Jack London

Jack London

Jack London naît le 12 janvier 1876 à San Francisco (Californie). Autodidacte, il a fait son éducation par les livres en fréquentant assidument la bibliothèque publique d'Oakland.

Après une enfance misérable dans le ranch de son beau-père, il entame dès l'âge de quinze ans une vie d'errance. Il ...

Voir plus

Jack London naît le 12 janvier 1876 à San Francisco (Californie). Autodidacte, il a fait son éducation par les livres en fréquentant assidument la bibliothèque publique d'Oakland.

Après une enfance misérable dans le ranch de son beau-père, il entame dès l'âge de quinze ans une vie d'errance. Il exerce une multitude de métiers : ouvrier, marin ( ce qui l'amènera jusqu'au Japon et Sibérie), blanchisseur, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques...

Il adhère au socialisme après avoir participé à une marche de chômeurs vers Washington. Devenu vagabond, il est arrêté fin 1894 - il n'a alors que 18 ans - et passe un mois dans un pénitencier à Buffalo, dans l'État de New York. En 1897, il participe à la ruée vers l'or du Klondike mais atteint du scorbut, il est rapatrié. Il entame alors une carrière d'écrivains largement inspirée de ses voyages et aventures. À sa mort à 40 ans en 1916, des suites d'un empoisonnement du sang, il laisse derrière lui quelque cinquante ouvrages, les plus célèbres étant sans doute L'Appel de la forêt (1903), Croc-Blanc (1906) et Martin Eden (1909).

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Jack London(5)

Avis sur cet auteur (86)

  • add_box
    Couverture du livre « Martin Eden » de Jack London aux éditions Gallimard

    Fred Ba sur Martin Eden de Jack London

    un classique qui est toujours un cadeau très apprécié. C'est un ouvrage fortement autobiographique mais qui reste de la fiction. Beaucoup de personnes s'identifient au personage, hommes ou femmes, car c'est un idéaliste qui cherche à s'élever en faisant sa propre éducation avec les livres, mais...
    Voir plus

    un classique qui est toujours un cadeau très apprécié. C'est un ouvrage fortement autobiographique mais qui reste de la fiction. Beaucoup de personnes s'identifient au personage, hommes ou femmes, car c'est un idéaliste qui cherche à s'élever en faisant sa propre éducation avec les livres, mais se heurtera aux conventions sociales. Une histoire d'amour qui n'y résistera pas et une volonté hors norme complètent le tableau pour le plus grand plaisir de tous. On le dévore et on a pas envie de le terminer...

  • add_box
    Couverture du livre « Une odyssée du grand nord ; le silence blanc » de Jack London aux éditions Gallimard

    Fantomas 57 sur Une odyssée du grand nord ; le silence blanc de Jack London

    Les grands espaces, le danger et la fragilité de l'homme....

    Les grands espaces, le danger et la fragilité de l'homme....

  • add_box
    Couverture du livre « Martin Eden » de Jack London aux éditions Gallimard

    Lunartic sur Martin Eden de Jack London

    Une lecture qui a considérablement marqué mon été littéraire 2017. Ce qui m'a impressionnée avant toute chose, c'est la capacité que ce récit a eu à me parler, à me toucher en plein cœur. C'est le genre de lecture dont on a du mal à se remettre, qui vous laisse vidé, perdu, indigné, désarmé,...
    Voir plus

    Une lecture qui a considérablement marqué mon été littéraire 2017. Ce qui m'a impressionnée avant toute chose, c'est la capacité que ce récit a eu à me parler, à me toucher en plein cœur. C'est le genre de lecture dont on a du mal à se remettre, qui vous laisse vidé, perdu, indigné, désarmé, bref, impossible de rester indifférent. Ici, on va suivre l'histoire de Martin, un jeune homme vigoureux, la peau tannée par le soleil, qui n'a toujours connu que la mer et le bringuebalement des bateaux. Lorsque, par amour pour la sublime et cultivée Ruth,il va s'ouvrir au monde de la littérature et du savoir, sa perception du monde et du sens de son existence vont complètement changer. Martin Eden, c'est une histoire qui vous chamboule, c'est une histoire de passion vorace pour l'écriture, c'est l'histoire de l'injustice et de la bêtise humaine, qui n'accepte pas ce qui est différent, ce qui détonne, ce qui pétille, qui n'accepte pas une autre forme de beauté que celle de la norme abrutissante. Avec ce récit intense, profondément humain et puissant, criant de vérité et de désespoir, teinté d'autobiographie, le grand Jack London signe ici un authentique chef d'œuvre.

  • add_box
    Couverture du livre « Martin Eden » de Jack London aux éditions Gallimard

    Laure Jmh sur Martin Eden de Jack London

    à travers ce livre nous suivons l’évolution de la mentalité d’un homme, son élévation culturelle
    Entre amour et aveuglement, entre manipulation et chantage affectif.
    Un classique de la littérature qui n’a cessé de faire naître des fantasmes, faire parlé de lui tant le registre est différent...
    Voir plus

    à travers ce livre nous suivons l’évolution de la mentalité d’un homme, son élévation culturelle
    Entre amour et aveuglement, entre manipulation et chantage affectif.
    Un classique de la littérature qui n’a cessé de faire naître des fantasmes, faire parlé de lui tant le registre est différent de ce que l’auteur avait habitué son public, ayant écrit l’appel de la foret, croc-blanc.
    Est-ce une autobiographie déguisée ? Les similitudes entre auteur et narrateur ont crées ce doute.

    Dans ce livre on y voit un homme qui plein d’optimisme cherche à s’élever, à devenir ‘’quelqu’un’’ aux yeux de la société, menant à jusqu’à sa découverte de l’hypocrisie d’une société, ses désillusions, jusqu’à sa perte. Ce n’est sans rappeler le mythe d’Icare, qui à vouloir voler trop haut s’est brûlé les ailes.
    On peut voir à ce livre une interprétation pessimiste, l’obsession de choses vaines, travailler pour la reconnaissance ne mène qu’à la fatalité
    Mais aussi une interprétation optimiste, le travail acharné, la confiance en sa propre réussite amène le succès.

    J’ai beaucoup aimé la liaison que fait Jack London entre le succès et la fatalité, comme si la popularité était une malédiction.
    Il nous montre une face sombre de l’humanité, une vision triste des organisations humaines.
    Il finira tel son héro, nous laissant le doute du réel message de ce livre.
    Il nous rappelle à quel point la culture est importante mais son seul accès n’est pas suffisant, encore faut-il la comprendre, l’art est loin d’interprétations hypocrites, la délicatesse d’un plume se perçoit, se ressent loin des critiques non objectives.

    J’ai été transportée du début jusqu'à la fin de ce lire, bien qu’ayant une fin un peu pessimiste il m’a motivée à me recentrer sur mon travail, à être fière de moi-même, plus confiante en mes capacités et productions. 
    J’ai découvert ce roman grâce à une chanson éponyme d’un rappeur, musique urbaine ne voulant pas dire musique inculte.
    J’ai l’impression de souvent le penser mais Martin Eden est devenu un de mes livres préférés, un grand merci à Nekfeu qui m’a donné la curiosité de m'intéresser à ce classique.