Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Ingrid Astier

Ingrid Astier

Née à Clermont-Ferrand en 1976, Ingrid Astier vit à Paris.

Normalienne, agrégée de lettres, elle débute en écriture avec le prix du Jeune Ecrivain (1999). Elle a d'abord choisi le roman noir pour sa faculté à se pencher sans réserve sur l'être humain : "Quais des enfers" (Gallimard), son premie...

Voir plus

Née à Clermont-Ferrand en 1976, Ingrid Astier vit à Paris.

Normalienne, agrégée de lettres, elle débute en écriture avec le prix du Jeune Ecrivain (1999). Elle a d'abord choisi le roman noir pour sa faculté à se pencher sans réserve sur l'être humain : "Quais des enfers" (Gallimard), son premier roman, a été récompensé par quatre prix.

Son roman suivant, "Angle mort" (Gallimard), entre western urbain et romantisme noir, a été salué comme "le mariage du polar et de la grande littérature". Elle est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages, dont le tout récent "Petit éloge de la nuit" (Folio Gallimard) porté sur le devant de la scène par les libraires et les médias.

© Gallimard / Catherine Hélie

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Ingrid Astier (13)

Avis sur cet auteur (35)

  • add_box
    Couverture du livre « Haute voltige » de Ingrid Astier aux éditions Gallimard

    Sevlipp sur Haute voltige de Ingrid Astier

    Un avis un peu mitigé pour ce polar.
    La commandant Suarez enquête parallèlement, et au détriment de sa famille, sur le car-jacking d'un riche saoudien et sur un cambrioleur qui le nargue en opérant presque invisible en passant par les toits.
    Il est question de haute-voltige, de combat de boxe...
    Voir plus

    Un avis un peu mitigé pour ce polar.
    La commandant Suarez enquête parallèlement, et au détriment de sa famille, sur le car-jacking d'un riche saoudien et sur un cambrioleur qui le nargue en opérant presque invisible en passant par les toits.
    Il est question de haute-voltige, de combat de boxe et d'échec, de méchants serbes, d'amitié, d'une jolie femme qui envoute le plus cruel des malfrats, de vol d'oeuvres d'art et de bijoux...
    Un menu copieux donc pour faire un excellent polar avec une écriture presque poétique et des personnages haut en couleur qu'ils soient flics ou bandits.
    Toutefois, il y a bien trop de longueurs et, au lieu d'un rythme qui aurait du être trépidant, on frôle à plusieurs reprises l'ennui.

  • add_box
    Couverture du livre « Quai des enfers » de Ingrid Astier aux éditions Gallimard

    Ju-s-tine sur Quai des enfers de Ingrid Astier

    Un polar qui tient la route, pas le meilleur que j'ai pu lire, mais le mystère est tenu jusqu'au bout. Pour moi, le contrat de base est rempli.
    Après rien de surprenant, un meurtre (ou un peu plus), une enquête et la résolution. Pas de grands rebondissements ni de petits "plus", juste un moment...
    Voir plus

    Un polar qui tient la route, pas le meilleur que j'ai pu lire, mais le mystère est tenu jusqu'au bout. Pour moi, le contrat de base est rempli.
    Après rien de surprenant, un meurtre (ou un peu plus), une enquête et la résolution. Pas de grands rebondissements ni de petits "plus", juste un moment de lecture sympa.

  • add_box
    Couverture du livre « Haute voltige » de Ingrid Astier aux éditions Gallimard

    OLYMPE sur Haute voltige de Ingrid Astier

    Ingrid Astier est une écrivaine de grand talent et l'a démontré dans "Haute voltige", un livre que j'avais lu lors de sa parution, mais j'avais attendu pour ma critique, de la rencontrer avec son éditeur.

    On rencontre des personnages tels que Suarez, Ylana, le Gecko, Ranko....

    Cet ouvrage...
    Voir plus

    Ingrid Astier est une écrivaine de grand talent et l'a démontré dans "Haute voltige", un livre que j'avais lu lors de sa parution, mais j'avais attendu pour ma critique, de la rencontrer avec son éditeur.

    On rencontre des personnages tels que Suarez, Ylana, le Gecko, Ranko....

    Cet ouvrage peut être considéré comme une trilogie car Ingrid a utilisé la brigade fluviale.

    Mais elle a également utilisé le "chessboxing" avec Enki Bilal et ce récit nous fascine jusqu'à la dernière page.

  • add_box
    Couverture du livre « La vague » de Ingrid Astier aux éditions Arenes

    Mimosa sur La vague de Ingrid Astier

    C'est le 2ème roman d'Ingrid Astier que je lis,et,ai eu la chance d'assister à une rencontre avec l'auteure lors d'un festival,captivante,érudite elle a su gommer toutes les hésitations de ses lecteurs.La vague ne m'a pas emportée:trop de thèmes abordés:les transgenres ,l'alcool,la drogue,la...
    Voir plus

    C'est le 2ème roman d'Ingrid Astier que je lis,et,ai eu la chance d'assister à une rencontre avec l'auteure lors d'un festival,captivante,érudite elle a su gommer toutes les hésitations de ses lecteurs.La vague ne m'a pas emportée:trop de thèmes abordés:les transgenres ,l'alcool,la drogue,la désespérance des jeunes sur l'île,le monde du surf avec son langage bien particulier qui,mêlé au tahitien,me demandait un effort de compréhension qui cassait le rythme de la lecture.Je n'ai pas saisi le rôle des coupures narratives avec le personnage de Rèva ,le rôle de Birdy: trop de sinuosités!
    Une langue poétique sert la description détaillée de cette partie de la Polynésie,la proximité d'Hiro le personnage principal avec la nature,sa connexion avec les éléments marins. L'évocation d'un paradis qui nous transporte;las!la luminosité du début s'effondre peu à peu dans la noirceur.
    Un livre particulier, à la fois ,hymne à la nature et roman noir!