Guillaume Gueraud

Guillaume Gueraud
Né en 1972 à Bordeaux, Guillaume Guéraud vit désormais à Marseille. Au Rouergue, il est l'auteur de douze romans dans la collection doAdo, dont le dernier, Sans la télé (2010), de trois albums, Ma Rue, Arc-en-Fiel et Raspoutine, d'un Zig Zag, Arrête ton cinéma, et d'un roman pour adultes, Dernier... Voir plus
Né en 1972 à Bordeaux, Guillaume Guéraud vit désormais à Marseille. Au Rouergue, il est l'auteur de douze romans dans la collection doAdo, dont le dernier, Sans la télé (2010), de trois albums, Ma Rue, Arc-en-Fiel et Raspoutine, d'un Zig Zag, Arrête ton cinéma, et d'un roman pour adultes, Dernier Western (La brune, 2001). Il a aussi publié le premier titre de la collection doAdo Noir : Je mourrai pas gibier (2006, Prix Sorcières 2007, adapté en bd par Alfred chez Delcourt, 2009), La Brigade de l'oeil (2007, Folio SF, 2009), Le Contour de toutes les peurs (2008), Déroute sauvage (2009) et Sans la télé (2010).

Avis sur cet auteur (21)

  • add_box
    Couverture du livre « Vorace » de Guillaume Gueraud aux éditions Rouergue

    Claudia Charrier sur Vorace de Guillaume Gueraud

    J'ai eu une belle surprise en lisant ce livre car j'avoue que je ne savais pas trop où cette lecture allait m'emmener.

    Dans ce roman au titre énigmatique, il est question de monstres, de disparitions inquiétantes, de mâchoires énormes...
    Bref, un univers étrange et obscur et à la fois...
    Voir plus

    J'ai eu une belle surprise en lisant ce livre car j'avoue que je ne savais pas trop où cette lecture allait m'emmener.

    Dans ce roman au titre énigmatique, il est question de monstres, de disparitions inquiétantes, de mâchoires énormes...
    Bref, un univers étrange et obscur et à la fois intriguant.
    C'est un ouvrage qui m'a étonnée, par son originalité et le mystère qu'il s'y dégage.

    Je ne m'attendais pas à accrocher autant à cette fable, qui m'a plu jusqu'à la fin.

    Suspense, rebondissements en continu.

    L'écriture est fluide, agréable et rythmée.

    Les personnages principaux, Léo et Cosmina sont très attachants.

    Ce qui est intéressant dans cette lecture, c'est qu'autour de cette fiction, l'auteur aborde avec intelligence et finesse, des sujets délicats et actuels comme :

    La précarité, la surconsommation, la pollution, l'individualisme
    et sur les valeurs humaines.


    C'est tout cela dans Vorace !

    Une lecture qui interroge le lecteur sur le devenir de notre planète.


    Ce roman est atterri dans les mains de mon fils.
    J'espère qu'il trouvera autant d’intérêt à le lire que j'en ai eu.
    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/11/vorace.html

  • add_box
    Couverture du livre « Vorace » de Guillaume Gueraud aux éditions Rouergue

    kryan soler sur Vorace de Guillaume Gueraud

    Léo un jeune sans-abri attachant et généreux, fumeur d’herbe fait la manche à Paris avec son chien Tchekhov, affectueux mais féroce quand il le faut.
    Léo est témoin de phénomènes étranges.
    Une distorsion. Quelque chose de flou.
    Quelque chose de bizarre et d'alarmant est en train de se...
    Voir plus

    Léo un jeune sans-abri attachant et généreux, fumeur d’herbe fait la manche à Paris avec son chien Tchekhov, affectueux mais féroce quand il le faut.
    Léo est témoin de phénomènes étranges.
    Une distorsion. Quelque chose de flou.
    Quelque chose de bizarre et d'alarmant est en train de se passer.
    Les insectes, les souris, les pigeons, les rats, les chats, les chiens, les enfants... disparaissent. Dévorés ? Par qui ? Par quoi ?
    Quelque chose que l’on appelle la Bête.

    VORACE :
    Vibration
    Opaque
    Rien de commun
    Apparition
    Croissance
    Évaporation

    Ce n'est pas qu’un roman fantastique. C'est aussi un roman sur l'amour. L’amour entre deux ados, deux exclus. L'amour qui est plus fort que la haine et la colère. L'amour qui est plus fort que la Bête.
    On a besoin de l'entendre ce message d’amour, de le réentendre. On a besoin de l'inventer, de le réinventer. On a besoin de le vivre, de le revivre.

    On peut donner n’importe quel visage à la Bête. Elle existe. C’est tout.
    Guillaume Guéraud dit que la Bête pourrait être un mélange de pollution, d'individualisme, de capitalisme...

    VORACE :
    Vraiment
    Original
    Roman
    Auteur
    Carrément
    Épatant

    Guillaume Guéraud dit aussi que le fantastique ça le « gonfle. Alors pour quelqu'un qui dit ça, il s’en est plus que bien sorti!

    PS : Personnellement, le fantastique ne me « gonfle » jamais !

  • add_box
    Couverture du livre « Je mourrai pas gibier » de Guillaume Gueraud aux éditions Rouergue

    Carrie sur Je mourrai pas gibier de Guillaume Gueraud

    J'aime offrir des livres, particulièrement à mes neveux et nièces (bien grands aujourd'hui puisque le plus jeune a déjà 16 ans). C'est d'ailleurs pour ce dernier que je me suis précipitée, l'avant-veille de Noël, chez un libraire de ma ville pour avoir un conseil de livre à offrir. Le libraire...
    Voir plus

    J'aime offrir des livres, particulièrement à mes neveux et nièces (bien grands aujourd'hui puisque le plus jeune a déjà 16 ans). C'est d'ailleurs pour ce dernier que je me suis précipitée, l'avant-veille de Noël, chez un libraire de ma ville pour avoir un conseil de livre à offrir. Le libraire m'a immédiatement parlé de Je mourrai pas gibier, roman dont j'avais étrangement entendu parler - et ce pour la première fois - dans la même semaine. Je lui fais confiance, et décide de le lire avant de l'emballer.

    Il se lit très vite, une demi-heure environ. Et quel coup de poing! C'est d'une violence inouie mais n'est pas, selon moi, le plus violent celui qu'on croie. On y parle de la France d'en-bas, de ces jeunes qui n'ont pas le choix et pas d'autre horizon que la ligne bien basse de leur village.

    A lire et à faire lire

  • add_box
    Couverture du livre « Je mourrai pas gibier » de Guillaume Gueraud aux éditions Rouergue

    Nanou Anne sur Je mourrai pas gibier de Guillaume Gueraud

    Remuant. Cette lecture ne m'a pas laissée indifférente. Bon en même temps, c'est précisé collection DoAdo « noir », alors c'est sûr, je ne devais pas m'attendre à me retrouver au pays des bisounours. Mais quand même.

    Le récit s'ouvre sur la tuerie perpétrée par Martial, le jeune narrateur, au...
    Voir plus

    Remuant. Cette lecture ne m'a pas laissée indifférente. Bon en même temps, c'est précisé collection DoAdo « noir », alors c'est sûr, je ne devais pas m'attendre à me retrouver au pays des bisounours. Mais quand même.

    Le récit s'ouvre sur la tuerie perpétrée par Martial, le jeune narrateur, au mariage de son frère. Forcément, on le prend en grippe au début du roman, on se dit qu'il est fou, complètement dérangé du ciboulot. Et puis, il nous explique pourquoi il en est venu à cet acte inconsidéré…une enfance marquée par des querelles de villageois, de la haine entre eux, des rancoeurs séculaires, de la violence, et même un manque de compassion entre membres de sa propre famille. Un père gravement malade. Une famille qui ne comprend pas son choix d'orientation professionnelle. Et puis la goutte d'eau qui fait déborder le vase, les plus faibles qui trinquent, l'idiot du village sur qui on se défoule, la loi du plus fort qui domine en maître…C'est trop de choses à encaisser pour son âge, un jour ça sort…Alors évidemment, je n'excuse pas son geste, c'est de la folie. Mais on se révolte avec lui de l'injustice. Dans ce village, soit tu nais chasseur, sois tu meurs gibier. le narrateur a fait son choix.

    Le roman questionne sur les relations avec l'autre, la haine, la vengeance, l'idée de se faire justice soi-même. Mais aussi sur la possession d'armes à feu. le jeune homme ne s'est pas servi que du fusil de chasse de son père pour sa boucherie, cependant ce fusil était au-dessus de la cheminée, bien en évidence… Est-ce bien raisonnable quand il y a des enfants dans la maison ?

    C'est un roman très court, qui se lit très vite. Mais est-ce un argument pour le mettre entre les mains de n'importe quel adolescent qui dit ne pas aimer lire ? Je ne crois pas, non. Je l'ai dans le CDI de mon lycée, je ne le mettrai pas dans un CDI de collège. Il est plutôt pour grand ados.