David Diop

David Diop

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (21)

  • add_box
    Couverture du livre « Frère d'âme » de David Diop aux éditions Seuil

    Yaki sur Frère d'âme de David Diop

    Il s’agit de l’histoire d’un tirailleur sénégalais, Alfa Ndiaye, et des atrocités qu’il a commises après la mort de son ami, son presque frère, Mademba Diop.

    Un roman très dur, difficile à lire de par les descriptions crues des meurtres perpétrés par Alfa Ndiaye. L’écriture est particulière...
    Voir plus

    Il s’agit de l’histoire d’un tirailleur sénégalais, Alfa Ndiaye, et des atrocités qu’il a commises après la mort de son ami, son presque frère, Mademba Diop.

    Un roman très dur, difficile à lire de par les descriptions crues des meurtres perpétrés par Alfa Ndiaye. L’écriture est particulière faite de répétitions comme une longue ballade, c’est à la fois rude et poétique. Difficile de dire si j’ai aimé ou pas, mais c’est assurément un roman qui ne laisse pas indifférent.

  • add_box
    Couverture du livre « Frère d'âme » de David Diop aux éditions Seuil

    Bill sur Frère d'âme de David Diop

    Quelle belle surprise que ce roman acheté sur un coup de tête à la librairie d'Orly Ouest (enfin Orly 1), juste avant d'embarquer sur un vol de retour pour Toulouse !  

    On y rencontre Alfa Ndiaye, qui vient d'accompagner dans la mort son ami et plus que frère Mademba Diop, qu'il n'a pas su...
    Voir plus

    Quelle belle surprise que ce roman acheté sur un coup de tête à la librairie d'Orly Ouest (enfin Orly 1), juste avant d'embarquer sur un vol de retour pour Toulouse !  

    On y rencontre Alfa Ndiaye, qui vient d'accompagner dans la mort son ami et plus que frère Mademba Diop, qu'il n'a pas su achever alors qu'il répandait ses tripes sur le sol de France, pendant la première guerre mondiale.

    En écho aux Croix de bois de Roland Dorgelès, ce roman raconte la vie d'un tirailleur sénégalais qui, pour venger son ami, va éventrer des soldats allemands et leur emporter une main en guise de trophée. 

    David Diop raconte l'histoire de ce soldat, de sa famille, de ses apprentissages, de ses amis, de son père le vieil homme, qui a laissé sa femme repartir à la recherche de sa famille nomade, de toute sa jeune vie jusqu'à venir sur les terres de France défendre ce pays contre l'envahisseur et à défaut d'y laisser sa peau, y laisser son esprit  ... 

    Un court roman de 143 pages d'une rare puissance, qui a bien mérité le prix Goncourt des lycéens 2018 et le prix Kourouma.

  • add_box
    Couverture du livre « Frère d'âme » de David Diop aux éditions Seuil

    Nathalie Chartier sur Frère d'âme de David Diop

    A lire tous les commentaires élogieux sur ce récit, j’ai le sentiment d’être passée à côté mais force est de constater que je n’ai pas eu le déclic.
    Pourtant, la première guerre mondiale, et notamment le sort des Tirailleurs Sénégalais est un sujet qui m’intéresse et me touche.
    Que s’est-il...
    Voir plus

    A lire tous les commentaires élogieux sur ce récit, j’ai le sentiment d’être passée à côté mais force est de constater que je n’ai pas eu le déclic.
    Pourtant, la première guerre mondiale, et notamment le sort des Tirailleurs Sénégalais est un sujet qui m’intéresse et me touche.
    Que s’est-il passé ?
    Le style peut être avec ses répétitions, le monologue auquel j’ai peu adhéré, le leitmotiv « le plus que frère » dont le narrateur n’a pas abrégé les souffrances et qui sombre dans une folie meurtrière ; la phrase « par la vérité de Dieu » qui revient sans cesse et a fini par m’irriter…
    J’ai pensé accrocher au récit sur la seconde partie, en vain.
    Dommage, je partais vraiment enthousiaste mais je n’ai été ni convaincue ni emportée.

  • add_box
    Couverture du livre « Frère d'âme » de David Diop aux éditions Seuil

    Ju lit les Mots sur Frère d'âme de David Diop

    Lire « Frère d’âme », c’est découvrir une plume. Une plume tout en poésie qui sert un devoir, une mémoire. L’histoire occulte parfois certains passages dont elle est peu fière et David Diop, remet au goût du jour certains oublis…

    Lire « Frère d’âme », c’est plonger dans les tranchées de la...
    Voir plus

    Lire « Frère d’âme », c’est découvrir une plume. Une plume tout en poésie qui sert un devoir, une mémoire. L’histoire occulte parfois certains passages dont elle est peu fière et David Diop, remet au goût du jour certains oublis…

    Lire « Frère d’âme », c’est plonger dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale, c’est faire la connaissance des tirailleurs sénégalais…

    Je me suis laissée porté par la plume de David Diop, j’ai fermé les yeux et j’ai eu la sensation de me retrouver dans un village africain et d’écouter cette histoire. Une histoire chantée comme une litanie, une ode à la mémoire, à l’amitié, une ode à la vie.

    La barbarie n’est pas loin, mais les barbares ne sont pas ceux que l’on croit… La colonisation a fait des dégâts et son ombre continue à planer.

    Alfa Ndiaye, tirailleur sénégalais, répété comme un mantra, qu’il n’a pu sauver « son plus que frère », il laisse sa colère se déchaîner. Une colère destructrice, jusqu’au bord de la folie. Mais Alfa va se ressaisir et pose dans une complainte, les mots sur ses maux. Ces mots qui vont nous enivrer, même si parfois, on se perd dans ces psalmodies dans lesquelles il nous entraîne. Nous allons le suivre sur le précipice de sa vie.

    Avec la mort de Mademba, son frère d’âme, éventré, le « dedans du corps dehors », Alfa décide que puisque la France veut un sauvage, il va être le sauvage… Il va devenir ce sauvage monstrueux, ritualisant ses meurtres et se mettant en marge de ses frères d’armes, devenant un « dévoreur d’âmes » Alfa raconte, se raconte comme un cri, une demande de pardon, à travers ses incantations.

    Un style étonnant, comme un diamant brut avec des phrases courtes, simples, que l’auteur fait répéter à Alfa, comme une litanie obsédante. Le tout ponctué d’images de son Afrique natale, son Afrique poétique. Un conte africain remis au goût de l’époque, qui sert le propose de ces tirailleurs africains, trop souvent oubliés.

    Un roman court, mais d’une rare intensité. Qui peut sembler ardu à lire, mais qui laisse une musicalité remarquable en tête.

Ils suivent David Diop

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !