Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Benoit Peeters

Benoit Peeters
Benoît Peeters est écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée. Considéré comme le meilleur connaisseur de l'?uvre de Hergé, il lui a consacré trois ouvrages qui font référence. De son style comme scénariste de bande dessinée, il faut retenir une originalité et une capacité à renouvel... Voir plus
Benoît Peeters est écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée. Considéré comme le meilleur connaisseur de l'?uvre de Hergé, il lui a consacré trois ouvrages qui font référence. De son style comme scénariste de bande dessinée, il faut retenir une originalité et une capacité à renouveler son art d'un album à l'autre. C'est précisément ce qui a fait le succès de la série dont il est l'auteur (avec François Schuiten), Les Cités obscures. Benoît Peeters a également travaillé avec d'autres dessinateurs, comme Frédéric Boilet, ainsi qu'avec la photographe Marie-Françoise Plissart.

Articles en lien avec Benoit Peeters (1)

Avis sur cet auteur (11)

  • add_box
    Couverture du livre « Chris Ware : la bande dessinée réinventée » de Benoit Peeters et Jacques Samson aux éditions Impressions Nouvelles

    Francinemv sur Chris Ware : la bande dessinée réinventée de Benoit Peeters - Jacques Samson

    Benoît Peeters, on le connaît surtout en tant que scénariste avec pour complice François Schuiten au dessin notamment pour la série Les cités obscures.
    Scénariste, oui mais aussi biographe de Paul Valéry, Jacques Derrida et surtout grand spécialiste d’Hergé, Jiro Tanigushi ou encore bien...
    Voir plus

    Benoît Peeters, on le connaît surtout en tant que scénariste avec pour complice François Schuiten au dessin notamment pour la série Les cités obscures.
    Scénariste, oui mais aussi biographe de Paul Valéry, Jacques Derrida et surtout grand spécialiste d’Hergé, Jiro Tanigushi ou encore bien évidemment Chris Ware. 
    Conseiller éditorial chez Casterman, il est aussi le directeur d'une maison d'édition indépendante Les Impressions Nouvelles.
    Et c’est aux Impressions nouvelles que paraît en 2010 Chris Ware, la bande dessinée réinventée, première monographie en langue française consacrée à celui qui sera couronné du grand prix d’Angoulême pour l’ensemble de son œuvre en 2021. Ce 6 janvier 2022, actualité oblige, est parue sous une nouvelle couverture entièrement réalisée par Chris Ware jusqu’au code barre une version augmentée de la précédente édition.
    On y retrouve les 4 mêmes grandes parties que dans l’édition précédente : Une chronologie avec présentation détaillée de ses œuvres majeures établie par Jacques Samson, co-auteur de l’ouvrage, puis un long entretien avec Chris Ware réalisé par Benoît Peeters en 2003 suivie d’un chapitre consacré à la bande dessinée vue par Chris Ware et pour terminer l’analyse de Jacques Samson quant au phénomène Chris Ware, L’introduction, la présentation des œuvres sont réactualisées dans la nouvelle édition qui est également augmentée d’un nouvel entretien passionnant réalisé toujours par Benoît Peeters en septembre 2021. Cette monographie, richement illustrée, est un petit bijou qui nous fait pénétrer au cœur même de l’œuvre et la psyché de Chris Ware.

  • add_box
    Couverture du livre « Bruxelles » de Benoit Peeters et Francois Schuiten aux éditions Casterman

    Francinemv sur Bruxelles de Benoit Peeters - Francois Schuiten

    De la même façon qu’on ne peut parler du tandem Schuiten / Peeters sans songer aux Cités obscures, il est difficile voir impossible de parler des Cités obscures sans mentionner celle qui est à l’origine de ce monde parallèle, je veux parler de Bruxelles, bien sûr.
    « Bruxelles nous a marqués...
    Voir plus

    De la même façon qu’on ne peut parler du tandem Schuiten / Peeters sans songer aux Cités obscures, il est difficile voir impossible de parler des Cités obscures sans mentionner celle qui est à l’origine de ce monde parallèle, je veux parler de Bruxelles, bien sûr.
    « Bruxelles nous a marqués tous les deux par ses incohérences et son chaos », déclare Benoît Peeters.
    Selon lui, Bruxelles en tant que ville réelle est sans doute l’inspiration d’abord inconsciente puis de plus en plus consciente de tout leur travail et était là en filigrane dès le 1er album « Les murailles de Samaris ».
    L’album « Bruxelles, un rêve capital », lui, est une véritable déclaration d’amour à cette ville. Comme les auteurs le soulignent en 4ème de couverture, « Aimer Bruxelles, c’est l’aimer avec ses ombres et ses fantômes ».
    Livre hommage écrit en contrepoint au 5ème album des cités obscures « Brüsel », qui lui était un véritable pamphlet contre l’urbanisation destructrice qui sévit tout au long de l’histoire de la ville, cet album, que l’on peut classer dans la catégorie beaux livres nous fait découvrir la ville sous un angle à la fois historique, architectural et onirique.
    Dans ce livre, les auteurs nous invitent à une balade parmi les lieux qu’ils aiment, les fait rêver, les interrogent : le palais de justice devant lequel on ira même jusqu’à croiser Mortimer, clin d’œil « Au dernier pharaon », les galeries royales Saint-Hubert, la Maison Autrique qui ne l’oublions pas est également un lieu de passage entre Bruxelles et Brüsel dans l’album « la théorie du grain de sable », la maison du peuple de Victor Horta magnifique bâtiment Art nouveau aujourd’hui malheureusement disparu inauguré par Jaurès puis détruit dans les années 60 malgré une pétition signée par une centaine d’architectes. N’oublions pas qu’à l’époque, l’Art nouveau, tombé en disgrâce, était qualifié d’art nouille et que l’Excelsior à Nancy a bien failli connaître le même sort. Outre les lieux, les auteurs nous brossent le portrait de personnages emblématiques tels les architectes Joseph Poelaert (l’architecte inénarrable de la construction du palais de justice), Victor Horta ainsi que d’autres personnalités et nous font part d’évènements tels le voûtement de la Senne, la jonction Nord-midi enter les 2 gares, l’exposition de 1958, le choix de Bruxelles comme capitale de l’Europe, en bref, tout ce qui a façonné le Bruxelles d’aujourd’hui.
    Les illustrations noir et blanc ou couleur sont magnifiées par le grand format de l’album. Si certaines ont été publiées initialement dans le guide Lonely Planet, les autres ont été réalisées dans le cadre de différents projets autour de la ville de Bruxelles. Ces illustrations tout en étant très fidèles du point de vue architectural, offrent néanmoins, à l’image de la couverture, une vision onirique, métaphorique de la ville. Sur la couverture, à travers le reflet d’un immeuble moderne, se réfléchit sur un même plan de multiples vues de Bruxelles, Bruxelles, la belle, Bruxelles que j’aime.

  • add_box
    Couverture du livre « Le theoreme de morcom » de Benoit Peeters et Alain Goffin et Francois Schuiten aux éditions Humanoides Associes

    Frederic ROBIN sur Le theoreme de morcom de Benoit Peeters - Alain Goffin - Francois Schuiten

    Anglais... Mathématicien... Homosexuel... Enigma...
    Tapez ces mots clés dans votre moteur de recherche préféré et il y a de fortes chances que le nom Alan Turing sorte.

    Le Théorème de Morcom est un hommage à peine déguisé à Alan Turing. Nous sommes dans les années 50 et Julius Morcom,...
    Voir plus

    Anglais... Mathématicien... Homosexuel... Enigma...
    Tapez ces mots clés dans votre moteur de recherche préféré et il y a de fortes chances que le nom Alan Turing sorte.

    Le Théorème de Morcom est un hommage à peine déguisé à Alan Turing. Nous sommes dans les années 50 et Julius Morcom, mathématicien génial meurt dans un accident de voiture. Ce brillant mathématicien disparait dans l'indifférence générale. Pourtant ceux qui l'ont côtoyé, ne tarissent pas d'éloges, voir même de la jalousie.
    Un journaliste américain va mener son enquête sur ce personnage singulier qui avait comme projet de faire un cerveau mécanique, Ilse donne pour mission de percer le secret de ce personnage qui avaient été un brillant logicien et qui a passablement permis au service secret de sa majesté, de casser le code de la machine allemande Enigma pendant le guerre. Alors qu'elle était le dernier secret de Morcom ? Mort accidentelle, suicide ou meurtre ? C'est ce que vous allez découvrir au travers de cette histoire si bien écrite et si bien illustrée.

  • add_box
    Couverture du livre « Les cités obscures t.2 ; la fièvre d'Urbicande » de Benoit Peeters et Francois Schuiten aux éditions Casterman

    Nathalie Vanhauwaert sur Les cités obscures t.2 ; la fièvre d'Urbicande de Benoit Peeters - Francois Schuiten

    Album culte publié en Noir et Blanc en 1983 dans le magazine bd "A suivre". A l'époque c'était la contrainte chez Casterman : le noir et blanc lorsqu'un album dépassait les 48 pages.

    Il fut récompensé à Angoulême pour le meilleur album.

    Robick est urbatecte à Urbicande, un monde...
    Voir plus

    Album culte publié en Noir et Blanc en 1983 dans le magazine bd "A suivre". A l'époque c'était la contrainte chez Casterman : le noir et blanc lorsqu'un album dépassait les 48 pages.

    Il fut récompensé à Angoulême pour le meilleur album.

    Robick est urbatecte à Urbicande, un monde imaginaire. Il est préoccupé par l'équilibre urbain de la ville et la commission lui refuse la construction d'un troisième pont qui réunirait les rives Nord et Sud.

    On lui a apporté un étrange cube trouvé sur un chantier, ce cube est posé sur son bureau dans une matière inconnue. Ce cube va prendre toute la place au sens propre comme figuré car il va se mettre à grandir, encore et toujours perturbant l'ordre de la ville et l'envahissant complètement.

    Un thème intéressant qui va mettre en avant le contrôle de la ville , une réunification possible, une perte de contrôle, de pouvoir des autorités en place, il met en avant également la répression des idées, des individus, la privation de liberté, le libre arbitre....

    Cette bd culte nous revient colorisée 35 ans après sa première publication. C'est Jack Durieux qui durant le premier confinement a colorisé l'album par ordinateur, une technique qui a permis de donner une autre dimension à cet album. Il est intervenu sur le trait de François Schuiten avec l'accord de celui-ci.

    Amateur d'architecture, d'album futuriste, de monde imaginaire c'est l'occasion de découvrir ou de redécouvrir cette superbe bd.

    Ma note : 9/10

    https://nathavh49.blogspot.com/2021/04/la-fievre-durbicande.html

Récemment sur lecteurs.com