Palikao 79

Couverture du livre « Palikao 79 » de Dario aux éditions Envolume
  • Date de parution :
  • Editeur : Envolume
  • EAN : 9782371140639
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Marco Caviani, artificier des Brigades rouges débarque à Belleville. En 1979, partout en Europe, le terrorisme frappe et le boutefeu du bouquet final n'est autre que ce Caviani, auquel Mesrine donne un coup de main. Le commissaire Claude Fourrier n'a plus que quelques jours pour comprendre ce... Voir plus

Marco Caviani, artificier des Brigades rouges débarque à Belleville. En 1979, partout en Europe, le terrorisme frappe et le boutefeu du bouquet final n'est autre que ce Caviani, auquel Mesrine donne un coup de main. Le commissaire Claude Fourrier n'a plus que quelques jours pour comprendre ce qu'il manigance à Paris, le mettre hors d'état de nuire et éviter un attentat dont on ne connait ni la cible ni quand il aura lieu.
Alors dans tout Belleville, Claude Fourrier court... il court après Caviani, après Ema l'ensorceleuse qui le hante. Il est à bout de souffle.
En cet automne 1979, dans un XXe arrondissement de squats, et de plâtre humide où rôde un mal sans nom, un duel de francs-tireurs s'engage entre le jeune terroriste romain et le vieux flic gaulois. Une guerre sans merci et sans cause qui emplit leur solitude.
Sous la pluie.
Palikao, c'est aussi un polar très bien documenté.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Un polar à l'ancienne qui nous replonge dans le Paris de la toute fin des années 70.
    Dans un style rapide, concis, parfois brutal cet opus nous ramène aux heures sombres des premiers attentats médiatisés, oeuvre de bandes terroristes organisés mais aussi à l'apparition d'un autre fléau...
    Voir plus

    Un polar à l'ancienne qui nous replonge dans le Paris de la toute fin des années 70.
    Dans un style rapide, concis, parfois brutal cet opus nous ramène aux heures sombres des premiers attentats médiatisés, oeuvre de bandes terroristes organisés mais aussi à l'apparition d'un autre fléau planétaire...
    C'est la fin des trente glorieuses et un changement radical de notre société s'opère.
    Une intrigue bien menée, une multitude de petits détails de la vie quotidienne et des marques parfois oubliées m'ont permis de m'évader de la grisaille du métro.
    A quand les nouvelles aventures du commissaire Fourrier ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Magistral, magnétique, ce roman policier habile, surdoué est une prouesse. Le lire est indispensable. L’auteur Dario, par une plume digne d’un génie évident prouve par sa souplesse verbale ce qu’une réussite littéraire a de meilleur. Le lecteur reste en haleine jusqu’au point final. Le liant...
    Voir plus

    Magistral, magnétique, ce roman policier habile, surdoué est une prouesse. Le lire est indispensable. L’auteur Dario, par une plume digne d’un génie évident prouve par sa souplesse verbale ce qu’une réussite littéraire a de meilleur. Le lecteur reste en haleine jusqu’au point final. Le liant prend dans une ferveur policière où rien n’est laissé au hasard. C’est un roman fort qui se déguste à petites gorgées tel un café serré. Le suspense est là posé sur les lignes où chaque mot prend racine pour renforcer le caractère rugueux de cette histoire. Et pourtant ! Les sentiments sont authentiques, sincères et vifs. Les traits des protagonistes des lumières qui perforent le gris du temps. Paris déchire son voile sombre et laisse passer subrepticement les battements de cœur en éclaircies de velours. On s’attache aux hôtes de cette histoire de renom. A Ema écorchée vive, fleur qui ne retient que la tendresse jusqu’au bout de ses cils. Au commissaire Fourrier, grand sentimental, solitaire et éperdument amoureux d’Ema. L’ambiance reste constante. Aucun soupir ne s’échappe d’un filigrane majeur. On ressent Paris, les courants d’air, les imperméables trempés et ce nuancé qui s’abat jusqu’aux regards des protagonistes. Caviani est l’homme à abattre. Ce mythique personnage emblème d’une période où Les Brigades Rouges semaient la terreur à fleur de ciel. Tout est au summum dans les ruelles abouties de l’auteur. On entend les claquements de portières, les pas pressés, les armes qui dévorent les causes et détruisent l’idéologie. Cette histoire est un cercle autour de 1979. Dans cette sphère où l’auteur renforce la puissance de ce policier par un levier des plus mesurés. L’écriture reste toujours divine, stylée. Elle parfume les pages. La page 233 est à apprendre par cœur tant c’est une merveille. Le rythme est doux, ciselé, on sent la patte d’un brillant qui n’a pas dit son dernier mot. « La veille c’était la Toussaint. On le devenait au glissement de l’air à travers le papier cristal des bouquets de chrysanthèmes. Il flottait encore un parfum à la violette, un parfum de vieilles dames qui viennent annuellement brosser les pierres tombales avec des balais de crin. Les morts aussi ont le droit d’être propres. » L’humour aussi est au rendez-vous subrepticement dans les éclaircies. L’éclat tient sa grâce jusqu’au mot de la fin. Caviani recule, tombe, peut-être…. Le commissaire Fourrier regarde l’horizon en devenir. Le lecteur n’ose pas refermer Palikao 79. Son palpitant est dans cette phrase citée par Dario « Chacun aime ce qui lui fait défaut. » Il attend un autre roman de l’auteur avec fièvre. Impatient, il lui reste à méditer sur ce grand livre qui délivre le message très fort qu’en chacun de nous se trouve et l’agneau et le loup . Ou bien celle de Pline « L’homme est un loup pour l’homme. » Culte, majeur, ce roman policier est à lire en urgence. Epoustouflant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Palikao 79 ? C’est très bon : un auteur est né !
    Un vrai talent d’écriture, c’est riche, des clins d’oeil, des références, avec un vrai style, une profondeur, j’aime beaucoup. On sent que l'auteur a bossé. Des litres et des ratures !
    Un reproche : le second chapitre. Assez difficile d’accès à...
    Voir plus

    Palikao 79 ? C’est très bon : un auteur est né !
    Un vrai talent d’écriture, c’est riche, des clins d’oeil, des références, avec un vrai style, une profondeur, j’aime beaucoup. On sent que l'auteur a bossé. Des litres et des ratures !
    Un reproche : le second chapitre. Assez difficile d’accès à froid. Je ne comprenais rien. J'ai failli lâcher... et j’aurais eu bien tort ça décolle après...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai lu avec plaisir et intérêt Palikao 79 ce week-end. L'intrigue est bien menée.

    Les références historiques, géographiques et littéraires sont bien venues. Le style est personnel.

    Bref j'ai aimé.

    J'ai lu avec plaisir et intérêt Palikao 79 ce week-end. L'intrigue est bien menée.

    Les références historiques, géographiques et littéraires sont bien venues. Le style est personnel.

    Bref j'ai aimé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'apprécie ce récit. La précision du détail, les années 70, le sens de l'histoire, quelques souvenirs de mes jeunes années qui remontent à ma mémoire (j'avais 10 ans en 1979)... et puis tout est fait pour tenir en haleine le lecteur.
    Un écrit sombre et urbain mais parfaitement maîtrisé.
    Chapeau !

    J'apprécie ce récit. La précision du détail, les années 70, le sens de l'histoire, quelques souvenirs de mes jeunes années qui remontent à ma mémoire (j'avais 10 ans en 1979)... et puis tout est fait pour tenir en haleine le lecteur.
    Un écrit sombre et urbain mais parfaitement maîtrisé.
    Chapeau !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Palikao est très bien est très bien écrit. C'est un roman plein de nostalgie. Je trouve que l'ambiance années 70 décrite est géniale.
    Oui, on se sent tellement dans ce quartier de Belleville, dans cette époque.

    Cependant... Palikao 79 est presque plus une fresque qu’un polar.Comme dans le...
    Voir plus

    Palikao est très bien est très bien écrit. C'est un roman plein de nostalgie. Je trouve que l'ambiance années 70 décrite est géniale.
    Oui, on se sent tellement dans ce quartier de Belleville, dans cette époque.

    Cependant... Palikao 79 est presque plus une fresque qu’un polar.Comme dans le premier roman de DARIO, le récit est presque anecdotique et peut sembler manquer d’action et de suspense. Mais c’est peut être voulu... Palikao 79, roman d'atmosphère?

    En tous cas, quel style et quelle écriture! J'ai vraiment apprécié...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un excellent polar qui vous plonge dans le Belleville des années 70, gouailleur et truculent avec ses squats et son monde interlope. Une intrigue pas banale avec un flic original qui cherche son coupable mais cherche aussi un sens à sa vie.
    Une belle plume qui tient le lecteur en haleine, un...
    Voir plus

    Un excellent polar qui vous plonge dans le Belleville des années 70, gouailleur et truculent avec ses squats et son monde interlope. Une intrigue pas banale avec un flic original qui cherche son coupable mais cherche aussi un sens à sa vie.
    Une belle plume qui tient le lecteur en haleine, un rythme saccadé qui correspond bien à la période et au lieu ou se déroule l’intrigue.
    Une belle surprise

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Immersion réussie dans la scène des enquêtes policières en pleines années 1975. Pour son deuxième opus Dario glisse sa caméra dans l’œil de l’attachant commissaire Fourrier et nous entraîne avec un luxe de détails édifiants à l’époque des Renault 16 et des pattes d’eph'. On se régale de la...
    Voir plus

    Immersion réussie dans la scène des enquêtes policières en pleines années 1975. Pour son deuxième opus Dario glisse sa caméra dans l’œil de l’attachant commissaire Fourrier et nous entraîne avec un luxe de détails édifiants à l’époque des Renault 16 et des pattes d’eph'. On se régale de la galerie de personnages sobrement brossés qui peuplent la nuit parisienne de Pigalle ou Belleville. La narration opère comme un script et l’évocation des mélodies de l’époque comme une bande son.
    Rien à dire... c’est du cinéma.
    En noir et blanc. Ou presque...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 1979, Marco Caviani un terroriste membre des Brigades rouges est repéré à Paris. le commissaire Claude Fourrier a la délicate mission de découvrir ses intentions et de le traquer avant qu'il ne passe à l'acte.
    Caviani est en rupture de ban avec l'organisation terroriste depuis une vendetta...
    Voir plus

    1979, Marco Caviani un terroriste membre des Brigades rouges est repéré à Paris. le commissaire Claude Fourrier a la délicate mission de découvrir ses intentions et de le traquer avant qu'il ne passe à l'acte.
    Caviani est en rupture de ban avec l'organisation terroriste depuis une vendetta personnelle en Irlande du nord qui a fortement déplu.
    Le commissaire n'est pas au mieux, il recherche Ema, avec un seul M, la femme qu'il aime, qui a disparu après l'avoir quitté.
    Des contacts auprès d'anciens membres de l'OAS, l'infiltration des milieux gauchistes et l'aide précieuse de Lambert ancien flic à la dérive devenu pompiste de nuit ( il me semble que cela me rappelle ... ) permettent de remonter la piste de Caviani qui a été vu en compagnie d'un certain Jacques, figure du grand banditisme, association qui n' augure rien de bon.
    Je dois avouer avoir été un peu perturbé au début de ma lecture par une écriture manquant un peu de naturel à mon goût, l'auteur usant souvent de figures de style imagées ( «l'horloge hache l'air glacial des cinq heures trente») comme s'il voulait se démarquer d'un trop grand classicisme, un peu au détriment du rythme et de la compréhension de l'histoire.
    Je me suis également interrogé sur la pertinence de chapitres où la narratrice est Ema, passages hors du temps et de l'intrigue qui ralentissent le récit, mais qui prendront finalement tout leur sens dans un moment émouvant rappelant que pour certains, dans ces années là, un autre terrible combat commençait.
    Peu à peu la traque qui s'intensifie laisse présager un affrontement inéluctable entre Fourrier et Caviani comme un western qui ne pourrait se terminer que par un face à face mortel.
    Le final est tout simplement impressionnant, apothéose épique d'une tragédie en plusieurs actes, avec Caviani, Fourrier, Ema et Jacques en personnages confrontés à un destin inexorable. Oubliées d'un coup toutes les petites réserves que j'avais pu avoir au début de la lecture de ce roman, assurément noir, agréablement surprenant, et particulièrement convaincant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com