Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Denis Filippi

Denis Filippi
Né à Bastia en 1981, Denis Filippi écrit depuis l'âge de 12 ans. Titulaire d'une Licence de Lettres et Linguistique, il nourrit son écriture de ses nombreux voyages. Après Le Banquet des Phéaciens, Fifty Dollars, son second roman, explore autant le monde, sa violence et son absurdité.

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Terra prohibita T.2 » de Denis Filippi et Patrick Laumond aux éditions Glenat

    Julien Leclerc sur Terra prohibita T.2 de Denis Filippi - Patrick Laumond

    Les deux volumes de cette série dessinée reposent sur la rencontre inattendue des univers. Graphiquement, les décors impressionnent, les angles de vue ajoutent au vertige de cette situation apocalyptique. On sent la hauteur et la condition hors-sol de tous les personnages. Les couleurs éclatent,...
    Voir plus

    Les deux volumes de cette série dessinée reposent sur la rencontre inattendue des univers. Graphiquement, les décors impressionnent, les angles de vue ajoutent au vertige de cette situation apocalyptique. On sent la hauteur et la condition hors-sol de tous les personnages. Les couleurs éclatent, les visages sont lisses mais les yeux sont captivants. Dans ce monde futuriste aux allures proprettes, se cache un secret, une menace qui va défigurer la beauté codifiée.
    Menée tambour battant par ce groupe hétérogène, l’histoire est portée par de nombreuses influences – il est difficile de ne pas penser à Jules Verne – sans pour autant de restreindre à ces hommages. Les noms de Melville ou Dorian peuvent ainsi alimenter une pensée pour l’auteur de Moby Dick et le personnage d’Oscar Wilde. Il y a une vitalité dans les personnalités choisies. Le Professeur Dorian Singer, curieux, chercheur et tueur, est un être fascinant. Il semble ne jamais défaillir et malgré le malaise qu’il provoque, semble être le seul espoir. Poursuivi par son double enfantin, il porte ses fragilités qui amplifient sa cruelle froideur. Le traitement graphique choisi par les auteurs accentue cette impression. La menace des armes, de la confrontation ou encore de la contamination est partout. Alors il faut épier et rester sur ses gardes.
    Cette aventure est menée par des personnages au langage poli et cette élégance bourgeoise de l’époque apporte un charme suranné à l’ensemble. Toutefois, les auteurs, Denis-Pierre Filippi au scénario et Patrick Laumond au dessin, n’oublient pas les rebondissements, les prises de risque. Le deuxième tome a son lot de scènes d’action, tenant un rythme soutenu tout au long de la lecture sans oublier de remettre les êtres au cœur de l’intrigue. Dorian Singer est une des grandes réussites de ce premier cycle. Il glace autant qu’il séduit. Il menace autant qu’il sauve.

  • add_box
    Couverture du livre « Terra prohibita T.1 » de Denis Filippi et Patrick Laumond aux éditions Glenat

    Julien Leclerc sur Terra prohibita T.1 de Denis Filippi - Patrick Laumond

    Les deux volumes de cette série dessinée reposent sur la rencontre inattendue des univers. Graphiquement, les décors impressionnent, les angles de vue ajoutent au vertige de cette situation apocalyptique. On sent la hauteur et la condition hors-sol de tous les personnages. Les couleurs éclatent,...
    Voir plus

    Les deux volumes de cette série dessinée reposent sur la rencontre inattendue des univers. Graphiquement, les décors impressionnent, les angles de vue ajoutent au vertige de cette situation apocalyptique. On sent la hauteur et la condition hors-sol de tous les personnages. Les couleurs éclatent, les visages sont lisses mais les yeux sont captivants. Dans ce monde futuriste aux allures proprettes, se cache un secret, une menace qui va défigurer la beauté codifiée.
    Menée tambour battant par ce groupe hétérogène, l’histoire est portée par de nombreuses influences – il est difficile de ne pas penser à Jules Verne – sans pour autant de restreindre à ces hommages. Les noms de Melville ou Dorian peuvent ainsi alimenter une pensée pour l’auteur de Moby Dick et le personnage d’Oscar Wilde. Il y a une vitalité dans les personnalités choisies. Le Professeur Dorian Singer, curieux, chercheur et tueur, est un être fascinant. Il semble ne jamais défaillir et malgré le malaise qu’il provoque, semble être le seul espoir. Poursuivi par son double enfantin, il porte ses fragilités qui amplifient sa cruelle froideur. Le traitement graphique choisi par les auteurs accentue cette impression. La menace des armes, de la confrontation ou encore de la contamination est partout. Alors il faut épier et rester sur ses gardes.
    Cette aventure est menée par des personnages au langage poli et cette élégance bourgeoise de l’époque apporte un charme suranné à l’ensemble. Toutefois, les auteurs, Denis-Pierre Filippi au scénario et Patrick Laumond au dessin, n’oublient pas les rebondissements, les prises de risque. Le deuxième tome a son lot de scènes d’action, tenant un rythme soutenu tout au long de la lecture sans oublier de remettre les êtres au cœur de l’intrigue. Dorian Singer est une des grandes réussites de ce premier cycle. Il glace autant qu’il séduit. Il menace autant qu’il sauve.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !