Jack London

Jack London
Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, Jack London connaît une enfance misérable et entame à quinze ans une vie d'errance. Il exerce de nombreux métiers pour survivre : marin (jusqu'au Japon et à la Sibérie), blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d'huîtres, chasseur de pho... Voir plus
Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, Jack London connaît une enfance misérable et entame à quinze ans une vie d'errance. Il exerce de nombreux métiers pour survivre : marin (jusqu'au Japon et à la Sibérie), blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques, employé dans une fabrique de jute... Après avoir participé à une marche de chômeurs vers Washington, il adhère au socialisme. Devenu vagabond, il est arrêté fin 1894 et passe un mois dans un pénitencier. En 1897, il participe à la ruée vers l'or du Klondike. Atteint du scorbut, il est rapatrié. C'est le début de sa prolifique carrière d'écrivain. À sa mort en 1916, des suites d'un empoisonnement du sang, il laisse quelque cinquante livres, parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903), Croc-Blanc (1906) et Martin Eden (1909).

Articles (3)

  • Jack London nu, Despentes "non écrivain", Finkielkraut "non philosophe"
    Jack London nu, Despentes "non écrivain", Finkielkraut "non philosophe"

    La revue de presse livres vous dit tout ce qu’il faut savoir — et emporter — avant l’été !

  • David Lefèvre, le vagabond
    Interview d'un écrivain-voyageur

    Des Etats-Unis à l’Inde, de l’Asie centrale à la Chine, David Lefèvre, infatigable globe-trotter, ne pose ses valises que pour écrire ses voyages. Cet inconditionnel de Nicolas Bouvier vient de publier Aux quatre vents de la Patagonie : en route pour la Terre de Feu, aux éditions Transboréal. Deux autres ouvrages paraîtront d’ici à la fin de l’année : La Vie en cabane, Petit discours sur la frugalité et le retour à l’essentiel et Solitudes australes, Chronique de la cabane retrouvée… Rencontre. 

  • Les écrivains du réel
    Les écrivains du réel

      Ils sont journalistes et ont choisi le format livre pour publier leurs reportages. Des documents qui retranscrivent amplement la complexité du réel. Zoom sur les écrivains reporters. 

Voir tous les articles

Avis (65)

  • Couverture du livre « La petite dame dans la grande maison » de Jack London aux éditions Libretto

    Christlbouquine sur La petite dame dans la grande maison de Jack London

    Une petite pépite découverte au fil des mes déambulations dans les librairies parisiennes. Je connaissais les classiques de Jack London mais n’avait jamais entendu parler de celui-ci. Une facette méconnue de cet auteur, touchant et féministe et un livre où il est question d’amour, de liberté, de...
    Voir plus

    Une petite pépite découverte au fil des mes déambulations dans les librairies parisiennes. Je connaissais les classiques de Jack London mais n’avait jamais entendu parler de celui-ci. Une facette méconnue de cet auteur, touchant et féministe et un livre où il est question d’amour, de liberté, de partage et d’acceptation. La petite dame aime deux hommes, son mari et son amant, un ménage à trois dont la description fit scandale lors de la sortie du livre et une occasion de découvrir Jack London en dehors de son image d’aventurier. A recommander !

  • Couverture du livre « Nouvelles du grand Nord » de Jack London aux éditions Nathan

    Nadia D'ANTONIO sur Nouvelles du grand Nord de Jack London

    S’il existe un écrivain passionné d’aventures, d’expéditions dans le Grand Froid et que j’affectionne depuis ma jeunesse, c’est bien Jack London, auteur américain dont les thèmes préférés sont justement ceux qui m’attirent ainsi que la nature sauvage.

    N’ayant pas réussi à récupérer tous mes...
    Voir plus

    S’il existe un écrivain passionné d’aventures, d’expéditions dans le Grand Froid et que j’affectionne depuis ma jeunesse, c’est bien Jack London, auteur américain dont les thèmes préférés sont justement ceux qui m’attirent ainsi que la nature sauvage.

    N’ayant pas réussi à récupérer tous mes livres de jeunesse, je tente de reconstituer ma collection de temps en temps, de cet aventurier qui m’a enchantée avec, entre autres, « L’Appel de la forêt », l’incontournable « Croc-Blanc », « La Route – les vagabonds du rail » (chroniqué récemment) et tellement d’autres. Je désire les relire pour en écrire des chroniques et voir si je les percevrai comme dans mon adolescence.

    Mais Jack London n’a pas écrit seulement sur le Grand Froid car il a également embarqué et nous a livré « La croisière du Snark ». Il fut donc un aventurier à part entière qui a touché un peu à tout et, autodidacte, il a fait son éducation grâce à la lecture.

    Cette fois j’ai relu « Nouvelles du Grand Nord » où l’on trouve trois nouvelles extraites du recueil « Le Fils du Loup » : « Le Fils du Loup » - « Le grand silence blanc » et « Les gens de Forty Mile ».
    Jack London y raconte des scènes de vie de Malemute Kid ainsi que d’autres trappeurs dans ce grand froid canadien, aux prises avec des chasseurs « Sticks » qui avaient établi leur camp sur le cours supérieur du Yukon.

    Malemute Kid n’apparaît pas tout de suite car l’histoire commence avec Scruff Mackenzie : « Tout, chez Scruff Mackenzie, indiquait qu’il était né et avait passé la plus grande partie de son existence sur la frontière. Une lutte sans répit contre une nature rude et sauvage avait buriné ses traits. En vingt ans de Grand Nord, il n’avait jamais autant souffert qu’au cours des deux dernières années, passées dans les ténèbres du cercle polaire arctique à la recherche de l’or ».
    On le suit dans ses démarches pour prendre comme femme, la jolie Zariska, en luttant contre son peuple, ces fameux « Sticks » où se trouve le père de la belle, Thling Tinneh qui refuse de lui donner la main de sa fille malgré tous les présents offerts, car Scruff est considéré comme « un homme blanc », « un tueur de moose », un « Loup » ou « Le Fis du Loup ». Et c’est ici que l’on évoque le réputé Malemute Kid.

    Avec les deux autres nouvelles, la suite nous fait vivre avec ces hommes qui doivent affronter des températures extrêmes (quand il fait beau cela signifie que l’on approche des mois vingt degrés…) pour survivre. Nous avons droit à de belles descriptions de ces paysages sous la glace ainsi qu’à celle d’une nature sauvage mais si fascinante (j’apparente cela à du nature writing).

    Ce sont des récits courts, certes, mais si riches en enseignements et qui sont de véritables voyages initiatiques mais aussi une leçon de vie à nous qui lisons cela dans notre cher confort et bien au chaud. Je n’irai pas dire que l’on devrait faire pareil (quoique bien d’autres explorateurs l’aient fait mais eux étaient expérimentés) mais c’est le genre de lecture qui nous donne une petite claque et qui est bien captivante.

    On sait bien que Jack London a passé sa vie à parcourir le monde, a eu toutes sortes d’expériences comme : marin, chasseur de phoques, chômeur, vagabond du rail, clochard, boxeur (pour ne citer que cela) – qu’il a eu donc une existence mouvementée et a su nous la faire partager.

    La critique l’a encensé en le nommant : « Le Kippling du froid » et je ne peux qu’adhérer à ce jugement.

    C’est donc un auteur pour qui je dois m’empresser de compléter à nouveau ma collection afin de relire toutes ses aventures. De plus, c’est bien un genre de lecture dont je ne me lasse jamais et mes amis-lecteurs ont compris depuis longtemps que je suis une adepte du genre.
    Ceci ne fait que le confirmer une fois de plus.

  • Couverture du livre « Le fils du loup et autres nouvelles du grand nord » de Jack London aux éditions Gallimard

    Rémi Paolozzi sur Le fils du loup et autres nouvelles du grand nord de Jack London

    Le fils du loup (que j'ai lu en fait dans la collection Libretto) est le premier livre de Jack London. C'est un recueil de nouvelles, publié en 1900.
    On y découvre le grand nord vu et vécu par London, ce qu'il appelle le Silence Blanc et où l'e^tre humain se dévoile dans sa rudesse, sa lâcheté,...
    Voir plus

    Le fils du loup (que j'ai lu en fait dans la collection Libretto) est le premier livre de Jack London. C'est un recueil de nouvelles, publié en 1900.
    On y découvre le grand nord vu et vécu par London, ce qu'il appelle le Silence Blanc et où l'e^tre humain se dévoile dans sa rudesse, sa lâcheté, sa bonté. Et même si l'oeuvre de London ne s'est pas construite qu'autour de ce pays dur et froid, il a été un déclencheur et un marqueur pour lui. On y croise le personnage récurrent de Malemut Kid et franchement toutes les nouvelles valent leur pesant de pépites du Klondike.
    Ce livre est à l'instar de son auteur: géant.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com