Adrien Tomas

Adrien Tomas
Adrien Tomas a la trentaine. Conquis par Tolkien, Gemmell ou Eddings, il plonge dans l'écriture. Trois ans plus tard, La Geste du sixième royaume est née et décroche aussitôt, ce qui est exceptionnel pour un premier roman, le prix Imaginales 2012 (meilleur roman de fantasy). La Maison des Ma... Voir plus
Adrien Tomas a la trentaine. Conquis par Tolkien, Gemmell ou Eddings, il plonge dans l'écriture. Trois ans plus tard, La Geste du sixième royaume est née et décroche aussitôt, ce qui est exceptionnel pour un premier roman, le prix Imaginales 2012 (meilleur roman de fantasy). La Maison des Mages, dans le même univers, ainsi que Notre-Dame des loups, dans le registre du fantastique ont suivi. C'est pour notre plus grand plaisir qu'Adrien Tomas revient avec une toute nouvelle histoire située avant la Geste du Sixième Royaume.

Avis (10)

  • add_box
    Couverture du livre « Zoomancie » de Adrien Tomas aux éditions Lynks

    Mathilde Guillaume sur Zoomancie de Adrien Tomas

    J’ai adoré ce roman : son univers dystopique (mais qui pourrait se voir concrétiser dans un futur pas si lointain) hyper développé, ses personnages humains et animaux attachants et « vrais », le contexte sociétal oppressant… Tous ces éléments amènent à une réflexion plus poussée sur notre lien à...
    Voir plus

    J’ai adoré ce roman : son univers dystopique (mais qui pourrait se voir concrétiser dans un futur pas si lointain) hyper développé, ses personnages humains et animaux attachants et « vrais », le contexte sociétal oppressant… Tous ces éléments amènent à une réflexion plus poussée sur notre lien à la nature, aux animaux, à notre environnement direct. Une lecture prenante qui fait beaucoup réfléchir !

    En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2019/08/22/zoomancie/

  • add_box
    Couverture du livre « Zoomancie » de Adrien Tomas aux éditions Lynks

    Les Fantasy d'Amanda sur Zoomancie de Adrien Tomas

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Quand l’humanité est envahie par la colère… ---

    …le monde part à vau-l’eau. C’est justement cette idée que l’auteur a souhaité exploiter dans son nouveau roman. Et croyez-moi, ça fait froid dans le dos...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Quand l’humanité est envahie par la colère… ---

    …le monde part à vau-l’eau. C’est justement cette idée que l’auteur a souhaité exploiter dans son nouveau roman. Et croyez-moi, ça fait froid dans le dos ! En effet, seul un tiers de la population mondiale a survécu aux guerres, révoltes et catastrophes climatiques. Néanmoins, cela ne signifie pas pour autant que les survivants sont heureux ; hormis quelques privilégiés, ils se disputent les rares ressources disponibles, prêts à tous les affrontements.

    Adrien Tomas tire ainsi la sonnette d’alarme grâce à un scénario effrayant de réalisme. Le message qu’il souhaite faire passer est essentiel pour de jeunes lecteurs !

    --- Une intrigue à plusieurs voix ---

    Le récit raconte les déboires quotidiens de plusieurs adolescents qui, comme on s’en doute, seront amenés à se rencontrer. Ils sont bien entendu différents des uns des autres, cependant ils ont tous un point commun : la colère qui les anime, mais qui tend à s’atténuer au contact des animaux. Baleine, araignées, okapis et chat sauvage constituent donc des personnages à part entière, même si je les ai trouvés trop en retrait.

    Ma préférence va à Spider, le zoomancien lié aux araignées, car c’est par son biais que l’on fait les plus grandes découvertes. En outre, son indépendance lui permet de se sortir de situations inconfortables à maintes reprises.

    --- Entraînée en un claquement de doigts ! ---

    Un univers intéressant, des personnages attachants, ajoutez à cela une intrigue dynamique, et vous obtenez un véritable page-turner. Il faut dire que l’utilisation du présent et de la première personne y participe fortement.

    Toutefois, c’est le côté thriller de l’histoire qui m’a définitivement convaincue, car je ne m’y attendais pas. Ce fut une très bonne surprise, même si ce n’est pas mon genre de prédilection. Par contre, la fin m’a paru un peu trop abrupte, mais ce n’est pas bien grave.

    En bref, avec Zoomancie, Adrien Tomas signe une nouvelle réussite !

  • add_box
    Couverture du livre « Engrenages et sortilèges » de Adrien Tomas aux éditions Rageot

    kadeline sur Engrenages et sortilèges de Adrien Tomas

    Une très bonne lecture qui est passé près du coup de coeur
    Il y avait tout dans engrenages et sortilèges pour devenir un coup de coeur oui mais il y a aussi eu une petite succession de scènes au milieu qui pour moi sont de trop et ne m'ont pas convaincues. le problème avec les récits qui sont...
    Voir plus

    Une très bonne lecture qui est passé près du coup de coeur
    Il y avait tout dans engrenages et sortilèges pour devenir un coup de coeur oui mais il y a aussi eu une petite succession de scènes au milieu qui pour moi sont de trop et ne m'ont pas convaincues. le problème avec les récits qui sont particulièrement bons c'est que la déception est exacerbée quand une facilité/cliché d'un roman pour ado apparait. Je vais faire abstraction de ce satané milieu avec ses passages hormones triangle/carré pour me concentrer sur le reste.
    L'univers de ce roman est très bien construit, immersif et intéressant. On a un vrai aspect steampunk pas uniquement un saupoudrage de boulons et un vrai système magique. La cohabitation mécanique et magie fonctionne vraiment bien avec ses conflits pour tirer la couverture vers la spécialité de chacun. Si cet aspect semble de première abord le coeur de l'univers, celui-ci est beaucoup plus complexe et se compose de plusieurs niveaux. L'aspect lutte social, survie… est une bonne base de réflexion sur notre monde. Les héros sont intéressants, bien développés, pas clichés, ni tout blanc ou tout noir… J'ai particulièrement aimé la façon dont ils sont introduits qui crée le doute sur l'attachement ou non qu'on doit leur porter. Les personnages secondaires n'ont pas été négligé pour autant. Comme l'univers, chaque élément et personnage est consistant, rien n'est laissé au hasard ou délaissé.
    C'est un roman très bien pensé, intéressant, intelligent quand on adhère au milieu c'est une pépite, sinon ça passe d'excellent à très bon.

  • add_box
    Couverture du livre « La geste du sixième royaume » de Adrien Tomas aux éditions Mnemos

    Les Fantasy d'Amanda sur La geste du sixième royaume de Adrien Tomas

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Tic-tac, tic-tac… ---

    J’ai acheté La geste du sixième royaume lors de La Foire du Livre de 2017. Ce livre attend donc depuis deux ans dans ma PAL. Ce qui m’a donné envie de l’en sortir ? La dernière...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Tic-tac, tic-tac… ---

    J’ai acheté La geste du sixième royaume lors de La Foire du Livre de 2017. Ce livre attend donc depuis deux ans dans ma PAL. Ce qui m’a donné envie de l’en sortir ? La dernière parution de l’auteur, Engrenages et sortilèges, un one-shot steampunk destiné à la jeunesse… qui me fait très envie !

    Avant de craquer néanmoins, je me suis dit qu’il serait mieux de commencer par le commencement. Malheureusement, j’ai développé un acouphène pulsatile la même semaine. J’ai alors découvert qu’il était laborieux de se concentrer lorsque l’on entend constamment son pouls… Et, croyez-moi, ce roman exige beaucoup de concentration !

    Résultat : j’ai ressenti le besoin de faire des pauses régulières. Cependant, et c’est le plus important à mon sens, je n’ai pas souhaité abandonner cette lecture en dépit des difficultés rencontrées.

    --- Un récit qui ne manque pas d’envergure ---

    En lisant le synopsis, je m’attendais à une épopée grandiose, et non pas à l’organisation minutieuse d’une guerre. Or, les batailles ne représentent qu’une petite partie de l’intrigue. Alliances politiques, stratégie militaire, assassinats dans l’ombre : voilà à quoi s’apparente davantage La geste du sixième royaume. Il m’a donc fallu un temps d’adaptation pour plonger dans cette histoire et l’apprécier à sa juste valeur.

    Autre point essentiel : le rythme n’est pas haletant, même si l’on comprend aisément pourquoi. En effet, Adrien Tomas a développé une intrigue aux multiples ramifications. Et c’est sans parler de son univers, qu’il a créé de toutes pièces malgré le défi que cela représentait ! Les peuples et leurs coutumes, les rivalités entre clans, le passé des élus : chaque détail a été pensé avec une méticulosité exceptionnelle. Bref, c’est une véritable toile que l’auteur a tissée, une toile où il est facile de se perdre. D’ailleurs, raccrocher les wagons après chaque pause n’a pas été une mince affaire.

    En outre, le scénario est d’une ampleur telle qu’il est quasiment impossible d’échapper aux longueurs. Toutefois, pour parer à ce « problème », Adrien Tomas a fait le choix de chapitres courts, ce qui permet de rendre le récit plus dynamique. Son style, quant à lui, ne s’encombre pas de lourdeurs. Ouf !

    --- Ma mémoire mise à rude épreuve ---

    Dans ce one-shot, chaque chapitre est dédié à un personnage. Et des personnages, il y en a à la pelle. Je serais d’ailleurs incapable d’en dresser la liste, alors que ma lecture est récente. Cependant, pour vous donner un aperçu, sachez que nous suivons majoritairement douze élus (six dans chaque camp) dont la destinée est de tuer leur alter ego.

    Inévitablement, j’ai perdu le fil. Qui est cet homme, déjà ? À quel peuple appartient-il ? Quel est son rôle ? Est-il un élu ou un simple chef de guerre ?

    Par chance, la plupart des protagonistes sont atypiques. Barde à la langue bien pendue, sorcière plusieurs fois centenaire ou encore demi-nain : ils se différencient facilement les uns des autres. De plus, Adrien Tomas n’hésite pas à en tuer certains, diminuant ainsi leur nombre… bien qu’il n’hésite pas à en ajouter à mi-parcours.

    Honnêtement, ce concentré de personnages m’a beaucoup dérangée au début. Néanmoins, j’ai fini par m’y faire. Je me suis même rendu compte, après quelque temps, que j’étais curieuse de découvrir le sort que l’auteur réservait à certains d’entre eux.

    --- Finissons sur une note positive ! ---

    La geste du sixième royaume est plus qu’un combat entre Bien et Mal. Ces deux notions se perdent d’ailleurs dans les différents points de vue abordés. Ainsi, ce qui est bien pour l’un est mal pour l’autre, et tout l’intérêt réside dans la confrontation de ces opinions contraires.

    C’est donc avec habileté qu’Adrien Tomas remet la high fantasy au goût du jour, même si l’on retrouve les codes propres au genre. Ce n’est malheureusement plus ce que je recherche à l’heure actuelle, mais cela ne m’empêche pas de souligner les qualités de ce one-shot.

    Me voilà donc prête à lire Engrenage et sortilèges…

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !