Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Eric Reinhardt

Eric Reinhardt

Eric Reinhardt, né à Nancy en 1965, vit et travaille à Paris. Il est l'auteur des romans "Demi-sommeil" (Actes Sud, 1998), "Le moral des ménages" (Stock, 2002), "Existence" (Stock, 2004), "Cendrillon" (Stock, 2007), "Le système Victoria" (Stock, 2011).

"L'Amour et les forêts", paru aux éditions ...

Voir plus

Eric Reinhardt, né à Nancy en 1965, vit et travaille à Paris. Il est l'auteur des romans "Demi-sommeil" (Actes Sud, 1998), "Le moral des ménages" (Stock, 2002), "Existence" (Stock, 2004), "Cendrillon" (Stock, 2007), "Le système Victoria" (Stock, 2011).

"L'Amour et les forêts", paru aux éditions Gallimard en 2014, salué par l'ensemble de la critique, a reçu le prix Renaudot des lycéens 2014 et le prix roman France Télévision.

 

Eric Reinhardt a aussi signé le livret d'un ballet d'Angelin Preljocaj pour l'Opéra Bastille, "Siddharta" (2010), des entretiens avec Christian Louboutin (Rizzoli New York 2011), ainsi que plusieurs livres illustrés autour de l'architecture. Sa première pièce de théâtre, "Elisabeth ou l'équité" (Stock, 2013), a été créée au théâtre du Rond-Point par Frédéric Fisbach en novembre 2013. Adepte des croisements artistiques, il a participé à des lectures-spectacles avec la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot, le chanteur Bertrand Belin et le groupe Feu ! Chatterton.

 

En 2012, il reçoit le Globe de Cristal d'honneur pour l'ensemble de son oeuvre.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Eric Reinhardt (2)

Avis sur cet auteur (63)

  • add_box
    Couverture du livre « Comédies françaises » de Eric Reinhardt aux éditions Gallimard

    Salina sur Comédies françaises de Eric Reinhardt

    E.Reinhardt, Gallimard, "la Blanche", c'était vraiment bien parti pour un bon moment de lecture . Que nenni, et quel ennui!
    Je ne mettrai pas en cause l'écriture de l'auteur , toujours brillante, mais j'y ai vu une sorte d'expérience littéraire, la déconstruction d'un roman , d'où un agacement...
    Voir plus

    E.Reinhardt, Gallimard, "la Blanche", c'était vraiment bien parti pour un bon moment de lecture . Que nenni, et quel ennui!
    Je ne mettrai pas en cause l'écriture de l'auteur , toujours brillante, mais j'y ai vu une sorte d'expérience littéraire, la déconstruction d'un roman , d'où un agacement que je n'ai pu réprimer. Que de redondances! Je n'ai pu que le lire en grande diagonale et cela sans même perdre le fil du récit malgré des situations parfois cocasses et la vie tourbillonnante et bourrée de fantasmes d'un Dimitri, jeune journaliste .
    Il se pique d'enquêter sur le lobbying et les pratiques obscures de certains industriels.
    Ce que nous promet la quatrième de couverture est un peu beaucoup exagéré.
    Quant aux revers français de l'Internet dus au président Giscard, ne pas oublier qu'il s'agit d'un roman du moins je l'espère dans la tête de l'auteur.
    J'ai lu sur Babelio,et le recommande vivement, un billet de "REMDESP" (Remi Desprès) daté du 7 janvier sur ce roman qui éclaire vraiment le pourquoi du comment de l'Internet français.

  • add_box
    Couverture du livre « Comédies françaises » de Eric Reinhardt aux éditions Gallimard

    Jean-Paul Degache sur Comédies françaises de Eric Reinhardt

    Éric Reinhardt que je lis pour la première fois m’a emmené dans un roman un peu fou, très long, un peu trop à mon goût. Pourtant, je reconnais que la plume de l’auteur est alerte, incisive, efficace, et qu’il sait accrocher l’intérêt de son lecteur tout en révélant des informations très...
    Voir plus

    Éric Reinhardt que je lis pour la première fois m’a emmené dans un roman un peu fou, très long, un peu trop à mon goût. Pourtant, je reconnais que la plume de l’auteur est alerte, incisive, efficace, et qu’il sait accrocher l’intérêt de son lecteur tout en révélant des informations très instructives.
    Tout commence avec la quête d’une fille croisée dans Madrid, fille que Dimitri, le narrateur, veut absolument retrouver, croit reconnaître mais disparaît avant qu’il ait pu l’aborder. Seulement, avant que cette quête commence, l’auteur avait inséré l’avis de décès de Dimitri Marguerite et les circonstances de l’accident de voiture qui a causé sa mort, le 16 juillet 2016, sur une route de Bretagne. Sa compagne, Pauline, qui conduisait, étant indemne.
    Madrid, Paris, c’est en 2015 puis l’auteur permet de faire connaissance avec son héros qui m’a entraîné dans le monde du lobbying puis dans l’enquête journalistique. Spontané et curieux, Dimitri n’a pu poursuivre son travail trouble de consultant et se retrouve journaliste à l’AFP.
    C’est à partir de là que sa rencontre avec Louis Pouzin enclenche ce qui est le cœur du livre : l’histoire de l’inventeur du datagramme qui avait mis au point, bien avant les Américains, ce qui deviendra Internet. Oui, vous lisez bien, Internet aurait dû être français si Valéry Giscard d’Estaing, cédant aux pressions du plus grand patron de l’époque, Ambroise Roux (CGE), n’avait sacrifié tout ce que préparait Louis Pouzin et son équipe à l’IRIA (Institut de recherche en informatique et en automatique) de Rocquencourt. Tout cela pour que la France soit la première à mettre au point le… Minitel.
    L’histoire, la quête plutôt, de Dimitri est infiniment détaillée. L’auteur répète plusieurs fois certains épisodes, avance, revient en arrière puis m’emmène subitement sur les traces de Max Ernst depuis sa maison de Saint-Martin d’Ardèche jusqu’à New York avec les surréalistes, André Breton, Jackson Pollock, Lee Krasner, sans oublier leur égérie et mécène : Peggy Guggenheim. C’est complet, documenté, agrémenté d’anecdotes savoureuses, étonnantes dont le texte foisonne mais j’ai trouvé cela beaucoup trop long.
    Finalement, me revoilà au cœur du sujet : Ambroise Roux (1921 – 1999). Éric Reinhardt, en utilisant la fiction, réussit à rappeler l’histoire de cet homme qui influença tellement les décisions politiques des années 1970. C’est souvent critique, voire caustique et les aventures sentimentales de Dimitri offrent quelques respirations salutaires.
    Je ne peux passer sous silence la désopilante analyse de la biographie du grand homme rédigée par une journaliste à particule, reine de la brosse à reluire.
    Comédies françaises est un livre à lire, assurément, car ce que nous vivons aujourd’hui avec la toute puissance des Américains grâce à Internet, aurait pu être évité comme le démontre brillamment Éric Reinhardt.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

  • add_box
    Couverture du livre « Comédies françaises » de Eric Reinhardt aux éditions Gallimard

    Aurélien sur Comédies françaises de Eric Reinhardt

    Premier livre de Eric Reinhardt pour moi et j'ai passé un bon moment en compagnie de son personnage, Dimitri. Ce jeune homme dont on va découvrir le parcours tout au long du récit, va se lancer dans une carrière de journaliste au sein de l'AFP et va mener une enquête sur la naissance d'internet....
    Voir plus

    Premier livre de Eric Reinhardt pour moi et j'ai passé un bon moment en compagnie de son personnage, Dimitri. Ce jeune homme dont on va découvrir le parcours tout au long du récit, va se lancer dans une carrière de journaliste au sein de l'AFP et va mener une enquête sur la naissance d'internet. Au fil de ses investigations, il va découvrir comment cette invention a échappé à la France.

    Voilà pour l"histoire, du moins celle que vous pouvez découvrir sur le résumé apparaissant en quatrième de couverture. Car ce roman est bien plus foisonnant que ça, d'ailleurs cette histoire d'internet ne devient le centre du récit qu'à la moitié du livre. Et avant vous allez me dire ? Avant, le lecteur aura l'occasion de se familiariser avec le personnage, de découvrir son parcours, sa personnalité, sa vie, ses amis, ses passions.

    De nombreuses (très) longues digressions jalonnent la lecture. On peut par exemple noter plusieurs dizaines de pages sur l'exil d'artistes aux USA au cours du second conflit mondial, le courant artistique du surréalisme et l'éclosion de l'art aux USA. On y croise ainsi d'illustres personnages comme Max Ernst, Marcel Duchamp, André Breton ou encore Jackson Pollock.

    Bien que longues, j'ai trouvé ses digressions passionnantes. Elles font un peu sortir le lecteur de l'histoire principal mais on y apprend beaucoup de choses puisque l'ensemble est très bien documenté. Le thème central de l'histoire avec l'invention d'internet apparait d'ailleurs également sous forme de digressions sur plusieurs personnages qui ont eu un rôle important dans cette histoire. D'ailleurs avec toutes ses digressions, la chronologie de roman est parfois un peu hasardeuse mais personnellement je m'y suis retrouvé et cela ne m'a pas dérangé dans ma lecture.

    Il y a quand même clairement quelques passages qui auraient mérité un peu plus de concision. Je pense notamment aux longs passages sur l'industriel Ambroise Roux qui sont parfois un peu répétitifs, je pense qu'il y avait moyen d'épurer un peu tout ça pour éviter de donner cette impression de répétition.

    Et puis au-delà de ces moments historiques, des personnages célèbres, il y a le jeune Dimitri. La grande histoire va donc côtoyer la petite histoire et on en découvre plus sur sa personnalité au fur et à mesure de l'avancée du récit, entre deux digressions. Le moins que l'on puisse dire c'est que ce personnage n'est pas lisse loin de là, parfois attachant, parfois clairement agaçant, le lecteur va pouvoir découvrir plusieurs facettes de sa personnalité lors de passages qui permettent aux lecteurs de souffler un peu après avoir pris une masse importante d'informations historiques dans la figure.

    Par ailleurs, et c'est important de le préciser, ce roman est vraiment engagé. L'auteur donne à lire ici une vraie critique des lobbys, des élites, du capitalisme. C'est vraiment bien traité, parfois avec un humour très corrosif que j'affectionne particulièrement.

    Tout ça nous donne un roman vif, vivant, passionnant à lire bien que certains passages auraient pu être un peu plus concis. L'ensemble reste vraiment sympa à découvrir, le style de l'auteur est très agréable. J'ai apprécié cette lecture et malgré ses petits défauts je trouve que ce livre vaut clairement le détour.

  • add_box
    Couverture du livre « Comédies françaises » de Eric Reinhardt aux éditions Gallimard

    Ghislaine DEGACHE sur Comédies françaises de Eric Reinhardt

    Dimitri est un jeune homme né en 1989 dont on apprend dès les premières pages qu'il est décédé dans un accident de la route à l'âge de 27 ans, qu'il était passager d'une BMW dont la conductrice aurait perdu le contrôle, sans explication. La majorité des personnages présents dans le roman sont...
    Voir plus

    Dimitri est un jeune homme né en 1989 dont on apprend dès les premières pages qu'il est décédé dans un accident de la route à l'âge de 27 ans, qu'il était passager d'une BMW dont la conductrice aurait perdu le contrôle, sans explication. La majorité des personnages présents dans le roman sont inscrits sur la page du faire-part, cependant pas tous. Est notée également sur celle-ci : " Que sa curiosité insatiable, son humour, sa colère et son idéalisme nous servent d'exemple à jamais."
    C'est donc la vie de Dimitri Marguerite qu'Éric Reinhardt va nous raconter dans Comédies Françaises. Nous rencontrons ce jeune homme rêveur, railleur aussi, une première fois en juin 2015, à Madrid en Espagne. Alors qu'il flâne, en soirée, une jeune femme attire son attention. Le hasard fera qu'il sera amené à croiser à nouveau cette belle, mystérieuse et insaisissable inconnue plusieurs fois, à Paris puis à Bordeaux. Cette quête amoureuse est présente tout au long du roman.
    Mais faisons connaissance avec ce jeune homme passionné par le domaine du spectacle vivant et le théâtre. Il est un élève brillantissime mais arrête tout en 2008 alors qu'il est en 2ème année de classe préparatoire scientifique, pour le théâtre. Recalé au concours du Conservatoire national de Paris, il s'inscrit à Sciences Po Paris où il peut enfin s'épanouir un peu, allant au spectacle quasiment tous les soirs. Mais c'est un poste dans un cabinet de lobbying qui va se présenter à lui et qu'il va accepter notamment pour le salaire très attractif. Mais sa culture politique d'extrême-gauche le contraindra à démissionner. Ne sachant pas vers quel métier il va pouvoir se tourner, une amie lui parle alors du concours organisé chaque année par l'AFP pour recruter de jeunes reporters. Il se présente et est admis.
    Il propose à Louis Pouzin, l'inventeur du datagramme, c'est-à-dire d'Internet de le rencontrer en vue d'écrire un livre d'entretiens. Intrigué et curieux de comprendre pourquoi les recherches de cet ingénieur français ont été brusquement interrompues par les pouvoirs publics en 1974, il mène son enquête. En parallèle, ayant été profondément marqué, à 18 ans par un documentaire sur Max Ernst, il projette d'écrire comment ce dernier a transmis le flambeau de l'avant-garde artistique à Pollock. Il a donc toujours sur lui pour noter, deux carnets : un carnet Clairefontaine bleu à motifs écossais, à spirales et à petits carreaux consacré à ce projet de roman et un carnet rose clair, où s'accumulent ses notes sur le datagramme, Louis Pouzin et la création d'Internet.
    C'est un roman d'une richesse inouïe dans lequel le domaine artistique, avec ces magnifiques pages dans lesquelles Dimitri - l'auteur ? - révèle sa passion pour les arts de la scène, avec le surréalisme et comment la peinture abstraite américaine a été autant mise en avant et a connu une telle notoriété, contrebalance le domaine politique avec sa noirceur et ses dessous de table.
    Chacun de nous a entendu parler du lobbying et en connaît la définition. Mais la description qu'en fait Éric Reinhardt est absolument remarquable et convaincante. Je n'imaginais pas que ce pouvoir des lobbies était déjà aussi présent dans ces années 1970 et surtout aussi puissant. Que cet industriel Ambroise Roux ait pu être assez influent pour avoir sabordé l'Internet français et la manière dont cet omnipotent patron de la CGE (Compagnie Générale d'Electricité) a mené à bien sa besogne est vraiment époustouflant !
    L'auteur aurait pu écrire un vrai documentaire sur ce fait et sur cet homme. Son talent a été d'écrire un roman passionnant en faisant mener l'enquête par son héros. De plus, l'humour vient souvent agrémenter ses propos, notamment lorsque Dimitri lit des passages du fameux roman Un prince des affaires de Anne de Caumont : jubilatoire.
    Ahurissant et écœurant, le pouvoir que peuvent avoir ces lobbyistes sur les hommes politiques et leurs décisions ! Il suffit de regarder ce qui se passe en ce moment, en ces temps de confinement avec les chasseurs pour s'en convaincre.
    Comédies françaises est un savant mélange de roman social, de roman historico-politique où la rêverie amoureuse, le sentiment de perte du réel sont aussi présents.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/