Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

George R. R. Martin

George R. R. Martin

George R. R. Martin est un écrivain de science-fiction américain né le 20 septembre 1948. Attiré par l’univers des comics et diplômé de journalisme, il est objecteur de conscience pendant la guerre au Viêt Nam. En 1979, George R. R. Martin choisit d’exercer pleinement le métier d’écrivain : il re...

Voir plus

George R. R. Martin est un écrivain de science-fiction américain né le 20 septembre 1948. Attiré par l’univers des comics et diplômé de journalisme, il est objecteur de conscience pendant la guerre au Viêt Nam. En 1979, George R. R. Martin choisit d’exercer pleinement le métier d’écrivain : il reçoit alors plusieurs prix pour sa nouvelle Les Rois des sables. Au début des années 1990, après avoir été scénariste pour la télévision, l’auteur commence l’écriture de sa saga Le Trône de Fer. George R. R. Martin est nommé en 2011 comme l’une des personnes les plus influentes au monde par le magazine Time.

Plusieurs volumes de la saga Le Trône de Fer remportent le prix Locus du meilleur roman de fantasy. Adaptée à la télévision, la saga est devenue la série la plus diffusée au monde. Durant les 4 premières saisons, George R. R. Martin est le scénariste d’un épisode. Il est considéré comme le « Tolkien américain ».

Articles en lien avec George R. R. Martin (2)

Avis sur cet auteur (124)

  • add_box
    Couverture du livre « Le trône de fer T.2 ; le donjon rouge » de George R. R. Martin aux éditions J'ai Lu

    Marie Kacher sur Le trône de fer T.2 ; le donjon rouge de George R. R. Martin

    Prudence est mère de sureté, assenait mon arrière-grand-mère. Suivant ses conseils avisés, j’attends généralement d’avoir lu et apprécié le premier tome d’une saga avant d’acheter les tomes suivants : inutile de dépenser de l’argent pour des livres que je ne lirais jamais, ou alors à contrecœur...
    Voir plus

    Prudence est mère de sureté, assenait mon arrière-grand-mère. Suivant ses conseils avisés, j’attends généralement d’avoir lu et apprécié le premier tome d’une saga avant d’acheter les tomes suivants : inutile de dépenser de l’argent pour des livres que je ne lirais jamais, ou alors à contrecœur ! Il m’arrive cependant, de temps à autre, de piétiner allégrement cette prudence savamment entretenue, et de tenter un coup de poker … C’est ce qui s’est passé pour Le trône de fer : alors même que je n’avais aucune certitude que le premier opus allait me plaire, j’ai tout de même acheté le coffret contenant les trois premiers tomes. Je dois avouer qu’à la fin du premier, je le regrettais quelque peu : ça n’avait pas été une mauvaise lecture, loin de là, mais ça ne m’avait pas non plus transcendée autant que je l’espérais vu la popularité de la saga et de la série … Toutefois, possédant donc le deuxième tome, j’ai décidé de donner sa chance à ce dernier, et j’ai drôlement bien fait, car il est clairement meilleur que le premier !

    Cela faisait bien longtemps que le Royaume des Sept Couronnes n’avait pas connu pareils troubles ! De partout, la discorde sème ses graines : jeux de pouvoir, soifs de vengeance et rêves de gloire germent dans les cœurs et les esprits des puissants de ce monde. Ici, c’est Catelyn Stark qui détient le rejeton Lannister, ce dernier étant menacé par la folie furieuse du petit sire des Eyrié. Là, c’est Eddard Stark qui se débat avec son foutu titre de Main du Roi, obligé de gouverner à la place de ce dernier qui s’en va chasser le sanglier alors que sa propre femme lui fait des enfants dans le dos – plus ou moins littéralement – et que le mystère qui entoure l’assassinat de son prédécesseur s’apprête à être levé. Ailleurs, c’est le jeune Robb Stark qui, du haut de ses quinze ans, veille farouchement sur le domaine et l’honneur familial et de voit contraint de prendre de lourdes décisions pour son jeune âge. Encore plus loin, c’est Jon Snow qui se trouve à la croisée des chemins : l’heure de prononcer ses vœux approche, mais le jeune bâtard se débat encore avec sa conscience pour savoir ce qu’il doit faire …

    Tandis que le premier tome restait très introductif, présentant progressivement au lecteur quelque peu perdu la foule immense de protagonistes qui font et sont l’histoire (et l’Histoire), ce deuxième opus rentre enfin dans le vif du sujet : la guerre. Terminés, les ronds de jambe à la Cour. Achevés, les luttes à l’épée de bois. Envolés, les tournois festifs. Tout n’est désormais plus que trahisons et machinations, tandis que chacun œuvre dans l’ombre pour assouvir ses sombres desseins et dissimuler ses obscurs secrets. Car autour du trône, rien n’est jamais ce qu’il semble être : on ne peut se fier à personne, même et surtout pas à soi-même. Car que valent vos belles valeurs, que vaut votre bel honneur, quand la survie de ceux qui vous sont chers est en jeu ? quand on vous promet miséricorde pour mieux vous poignarder dans le dos une fois que vous vous serez parjuré ? comment faire le bon choix lorsque votre cœur est tiraillé entre deux voies opposées ? existe-t-il seulement une bonne décision à prendre, ou n’est-ce qu’une illusion pour soulager notre conscience ? Chapitre après chapitre, nous voyons nos protagonistes se débattre avec ces divers questionnements, avec leurs doutes, leurs espoirs, leurs peines. On en plaint certains, et d’autres moins, mais une chose est sûre : on tourne chaque page avec une appréhension et une fascination croissantes.

    Car disons-le clairement : d’un côté, on ne peut qu’être effrayé par cette escalade de violence et on la déplore, mais de l’autre, on sent bien que la guerre est inévitable, qu’il faut qu’elle éclate comme l’orage qui couve pendant des semaines de canicules avant de déverser son tonnerre fracassant sur le monde. Le Royaume est gangréné par les ressentiments et les ambitions, par l’amertume et la convoitise. Il y a les derniers Targaryens, exilés au loin, bien décidés à reprendre le trône qui leur revient de droit. Il y a la reine et ses inavouables secrets qui ne rêvent que de voir la couronne sur la tête de son rejeton. Il y a les Stark qui se débattent entre leur honneur et leurs impulsions belliqueuses. Il n’y a, finalement, ni gentils ni méchants : il n’y a que des hommes et des femmes convaincus que leur voie est meilleure que celle du voisin, il n’y a que des hommes et des femmes qui font tout ce qu’ils peuvent pour survivre et/ou assouvir leurs pulsions et passions. C’est une histoire qui ne montre clairement pas le meilleur de l’être humain, qui montre bien plus le côté sombre qui se cache au cœur de chacun : dans un monde impitoyable où le fort survit et le faible meurt, où les rivalités entre les maisons dictent les agissements de chacun depuis des générations, où les alliances se font et se défont selon ce que chacun peut en retirer personnellement, il faut se battre pour rester en vie. Il faut vaincre, à n’importe quel prix.

    Quand on y réfléchit, cela peut sembler assez horrible d’apprécier ce genre de récit. Mais je pense vraiment que si on se laisse tellement happer par cette histoire, c’est avant tout parce qu’elle est remarquablement bien menée et racontée. Alors bien sûr, la fluidité de la traduction laisse toujours à désirer, mais cela n’empêche désormais plus de savourer pleinement ce remarquable roman-choral, où les destinées individuelles s’entremêlent pour former une immense trame. Si cela peut perturber au début, il y a vraiment quelque chose de fascinant à suivre cette grande Histoire en suivant les petites histoires de chacun, du plus puissant au plus humble. On apprécie tout autant suivre Catelyn ou Robb que Bran et Arya, quand bien même ces deux derniers ne jouent pas un rôle actif dans cette intrigue et ne sont finalement que des victimes collatérales de ces cruels jeux de pouvoir et de vengeance. On se sent quelque peu privilégié d’avoir une vue aussi globale de toute cette affaire, alors que chacun des protagonistes n’en connait qu’une infime partie. Et le plus incroyable finalement, c’est que subtilement mais joliment, on sent que la narration s’adapte intimement au personnage dont nous suivons le moins de vue : c’est très discret, justement car c’est bien fait !

    En bref, vous l’aurez bien compris, je suis vraiment heureuse d’avoir laissé sa chance à cette saga alors que le premier opus ne m’avait pas pleinement convaincue … En effet, ce deuxième tome a su rattraper le coup : c’était vraiment super palpitant ! On se laisse vraiment porter et transporter par cette histoire aussi sombre que puissante : on se laisse prendre au jeu, finalement, et on meurt d’envie de savoir comment toute cette sombre histoire va bien pouvoir se terminer. On commence vraiment à comprendre qu’il ne faut s’attacher à personne, que l’auteur n’hésitera jamais à tuer allégrement des personnages jusqu’alors principaux, qu’il n’épargnera personne et surtout pas son lectorat. Et c’est justement parce qu’on subit les mêmes pertes que les personnages qu’on se sent étrangement si proches d’eux, alors que nous n’avons absolument rien en commun avec eux. Mais le plus dingue, c’est que même si on sent que ce n’est que le début, que le pire reste encore à venir, on ne peut tout de même pas s’empêcher d’avoir envie de découvrir cette suite. Parce qu’une fois qu’on s’est laissé happé par Le trône de fer, rien à faire, on ne peut plus faire marche arrière …

    http://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2021/06/le-trone-de-fer-tome-2-le-donjon-rouge.html

  • add_box
    Couverture du livre « Le trône de fer ; INTEGRALE VOL.1 » de George R. R. Martin aux éditions J'ai Lu

    Nathalie Sibué sur Le trône de fer ; INTEGRALE VOL.1 de George R. R. Martin

    Le trône de fer... La convoitise qui motive, oppose ou rassemble rois et reines du royaume des Sept Couronnes. Fidélités et trahisons, tous les coups sont permis et ce ne sont pas les plus justes qui gagnent. Cependant, une autre menace point, bien plus profonde et inquiétante... Celle venant de...
    Voir plus

    Le trône de fer... La convoitise qui motive, oppose ou rassemble rois et reines du royaume des Sept Couronnes. Fidélités et trahisons, tous les coups sont permis et ce ne sont pas les plus justes qui gagnent. Cependant, une autre menace point, bien plus profonde et inquiétante... Celle venant de l'autre côté du Mur... "L'hiver vient "... Et ce sera terrible...

  • add_box
    Couverture du livre « Feu & sang T.1 » de George R. R. Martin aux éditions J'ai Lu

    Lucie W. sur Feu & sang T.1 de George R. R. Martin

    Tout d'abord merci à lecteurs.com qui m'a permis de me plonger dans l'univers absolument incroyable qu'à créé l'auteur qu'est George R.R Martin.
    Je tiens à préciser que je n'ai jamais lu un seul livre de cet auteur et donc n'ai pas lu les tomes de "Le trône de fer". Bien évidemment, je...
    Voir plus

    Tout d'abord merci à lecteurs.com qui m'a permis de me plonger dans l'univers absolument incroyable qu'à créé l'auteur qu'est George R.R Martin.
    Je tiens à préciser que je n'ai jamais lu un seul livre de cet auteur et donc n'ai pas lu les tomes de "Le trône de fer". Bien évidemment, je connaissais très brièvement le synopsis grâce à la très connue série télévisée "Games of Thrones" que j'entendais parler partout sur les réseaux. J'ai commencé ce préquel avec pas spécialement beaucoup d'attente, d'envie de me replonger dans l'univers car simplement je ne le connaissais pas.

    Le début a été assez complexe pour moi. Ce préquel, bien qu'il relate les faits avant la Conquête des Sept Couronnes et donc avant "Games of Thrones", ne peut pas se lire selon moi sans connaitre au préalable les différentes Royaumes, les Dragons et tout l'univers expliqué dans "Games of Thrones". J'ai donc regardé une petite vidéo recensant brièvement l'univers, ce qui m'a permis de mieux comprendre ma lecture de "Feu et Sang".

    Ce qui m'a vraiment frappé dans ce roman c'est le style narratif qu'à choisi l'auteur. En effet, l'auteur a parfaitement bien fusionner le but du récit et son style d'écriture (après à voir si les romans du "Trône de Fer" adopte le même style mais selon une amie qui avait lu cette saga, la structure est tout à fait différent). C'est là que l'auteur nous montre bien que "Feu et Sang" s'approche presque d'une chronique historique : Peu de dialogues, les faits sont expliqués comme des faits historiques avec un narrateur presque historien à ce stade. C'est une façon d'écrire qui peut plaire à certains comme il peut déplaire à d'autres dû à des passages assez compactes et moins aérés (le peu de dialogues donne cette effet). Personnellement, j'ai beaucoup apprécié !

    Je lis sûrement dans le mauvais ordre puisque peut-être qu'il y a eu des références que je n'ai pas compris étant donné que je n'ai pas lu la saga "Le trône de fer" mais il me tarde de commencer également cette saga si emblématique "Le trône de fer".

    Pour conclure, une excellente lecture de "Feu et Sang" mélangeant fantasy, violence, amour, guerre et pouvoir !

  • add_box
    Couverture du livre « Feu et sang ; intégrale » de George R. R. Martin aux éditions J'ai Lu

    ManonBX sur Feu et sang ; intégrale de George R. R. Martin

    Merci à lecteurs.com de me permettre de découvrir les origines du Trône de Fer. Quelle belle découverte ! Le Point Pop affirme que Feu et sang (I et II) "se lit d'une traite". Je ne ne peux que partager cet avis !

    Merci à lecteurs.com de me permettre de découvrir les origines du Trône de Fer. Quelle belle découverte ! Le Point Pop affirme que Feu et sang (I et II) "se lit d'une traite". Je ne ne peux que partager cet avis !