Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Michel Guenassia

Jean-Michel Guenassia

Jean-Michel Guenassia est un écrivain français, né en 1950 à Alger.

Il est l'auteur de plusieurs romans à succès : Le Club des incorrigibles optimistes (Goncourt des lycéens 2009), véritable phénomène d'édition en France et dans le monde, La vie rêvée d'Ernesto G. (2012), Trompe-la-mort (2015),...

Voir plus

Jean-Michel Guenassia est un écrivain français, né en 1950 à Alger.

Il est l'auteur de plusieurs romans à succès : Le Club des incorrigibles optimistes (Goncourt des lycéens 2009), véritable phénomène d'édition en France et dans le monde, La vie rêvée d'Ernesto G. (2012), Trompe-la-mort (2015), La Valse des arbres et du ciel (2016), tous parus chez Albin Michel. À ce jour, il a vendu plus d'un million d'exemplaires de ses livres.

Son dernier roman "De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles" vient de paraître.

Articles en lien avec Jean-Michel Guenassia (1)

Avis sur cet auteur (119)

  • add_box
    Couverture du livre « Les terres promises » de Jean-Michel Guenassia aux éditions Albin Michel

    Ghislaine Degache sur Les terres promises de Jean-Michel Guenassia

    Quelle lecture passionnante que Les terres promises de Jean-Michel Guenassia !
    J’avais déjà été emballée par Le Club des Incorrigibles Optimistes, cette épopée intime d’une poignée de réfugiés du bloc de l’Est, dont Igor, Léonid et Sacha qui s’adonnaient avec passion aux échecs dans...
    Voir plus

    Quelle lecture passionnante que Les terres promises de Jean-Michel Guenassia !
    J’avais déjà été emballée par Le Club des Incorrigibles Optimistes, cette épopée intime d’une poignée de réfugiés du bloc de l’Est, dont Igor, Léonid et Sacha qui s’adonnaient avec passion aux échecs dans l’arrière-salle du Balto, place Denfert-Rochereau à Paris, sous l’œil attentif du jeune Michel Marini. C’était en 1959 et il avait 12 ans.
    L’auteur a eu l’idée géniale de donner une suite à ce roman. Les Terres promises peut néanmoins se lire indépendamment. J’appréhendais, d’ailleurs, de ne plus me souvenir des personnages, ma lecture datant d’une dizaine d’années, mais aucun problème, l’auteur replaçant bien chacun des personnages dans son contexte.
    Nous sommes en 1964 et Michel a maintenant 17 ans. Il attend désespérément une lettre de Camille espérant pouvoir aller la rejoindre, elle qui est partie vivre avec ses parents dans un kibboutz en Israël. Son frère Franck, recherché par les autorités françaises depuis qu’il a déserté, repart en Algérie où il va s’engager à fond dans la reconstruction de ce pays en partant de zéro, espérant avant tout retrouver la jeune Algérienne qui attend un enfant de lui. Quant à Igor, arrêté après la mort de son frère Sacha, il pense de plus en plus à retourner en URSS pour retrouver sa famille qu’il pense avoir trahie en l’abandonnant.
    France, Israël, Algérie, URSS, Jean-Michel Guenassia nous embarque dans un voyage où les protagonistes sont pleins d’illusions et prêts à changer le monde. Tous s’engagent, pensant comme Franck en Algérie qu’« ils auraient la chance historique de participer à l’élaboration d’une société plus juste … en finir avec la cupidité, l’égoïsme, la maladie, l’illettrisme.. . ». Ils reçoivent des coups, souffrent mais s’ils sont partis c’est pour pouvoir s’impliquer sur ces terres promises et quoi de mieux que la promesse, le rêve !
    Les utopies, le désir et une volonté chevillée au corps de vouloir changer le monde, c’est ce que raconte l’auteur dans ce roman avec malheureusement toutes les désillusions qui ont suivi.
    Je n’avais jusque-là pas vraiment lu d’ouvrage où la période post-indépendance de l’Algérie était traitée et j’ai donc apprécié de découvrir comment la reconstruction de ce pays après 1962 a pu se faire et les déboires rencontrés.
    J’ai été surprise en voyant comment la religion orthodoxe avait pris de l’ampleur après l’effondrement du communisme, une sorte de nouvelle utopie.
    La narration historique des années 1960 jusqu’à la fin du XXème siècle est fabuleuse et transcrit à merveille cette époque où on pensait qu’il était possible de changer le monde.
    C’est également à un voyage intérieur qu’il nous est donné de vivre à travers ces personnages. Chacun est à la recherche d’un proche, de sa famille, de ses enfants. L’amour, le doute, la culpabilité, mais toujours l’espoir, la solidarité et la tolérance.
    À la fois roman d’aventures où le suspense est maintenu jusqu’à la fin, avec un brin d’angoisse, roman sociétal, roman intimiste, roman historique, Les Terres promises tient largement les promesses des Incorrigibles Optimistes, même si la religion a, à mon goût, une place trop prégnante et si la fin perd un peu de rythme à mon sens !
    Plus de 600 pages qui se dévorent allègrement laissant la nostalgie d’une époque révolue et signant malheureusement la fin de toutes nos utopies.

    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

  • add_box
    Couverture du livre « Les terres promises » de Jean-Michel Guenassia aux éditions Albin Michel

    Jean-Paul Degache sur Les terres promises de Jean-Michel Guenassia

    Avec Les Terres Promises de Jean-Michel Guenassia (Le Club des Incorrigibles Optimistes, Trompe-la-mort, La Valse des arbres et du ciel), je suis justement reparti sur les traces de ces Incorrigibles Optimistes, pour une nouvelle saga s’étalant de 1964 jusqu’au début des années 2000.
    Avec sa...
    Voir plus

    Avec Les Terres Promises de Jean-Michel Guenassia (Le Club des Incorrigibles Optimistes, Trompe-la-mort, La Valse des arbres et du ciel), je suis justement reparti sur les traces de ces Incorrigibles Optimistes, pour une nouvelle saga s’étalant de 1964 jusqu’au début des années 2000.
    Avec sa verve intarissable, l’auteur m’a entraîné dans un tourbillon historique un peu long au final mais la plupart du temps passionnant.
    Dans l’histoire des frères Marini, Franck et Michel, difficile de savoir quel pays tient la vedette car la France, l’Algérie, Israël et la Russie sont les principaux théâtres de leurs aventures et de celles de leurs amis.
    Fils de parents séparés, Michel et Franck ne se voient plus car l’aîné, Franck, militaire en Algérie, a déserté après avoir tué un officier qui voulait l’empêcher de quitter le pays avec Djamila, une femme qu’il aimait et qu’il laissa, là-bas, enceinte. Revenu en France, il a retrouvé Cécile, prof de français, qui donnera le jour à Anna, leur fille, que Franck n’a pas connu car obligé à nouveau de fuir pour échapper aux poursuites. C’est avec lui que se déroule un bon passage dans l’Algérie devenue indépendante.
    Écrivant de façon très vivante, Jean-Michel Guenassia m’a passionné en me replongeant dans l’Histoire tout en me faisant partager la vie des gens pris dans ce tourbillon.
    Toujours alerte, le récit passe de l’un à l’autre, m’apprend que Paul, le père de Franck et Michel, est revenu vivant du stalag, grâce à un trèfle à quatre feuilles trouvé là-bas par le plus grand des hasards. Il n’hésitera pas à en fabriquer un de plus et ces porte-bonheur passeront de l’un à l’autre. Pour l’efficacité, il suffit d’y croire. C’est comme pour la religion qui surgit de temps à autre car Franck est devenu fan de Charles de Foucauld alors qu’il est un marxiste convaincu.
    Avec la famille Marini, il ne faut pas oublier les frères Sacha et Igor Markish. Le premier était membre éminent du KGB et, sans se faire connaître, a réussi à prévenir son frère de son arrestation imminente. Ainsi, Igor qui est médecin, a pu fuir, laissant femme et enfants. Quand ça tourne mal pour lui, Sacha quitte aussi l’URSS pour Paris mais est rejeté par les membres du Club des Incorrigibles Optimistes, tous réfugiés du bloc de l’Est. Même Igor qui lui doit la vie sauve, ne lui parle pas. Aussi, Sacha, à bout, se pend.
    Après un long épisode algérien très instructif, Igor et Michel arrivent en Israël où ce dernier retrouve Camille, sa petite amie, partie avec ses parents, vivre dans un kibboutz. Là aussi, le roman est passionnant car il démontre le fonctionnement du pays comme il l’a fait pour l’Algérie et le fera ensuite pour l’URSS.
    Franck veut retrouver Djamila. Michel cherche Camille. Igor prend tous les risques pour revoir femme et enfants. Ces quêtes fructueuses ou infructueuses, souvent dangereuses, émaillent un roman qui sacrifie beaucoup, hélas, dans sa dernière partie à la religion orthodoxe.
    Tout cela est habilement mené, bien articulé par Jean-Michel Guenassia. Libre à tout un chacun d’y croire ou non mais la lecture de ce roman-fleuve : Les Terres Promises, m’a fait passer des moments passionnants, rappelé des événements historiques pas si lointains mais un peu oubliés. C’est un roman que je suis content d’avoir dévoré.

    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

  • add_box
    Couverture du livre « Les terres promises » de Jean-Michel Guenassia aux éditions Albin Michel

    Chantal YVENOU sur Les terres promises de Jean-Michel Guenassia

    C’est motivant de retrouver plus de dix ans après ces héros tant aimés et que l’auteur avait laissés face à un avenir qui restait à imaginer ! La crainte aussi de ne pas raccrocher au fil, d’avoir oublié, d’avoir perdu la magie que nous avait fait vivre ce club de paumés rassemblés autour d’un...
    Voir plus

    C’est motivant de retrouver plus de dix ans après ces héros tant aimés et que l’auteur avait laissés face à un avenir qui restait à imaginer ! La crainte aussi de ne pas raccrocher au fil, d’avoir oublié, d’avoir perdu la magie que nous avait fait vivre ce club de paumés rassemblés autour d’un jeu d’échec.

    Eh bien, la magie reste présente, et c’est sans peine que l’on reconnaît Michel, qui a pris quelques années, mais est encore mineur, (la majorité à 21 ans, c’est pour un peu plus tard). Et puis Maurice qu’on avait eu le plaisir de croiser dans la vie rêvée d’Ernesto G. Et puis Camille, Cécile, même si ces deux là ont une propension pour filer à l’anglaise. Sans compter Leonid et Igor.

    Plus de club d’échec improvisé, même si le jeu reste un fil rouge au cours du roman, mais surtout des voyages incessants, émigrations, dont les prétextes sont multiples, fuite de la justice pour Franck, recherche de sa bien-aimée pour Michel, désir de l’ailleurs pour tous. Seul Maurice reste à Paris où il monte un projet de grande surface d’électroménager, une révolution dans le monde du commerce.

    Les rencontres sont foisonnantes et dans ce contexte politico-historique qui a conduit à l’autonomie de l’Algérie, les temps sont troublés. On a la chance de parcourir ces pages qui marient si bien la petite et la grande histoire, dans un récit qui impressionne par la documentation.

    C’est un réel bonheur d’avoir enfin pu assisté à l’évolution de ces personnages que l’on a tant aimés, et qui sait, on laisse la dernière page avec l’espoir d’avoir une nouvelle tranche de ce qui deviendrait une saga.

  • add_box
    Couverture du livre « Les terres promises » de Jean-Michel Guenassia aux éditions Albin Michel

    yves MONTMARTIN sur Les terres promises de Jean-Michel Guenassia

    L'auteur reprend son récit et ses personnages là où s'est achevé « le club des incorrigibles optimistes », prix Goncourt des lycéens 2009. D'ailleurs avec habileté Jean-Michel Guenassia prend le soin de rappeler à son lecteur les évènements passés. Ce roman foisonne de moments historiques mêlant...
    Voir plus

    L'auteur reprend son récit et ses personnages là où s'est achevé « le club des incorrigibles optimistes », prix Goncourt des lycéens 2009. D'ailleurs avec habileté Jean-Michel Guenassia prend le soin de rappeler à son lecteur les évènements passés. Ce roman foisonne de moments historiques mêlant personnages réels et de fiction. Nous suivons le parcours de Franck, de son frère cadet Michel et d'Igor de 1964 jusqu'à la fin du XXe siècle.

    Franck est un idéaliste alors naturellement il retourne en Algérie, qui vient d'obtenir son indépendance, il veut aider à reconstruire le pays, dans une période confuse, suite à la décolonisation et au départ des Français.
    Michel lui va rejoindre Camille et partager la vie d'un kibboutz dans le jeune État d'Israël, un pays qui est un vaste chantier bordélique où les immeubles poussent comme des champignons.
    Igor assiste à l'effondrement du mur de Berlin entraînant dans sa chute le bloc communiste.

    C'est donc l'Histoire avec un H majuscule que va vivre le lecteur au travers de ces personnages. Un voyage effréné, où chacun recherche un monde meilleur, quelque chose d'impossible, que les rêves deviennent réalité. Ce roman est une quête sans fin pour retrouver des proches dont on est sans nouvelles depuis des dizaines d'années. Ce livre est aussi le récit d'un voyage intérieur, celui de Franck, sans aucun doute, le personnage principal.

    Un livre difficile à résumer tant il est riche, une fresque portée par une écriture vivante, rythmée, vibrante et fluide de la première à la dernière page.