Jean-Marie Gustave Le Clezio

Jean-Marie Gustave Le Clezio

Né à Nice le 13 avril 1940 d'un père anglais et d'une mère bretonne, Jean-Marie Gustave Le Clézio partage ses études littéraires entre la côte niçoise et les rivages de l'Angleterre. C'est en 1963, alors qu'il n'a que 23 ans, que Le Clézio se voit remettre le prix Renaudot pour son premier roman ...

Voir plus

Né à Nice le 13 avril 1940 d'un père anglais et d'une mère bretonne, Jean-Marie Gustave Le Clézio partage ses études littéraires entre la côte niçoise et les rivages de l'Angleterre. C'est en 1963, alors qu'il n'a que 23 ans, que Le Clézio se voit remettre le prix Renaudot pour son premier roman Le Procès-Verbal. Cette reconnaissance lui vaut une renommée littéraire nationale et signe définitivement son succès. Par la suite, il publiera plus de 30 livres, multipliant les recherches d'écriture : romans, nouvelles, essais, deux traductions de mythologie indienne, ainsi que d'innombrables préfaces et articles, toutes ces oeuvres traduisant un profond malaise face au monde moderne. En 1980, Le Clézio fut le premier à recevoir le prix Paul Morand, pour la totalité de son oeuvre, notamment Désert (1980). Plus tard, en 1994, il fut élu le plus grand écrivain vivant de la langue française. J.M.G. Le Clézio a déjà collaboré avec Bruno Barbey à l'ouvrage Gens des nuages (éditions Stock, 1997), livre sur la vallée de la Saguia el Hamra, Rivière Rouge, région du Maroc d'où vient la famille de Jemia, sa femme.

Articles en lien avec Jean-Marie Gustave Le Clezio (1)

Avis sur cet auteur (32)

  • add_box
    Couverture du livre « Bitna, sous le ciel de seoul - livre audio 1 cd mp3 » de Jean-Marie Gustave Le Clezio aux éditions Audiolib

    Chantal Lafon sur Bitna, sous le ciel de seoul - livre audio 1 cd mp3 de Jean-Marie Gustave Le Clezio

    La voix de Sarah Stern nous accompagne dans ce conte, elle ne joue pas, c’est notre guide sous le ciel de Séoul.
    Comme il en a l’art l’auteur nous plonge directement au cœur de cette ville grouillante de monde et de bruits, agitation urbaine que va découvrir Bitna jeune fille venue faire ses...
    Voir plus

    La voix de Sarah Stern nous accompagne dans ce conte, elle ne joue pas, c’est notre guide sous le ciel de Séoul.
    Comme il en a l’art l’auteur nous plonge directement au cœur de cette ville grouillante de monde et de bruits, agitation urbaine que va découvrir Bitna jeune fille venue faire ses études à la ville, hébergée par une tante et une cousine qui lui font sentir à tous les instants qu’elle dépend entièrement de leur charité.
    Lorsque le décor est planté, que le lecteur est bien installé dans cette ville qu’il va découvrir, comme par magie le conte prend une autre dimension.
    On y retrouve les thèmes chers à JMG Le Clézio : le voyage et son exploration culturelle, la capacité de révolte de l’être humain et ses conséquences.
    Bitna pour ne pas subir les réflexions incessantes de sa tante et sa cousine, après ses cours elle se réfugie dans une librairie, où elle fait en sorte que le temps s’étire.
    C’est ainsi qu’elle va avoir la possibilité de s’émanciper en travaillant pour la famille de Salomé.
    Bitna est pauvre et Salomé est d’un milieu favorisé mais très malade.
    La première deviendra la conteuse de la seconde, telle Shéhérazade elle lui inventera des histoires pour qu’elle oublie la douleur et pour repousser la mort.
    Le lecteur est très vite embarqué par cette imaginaire fertile qui lui confère un pouvoir presque démesuré sur la malade.
    Cet ascendant est tel que… Je ne vous en dirai pas plus à vous de le découvrir.
    La voix mélodieuse de Sarah Stern donne toute sa musicalité au style de l’auteur, elle intensifie la fluidité de l’écriture ainsi que la limpidité des phrases. Une mise en voix et en exergue de l’humanité de l’auteur.
    Ce voyage à Séoul est tout à la fois tumultueux, troublant, exaltant et totalement poétique et allégorique.

    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 27 mars 2019.

  • add_box
    Couverture du livre « Poisson d'or » de Jean-Marie Gustave Le Clezio aux éditions Gallimard

    Bagus35 sur Poisson d'or de Jean-Marie Gustave Le Clezio

    Laïla,volée à sa famille dans sa tendre enfance et achetée par Lalla Asma pour s'occuper d'elle et de sa maison va finir par aimer cette vieille femme.A la mort de celle-ci,elle s’échappe et commence un long voyage parsemé de rencontres et d’embûches..Un très bon roman.

    Laïla,volée à sa famille dans sa tendre enfance et achetée par Lalla Asma pour s'occuper d'elle et de sa maison va finir par aimer cette vieille femme.A la mort de celle-ci,elle s’échappe et commence un long voyage parsemé de rencontres et d’embûches..Un très bon roman.

  • add_box
    Couverture du livre « Bitna, sous le ciel de Séoul » de Jean-Marie Gustave Le Clezio aux éditions Stock

    Bib HLM sur Bitna, sous le ciel de Séoul de Jean-Marie Gustave Le Clezio

    Quelques pages et nous voilà projeté à Séoul avec Bitna, une jeune provinciale de 18 ans venus à la ville pour faire ses études. Dans un premier temps, elle vivra avec sa tante (et sa détestable cousine) pour finalement prendre son envole et s'émanciper de leur perversité. À partir de là, il lui...
    Voir plus

    Quelques pages et nous voilà projeté à Séoul avec Bitna, une jeune provinciale de 18 ans venus à la ville pour faire ses études. Dans un premier temps, elle vivra avec sa tante (et sa détestable cousine) pour finalement prendre son envole et s'émanciper de leur perversité. À partir de là, il lui faudra batailler pour mener à bien ses études et joindre les deux bouts. Pour cela, elle va travailler pour Kim Se-Ri, a.k.a Salomé, une dame qui demande en échange d'un bon salaire qu'on lui raconte des histoires. Des histoires qui lui permettront de voyager par l'esprit, d'être secouée par des émotions, de vivre par procuration !

    Bitna se révèle être une conteuse d'exception. Elle propose à la dame 6 contes, ou plutôt un conte (les frontières de l'interprétation sont poreuses !) qu'elle lui racontera au compte-gouttes, consciente de son pouvoir de gardienne du suspense, sur une période d'un an. Ainsi, on découvre l'histoire de M. Cho, celle de la mystérieuse Kitty, les premières jours de Naomi, les angoissants agissements d'un Stalker, le destin d'une chanteuse et le sommeil de deux dragons. À l'image de Salomé, le lecteur avance dans cette histoire avide d'en savoir plus sur les contes et sur l'histoire de Bitna, mais n'est-ce pas au final qu'une seule et même histoire ? La question est permise !

  • add_box
    Couverture du livre « Bitna, sous le ciel de Séoul » de Jean-Marie Gustave Le Clezio aux éditions Stock

    Michèle HENRY sur Bitna, sous le ciel de Séoul de Jean-Marie Gustave Le Clezio

    Bitna, une jeune campagnarde coréenne, issue d’une famille de marchands de poisson quelque part sur la côte Sud, se retrouve seule dans la capitale pour y poursuivre ses études. Dans un premier temps, elle est hébergée chez sa tante, mais la situation devenant intolérable, elle décide de trouver...
    Voir plus

    Bitna, une jeune campagnarde coréenne, issue d’une famille de marchands de poisson quelque part sur la côte Sud, se retrouve seule dans la capitale pour y poursuivre ses études. Dans un premier temps, elle est hébergée chez sa tante, mais la situation devenant intolérable, elle décide de trouver un logement et un petit travail. Elle croise un jeune homme dans une librairie qui va lui donner une offre d’emploi. C’est une jeune femme, nommée Salomé qui, clouée sur une chaise roulante cherche une personne pouvant lui raconter le monde à travers des histoires.
    L’intrigue est donc basée sur la relation entre ces deux êtres, que j’ai trouvée froide et très conventionnelle. Bitna invente, et Salomé semble apprécier. Le pouvoir des mots semblent faire reculer la mort de Salomé.
    Mais je n’ai pas été touchée par cette histoire, ni par les personnages. L’émotion, pour moi n’y est pas.