les sépultures royales. Il y fera une rencontre inattendue : une jeune fille venue sonner les cloches de l'abbaye. Des décennies plus tard, dans ses Mémoires d'outre-tombe, il évoquera le tintement d'un baiser.
De nos jours, le vénérable professeur de littérature française Joe J. Stockholm travaille à l'écriture d'un livre sur les amours de l'écrivain. Quand il meurt, il laisse en friche un chapitre consacré à cette petite sonneuse de cloches. Joachim, son fils, décide alors de partir à Londres afin de poursuivre ses investigations.
Qui est la petite sonneuse de cloches ? A-t-elle laissé dans la vie du grand homme une empreinte plus profonde que les quelques lignes énigmatiques qu'il lui a consacrées ? Quelles amours plus fortes que tout se terrent dans les livres, qui brûlent d'un feu inextinguible le coeur de ceux qui les écrivent ?

Donner votre avis

Avis(5)

  • Explorateurs de la rentrée, rendez-vous de la page 100 :

    Deux époques s’entremêlent liées entre elle par une petite sonneuse de cloches.
    Cette femme qui en 1793 a donné au jeune Châteaubriand exilé à Londres un baiser qu’il évoquera plus tard dans ses Mémoires d’Outre tombe , celle la même...
    Voir plus

    Explorateurs de la rentrée, rendez-vous de la page 100 :

    Deux époques s’entremêlent liées entre elle par une petite sonneuse de cloches.
    Cette femme qui en 1793 a donné au jeune Châteaubriand exilé à Londres un baiser qu’il évoquera plus tard dans ses Mémoires d’Outre tombe , celle la même qu’étudiait Joe J . Stockholm avant de mourir. En mémoire de son père, Joachim son fils se rend à Londres poursuivre l’enquête sur les pas de Châteaubriand.
    J’aime ce mélange passé-présent, j’aime l’écriture de Jérôme Attal , j’aime l’idée même de ce roman et j’ai hâte de poursuivre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Je cale mes pas sur les pas de mon père" Ce pourrait être la devise adoptée par Johachim qui à la mort de son universitaire de père va tenter d'achever les recherches du défunt paternel sur Chateaubriand. A partir d'une anecdote pleine de mystères, Jérôme Attal nous fait faire des...
    Voir plus

    "Je cale mes pas sur les pas de mon père" Ce pourrait être la devise adoptée par Johachim qui à la mort de son universitaire de père va tenter d'achever les recherches du défunt paternel sur Chateaubriand. A partir d'une anecdote pleine de mystères, Jérôme Attal nous fait faire des allers-retours entre les Mémoires d'Outre Tombe et le Londres de La Grande Roue avec une aisance certaine et un humour présent à chaque détour de situation.
    On pourrait être dans un polar. On est peut-être dans un polar. La suite nous le dira puisque pendant les travaux l'enquête continue.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les 100 premières pages

    1793, Chateaubriand est exilé à Londres où il tente de survivre et de trouver l'inspiration de son essai comparatif sur les révolutions.
    Au décès de son père, professeur de littérature à l'université, Joachim Stockholm découvre un carnet de notes contenant une phrase...
    Voir plus

    Les 100 premières pages

    1793, Chateaubriand est exilé à Londres où il tente de survivre et de trouver l'inspiration de son essai comparatif sur les révolutions.
    Au décès de son père, professeur de littérature à l'université, Joachim Stockholm découvre un carnet de notes contenant une phrase mystérieuse à propos des amours de Chateaubriand et d'une jeune anglaise sonneuse de cloches rencontrées dans l'abbaye de Westminster. Il décide de mener l'enquête à Londres.

    Jérôme Attal mène parallèlement le récit de la vie de Chateaubriand à cette époque et l'enquête de Joachim sur les traces de l'écrivain à Londres.
    La page 100 s'achève sur l'espoir pour Chateaubriand d'un soutien financier par la Comtesse de Flahaut.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les 100 premières pages
    Qu'ont en commun François-René Chat o' Bryan et Joachim Stockholm ?
    La petite sonneuse de cloches de Westminster abbey qui, en 1794 a donné un chaste baisse à FR, le migrant français et le père du second qui a terminé sa vie à sa recherche.
    Et voilà Joachim à Londres...
    Voir plus

    Les 100 premières pages
    Qu'ont en commun François-René Chat o' Bryan et Joachim Stockholm ?
    La petite sonneuse de cloches de Westminster abbey qui, en 1794 a donné un chaste baisse à FR, le migrant français et le père du second qui a terminé sa vie à sa recherche.
    Et voilà Joachim à Londres sur les pas de FR.
    La visite de Londres en 1794 et 2019 en parallèle, deux registres de vocabulaire, deux expériences... une seule énigme et..une lecture plaisir !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions