Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Eugene Ebode

Eugene Ebode

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles en lien avec Eugene Ebode (1)

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « Brulant était le regard de Picasso » de Eugene Ebode aux éditions Gallimard

    Squirelito sur Brulant était le regard de Picasso de Eugene Ebode

    C’est l’histoire d’une femme inconnue pour la plupart d’entre nous. L’histoire d’une femme dont l’enfance a été kidnappée, d’une femme née en 1936 d’un métissage avec tout le poids du regard des autres. Elle s’appelle Mado Hammar, figure incontournable dans les Pyrénées-Orientales pour avoir...
    Voir plus

    C’est l’histoire d’une femme inconnue pour la plupart d’entre nous. L’histoire d’une femme dont l’enfance a été kidnappée, d’une femme née en 1936 d’un métissage avec tout le poids du regard des autres. Elle s’appelle Mado Hammar, figure incontournable dans les Pyrénées-Orientales pour avoir créé, administré nombre d’entités dans le domaine de l’art, elle qui a côtoyé Picasso, Dali, Chagall, Matisse, Soutine…

    Edea, Cameroun. C’est là qu’est née une petite fille de mère camerounaise et de père suédois. Gösta Hammar avait déjà une fille, fruit d’une relation avec une native de ce pays où il a débarqué en 1929 à l’invitation de son oncle. Quelques années plus tard il tombe amoureux d’une autre beauté, Monica Yaya. Mais le mariage ne voit pas le jour malgré le désir commun des jeunes gens de faire vie commune. La guerre mondiale éclate et la petite Mado est séparée de ses parents, le père repart en Europe pour une durée indéterminée et la mère est chassée. Jacques et Hélène Boissinot, un couple ami de la famille Hammar, va s’occuper de la fille, Hélène n’ayant pu avoir d’enfant après un avortement qui s’est mal passé. La mère adoptive va élever Mado sans aucun amour et la petite fille pensera toujours aux longues marches avec son père près de la Rivière Rouge et du parfum perdu de sa maman, maman que l’on dit morte. En 1943, elle quitte définitivement l’Afrique pour habiter à Perpignan avec sa mère adoptive puis avec la mère de celle-ci.. Une nouvelle vie commence, faite déjà de regrets mais avec une détermination prodigieuse qui fera de Mado une femme libre, amoureuse jusqu’à la mort de son Marcel et combative pour l’amour de l’art et des injustices raciales.

    Eugène Ebodé peint un portrait romancé avec des couleurs lumineuses autour de ce personnage féminin en portant un regard excessivement affectueux envers cette femme invincible malgré les coups du destin qui s’acharneront sur elle. Les passages avec Pablo Picasso sont brefs mais pas ceux consacrés à la peinture, le couple Mado et Marcel Petrasch s’étant installés à Céret et levant des fonds pour dynamiser le moribond musée d’Art moderne. Mado Petrash sera aussi l’un des piliers pour mettre en lumière le premier Congrès des écrivains et artistes noirs fondé par Alioune Diop, éditeur de présence africaine, dont l’affiche est signée par un certain Pablo Picasso, celui dont le regard était brûlant selon Mado.

    Brûlante aussi est cette lecture qui nous entraîne sur les chemins du XX° siècle, d’une Afrique colonisée et d’une Europe colonialiste, sur la mouvance de l’art moderne, de toutes les créations, et, nous invite dans des demeures opposées, de ceux qui gardaient l’esprit colonial et de ceux qui rejetaient toute forme de supériorité. Le tout avec un phrasé riche puisé dans l’immense palette des mots.

    En remerciant la Fondation Orange et Lecteurs.com pour l'envoi de ce livre

  • add_box
    Couverture du livre « Brulant était le regard de Picasso » de Eugene Ebode aux éditions Gallimard

    Joëlle Guinard sur Brulant était le regard de Picasso de Eugene Ebode

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2021/05/brulant-etait-le-regard-de-picasso.html

    Madeleine Petrasch, dite Mado, est née en 1936 au Cameroun d'une mère camerounaise et d'un père suédois. En 1929, à l'âge de dix-huit ans, son père, Gösta Hammar, a rejoint à Douala son oncle maternel qui...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2021/05/brulant-etait-le-regard-de-picasso.html

    Madeleine Petrasch, dite Mado, est née en 1936 au Cameroun d'une mère camerounaise et d'un père suédois. En 1929, à l'âge de dix-huit ans, son père, Gösta Hammar, a rejoint à Douala son oncle maternel qui était à la tête d'une société forestière florissante. Dans ce Cameroun colonisé en partie par les britanniques et en partie par les français, Gösta et son oncle se distinguaient des autres européens dont ils ne partageaient pas les préjugés racistes. Son père, bel homme au tempérament d'explorateur, découvre le monde africain et s'y sent chez lui, complètement à l'aise.

    Aujourd'hui, devenue une vieille dame de plus de quatre-vingt ans dont l'œil " pétille toujours de la même soif de savoir et d'émerveiller", Mado a reconstitué son histoire à partir des "carnets d'Afrique" de son grand-oncle, un taiseux qui aimait écrire. Elle a reconstitué le puzzle de sa vie : la rencontre de ses parents, sa naissance suivie du refus de leur mariage par la famille de sa mère, le geste d'amour de sa mère, Monica Yaya, qui accepte de confier sa garde à Gösta en attendant que leur situation puisse être régularisée. Ensuite ce sera son adoption par un couple de français expatriés à qui Gösta l'a confiée le temps d'un séjour en Suède qui durera plus longtemps que prévu car la seconde guerre mondiale éclate juste à ce moment là.

    Mado a pris conscience du poids de la guerre sur son destin... Une fois son père adoptif engagé volontaire auprès du général Leclerc, sa mère adoptive Hélène rejoint la France avec elle. La guerre terminée ses parents adoptifs repartent au Cameroun la confiant à la mère d'Hélène qui vit près de Perpignan, Mado est alors inscrite dans un pensionnat catholique. Que de coupures dans la vie de la jeune Mado qui vivra dans le souvenir du fleuve Sanaga, appelé Rivière rouge et blanche, sa "boîte à chagrins" et recherchera toute sa vie son identité entre ses origines suédoise, camerounaise et française. Mado ne retrouvera son père qu'à l'age de quinze ans, remarié avec une cantatrice finlandaise avec qui il a eu quatre enfants. Quant à Monica, sa mère biologique, on lui a dit qu'elle était morte...

    Mado, devenue une beauté souvent comparée à Joséphine Baker et danseuse hors pair, épouse Marcel et suit une formation dans la promotion des arts. Installés à Céret, petite ville réputée pour ses cerises et fréquentée par des artistes de renom, ils contribuent à sortir le musée d'Art moderne de sa léthargie. Mado crée l’association des amis du musée de Céret et rencontre Picasso qui pose son regard incandescent sur elle "Brûlant était le regard de Picasso", dira-t-elle plus tard.

    Eugène Ebodé a choisi de raconter sous la forme d'un roman l'histoire fascinante de Mado qu'il a rencontrée plusieurs fois. Il nous livre une biographie romancée qui fourmille de détails, un texte essentiellement axé sur la vie de Mado. Ses rencontres avec les artistes, Picasso, Dali, Chagall, Miro, Matisse... ne sont que brièvement évoquées contrairement à ce que suggère le titre, mais cette vie est tellement riche et singulière qu'elle méritait bien un roman.

    Mado a eu une vie faite de déracinements et de séparations, elle a vécu les douleurs de l'exil, la blessure du racisme, la sensation de n'être nulle part à sa place en France. Elle a réussi à maintenir des liens avec son père malgré ses absences, malgré les questions qu'elle n'a jamais réussi à lui poser, à maintenir des liens avec sa mère adoptive malgré son manque d'affection, sa raideur, sa brutalité et surtout malgré son horrible mensonge sur la disparition de Monica, sa mère biologique, dont elle n'apprend que vers l'âge de trente ans qu'elle est en vie. Avec un pouvoir de résilience remarquable, elle a su malgré tout former avec eux tous, parents, frère et sœurs, une famille soudée. Pour son 83ème anniversaire en 2019, beaucoup de ceux qui étaient encore vivants étaient autour d'elle.

    Mado a vécu des drames intimes, des deuils abominables mais sa vie a été éclairée par son amour de l'art et par son amour pour Marcel avec qui elle a formé un merveilleux couple. Sa rencontre avec des artistes de renom, son engagement pour le musée, sa contribution à l'élan culturel de Céret ont rendu sa vie très riche et intense.

    La plume d'Eugène Ebodé est très poétique, il restitue les souvenirs de Mado dans un désordre qui ne nuit nullement à la compréhension, j'ai cependant trouvé complètement déplacée sa tirade pleine de hargne et d'ironie contre le gouvernement à propos de sa gestion de la crise sanitaire, seul avait sa place dans ce récit l'avis de Mado sur cette période qui l'a séparée de ses enfants et au cours de laquelle elle a perdu son mari.

    Un récit passionnant sur une femme au parcours très singulier. Une belle réussite.

  • add_box
    Couverture du livre « Brulant était le regard de Picasso » de Eugene Ebode aux éditions Gallimard

    HEIM sur Brulant était le regard de Picasso de Eugene Ebode

    Une belle lecture pleine de force et poésie, un voyage à travers l'espace et le temps avec différents lieux et différentes époques dans la vie de Mado, le personnage principal du roman.
    L'écriture est fluide et légère nous proposant un voyage agréable à travers certains moments clés de...
    Voir plus

    Une belle lecture pleine de force et poésie, un voyage à travers l'espace et le temps avec différents lieux et différentes époques dans la vie de Mado, le personnage principal du roman.
    L'écriture est fluide et légère nous proposant un voyage agréable à travers certains moments clés de l'existence de Mato et les anecdotes d'une vie bien riche. C'est de la belle littérature comme on aime aussi en lire sans pour autant se faire des crampes au cerveau. Les mots sont juste bien choisis et servent habilement la narration.

    J'ai aimé aussi de voir ce personnage rencontrer plusieurs artistes connus que j'aurais aimé connaître également comme Picasso, Dali, Matisse ou encore Chagall. Et finalement ce livre est aussi un joli tableau plein de couleurs et de beaux moments.
    C'est assurément une lecture qui apporte une belle évasion. Certes, je ne termine pas ma lecture complètement KO ou ébranlé d'émotion mais j'ai passé un excellent moment de lecture en compagnie d'Eugène Ebodé, un auteur dont je lirai sûrement d'autres œuvres.

  • add_box
    Couverture du livre « Brulant était le regard de Picasso » de Eugene Ebode aux éditions Gallimard

    Calimero29 sur Brulant était le regard de Picasso de Eugene Ebode

    Eugène Ebodé est un auteur camerounais qui a écrit huit romans, sept nouvelles, de la poésie, un conte et des textes de réflexion; je dois avouer que je n'avais jamais entendu parler ni de l'écrivain, ni de son œuvre avant "Brûlant était le regard de Picasso". Je remercie donc lecteurs.com et...
    Voir plus

    Eugène Ebodé est un auteur camerounais qui a écrit huit romans, sept nouvelles, de la poésie, un conte et des textes de réflexion; je dois avouer que je n'avais jamais entendu parler ni de l'écrivain, ni de son œuvre avant "Brûlant était le regard de Picasso". Je remercie donc lecteurs.com et les éditions Continents Noirs de Gallimard pour m'avoir permis de combler cette lacune.
    Il s'agit de la biographie romancée de Mado, née en 1936 au Cameroun, d'un père suédois et d'une mère camerounaise; sa vie ne sera pas un long fleuve tranquille mais sera riche de magnifiques rencontres, de l'amour de son mari et de l'art. Elle vit à Perpignan, a 84 ans et se souvient : le départ de son père en Suède en 1939 où il restera bloqué pendant la guerre, sa vie avec ses parents "adoptifs" auxquels son père l'avait confiée, la fuite du Cameroun avec sa mère adoptive vers la France pendant la guerre, son déracinement, son sentiment de solitude. Sa rencontre avec Marcel, qui deviendra son mari, oriente sa vie vers l'art, elle devient conservatrice du musée d'art moderne de Céret , à la frontière avec l'Espagne, auquel elle redonne vie; elle va côtoyer les plus grands noms de la peinture (Max Jacob, Georges Braque, Jean Dubuffet, Salavador Dali, Picasso, Chagall....).
    Cette biographie met en exergue de nombreux thèmes importants : la difficulté de trouver sa place entre plusieurs cultures pour une métisse, le regard des autres sur la différence; l'auteur évoque également la deuxième guerre mondiale vue d'Afrique, le racisme avec l'épisode honteux, imposé par les américains, du "blanchiment" des troupes françaises avant le débarquement et la libération de la France, la décolonisation avec ses espoirs mais aussi ses excès.
    L'écriture est belle; elle se fait poétique et mélancolique à l'évocation du Cameroun que Mado a toujours porté en elle, qui lui a manqué et lui manque toujours. Elle sait nous émouvoir lorsqu'elle raconte Mado, arrachée à sa famille et à sa terre. La plume se fait douce lorsqu'elle décrit l'amour qui a uni Mado et Marcel pendant plus de 60 ans.
    Cependant, ma rencontre avec ce livre ne s'est pas vraiment faite; j'ai souvent été perdue par la temporalité de la narration qui fait des allers-retours entre différentes périodes de la vie de Mado, par les membres de sa famille surgis de nulle part et dont les liens avec elle sont explicités ultérieurement. Enfin, quelques digressions dont une très longue de huit pages sur la Covid 19 et la gestion de la crise en France, m'ont profondément ennuyée, n'en ayant pas compris la finalité.