Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Gagne Mireille

Gagne Mireille

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « Le lièvre d'Amérique » de Gagne Mireille aux éditions La Peuplade

    Un brin de Syboulette sur Le lièvre d'Amérique de Gagne Mireille

    Voilà un premier roman québécois captivant, intriguant, poétique. Mireille Gagné a écrit une fable. Une fable dont seuls les québécois ont le secret. Une fable dont les mots percutent, dont la ponctuation s’efface, dont le rythme est dense. Mais attention, ici, ce n’est pas une fable comme nous...
    Voir plus

    Voilà un premier roman québécois captivant, intriguant, poétique. Mireille Gagné a écrit une fable. Une fable dont seuls les québécois ont le secret. Une fable dont les mots percutent, dont la ponctuation s’efface, dont le rythme est dense. Mais attention, ici, ce n’est pas une fable comme nous connaissons. « Le lièvre d’Amérique » est une fable qui parle des travers de notre société, ce travers de la compétence, du toujours mieux et plus vite. Et quelle idée incroyable qu’a eu l’auteure de s’appuyer sur la légende de Nanabozo, légende que je vous laisse découvrir à la fin de ce court mais puissant roman.

    Dans « Le lièvre d’Amérique », Mireille Gagné explore la métamorphose de Diane par le biais d’une opération. Une métamorphose afin d’être plus productive, plus rapide, plus plus plus. Le lecteur assiste à ce changement, découvre avec Diane tout le bouleversement que subit son corps et je ne peux que penser à « La métamorphose » de Kafka (et cela me ravit). Avec en parallèle, la découverte du lièvre d’Amérique, l’animal puissant et rapide. Le lecteur en apprend beaucoup sur cet animal. Et fait forcément le lien avec ce que vit Diane. Le parallèle est posé. Évidemment, l’auteure veut nous faire comprendre Diane et sa vie de maintenant, à ce qu’il lui arrive en nous parlant de son adolescence et de ce qu’elle a vécu. Trois parties dans un court roman. Cela est ambitieux, audacieux et surtout cela fonctionne. L’auteure a un réel don pour raconter une histoire captivante, un don pour nous apprendre des choses, un don pour nous captiver pendant 138 pages!

  • add_box
    Couverture du livre « Le lièvre d'Amérique » de Gagne Mireille aux éditions La Peuplade

    Joëlle Buch sur Le lièvre d'Amérique de Gagne Mireille

    Voici un roman singulier de cette rentrée littéraire. Le personnage principal s’appelle Diane. On fait des allers-retours dans le temps et donc dans la vie de Diane. Les chapitres sont entrecoupés de pages explicatives sur le lièvre d’Amérique : son comportement, son alimentation, ses...
    Voir plus

    Voici un roman singulier de cette rentrée littéraire. Le personnage principal s’appelle Diane. On fait des allers-retours dans le temps et donc dans la vie de Diane. Les chapitres sont entrecoupés de pages explicatives sur le lièvre d’Amérique : son comportement, son alimentation, ses prédateurs, sa reproduction, son territoire.
    Elle a grandi sur l’Îsle-aux-Grues, un archipel d’îles au Canada. De son enfance, elle nous parle surtout de son ami Eugène, un fervent défenseur des animaux chassés. A l’âge de 15 ans, il disparait mystérieusement. Elle nous parle de la mer et de ses dangers (marées).
    Aujourd’hui, elle vit seule, dans un appartement aseptisé en ville. Diane est une travailleuse acharnée, une employée modèle qui arrive tôt et part après tous ses collègues. Mais Diane est jalouse de l’une ses collègues. Son unique objectif est de la surpasser. Alors elle a pris rendez-vous pour une opération qui lui permettra de dormir moins et de travailler davantage.
    Le roman s’ouvre à J+1 de l’opération et nous observons avec Diane ses effets sur son corps et son mental. Des effets surprenants, on dirait bien que ses yeux s’agrandissent, que son rythme cardiaque s’accélère, qu’elle devient rousse avec des taches de rousseur de plus en plus nombreuses…
    Ce roman est très court et il m’a captivée. Je voulais découvrir en quoi allait se transformer Diane à la suite de cette opération mystérieuse. Je dois dire que la couverture a également attiré mon attention. Une très belle illustration colorée de Stéphane Poirier recouvre la totalité de la couverture. C’est un bel objet, une illustration en noir et blanc est insérée régulièrement entre les chapitres tels des intercalaires. La mise en page est soignée (design graphique et mise en page par l’Atelier Mille Mille). A la fin l’auteure a glissé un lexique de vocabulaire maritime, parler rural de l’île-aux-Grues. Vous trouverez par exemple la définition de « grignons » : « des mottes de terre ou de glaces durcies par la gelée ». J’ai adoré tous ces mots, une véritable invitation au voyage sur cette île que je ne connaissais pas. Une belle découverte !
    L’éditeur décrit ce roman comme « une fable animalière néolibérale, [qui] s’adresse à celles et ceux qui se sont égarés ». Ainsi on nous dit que le roman est une adaptation libre d’une histoire algonquienne racontée par Alanis Obomsawin sur les ondes de la radio CBC en 1970, une légende indienne ! Elle relate les origines de Nanabozo, « une figure mythologique issue des traditions cosmologiques des peuples algonquiens ».
    Si vous voulez en savoir plus sur Nanabozo : « Polymorphe et sans sexe défini, il ou elle apparaît le plus souvent sous la forme d’un lièvre. Envoyé sur la terre par le Grand Esprit Manitou et parfois lié à la création du Monde, Nanabozo est tantôt enseignant et bienfaiteur des humains, tantôt farceur. »
    https://www.cbc.ca/player/play/1527775827

  • add_box
    Couverture du livre « Le lièvre d'Amérique » de Gagne Mireille aux éditions La Peuplade

    Ramettes sur Le lièvre d'Amérique de Gagne Mireille

    La couverture de ce roman est magnifique avec ce lièvre qui nous regarde… vous verrez que dans ce roman il est omniprésent. Il est beaucoup question de regard...

    J'ai beaucoup aimé le travail d'écriture. La structure qui se compose d'une double page graphique avec des traces noires qui...
    Voir plus

    La couverture de ce roman est magnifique avec ce lièvre qui nous regarde… vous verrez que dans ce roman il est omniprésent. Il est beaucoup question de regard...

    J'ai beaucoup aimé le travail d'écriture. La structure qui se compose d'une double page graphique avec des traces noires qui laissent au lecteur les interprétées. Elles se répètent de manière régulière comme pour marquer un passage, une étape. Puis vient une évocation d'un aspect de la vie du lièvre, avec un style documentaire. Puis vient on découvre Diane juste après sa mystérieuse intervention chirurgicale qui est sensé augmenter ses capacités de travail. le style est plus froid, Diane analyse tout ce qu'elle ressent, tout ce qu'elle compte faire, tout ce qu'elle fait. On a aussi un chapitre qui nous plonge dans l'enfance, on est dans le récit. Et enfin un chapitre quelques temps avant l'opération, La fatigue, la perte de contrôle, la paranoïa, l'hystérie qui se traduisent par la perte de la ponctuation, cela donne un texte à bout de souffle. Puis nouvelle double page graphique identique etc… Cela donne des rythmes différents. Passé lointain, passé récent et présent ont des titres de chapitres qui leur ressemblent.

    En parlant de langue j'ai adoré les formulations québécoises, dont on retrouve les explications en fin de volume dans un lexique. J'ai aussi découvert ou redécouvert des mots qu'on n'utilise peu.

    On a donc d'un côté la ville avec tout ce que le côté urbain à enlevé à l'instinct primaire, Diane a perdu son humanité et de l'autre l'île, l'archipel avec sa nature sauvage et primale. Les relations de l'homme avec la nature et les éléments. Avec se besoin de retrouver son identité profonde dans ses racines familiales.

    Ceux qui me suivent savent combien j'aime la thématique de l'eau, eh bien j'ai été gâtée.

    J'ai beaucoup aimé l'épilogue qui s'inspire d'un conte algonquin. Ce qui est une belle conclusion pour l'aspect « légende » « fable » que l'on ressent dans cette étrange histoire.

    Je comprends que ce texte magnifique se soit fait remarqué lors de cette rentrée littéraire.

    Je vous invite à découvrir cette étrange aventure très bien écrite qui se lit d'un trait…

    Il s'agit d'un premier roman, j'ai hâte de voir se que l'avenir nous réserve.

  • add_box
    Couverture du livre « Le lièvre d'Amérique » de Gagne Mireille aux éditions La Peuplade

    Cathfd sur Le lièvre d'Amérique de Gagne Mireille

    C'est un premier roman totalement atypique que nous offre Mireille Gagné !
    Une petite merveille née d'une combinaison d'intelligence, de poésie et d'étrangeté pour dénoncer le workaholisme des citadins et leur éloignement de la nature et de l'essentiel...

    Il alterne:
    De courts chapitres...
    Voir plus

    C'est un premier roman totalement atypique que nous offre Mireille Gagné !
    Une petite merveille née d'une combinaison d'intelligence, de poésie et d'étrangeté pour dénoncer le workaholisme des citadins et leur éloignement de la nature et de l'essentiel...

    Il alterne:
    De courts chapitres consacrés au Lièvre d'Amérique, un petit mammifère qui a la particularité de très peu dormir.
    Le quotidien de son héroïne, Diane, venant de subir une mystérieuse intervention afin de pouvoir travailler toujours plus.
    Des passages où les mots se succèdent et se télescopent sans ponctuation, où le lecteur en apnée a l'impression d'être dans la tête de Diane et de ressentir cette urgence perpétuelle qui l'anime.
    Des sauts dans le passé pendant l'adolescence de Diane qui vivait alors sur L'Isle-aux-grues (une plongée au cœur d'une nature préservée, des passages magnifiques !) qu'elle quittera pour Montréal après certains événements ...

    Le roman se termine sur une légende algonquienne qui apporte un éclairage sur ces différentes parties comme ces rayons de soleil perçant les nuages, joliment nommés en québécois un "pied de vent " et montrant une autre voie...

    Un étonnant portrait de femme avec des blessures d'adolescence jamais cicatrisées qui s'est perdue dans la société libérale du toujours plus... Quelques questions resteront sans réponse, chacun fera appel à son imagination, voilà une lecture absolument jubilatoire !❤

    Etes-vous prêt à découvrir Le lièvre d'Amérique ?

    [Un livre à la couverture magnifique qui se prolonge sur un des rabats, des doubles pages avec une impression abstraite en noir et blanc pour séparer les différentes parties de l'histoire, un bel objet vraiment, j'ai pris grand plaisir à découvrir cette maison d'éditions québécoise

Thèmes en lien avec Gagne Mireille

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !