• Couverture du livre « Tout le monde te haïra » de Alexis Aubenque aux éditions J'ai Lu

    0.25

    Magali Dondeyne sur Tout le monde te haïra de Alexis Aubenque

    https://livresque78.wordpress.com/2017/11/06/tout-le-monde-te-haira-de-alexis-aubenque/

    Je suis ou plutôt j’étais une « Aubenque’s novice », mais j’ai été intronisé. Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé le style dès les premières pages. L’auteur parvient de suite à interpeller le lecteur,...
    Voir plus

    https://livresque78.wordpress.com/2017/11/06/tout-le-monde-te-haira-de-alexis-aubenque/

    Je suis ou plutôt j’étais une « Aubenque’s novice », mais j’ai été intronisé. Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé le style dès les premières pages. L’auteur parvient de suite à interpeller le lecteur, il faut dire qu’il nous dépeint des personnages passionnants, dans un lieu hors du commun où les habitants ont une vie à part.
    Nimrod et Tracy m’ont tout simplement séduite dès les premières lignes, leur relation si particulière, le passé de Nimrod mais aussi sa chienne Leïka, la vie de Tracy qui alterne entre sa famille et son boulot de flic si prenant, ses enfants, plus particulièrement son fils… Et puis, ajoutez à cela deux enquêtes parallèles savamment ficelées et le tour est joué, vous êtes fan du style d’Alexis Aubenque.

  • Couverture du livre « Tout le monde te haïra t.1 » de Alexis Aubenque aux éditions Robert Laffont

    0.2

    Krys Aline sur Tout le monde te haïra t.1 de Alexis Aubenque

    Le décor : White Forest petite bourgade perdue au fin fond de l'Alaska. Décembre : le froid, la neige, l'hiver qui n'en finit pas mais une nature d'une beauté à couper le souffle. Habituellement il ne s'y passe pas grand-chose, mais là tout à coup c'est devenu le centre d'attraction du pays ! En...
    Voir plus

    Le décor : White Forest petite bourgade perdue au fin fond de l'Alaska. Décembre : le froid, la neige, l'hiver qui n'en finit pas mais une nature d'une beauté à couper le souffle. Habituellement il ne s'y passe pas grand-chose, mais là tout à coup c'est devenu le centre d'attraction du pays ! En effet 3 « évènements » extraordinaires s'y produisent simultanément:

    Alice Lewis, originaire de San Francisco, débarque dans la ville car sa demi-soeur, Laura Barnes qui n'est autre que l'épouse du fils du maire de la ville, ne donne plus signe de vie depuis un mois. Alice demandera l'aide de la police avant d'être éconduite, puis se tournera vers Nimrod Russell, détective privé et ancien lieutenant à White Forest avant d'avoir été poussé à la démission à la suite d'une sombre affaire.

    Cette même Laura Barnes qui est journaliste et qui a disparue alors qu'elle enquêtait sur le naufrage d'un navire survenu en 1920 et dont les membres d'équipage ont été récemment retrouvés pris dans un iceberg à la dérive. Dans ce bateau, devait également s'y trouver une centaine d'orphelin Russe dont il n'y a pourtant aucune trace…

    Tracy Bradshaw quant à elle, est lieutenant de police dans cette même ville et elle enquête sur un homicide particulièrement sordide. En effet un notable de la ville, M. Kruger, est retrouvé pendu par les pieds et éventré avec un hakapik, arme utilisée pour la chasse aux phoques par les Inuits.

    Aucun lien apparent entre les trois affaires…. Et pourtant !

    Voilà, l'histoire est posée. Bien menée, sans effet de style, sans second degré, simplement mais efficacement. Les descriptions sont jolies et font rêver sur le Grand Nord. C'est facile et agréable à lire mais Je regrette néanmoins que la fin soit simplement énoncée sans ambages. Evidemment cela ne rivalise pas en noirceur avec un Giebel, un Chattam ou un Thilliez et il ne restera pas dans les annales (pas dans les miennes en tout cas) je pense, mais ça reste quand même un bon petit polar sans prétentions qui ménage bien son effet. On est à cent lieues de penser au coupable puisqu'il sort du chapeau presque tout à coup et ça reste une vraie surprise pour moi. Je lui attribue donc un 4 étoiles mais tout juste. En effet, pour ce qui me concerne je préfère que l'histoire ait un peu plus de corps et que l'argument soit un peu plus retord, en un mot que ça soit plus « gore ».

    Il faut noter que certains points ne sont pas éclaircis dans ce roman et qu'ils restent sans réponse (les cauchemars de Ridley et les blessures de l'enfance de Nimrod par exemple) sans doute pour donner matière aux prochains épisodes !

    Je récidiverais donc avec plaisir avec cet auteur avec « Canyon Creek » ou « Stone Island » ou « Aurore de sang » peut-être? A votre avis que me conseilleriez-vous pour la suite ?

    Plus d'avis sur mon blog: https://christinehoussin1.wixsite.com/bouquinista
    Ma page Facebook: https://www.facebook.com/bouquinista/

  • Couverture du livre « Tu ne manqueras à personne » de Alexis Aubenque aux éditions J'ai Lu

    0.2

    Nathalie Chartier sur Tu ne manqueras à personne de Alexis Aubenque

    Un polar de très bonne facture que je n’ai pas lâché ! Pacific View, une petite ville côtière de Californie qui devient le théâtre d’un meurtre sordide : une adolescente est retrouvée décapitée et grimée dans les toilettes de son lycée le jour de la rentrée des classes. Aussitôt la police est...
    Voir plus

    Un polar de très bonne facture que je n’ai pas lâché ! Pacific View, une petite ville côtière de Californie qui devient le théâtre d’un meurtre sordide : une adolescente est retrouvée décapitée et grimée dans les toilettes de son lycée le jour de la rentrée des classes. Aussitôt la police est sur les dents, les journalistes aussi ainsi qu’une profileuse du FBI. La population réclame l’arrestation du coupable et les parents sont effrayés même si certains font barrage aux interrogatoires de leurs enfants dont certains cachent des secrets inavouables. Faux coupable et rebondissements se succèdent. Il est question d’ados mal dans leur peau, de sex-tape, de harcèlement scolaire, de sérial killer, de pédophilie, de corruption. Bref, le rythme est soutenu, le lecteur suit en parallèle l’enquête de policiers et les investigations de journalistes, chaque équipe étant mobilisée pour démasquer et arrêter le ou les coupables. Quelques allusions au précédent roman d’Alexis AUBENQUE qui ne nuisent pas pour autant à la compréhension de l’intrigue. Le dénouement est bien mené, cohérent, entre coup de théâtre et révélations. Une lecture haletante !

  • Couverture du livre « Aurore de sang » de Alexis Aubenque aux éditions Robert Laffont

    0.25

    Marion Poidevin sur Aurore de sang de Alexis Aubenque

    La fin d'été à White Forest est marquée par les aurores boréales du siècle, et alors que la nuit la plus lumineuse annoncée approche à grand pas Nimrod voit son quotidien bousculé alors qu'il s'apprête à réintégrer enfin la police. Judith Gibbons, une ex petite amie, vient lui demander de l'aide...
    Voir plus

    La fin d'été à White Forest est marquée par les aurores boréales du siècle, et alors que la nuit la plus lumineuse annoncée approche à grand pas Nimrod voit son quotidien bousculé alors qu'il s'apprête à réintégrer enfin la police. Judith Gibbons, une ex petite amie, vient lui demander de l'aide lorsque son mari et son fils disparaissent. Nimrod bien entendu se décide à l'aider... Tracy quant à elle, enquête sur la découverte d'un corps à moitié dévoré dans la forêt, Nimrod lui prête rapidement main forte quand cette enquête semble prendre une direction totalement surprenante. White Forest n'a finalement rien du paradis illuminé d'aurores boréales, et semble plutôt sombrer vers un enfer auquel on ne s'attendait pas.

    J'avais découvert Alexis Aubenque avec Tout le monde te haïra qui avait un véritable coup de cœur, relisez la chronique par ici. Alors forcément Aurore de sang était très attendu. J'ai pris du temps pour le lire, je l'avoue, mais je pense que je l'ai d'autant plus apprécier à le lire dernièrement. D'ailleurs, le coup de cœur a été réitéré et je suis ressortie de cette lecture presque estomaquée...

    Quel plaisir de retourner à White Forest et de retrouver Nimrod et Tracy ! On retrouve nos deux flics pour deux nouvelles enquêtes surprenantes. Difficile d'en dire plus d'ailleurs par peur d'en dire trop. Ces enquêtes nous réservent bien des surprises et tout comme nos héros, nous sommes loin d'imaginer jusqu'où tout cela va nous entraîner. Très simplement, c'est juste le prémisse de ce qu'Alexis Aubenque nous réserve. L'auteur nous offre complètement une intrigue qui marque, choque presque même et qui n'a pas finit de nous remuer.

    Aurore de sang est donc marqué par une intrigue qui gagne en intensité au fil des pages, qui bouscule le lecteur de chapitre en chapitre et qui le laisse bouche bée à de multiples reprises. Personne ne peut se douter de la tournure que prennent les événements. Tracy et Nimrod sont eux aussi bousculés, malmenés même et cela ne fait que secouer le lecteur un peu plus. Parce que Tracy et Nemrod, on les apprécie, on s'attache même encore plus à eux. On aimerait presque pouvoir entrer dans ce livre afin de leur prêter main forte.

    Aurore de sang est d'ailleurs aussi marqué par l'histoire de ses personnages. Dans ce livre, on en apprend un peu plus sur Nimrod. Ce personnage qui est aussi sensible et dur, tendre et fort, secret et aimant, ce personnage sur qui on va en apprendre plus. On découvre un peu plus la relation qu'il entretient avec son père, mais surtout le voile se lève peu à peu sur sa mère. On en vient à le comprendre un peu plus l'homme qu'il est devenu, ce caractère qu'il s'est forgé, mais qui est presque une carapace au final. Nemrod, c'est ce genre de personnage qui ne montre pas ses sentiments, mais que le lecteur réussit à cerner, c'est un "vrai gentil" qu'on admire presque.

    Alexis Aubenque ne nous laisse aucun répit ! En ouvrant ce livre, vous ne pourrez plus le refermer. L'auteur a une écriture vive et trépidante. Le livre garde un rythme constant, un rythme qui nous fait presque haleter au fil des pages. On s'accroche presque littéralement au bouquin à mesure que le suspens gagne en intensité. Tout est parfaitement maîtrisé, les personnages et leur histoire personnelle, l'environnement qui nous permet d'imaginer au mieux White Forest, les thèmes abordés tout en finesse ou encore la direction que prend l'enquête qui jamais n'atteint le "trop". On pourrait croire à mesure que l'on s'enfonce dans l'intrigue que cela va devenir "too much", mais non ! Alexis Aubenque à cette justesse qui permet de garder une ligne constante et qui fait que tout s'enchaîne sans accro jusqu'à un final en apothéose.

    Vous l'avez sans doute déjà compris, Aurore de sang est un énorme coup de cœur ! J'ai dévoré ce livre, je me suis laissée embarquer dans cette folle histoire qui m'a secoué plus d'une fois. Je n'imaginais pas un seul instant en ouvrant celui-ci, jusqu'où cela m'entraînerait. Alexis Aubenque a réussi à me tenir en haleine des premières lignes aux dernières et je l'ai même parfois détesté de malmener Nimrod et Tracy tellement je me suis attachée à eux. Aurore de sang est ce genre de thriller qui me surprend, me marque, me fait presque écarquiller les yeux pendant ma lecture tellement je suis prise dans l'histoire, et j'adore ça !

    Aurore de sang fait donc partie d'une série et en le refermant, on se demande clairement de quoi la suite et fin sera faite. Les toutes dernières lignes nous feraient presque pousser un "ahhh" tonitruant, mais... mais comment est-ce possible ? Alexis Aubenque réussit toujours à nous surprendre jusqu'à la toute fin et c'est ce qui fait qu'on en redemande encore et toujours. Je n'ai déjà qu'une hâte, c'est de retrouver Nimrod et Tracy !

    N'hésitez pas un seul instant ! Aurore de sang d'Alexis Aubenque est disponible aux Éditions Robert Laffont dans la collection La Bête Noire.

  • Couverture du livre « Un automne à River falls » de Alexis Aubenque aux éditions Lgf

    0.2

    lise lise sur Un automne à River falls de Alexis Aubenque

    Un grand bravo à Alexis Aubenque pour ce beau thriller à l'américaine. Une intrigue assez classique mais rondement menée, avec des personnages très attachants et une vie de campus universitaire particulièrement fascinante. Chapeau bas!

    Un grand bravo à Alexis Aubenque pour ce beau thriller à l'américaine. Une intrigue assez classique mais rondement menée, avec des personnages très attachants et une vie de campus universitaire particulièrement fascinante. Chapeau bas!

  • Couverture du livre « Tout le monde te haïra » de Alexis Aubenque aux éditions J'ai Lu

    0.05

    Christian Laurent sur Tout le monde te haïra de Alexis Aubenque

    Tout le monde te haïra était le premier roman d'Alexis Aubenque que je lisais.
    Autant être franc : ce sera également le dernier.

    Pendant les deux premiers tiers, Aubenque arrive pourtant à faire un minimum le job : rien d'extraordinaire, un thriller comme on en a déjà lu 1000, mais qui...
    Voir plus

    Tout le monde te haïra était le premier roman d'Alexis Aubenque que je lisais.
    Autant être franc : ce sera également le dernier.

    Pendant les deux premiers tiers, Aubenque arrive pourtant à faire un minimum le job : rien d'extraordinaire, un thriller comme on en a déjà lu 1000, mais qui fonctionne plus ou moins malgré tout et nous fait tourner les pages - écriture fonctionnelle, chapitre courts qui se terminent par une espèce de rebondissement, personnages pas détestables mais assez interchangeables...
    Bref, de quoi faire passer quelques heures quand on n'a rien d'autre à faire : vite lu et vite oublié dès la dernière page tournée, sauf que...
    ... Sauf que pour ce livre, le dernier tiers - qui constitue le "dénouement" et la fin - bascule dans une telle nullité, une telle invraisemblance, un tel WTF que, pour le coup, on s'en souvient !
    D'ailleurs, le ou la coupable est obligé de se lancer dans un long monologue pour expliquer le pourquoi du comment, comme dans les pires séries Z : une "explication" qui est tellement à mille lieux de ce que l'enquête avait jusque-là dévoilé que, s'il n'y avait pas cette énorme ficelle de l'accusé qui déballe tout son charabia pendant des pages et des pages, le roman aurait du faire au minimum 200 pages de plus pour que les enquêteurs puissent enfin trouver la bonne piste et son explication...
    Renseignement pris auprès de l'auteur, cette fin "bigger than life" (dixit Aubenque), est volontaire et celui-ci nous explique qu'il voulait en quelque sorte "parodier" justement ce type de séries Z dans lesquelles le coupable est obligé de s'expliquer longuement pour que le téléspectateur - ou le lecteur - puisse comprendre ses motivations.
    Le problème, c'est qu'à la lecture, à aucun moment ne perce un quelconque second degré ni le moindre indice qui établirait ce genre de complicité entre l'auteur et son lecteur, lequel percevrait alors cette volonté de parodie.
    Non, au contraire, Tout le monde te haïra reste désespérément sérieux - et donc hautement ridicule - jusqu'à sa toute dernière page.

  • Couverture du livre « Tout le monde te haïra t.1 » de Alexis Aubenque aux éditions Robert Laffont

    0.05

    Christian Laurent sur Tout le monde te haïra t.1 de Alexis Aubenque

    Tout le monde te haïra était le premier roman d'Alexis Aubenque que je lisais.
    Autant être franc : ce sera également le dernier.

    Pendant les deux premiers tiers, Aubenque arrive pourtant à faire un minimum le job : rien d'extraordinaire, un thriller comme on en a déjà lu 1000, mais qui...
    Voir plus

    Tout le monde te haïra était le premier roman d'Alexis Aubenque que je lisais.
    Autant être franc : ce sera également le dernier.

    Pendant les deux premiers tiers, Aubenque arrive pourtant à faire un minimum le job : rien d'extraordinaire, un thriller comme on en a déjà lu 1000, mais qui fonctionne plus ou moins malgré tout et nous fait tourner les pages - écriture fonctionnelle, chapitre courts qui se terminent par une espèce de rebondissement, personnages pas détestables mais assez interchangeables...
    Bref, de quoi faire passer quelques heures quand on n'a rien d'autre à faire : vite lu et vite oublié dès la dernière page tournée, sauf que...
    ... Sauf que pour ce livre, le dernier tiers - qui constitue le "dénouement" et la fin - bascule dans une telle nullité, une telle invraisemblance, un tel WTF que, pour le coup, on s'en souvient !
    D'ailleurs, le ou la coupable est obligé de se lancer dans un long monologue pour expliquer le pourquoi du comment, comme dans les pires séries Z : une "explication" qui est tellement à mille lieux de ce que l'enquête avait jusque-là dévoilé que, s'il n'y avait pas cette énorme ficelle de l'accusé qui déballe tout son charabia pendant des pages et des pages, le roman aurait du faire au minimum 200 pages de plus pour que les enquêteurs puissent enfin trouver la bonne piste et son explication...
    Renseignement pris auprès de l'auteur, cette fin "bigger than life" (dixit Aubenque), est volontaire et celui-ci nous explique qu'il voulait en quelque sorte "parodier" justement ce type de séries Z dans lesquelles le coupable est obligé de s'expliquer longuement pour que le téléspectateur - ou le lecteur - puisse comprendre ses motivations.
    Le problème, c'est qu'à la lecture, à aucun moment ne perce un quelconque second degré ni le moindre indice qui établirait ce genre de complicité entre l'auteur et son lecteur, lequel percevrait alors cette volonté de parodie.
    Non, au contraire, Tout le monde te haïra reste désespérément sérieux - et donc hautement ridicule - jusqu'à sa toute dernière page.

  • Couverture du livre « Aurore de sang » de Alexis Aubenque aux éditions Robert Laffont

    0.25

    Sandrine Rufo sur Aurore de sang de Alexis Aubenque

    On retrouve pour la 2eme fois nos héros Tracy et Nimrod,
    Suite à son courage et héroïsme lors de sa dernière enquête en tant détective privé, Nimrod à reconquérir le coeur des habitants de White Forest, et va être réintégrer la police dans les jours à venir..

    Pour sa dernière enquête avant...
    Voir plus

    On retrouve pour la 2eme fois nos héros Tracy et Nimrod,
    Suite à son courage et héroïsme lors de sa dernière enquête en tant détective privé, Nimrod à reconquérir le coeur des habitants de White Forest, et va être réintégrer la police dans les jours à venir..

    Pour sa dernière enquête avant de réintégrer la police, Nimrod accepté d'aider Judith, son ancienne compagne avec qui il a vécu 6 ans, a retrouver son petit garçon enlevé par son ex-mari endoctriner dans une secte.

    Quant à Tracy, elle enquête sur la découverte d'un corps retrouvé dans la forêt à moitié dévoré par des insectes et animaux.

    Dans ce nouveau opus Alexis nous fait découvrir un peu plus du passé de Nimrod en remontant en arrière, où l'on découvre un nouveau personnage, Abigail, la mère de Nimrod décédée quant il avait 7 ans, mais aussi on redécouvre son odieux père.

    Alexis commence son histoire doucement pour nous emmener très rapidement dans son histoire, comme si nous étions, des spectateurs impuissants et comme d'habitude, une fois qu'on est dans l'histoire, impossible de lâcher le livre !
    La fin est juste EXPLOSIVE, oui oui explosive, avec des rebondissements, nous laissant avec pleins de questions sans réponse, nous faisant entrevoir, imaginer, la suite de l'histoire...

    Oui oui, vite écrit le tome 3 si tu ne veux pas être séquestré par tes fans qui t'obligeront à écrire jour et nuit la suite ...

    Mon Dieu que j'aime Nimrod et tracy !!!

  • Couverture du livre « Stone island » de Alexis Aubenque aux éditions Toucan

    0.2

    Edith Baca sur Stone island de Alexis Aubenque

    Excellent thriller que j' ai lu d' une seule traite tant l' auteur nous tient en haleine du début à la fin avec des

    rebondissements et un dénouement surprenant.

    J' aime énormément le style d' écriture de Alexis Aubenque .

    Excellent thriller que j' ai lu d' une seule traite tant l' auteur nous tient en haleine du début à la fin avec des

    rebondissements et un dénouement surprenant.

    J' aime énormément le style d' écriture de Alexis Aubenque .

  • Couverture du livre « Tu ne manqueras à personne » de Alexis Aubenque aux éditions J'ai Lu

    0.25

    April the seven sur Tu ne manqueras à personne de Alexis Aubenque

    Je remercie infiniment l’auteur, Alexis Aubenque, pour sa confiance. J’ai découvert sa plume en janvier dernier avec le thriller Tout le monde te haïra (dont j’attends la suite avec impatience !), et sa manière de construire son intrigue m’avait laissée la mâchoire par terre. J’étais donc très...
    Voir plus

    Je remercie infiniment l’auteur, Alexis Aubenque, pour sa confiance. J’ai découvert sa plume en janvier dernier avec le thriller Tout le monde te haïra (dont j’attends la suite avec impatience !), et sa manière de construire son intrigue m’avait laissée la mâchoire par terre. J’étais donc très curieuse de me plonger dans cette nouvelle histoire.

    Avant de commencer, il faut savoir que Tu ne manqueras à personne est le deuxième tome de la saga Pacific View, mais il peut se lire indépendamment, car les circonstances ne sont pas les mêmes. Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps : je n’ai jamais lu un roman policier aussi rapidement. Ce livre est si addictif que je l’ai terminé en moins d’une journée !

    L’histoire commence avec le meurtre d’une adolescente, Lucy Torper. Son corps, mutilé et savamment mis en scène, est retrouvé dans les toilettes de son lycée. Le lieutenant Davis et sa collègue Vanessa Bloom sont dépêchés sur les lieux et doivent mener l’enquête. Qui aurait pu tuer Lucy, cette lycéenne mal dans sa peau et sujet aux moqueries et au harcèlement scolaire ? Le récit oscille entre l’avancement de la police et celui de Faye Sheridan, une journaliste bien décidée à faire la lumière sur cet acte macabre.

    Alexis Aubenque a frappé fort, et ce dès le début. Impossible de rester indifférente face à ce qu’il nous relate. Chaque page est un nouveau trésor, une porte ouverte vers des vérités et des révélations. Le récit ne souffre d’aucune longueur et j’ai été totalement absorbée par l’intrigue.

    Que ce soit au niveau du fond ou de la forme, tout tient la route. D’un côté, nous avons ce policier à la vie privée houleuse, et de l’autre la journaliste, affamée d’amour, mais dont le coeur se délite peu à peu. Tous les deux sont investis dans cette affaire et nous content à leur manière leur version des faits. L’auteur ne nous les présente pas que dans leur contexte professionnel, il travaille sur leurs failles, leurs erreurs, leurs doutes… ce qui les rend humains et très attachants.

    Le fil conducteur est terriblement accrocheur. Il m’était chaque fois difficile de reposer le livre. Alexis Aubenque joue avec nos nerfs en malmenant ses personnages. Parfois, j’ai eu le sentiment qu’on ne verrait jamais l’issue de cette affaire. Ça devenait trop complexe, trop intense, et j’avais peur qu’une fois la lumière faite, je sois déçue ou désabusée. Heureusement, c’était sans compter son adresse et son imagination foisonnante ! Je suis tout simplement restée sur le popotin, et ça m’a rappelé Tout le monde te haïra et mon impression de ne rien maîtriser. J’avais beau avoir une idée très précise des secrets qui nous étaient cachés, j’étais loin – très, très loin – de la vérité. L’auteur est un as en la matière, et c’est avec une précision presque chirurgicale qu’il fait tourner les rouages de son intrigue, tout en nous embrouillant l’esprit !

    Non seulement le mystère est au rendez-vous, mais les émotions aussi ! On ne se cantonne pas à suivre une enquête policière froide et sans accroc. Derrière tout cela, le lecteur est confronté à la détresse humaine, ne serait-ce que vis à vis du parcours de la victime. Le harcèlement sous toutes ses formes, l’impact des mots, les insultes et les moqueries qui se fichent dans le coeur et qui provoquent un mal-être abominable… J’en ai eu les larmes aux yeux, par moment. Toutes les émotions sont débridées dans ce roman, même les plus destructrices.

    En résumé, Tu ne manqueras à personne est un roman policier difficile à démêler, tortueux et délicieusement noir. Alexis Aubenque a su me toucher en plein coeur grâce à ses personnages authentiques et un sujet qui touche trop de jeunes en ce bas monde : le harcèlement scolaire. Une enquête dans l’air du temps, qui fait écho à notre société et qui me confirme que cet auteur est un véritable magicien des mots.

    Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/thriller---polar/pacific-view-alexis-aubenque

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com