Dave Eggers

Dave Eggers
Dave Eggers est l'éditeur de la revue McSweeney's et l'auteur de deux romans traduits en français, Une œuvre déchirante d'un génie renversant et, aux Editions Gallimard, Suive qui peut (2003). Il a créé à San Francisco 826 Valencia, une fondation à but non lucratif qui vient en aide aux enfants p... Voir plus
Dave Eggers est l'éditeur de la revue McSweeney's et l'auteur de deux romans traduits en français, Une œuvre déchirante d'un génie renversant et, aux Editions Gallimard, Suive qui peut (2003). Il a créé à San Francisco 826 Valencia, une fondation à but non lucratif qui vient en aide aux enfants pauvres.

Avis (6)

  • Couverture du livre « Le cercle » de Dave Eggers aux éditions Gallimard

    Christelle Point sur Le cercle de Dave Eggers

    Imaginez un fournisseur d’accès internet qui aurait la force de frappe de Facebook, la puissance commerciale d’Amazon, la réactivité de Twitter, la convivialité d’Instagram, l’innovation technologique d’Apple et l’omniprésence de Google. Cette entreprise, installée sur un campus californien,...
    Voir plus

    Imaginez un fournisseur d’accès internet qui aurait la force de frappe de Facebook, la puissance commerciale d’Amazon, la réactivité de Twitter, la convivialité d’Instagram, l’innovation technologique d’Apple et l’omniprésence de Google. Cette entreprise, installée sur un campus californien, s’appelle « le Cercle » est Mae Holland vient d’y être embauchée, par l’intermédiaire de sa copine de fac. Immédiatement, Mae se sent dans son élément au sein du Cercle, qui innove dans tous les domaines va de plus en plus loin. Elle adhère sans réserve à la philosophie du Cercle, la transparence absolue et permanente et l’hyper-connectivité totale. Très vite, elle gravit les échelons et se retrouve au cœur d’une entreprise qui tend, sans vraiment le dissimuler, à asseoir une hégémonie totale, qu’un esprit éclairé considèrerait plutôt comme totalitaire. Mais Mae, qui est une jeune femme très intelligente, n’est plus du tout un esprit éclairé, comme si le Cercle l’avait conditionné. Le roman de Dave Eggers (adapté l’année dernière au cinéma), s’il ne faisait pas presque 500 pages, serait à faire lire à tous les lycéens du monde ! C’est une démonstration implacable (qui flirte même parfois avec la démonstration par l’absurde) des dangers des nouvelles obsessions : l’obsession de la transparence totale, permanente ou intrusive, l’obsession de la connectivité aux réseaux sociaux, la violence qui s’y manifeste aussi. La tentation totalitaire du Cercle, à partir du moment où elle se targue d’améliorer la démocratie (vote obligatoire par son réseau social, élus portant des caméras connectées en permanence, mini caméras dissimulée dans le monde entier…), devient un cauchemar dont il sera impossible de se réveiller. Ce qui fonctionne parfaitement dans le livre, c’est que chaque « innovation » est présentée sous des arguments redoutables, des arguments presque recevables par moments, et l’on comprend mieux l’expression « L’enfer est pavé de bonnes intentions ». Le personnage central de Mae Holland est de moins en moins sympathique au fil des pages, le lecteur que nous sommes la comprend de moins en moins et pourtant… Serions-nous plus lucide à sa place, dans le contexte qui est le sien ? Le roman de Dave Eggers n’est pas une charge contre le modernisme, les réseaux sociaux et Internet en général, c’est une mise en garde contre les dérives d’une civilisation hyper connectée, esclave volontaire de sociétés privées qui iront, parce que c’est leur nature, toujours plus loin si les pouvoirs publics, le peuple, nous, ne leur mettons pas des barrières morales infranchissables. Une lecture édifiante mais presque indispensable pour tous ceux qui veulent garder l’esprit éclairé sur le monde de 2019. C’est le premier roman de Dave Eggers que je lis et je découvre un écrivain assez brillant, visiblement engagé, un écrivain reconnu aux Etats-Unis mais pas tellement ici, en Europe. Je vais peut-être continuer à explorer sa bibliographie.

  • Couverture du livre « Le cercle » de Dave Eggers aux éditions Gallimard

    Chloë Luzillat sur Le cercle de Dave Eggers

    Depuis que j'avais entendu parler de ce livre dans je ne sais plus quel émission ou magazine, le résumé me faisait trépigner d'impatience quant à la sortie en poche du Cercle : aussi, aussitôt paru, aussitôt acquis, et presque aussitôt lu !

    Je ne connaissais pas l'auteur, qui pourtant est...
    Voir plus

    Depuis que j'avais entendu parler de ce livre dans je ne sais plus quel émission ou magazine, le résumé me faisait trépigner d'impatience quant à la sortie en poche du Cercle : aussi, aussitôt paru, aussitôt acquis, et presque aussitôt lu !

    Je ne connaissais pas l'auteur, qui pourtant est catégorisé comme l'un des plus brillants du siècle. Très vite donc, je m'attends à ce que Le Cercle soit le genre de livre duquel on ne sort pas indemne. Et en effet, certaines habitudes que je peux avoir en lisant sont complètement gommées ici : vérifier machinalement ses SMS, ses notifications Instagram ? Impossible, tant ce livre va au coeur même de ce que la société de demain pourrait être, tant les nouveaux moyens de communication et les réseaux sociaux ont tendance à creuser encore et encore plus profond dans l'intimité.

    Sur son sujet principal, donc, Le Cercle est glaçant. Une société dans laquelle ce qui importe avant tout, lors d'une oeuvre de charité, est non pas l'argent récolté mais le nombre de smileys. Une société qui estime que des caméras à chaque coin de rue, dans chaque pièce de chaque habitation privée et même portée au cou de quidams est la clef d'un futur sécuritaire. Une société dans laquelle il est plus intéressant d'envoyer son opinion en direct sur un film qui passe à l'écran, plutôt que de regarder ce dernier. Le Cercle est une entreprise phare, qui, forte d'un monopole intouchable, d'une certaine forme d'impunité diplomatique et d'une popularité hors norme, s'immisce à grande vitesse dans le quotidien de tout un chacun, jusqu'à ce que toutes ses données personnelles soient en fait à la portée de tous. Car les secrets, ce sont des mensonges.

    Il m'a été quasiment impossible de décrocher de ce livre, tant les enchaînements sont rapides et tant on a l'impression que les chiffres s'accumulent jusqu'à l'étouffement : travailler devant neuf écrans, être suivi sur les réseaux par des millions et des millions d'inconnus qui n'accepteront aucun faux pas, suivre en même temps son pouls, les mouvements de son compte bancaire et la température de son chauffe-eau, le tournis guette, la nausée aussi. Brillant, vraiment.

    L'étoile qui manque, cependant, revient à la personnalité du personnage principal, Mae Holland, qui gravit les échelons plus vite qu'un drône ne l'invite à observer le sommet de l'Himalaya. Il faut attendre presque la fin du livre pour justifier son attitude agaçante des premiers chapitres, quand on la voit réitérer des erreurs stupides et grossières en faisant confiance aux personnes que nous, lecteurs, comprenons assez vite qu'ils ne méritent aucune confiance. Difficile de ressentir de la sympathie ou même, parfois, de l'intérêt pour Mae. Et là, quand j'écris ces mots, je me demande : qui suis-je vraiment pour avoir une opinion à donner sur cette personne ? Un de ses "watchers" qui suivent sa vie depuis sa caméra ?

    Oui, décidément, on ne ressort pas tout à fait indemne du Cercle. Est-ce cependant vraiment une raison pour le laisser se refermer ?

  • Couverture du livre « Le cercle » de Dave Eggers aux éditions Gallimard

    Laure Lutun sur Le cercle de Dave Eggers

    Un bon roman sur le nouveau totalitarisme de l'hyperconnecté. Le Cercle raconte l'histoire de Mae Holland, jeune recrue au Cercle, entreprise devenue en 5 ans quasi monopolistique sur les réseaux sociaux mais aussi paiements en ligne. Impressionnante d'innovation et d'impact, le Cercle s'attaque...
    Voir plus

    Un bon roman sur le nouveau totalitarisme de l'hyperconnecté. Le Cercle raconte l'histoire de Mae Holland, jeune recrue au Cercle, entreprise devenue en 5 ans quasi monopolistique sur les réseaux sociaux mais aussi paiements en ligne. Impressionnante d'innovation et d'impact, le Cercle s'attaque aux défis de la société : santé connectée, géolocalisation à fonction sécuritaire, exploration des nouveaux horizons (marins, spatiaux); promettant enfin l'accès pour tous à la connaissance ultime, via la transparence que permettent ses outils. Jusqu'où ira la quête de la transparence ultime? Quel monde apportera-t-elle? Et à quel prix? A travers le regard de Mae, ce roman d'actualité, qui n'est pas sans faire écho au classique 1984 d'Orwell, questionne notre rapport à la technologie et à la transparence.
    Un livre qui se lit facilement et agréablement malgré sa taille imposante (500 pages).

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com