Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

James Ellroy

James Ellroy

James Ellroy, de son vrai nom Lee Earle Ellroy est né le 4 mars 1948 à Los Angeles. Très tôt fervent lecteur de polars, il est écrivain du genre. En 1958, sa mère est assassinée, et le meurtre ne sera jamais élucidé.



Malgré un père présent, il est livré à lui-même et deviendra délinquant. Il s...

Voir plus

James Ellroy, de son vrai nom Lee Earle Ellroy est né le 4 mars 1948 à Los Angeles. Très tôt fervent lecteur de polars, il est écrivain du genre. En 1958, sa mère est assassinée, et le meurtre ne sera jamais élucidé.



Malgré un père présent, il est livré à lui-même et deviendra délinquant. Il s’engage dans l’armée en 1965 et le décès de son père marque une descente aux enfers. Il sombre dans la drogue et l’alcool, devient SDF pendant plus de 10 ans.

 

En 1977, il change de vie après de graves problèmes de santé et commence à écrire. C’est en 1984 que débute réellement sa carrière avec Lune sanglante, qui ouvre la trilogie Lloyd Hopkins. Un tueur sur la route deviendra une référence dans les écoles de police, décrivant avec précision la psychologie des serial killers. Avec le premier volet du quatuor de Los Angeles, Le Dahlia noir, c’est la célébrité.

Il s’inspire d’un meurtre jamais résolu, qui lui permettra d’exorciser celui de sa propre mère. La suite de la série, avec Le Grand Nulle Part, L.A.
Confidential et White Jazz ont pour thème la pègre de Los Angeles dans les années 40 à 50. Certains seront portés à l’écran. Ma part d’ombre se veut autobiographique.

 

Référence dans le roman noir américain, il est pourtant peu apprécié dans son pays. Il collabore à des scénarios de film (Au bout de la nuit). Son dernier roman, Underworld USA, est sorti en France en 2010 chez Rivages.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Parole de libraire "spécial polar" avec Stéphane Bourgoin

    Stéphane Bourgoin possède un parcours atypique : il est grand spécialiste du polar, écrivain et criminologue. Un expert en la matière pour diriger la librairie "Au troisième oeil" à Paris et pour nous faire part de ses deux coups de coeur du...

  • Reporter d'un jour au festival Quais du Polar avec Caroline

    Le festival Quais du Polar a fêté ses dix ans. Un beau parcours pour installer ce genre littéraire à part entière devenu incontournable. Référence en la matière, il était impossible de manquer ce rendez-vous lyonnais printanier....

  • Quais du Polar : 10 ans d'enquête bien menée !

    Lecteurs.com est partenaire du festival et vous emmène à la rencontre d'une pléthore d'auteurs et d'un public au rendez-vous.  Triomphe assuré pour les dédicaces : De Franck Thilliez à Mallock, de Françoise Guérin à Karine...

Articles en lien avec James Ellroy (6)

  • Eté 2015, les 10 polars à ne pas manquer
    A redécouvrir : été 2015, les 10 polars à ne pas manquer

    Les psychopathes sont au meilleur de leur forme et les maîtres du polar au meilleur de leur talent pour raconter leur folie. Une imagination à faire froid dans le dos, à réveiller les plus profondes angoisses et surtout à graver avec addiction ces histoires dans vos mémoires puisque chers lecteurs, vous vous jetez dessus avec frénésie ! Alors faites votre choix, le must du thriller vous attend !

  • Parole de libraire "spécial polar" avec Stéphane Bourgoin
    Parole de libraire "spécial polar" avec Stéphane Bourgoin

    Stéphane Bourgoin possède un parcours atypique : il est grand spécialiste du polar, écrivain et criminologue. Un expert en la matière pour diriger la librairie "Au troisième oeil" à Paris et pour nous faire part avec conviction de ses deux coups de coeur du moment. 

  • Reporter d'un jour au festival Quais du Polar avec Caroline
    Reporter d'un jour au festival Quais du Polar avec Caroline

    Le festival Quais du Polar a fêté ses dix ans. Un beau parcours pour installer ce genre littéraire à part entière devenu incontournable. Référence en la matière, il était impossible de manquer ce rendez-vous lyonnais printanier.

  • Quais du Polar : 10 ans d'enquête bien menée !
    Quais du Polar : déjà 10 ans d'enquête bien menée !

    Lecteurs.com est partenaire du festival et vous emmène à la rencontre d'une pléthore d'auteurs et d'un public au rendez-vous. 

Avis sur cet auteur (50)

  • add_box
    Couverture du livre « Le grand nulle part » de James Ellroy aux éditions Rivages

    Manonlitaussi sur Le grand nulle part de James Ellroy

    Le grand nulle part de James Ellroy

    Le tout commence la nuit de la saint sylvestre en 1950.
    On rencontre Dany Upshaw qui enquêtera sur le meurtre ignoble d’un homosexuel. Je vous épargne la description du corps mais Ellroy ne nous épargne aucun détail.
    D’un autre côté, Mal, enquêteur à la...
    Voir plus

    Le grand nulle part de James Ellroy

    Le tout commence la nuit de la saint sylvestre en 1950.
    On rencontre Dany Upshaw qui enquêtera sur le meurtre ignoble d’un homosexuel. Je vous épargne la description du corps mais Ellroy ne nous épargne aucun détail.
    D’un autre côté, Mal, enquêteur à la division du grand jury et Buzz, l’ex flic un peu accro aux paris, s’embarquent dans une enquête au sein des studios de cinéma pour rassembler des preuves contre un syndicat communiste.
    C’est époustouflant tant c’est dense et maîtrisé. Car les deux enquêtes finiront par se rejoindre. Le trio va, à coup de menaces, de chantages et de coups, remonter les pistes.
    Ellroy nous enferme dans un monde noir, une ville violente, des scènes qu’il nous décrit minutieusement pour nous saisir souvent par leur horreur. Toutes les images se forment dans notre tête. Le langage n’est pas censuré. On est chez les flics des années 1950, on a leur accent, leur vocabulaire.
    Tous ces détails livrés par une plume fine, détaillée et adaptée nous met au centre de ces enquêtes complexes et passionnantes.
    J’ai été impressionnée par ces 714 pages
    C’est LE livre dont on peut dire il se mérite, j’étais accompagnée d’un petit carnet pour tous les personnages, manipulée par cet auteur incroyable.

  • add_box
    Couverture du livre « La tempête qui vient » de James Ellroy aux éditions Rivages

    Phil Balzac sur La tempête qui vient de James Ellroy

    Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre de J.Ellroy.
    Lire du Ellroy n'est jamais facile et la , j'ai vraiment eu du mal à allé remettre au bout de ces 650 pages ... je dois vieillir '=> trop de personnages , difficile.e de comprendre les interactions et les plans tordus entre...
    Voir plus

    Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre de J.Ellroy.
    Lire du Ellroy n'est jamais facile et la , j'ai vraiment eu du mal à allé remettre au bout de ces 650 pages ... je dois vieillir '=> trop de personnages , difficile.e de comprendre les interactions et les plans tordus entre chacun de ces personnages.
    Comme soubvent , c'est intéressant et cela permet de mieux comprendre la n'augure des relations entre le les USA ET LE JAPON , mais il faut quand même sérieusement s'accrocher pour entrer dedans.

  • add_box
    Couverture du livre « Un tueur sur la route » de James Ellroy aux éditions Rivages

    SamSam.92200 sur Un tueur sur la route de James Ellroy

    La mort est partout.
    Le mal est partout avec Un Tueur Sur La Route

    James Ellroy est intelligent et sait comment faire naître l'effroi et la peur
    Il fait parler le mal et il nous raconte un fait rare et intriguant pour ne pas dire carrément passionnant : la naissance d'un tueur en...
    Voir plus

    La mort est partout.
    Le mal est partout avec Un Tueur Sur La Route

    James Ellroy est intelligent et sait comment faire naître l'effroi et la peur
    Il fait parler le mal et il nous raconte un fait rare et intriguant pour ne pas dire carrément passionnant : la naissance d'un tueur en série
    .
    Le livre commence par des articles de presse qui retranscrivent une arrestation. S'en suit un procès qui nous fait comprendre le problème rencontré par la police : l'homme a avoué deux doubles meurtres et a même donné des preuves de sa culpabilité. Depuis il ne dit plus rien d'autre. Mais le souci est dans le nombre car on lui en attribue beaucoup, beaucoup plus.
    .
    Martin Mickael Plunkett est un être froid et sans remords. Il a développé l'art du silence depuis sa plus tendre enfance. Il a longtemps vécu dans un monde imaginaire où son esprit torturé trouvait un semblant de satisfaction.
    .
    Et si Plunkett n'est pas de ceux qui racontent leurs vies, depuis sa cellule, plusieurs mois après son arrestation, il décide d'écrire son histoire. Toute son histoire. Il nous dit tout de ce qui a fait de lui ce meurtrier terrifiant de froideur et de cruauté.
    Il nous explique comment il a voulu et construit le mal qui est en lui et qu'il a répandu partout où il allait. Comment, pendant des années, il a échappé à la police.
    Car cet homme à l'esprit hors norme est aussi intelligent qu'il est cruel.
    .
    La légende dit que ce livre est étudié ou tout du moins pris comme référence par les futurs super flics du FBI.
    Etant donné l'application mise par Ellroy à nous décrire toutes les phases psychologique et physique qui ont conduit un enfant sociopathe à devenir un tueur en série psychopathe je n'en doute pas un instant.
    .
    C'est une lecture bien sombre mais incroyablement passionnante.
    Ce n'est pas la fin, le dénouement que l'on attend.
    C'est le parcours. La route suivit par le tueur.

  • add_box
    Couverture du livre « Le quatuor de Los Angeles » de James Ellroy aux éditions Rivages

    NADIA D'ANTONIO sur Le quatuor de Los Angeles de James Ellroy

    Dans ce premier volet du célèbre Quatuor de Los Angeles, l'écrivain américain retrace une enquête sur le meurtre sordide d'une jeune fille, Betty Short, retrouvée atrocement mutilée. Meurtre découvert le 15 janvier 1947.

    Si j'ai trouvé ce livre difficile à commenter, pour ne pas tout dévoiler...
    Voir plus

    Dans ce premier volet du célèbre Quatuor de Los Angeles, l'écrivain américain retrace une enquête sur le meurtre sordide d'une jeune fille, Betty Short, retrouvée atrocement mutilée. Meurtre découvert le 15 janvier 1947.

    Si j'ai trouvé ce livre difficile à commenter, pour ne pas tout dévoiler et ne donner que les grandes lignes, je peux en dire, toutefois, qu'il est passionnant car l'auteur y fait également référence au meurtre de sa mère, meurtre jamais élucidé et qui le laisse marqué à vie. Il lui offre d'ailleurs sa dédicace.

    Si Betty Short a été surnommée le Dahlia Noir, c'est à cause de sa tendance à s'habiller de préférence en noir, lors de ses sorties nocturnes..

    Le narrateur, nommé Bucky Bleichert va se faire aider par Lee Blanchard et ils sont surnommés tous les deux, M. Glace et M. Feu. Ces deux personnages, boxeurs, se sont noués d'amitié et sont devenus coéquipiers en entrant comme policiers au L.A.P.D.

    Dans ce roman noir, le lecteur assiste à de nombreux rebondissements et il est plongé dans la noirceur de l'atmosphère ainsi que dans les bas-fonds de Los Angeles. Malgré toutes leurs recherches, les enquêteurs ne réussiront pas à trouver le meurtrier et cette affaire demeurera une énigme, comme l'assassinat de la mère de l'écrivain, qui en est resté obsédé et meurtri.

    Dans sa postface, que l'auteur intitule Hilliker, il nous explique comment le cinéma s'est emparé de son roman et il salue Brian de Palma pour avoir su garder son univers comme son témoignage visuel inscrit sur la pellicule. le Dahlia comme noyau d'attraction, champ magnétique et arbitre d'une rédemption ambiguë (P.500). J'aurai pu l'écrire dans les citations mais je trouve que c'est une critique de l'auteur.

    Si j'ai été passionnée par ce livre c'est, d'abord parce ce que j'admire l'auteur depuis longtemps, ensuite pour la grandeur de ses oeuvres. Il s'attaque toujours à des sujets difficiles et sait nous intéresser par son écriture et nous émouvoir par ses moments de désespoir.

    De plus, il ne se cache pas d'avoir connu des grandes difficultés dans sa vie, des années de délinquance, d'alcoolisme, mais il a réussi à surmonter toutes ces épreuves et, pour notre plus grand bonheur, il écrit depuis, des romans noirs dont les thèmes sont très variés mais dont certains ont un rapport direct avec son expérience vécue.

    Trois critiques résument bien ce livre :
    - Un chef-d'oeuvre douloureux (L'Evénement du jeudi).
    - le thriller de l'année (Libération).
    - Un livre superbe, un bloc de littérature, un bonheur de roman noir (Le Figaro Littéraire).