Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Francois Cheng

Francois Cheng
François Cheng est un écrivain, poète, calligraphe chinois, naturalisé français. Élu à l'Académie française en 2002, son oeuvre est couronnée de nombreux prix littéraires, au croisement de la pensée, l'art et la spiritualité.

Articles en lien avec Francois Cheng (1)

  • Portrait de François Cheng, voyages d’un Immortel en harmonie
    Portrait de François Cheng, voyages d’un Immortel en harmonie

    « Quand je trace le mot « harmonie », je rentre dans l’harmonie », écrit François Cheng dans son ouvrage de calligraphie chinoise, « Et le souffle devient signe », réédité treize ans après sa première parution. Le « poète-romancier-essayiste », selon la formule qui lui est régulièrement attribuée, reconnaît calligraphier tous les matins pour « plonger en soi, se mettre en quête de vérité et de beauté […] ces créations dessinent en quelque sorte le portrait de mon âme. ».

Avis sur cet auteur (23)

  • add_box
    Couverture du livre « L'éternité n'est pas de trop » de Francois Cheng aux éditions Lgf

    Franck FINET sur L'éternité n'est pas de trop de Francois Cheng

    Après un exil forcé de 30 ans, Dao-Sheng descend de la montagne, quitte son monastère taoïste pour tenter de retrouver son Amour de jeunesse tout juste entraperçue; Lan-Ying.
    Les conventions sociales n'ont pas permises à la belle de l'attendre, elle s'est mariée à Deuxième Seigneur, un chef de...
    Voir plus

    Après un exil forcé de 30 ans, Dao-Sheng descend de la montagne, quitte son monastère taoïste pour tenter de retrouver son Amour de jeunesse tout juste entraperçue; Lan-Ying.
    Les conventions sociales n'ont pas permises à la belle de l'attendre, elle s'est mariée à Deuxième Seigneur, un chef de famille influent.
    Les circonstances vont les rapprocher, leur permettre d'échanger de furtifs regards et paroles.
    Mais la séparation reste de mise et cet Amour semble essentiellement spirituel.

    Un court, simple et o'combien puissant ouvrage.
    François Cheng élève l'Amour à son niveau le plus ultime.
    C'est de la dimensuion spirituelle de l'être, du "Souffle" taoïste, de l'Amour au delà de la vie, dont il est question dans ce roman.
    L'Amour de l'autre (homme/femme, amis, charité, soins, .... ) est le thème central, matiné de taoïsme et de confucianisme.
    "A la vie, à la mort" .. pourrait résumer ce livre que je vous engage à lire.
    Toute la délicate poésie de François Cheng s'y exprime.
    Une pépite !

  • add_box
    Couverture du livre « L'éternité n'est pas de trop » de Francois Cheng aux éditions Lgf

    Bernault Jean-Serge sur L'éternité n'est pas de trop de Francois Cheng

    "L'éternité n'est pas de trop pour que je te rejoigne."
    Je n'avais jamais lu de livre de François Cheng. C'est son récent passage à "La Grande Librairie" qui m'a convaincu de sauter le pas.
    Dès les premières pages, j'ai été happé par le récit de cette histoire d'amour entre Lan-ying et...
    Voir plus

    "L'éternité n'est pas de trop pour que je te rejoigne."
    Je n'avais jamais lu de livre de François Cheng. C'est son récent passage à "La Grande Librairie" qui m'a convaincu de sauter le pas.
    Dès les premières pages, j'ai été happé par le récit de cette histoire d'amour entre Lan-ying et Dao-sheng. J'ai été séduit par la fluidité du style de François Cheng, ses phrases simples et poétiques. Je craignais d'être un peu perdu au milieu des noms chinois, il n'en a rien été.
    Un très beau moment de lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Quand reviennent les âmes errantes » de Francois Cheng aux éditions Lgf

    Dominique Jouanne sur Quand reviennent les âmes errantes de Francois Cheng

    C’est avec une écriture forte, tenue, épurée, pleine de grâce, lumineuse, que l’académicien François Cheng embarque son lecteur dans un hymne à l’amour époustouflant.

    Une réflexion d’une élégance absolue sur l’amour, l’amitié, la force et la beauté mis en miroir face à leurs opposés comme le...
    Voir plus

    C’est avec une écriture forte, tenue, épurée, pleine de grâce, lumineuse, que l’académicien François Cheng embarque son lecteur dans un hymne à l’amour époustouflant.

    Une réflexion d’une élégance absolue sur l’amour, l’amitié, la force et la beauté mis en miroir face à leurs opposés comme le sont la vie et la mort.

    « L’âme ? C’est bien par elle que la vraie beauté d’un corps rayonne, c’est par elle que la vraie beauté d’un corps rayonne, c’est par elle qu’en réalité les corps qui s’aiment communiquent. »

    Par le biais de trois jeunes personnes issues du peuple, l’auteur nous fait découvrir la Chine au temps du règne du premier empereur, un despote inhumain, cruel et sanguinaire, « un monstre d’insensibilité pour le malheur des autres.», qui entre autres atrocités « a mis à mort les architectes et les ouvriers une fois achevée la construction de son futur mausolée. » C’est le roi de la dynastie Qin qui, sous un régime de terreur effroyable, unifia le pays qui prit le nom de Chine, nom venant de Qin. Sa dynastie sera suivie, trois ans après sa mort, par celle des actuels Hans.

    F. Cheng en profite pour dénoncer la barbarie humaine : « Horreur ! Horreur ! Horreur ! (...) A ce point de ratage, l’horrible et inutile question encore : pourquoi tout ceci, en ce coin perdu de l’univers, au milieu de millions d’étoiles ?! »

    Parmi les trois personnages, se trouve la beauté incarnée par Chun-niang, la force par Jing Ko compagnon auprès des rebelles et désœuvrés et, l’art par Gao Jian-li, un jeune musicien virtuose de zhou. Ces trois-là vont s’unir dans l’amitié et l’amour, une fraternité jusque par-delà le trépas. Les deux jeunes hommes tenteront d’assassiner le potentat en vain et finiront torturés à mort. Seule Chun-niang restera en vie et sera la mémoire de l’Histoire.

    François Cheng n’omettra pas de souligner la transmission du savoir de l’art, essentiel à la vie humaine, par l’enseignement. Le jeune musicien, qui va s’attaquer au tyran Qin, devine qu’il va mourir. Alors, il se rappelle son maître lui enjoindre d’assurer la continuité de la Voie sacrée en enseignant. « Avec ardeur, il se met à former des disciples. » pour qu’une résonance universelle puisse continuer à sonner juste… L’art exige d’être perpétué.

    Récit initiatique rappelant avec une poésie éblouissante que l’amour est plus fort que la mort. L’amitié plus forte que la haine. La beauté plus forte que la disgrâce.

    Comparable à une pierre magnifiquement taillée, ce texte est un bijou, signé par un maître écrivain érudit nous rappelant avec des mots d’une si grande modestie, ce qu’est véritablement le talent dans l’art d’écrire tout en nous interpellant à travers l’Histoire du monde, au fait de devoir rester vigilants face aux haines destructives et si stériles au bienfait de l’Humanité.

  • add_box
    Couverture du livre « Enfin le royaume ; quatrains » de Francois Cheng aux éditions Gallimard

    Zabouille sur Enfin le royaume ; quatrains de Francois Cheng

    François Cheng nous invite au pays du quatrain. Par sa forme concise et singulière, il sait créer la surprise du lecteur, susciter sa curiosité, l’intriguer, l’émouvoir.

    Ces quelques lignes réparties au gré de ces quelques pages nous font pénétrer dans son royaume.

    Une invitation au voyage...
    Voir plus

    François Cheng nous invite au pays du quatrain. Par sa forme concise et singulière, il sait créer la surprise du lecteur, susciter sa curiosité, l’intriguer, l’émouvoir.

    Ces quelques lignes réparties au gré de ces quelques pages nous font pénétrer dans son royaume.

    Une invitation au voyage poétique.

    https://littelecture.wordpress.com/2018/07/28/enfin-le-royaume-de-francois-cheng/