Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Elise Fontenaille

Elise Fontenaille
Élise Fontenaille vit à Paris. Elle a suivi des études de sociologie et est devenue journaliste à Vancouver au Canada. De retour en France, elle devient écrivaine. Son premier roman La gommeuse paraît chez Grasset en 1995. Depuis, elle a écrit plus d'une vingtaine de romans, qui explorent des uni... Voir plus
Élise Fontenaille vit à Paris. Elle a suivi des études de sociologie et est devenue journaliste à Vancouver au Canada. De retour en France, elle devient écrivaine. Son premier roman La gommeuse paraît chez Grasset en 1995. Depuis, elle a écrit plus d'une vingtaine de romans, qui explorent des univers différents : histoire, jeunesse, faits divers, science-fiction, avec un style toujours percutant. En jeunesse, elle publie principalement au Rouergue et en adulte, chez Grasset, Stock et Calmann-Levy.

Avis sur cet auteur (16)

  • add_box
    Couverture du livre « Jesse Owens ; le coureur qui défia les nazis » de Elise Fontenaille aux éditions Rouergue

    DELPHINE MARTEL sur Jesse Owens ; le coureur qui défia les nazis de Elise Fontenaille

    Un coureur dont on connaît tous le nom sans pour autant connaître l'histoire. Comment imaginer que la victoire d'un athlète noir puisse ébranler à ce point les dogmes d'un régime fasciste qui mise sur l'idéal aryen.
    Quand le monde des années 30 de l'autre côté de l'Atlantique ne voit toujours...
    Voir plus

    Un coureur dont on connaît tous le nom sans pour autant connaître l'histoire. Comment imaginer que la victoire d'un athlète noir puisse ébranler à ce point les dogmes d'un régime fasciste qui mise sur l'idéal aryen.
    Quand le monde des années 30 de l'autre côté de l'Atlantique ne voit toujours pas la fin d'une ségrégation raciale qui empêche de vivre normalement.
    Ce champion aux jambes de gazelle trouvera un appui certain en la personne de Luz Long qui payera de sa vie cette amitié jugée scandaleuse à l'époque.
    On s'interroge ici sur le statut de champion à l'épreuve du temps...

  • add_box
    Couverture du livre « Jesse Owens ; le coureur qui défia les nazis » de Elise Fontenaille aux éditions Rouergue

    Hélène Pouliquen sur Jesse Owens ; le coureur qui défia les nazis de Elise Fontenaille

    Elise Fontenaille retrace l'histoire vraie de cet athlète hors norme, noir américain, qui vient concourir aux JO de Berlin en 1936. Double peine pour cet homme, petit fils d'esclave dont le pays natal a rendu constitutionnelle la ségrégation raciale, et qui se retrouve au milieu de l'Allemagne...
    Voir plus

    Elise Fontenaille retrace l'histoire vraie de cet athlète hors norme, noir américain, qui vient concourir aux JO de Berlin en 1936. Double peine pour cet homme, petit fils d'esclave dont le pays natal a rendu constitutionnelle la ségrégation raciale, et qui se retrouve au milieu de l'Allemagne nazie. Et pourtant... ces jeux lui vaudront quatre médailles d'or et une belle rencontre avec Luz Long, un athlète allemand, qui devient son ami.
    La biographie d'un homme discret, et déterminé dans un contexte plus qu'hostile.

  • add_box
    Couverture du livre « Greta Thunberg : sauvons la planète ! » de Elise Fontenaille aux éditions Oskar

    Manika sur Greta Thunberg : sauvons la planète ! de Elise Fontenaille

    Un livre qui nous raconte comment Greta Thunberg est devenue la porte parole qui fait trembler les grands pour la défense de la planète.

    Comment le mouvement est né, comment cet engagement l'a soigné, ce qu'elle ose faire et dire, et aussi pourquoi. Un petit livre passionnant qui touche au...
    Voir plus

    Un livre qui nous raconte comment Greta Thunberg est devenue la porte parole qui fait trembler les grands pour la défense de la planète.

    Comment le mouvement est né, comment cet engagement l'a soigné, ce qu'elle ose faire et dire, et aussi pourquoi. Un petit livre passionnant qui touche au coeur, qui fait comprendre que le "handicap" peut devenir un force, que l'on peut se sortir de la dépression dès lors que 'son se trouve un but dans la vie.

    Un doc d'une grande force, poignant puissant qui m'a émue, un vrai coup de poing

  • add_box
    Couverture du livre « Les disparues de Vancouver » de Elise Fontenaille aux éditions Lgf

    Nanou Anne sur Les disparues de Vancouver de Elise Fontenaille

    Remuant. Poignant. Dérangeant.

    Dans ce roman tiré d'un horrible fait divers, l'auteure revient sur l'Affaire des Disparues de Vancouver. Je ne connaissais pas cette tragédie avant ma lecture, mais à présent je ne pourrai plus l'oublier.

    Dans les bas-quartiers de Vancouver, au coeur d'un...
    Voir plus

    Remuant. Poignant. Dérangeant.

    Dans ce roman tiré d'un horrible fait divers, l'auteure revient sur l'Affaire des Disparues de Vancouver. Je ne connaissais pas cette tragédie avant ma lecture, mais à présent je ne pourrai plus l'oublier.

    Dans les bas-quartiers de Vancouver, au coeur d'un trafic de drogue et de prostitution, des prostituées disparaissent, semaine après semaine, mois après mois, année après année. le profil de ces prostituées ? Des pauvres ou des indiennes, droguées, junkies. Mais qui se soucie de leur sort ? Personne ne bouge. Jusqu'à ce que Sarah disparaisse. Qu'a-t-elle de particulier ? A priori, rien, elle est « mi-indienne, mi-négresse ». Mais Wayne Leng, un « micheton », en est tombé amoureux. Fou d'inquiétude de par la disparition de sa bien-aimée, il va remuer ciel et terre, c'est le cas de le dire, pour qu'enfin on prenne l'affaire au sérieux. Sa quête durera des années. Jusqu'à ce que… le sordide, l'innommable, l'inconcevable soit découvert…Et malheureusement ce n'est pas une fiction… 69 prostituées ont subi ce sort. Avant cette affaire, des prostituées disparaissaient déjà. Et depuis, ça continue…

    Outre le désintérêt que ces filles inspirent, l'auteure pointe du doigt une triste réalité dans l'histoire du peuple indien, le racisme et la xénophobie dont les indiens sont victimes depuis deux siècles au Canada. Une allusion à l'affaire des « residential schools » est faite : pendant plus d'un siècle, ces pensionnats canadiens avaient pour mission officielle de scolariser les enfants autochtones indiens, qu'ils séparaient volontairement de leur famille… officieusement, le mot d'ordre en était : « kill the indian in the child »… Un lavage de cerveau en force. Mais combien d'enfants ont péri, obstinés qu'ils étaient à vouloir garder leur culture et leur langue ! Elise Fontenaille en a d'ailleurs fait un roman du même nom : « Kill the Indian in the child ». Je ne sors pas indemne des « Disparues de Vancouver », alors je ne suis pas sûre de lire celui-là.

    Un sentiment de colère et de révolte s'empare de moi au moment où je referme ce livre : pourquoi faut-il qu'une race se considère supérieure à une autre ? Quelles abominations ont été commises au nom du racisme ! Comment voulez-vous que la paix s'instaure avec un tel état d'esprit de domination ? Une impression d'Histoire qui se répète encore et toujours…

    Il y a des passages crus dans le roman, ils sont le reflet de la réalité. Et puis, il y a cette phrase, sur laquelle je terminerai, elle laisse de quoi méditer :
    « Entendu un soir dans un bar : « Un quart des Canadiens ont du sang indien dans les veines, les trois quarts restants ont du sang indien sur les mains » »…