Dominique Manotti

Dominique Manotti
Dominique Manotti poursuit son ½uvre de chroniqueuse des temps modernes au moyen de fictions documentées à la perfection, véritables radiographies de notre société. Roman après roman, elle dénonce l'injustice fondamentale des rapports de force entre les faibles et les puissants. Son talent à repr... Voir plus
Dominique Manotti poursuit son ½uvre de chroniqueuse des temps modernes au moyen de fictions documentées à la perfection, véritables radiographies de notre société. Roman après roman, elle dénonce l'injustice fondamentale des rapports de force entre les faibles et les puissants. Son talent à reproduire le réel en lui injectant des doses de fiction n'est évidemment pas sans rappeler la démarche d'Ellroy, filiation qu'elle revendique. Dominique Manotti se distingue par son écriture rapide, efficace et imagée, au service d'une ironie décapante. Quel que soit le sujet qu'elle aborde, elle possède au plus haut point l'art de captiver son lecteur. Elle est l'auteur de la trilogie du commissaire Daquin et de Nos fantastiques années fric

Articles (1)

  • Thrillers politiques : état de psychose permanente
    Thrillers politiques : état de psychose permanente

    Longtemps rare en France, le thriller politique est en passe de devenir une véritable mode saisonnière. Pour Netflix, qui vient de s’installer sur le marché français, c’est même une évidence. La première décision du site de vidéo à la demande par abonnement américain ? Lancer la production de « Marseille », inspirée de sa série à succès « House of Cards », sur la corruption politique dans le Sud de la France. Et si le polar politique n’en est qu’à ses balbutiements dans la fiction audiovisuelle française, il gagne de l’ampleur dans l’édition hexagonale – quoique toujours moins ancré que dans la littérature anglo-saxonne.

Avis (18)

  • Couverture du livre « Racket » de Dominique Manotti aux éditions Arenes

    Le Moign sur Racket de Dominique Manotti

    L'actualité donne un regard particulier sur ce livre où toute ressemblance est loin d'être fortuite!Une femme-flic dont le frère est parti faire le djihad de retrouve à résoudre avec une toute petite équipe la disparition d'un membre d'une société "électrique"...Peu de psychologie,des faits...
    Voir plus

    L'actualité donne un regard particulier sur ce livre où toute ressemblance est loin d'être fortuite!Une femme-flic dont le frère est parti faire le djihad de retrouve à résoudre avec une toute petite équipe la disparition d'un membre d'une société "électrique"...Peu de psychologie,des faits (vérifiables dans la "vraie"vie),rien que des faits! c'est peut-être ce qui m'a manqué cet enrobage qui fait qu'on se passionne pour la narration;captivant ...et réaliste!

  • Couverture du livre « Or noir » de Dominique Manotti aux éditions Gallimard

    yannick provost sur Or noir de Dominique Manotti

    Or Noir, une bascule dans les 70s sous couvert de polar économico-politique. Une vraie place dans la Série Noire de Gallimard.

    Marseille mars 73, Maxime Pieri, ancien du clan Guérini devenu armateur, est abattu au sortir d’un casino de Nice au bras d’Emily Frickx. Emily est l’épouse (un...
    Voir plus

    Or Noir, une bascule dans les 70s sous couvert de polar économico-politique. Une vraie place dans la Série Noire de Gallimard.

    Marseille mars 73, Maxime Pieri, ancien du clan Guérini devenu armateur, est abattu au sortir d’un casino de Nice au bras d’Emily Frickx. Emily est l’épouse (un mariage d’affaires) de Michael Frickx, trader de CoTrade, société de courtage américaine.

    Mars 73, c’est aussi la veille du choc pétrolier. Le commissaire Théodore Daquin descendu de Paris pour occuper son premier poste a 27 ans. Il est intelligent, sensible, homosexuel et patient. Il débute par cette enquête. Mais quand après à l’ancien caïd de la drogue, son associé, vétéran des services secrets, est abattu, la piste du règlement de compte lié au banditisme est très vite écartée par cet anti-héros. D’autant qu’un autre cadavre liés à la Somar, entreprise que dirigeait Pieri, s’ajoute à la liste. La French Connection est tombée à Marseille. Et si la guerre de succession entre clans a fait rage, l’ancien monde bascule vers un nouveau monde de « cols blancs ». « L’avenir, ce n’est ni l’héroïne ni la cocaïne, c’est le pétrole. » Ce monde voit l’émergence de traders cyniques, sans foi ni loi, avides d’argent et de pouvoir.

    Dominique Manotti, nous lance aux côtés de Daquin de Nice à Marseille, entre la mafia et l’OPEP dans un univers, à un moment de l’histoire, où le pétrole devient une source de profit considérable. Car à travers la Somar et les réseaux semi-clandestins des firmes de trading en matières premières et des agents de divers gouvernements du Moyen-Orient, c’est bien du trading du pré-choc pétrolier dont il s’agit.

    Comme souvent, chez Manotti, tout est documenté. Entre les faits, les relations complexes entre les acteurs, les tensions entre les services de police héritées de leurs collusions avec le Milieu, le SAC ou la franc-maçonnerie, on se retrouve très vite dans les sombres arcanes des jeux de pouvoir. Daquin, nous ouvre les portes pour décrypter cette économie pas si parallèle que cela, cet aspect de la finance et de la politique, où blanchir l’argent sale n’est pas suffisant tant l’appât du gain est fort.

    Jalonné de phrases courtes, ce roman noir nous berce dans une écriture fluide et rythmée entre le JE et le IL. Il n’y a aucune place pour le moindre temps mort. Certes c’est ce roman peut paraitre minimaliste tant l’écriture est sans fioriture, mais Dominique réhausse la saveur à travers Daquin qui au fil de cet Or Noir, devient un personnage qui gagne en profondeur, grâce à sa prudence de flic, son impatience juvénile et ses amours cachés.

  • Couverture du livre « L'évasion » de Dominique Manotti aux éditions Gallimard

    Catherine Rechenmann Arrieutort sur L'évasion de Dominique Manotti

    Une belle surprise cette évasion, pas de manichéisme et un personnage particulièrement attachant ...

    Une belle surprise cette évasion, pas de manichéisme et un personnage particulièrement attachant ...

  • Couverture du livre « Sombre Sentier » de Dominique Manotti aux éditions Points

    NADIA D'ANTONIO sur Sombre Sentier de Dominique Manotti

    Depuis plusieurs années Dominique Manotti a acquis la réputation d’une grande écrivaine et avec ce roman noir, son premier livre, SOMBRE SENTIER, paru en 1995, elle nous offre un livre spécial par son sujet : les travailleurs clandestins qui oeuvrent dans le quartier du Sentier, sans se cacher...
    Voir plus

    Depuis plusieurs années Dominique Manotti a acquis la réputation d’une grande écrivaine et avec ce roman noir, son premier livre, SOMBRE SENTIER, paru en 1995, elle nous offre un livre spécial par son sujet : les travailleurs clandestins qui oeuvrent dans le quartier du Sentier, sans se cacher vraiment car tout le monde connaît leur existence mais ils restent tout de même sur la défensive car ils risquent l’expulsion du territoire français.
    Le commissaire Théo Daquin qui fait partie des Stups – accessoirement il est homosexuel et on en parle beaucoup dans ce livre – doit enquêter sur le meurtre d’une très jeune Thaïlandaise qui s’avère avoir été une prostituée faisant partie d’un vaste réseau. On y a affaire à la mafia du Moyen Orient qui, non seulement embrigade des prostitué(e)s mais couvre aussi un immense réseau de trafic d’héroïne.
    C’est une bien sombre histoire entrecoupée par le roman d’amour de Daquin avec son indic Soleïman, la lutte des travailleurs clandestins qui revendiquent une reconnaissance de leurs droits, la prostitution avec des scènes inimaginables (âmes sensibles s’abstenir).
    Mais ce que l’on peut dévoiler c’est la description de la machine policière qui est particulièrerment bien faite et détaillée. C’est à se demander si Dominique Manotti n’a pas fait une immersion dans ce milieu.
    Les rebondissements sont incessants ; il y a des conflits d’intérêts au sein même de du milieu politique et des supérieurs de Daquin.
    Mais il s’acharne car il tient à tout prix à faire éclater la vérité. Il ne fait pas cas du danger qui le guette lorsqu’il découvre l’immense scandale.
    Si au départ tout débute dans le quartier du Sentier, l’intrigue nous emmène dans des pays tels que la Turquie, l’Iran, l’Irak et même les Etats-Unis ou l’Allemagne. On touche là au milieu international.
    Il est impossible d’en dire plus car celui qui aura envie de lire ce roman noir, ira de surprises en surprises, sera peut-être offusqué par certaines scènes (mais j’ai déjà prévenu).
    Dominique Manotti, dont j’ai acheté au hasard ce livre, sans la connaître, fait preuve d’une grande maîtrise de son sujet. Son style est bref, parfois télégraphique avec de très courtes phrases comme une énumération des faits, mais on le lit se lit avec passion car, évidemment, le lecteur prend fait et cause, et il est pressé de voir comment tout cela va se terminer.
    Ce qu’elle veut bien dire d’elle-même c’est qu’elle a participé à la régularisation des travailleurs clandestins en 1980.
    Maintenant il me reste à découvrir les autres ouvrages de cette écrivaine qui m’a séduite et dont ne dit que du bien.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com