Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Manifesto

Couverture du livre « Manifesto » de Léonor De Récondo aux éditions Sabine Wespieser
Résumé:

Pendant la nuit du 24 au 25 mars 2015, Félix de Récondo a cheminé vers la mort. Trois ans plus tard, sa fille Léonor transforme le huis clos de la chambre d'hôpital en un vibrant manifeste, « manifesto », témoignant de la liberté et de la force de création que ce père artiste garda... Voir plus

Pendant la nuit du 24 au 25 mars 2015, Félix de Récondo a cheminé vers la mort. Trois ans plus tard, sa fille Léonor transforme le huis clos de la chambre d'hôpital en un vibrant manifeste, « manifesto », témoignant de la liberté et de la force de création que ce père artiste garda inlassablement intactes.
Deux narrations s'entrelacent, qui signent le portrait d'un homme dont la jeunesse fut marquée par la guerre civile espagnole et l'exil : celle de Léonor, envahie par les souvenirs et les émotions de la longue veille aux côtés de sa mère, Cécile ; et celle de Félix, dont l'esprit s'est échappé vers les contrées du passé.
Il y a rejoint l'ombre d'Ernesto (Hemingway), qu'il n'a jamais revu depuis les déjeuners du dimanche à Pamplona, alors que lui était encore un petit garçon, dans les années trente. L'écrivain, déjà auréolé de sa gloire, y suivait les courses de toros. Aujourd'hui, toute différence d'âge abolie, Félix se remémore ceux qu'ils ont connus, sa petite enfance à Gernika, les mystérieuses activités politiques de ses oncles dans la maison d'exil des Landes. Il en vient bientôt à évoquer la mort tragique de ses enfants nés avant sa rencontre avec Cécile, et con fie à son vieux complice combien sa nouvelle famille l'a aidé à continuer à vivre, dessiner et sculpter.
Ernesto, à son tour, lui raconte son besoin d'écrire, Martha et les femmes qu'il ne pouvait s'empêcher de séduire, sa propre fascination pour la mort, son suicide. Mais leur ultime conversation ne s'achèvera pas avant que Félix ait pu montrer à Ernesto le violon que, de ses mains, il fabriqua pour Léonor.
À son chevet, sa fille lui fait écouter une ultime fois leur sonata da Chiesa de Corelli... La musique a tant accompagné leur bonheur, leur pas de deux artistique, depuis que, élève précoce, Léonor apprenait à maîtriser son instrument. Cette même musique ponctue d'une déchirante douceur leur dernière nuit, dont le récit, magnifique tombeau poétique, donne à jamais vie au créateur et au père merveilleux que fut Félix.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (17)

  • Un de mes coups de coeur 2019, j'ai eu le plaisir de rencontrer Leonor de Recondo sur le salon du livre pour dédicacer ce magnifique récit.
    C'est un magnifique roman mêlant à la fois la vie, la mort, l'amour, l'amitié, un flot d'émotions inonde le lecteur face à cette belle écriture fluide,...
    Voir plus

    Un de mes coups de coeur 2019, j'ai eu le plaisir de rencontrer Leonor de Recondo sur le salon du livre pour dédicacer ce magnifique récit.
    C'est un magnifique roman mêlant à la fois la vie, la mort, l'amour, l'amitié, un flot d'émotions inonde le lecteur face à cette belle écriture fluide, sans artifice.
    La double narration proposant de courts chapitres permet au lecteur de passer du présent, dans la chambre d'hôpital d'un mourant, au passé, théâtre de la rencontre entre le personnage et Ernest Hemingway dans les années 1930 en Espagne au moment de la guerre civile en Espagne. Ces deux romans dans un seul avec au centre le même personnage, à savoir le père de l'auteure, nous amène deux époques, deux atmosphères mais en même temps la réalité du temps qui passe, de la vieillesse et de la fin de vie.
    La partie consacrée à la veille du père dans la chambre d'hôpital par la mère et la fille pourrait sembler longue et sans grand intérêt et pourtant Leonor de Recondo parvient à faire entrer le lecteur dans l'intimité de cette famille en en devenant presque un membre à part entière.
    Une lecture belle et lumineuse qui s'achève bien trop vite !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Autour d’un moment dramatique, la mort de son père, Léonor de Récondo a écrit son Manifesto qui se passe dans la nuit du 24 au 25 mars 2015. L’auteure est avec Cécile, sa mère, au chevet de Félix de Récondo qui agonise. C’est là qu’elle imagine ce père qu’elle adore en pleine discussion avec...
    Voir plus

    Autour d’un moment dramatique, la mort de son père, Léonor de Récondo a écrit son Manifesto qui se passe dans la nuit du 24 au 25 mars 2015. L’auteure est avec Cécile, sa mère, au chevet de Félix de Récondo qui agonise. C’est là qu’elle imagine ce père qu’elle adore en pleine discussion avec Ernesto, Ernest Hemigway, qui a connu les heures sanglantes de l’Espagne en pleine guerre civile et vécu au Pays basque dont est originaire la famille de Récondo.

    La discussion entre les deux hommes est entrecoupée par un retour régulier à la réalité, par l’angoisse de la fille qui, aux côtés de sa mère, trouve le temps très long, trop long et déborde en même temps d’amour.
    Ernesto évoque ses souvenirs d’enfance, la pêche à la mouche, alors que Félix parle du Pays basque, de Franco, de la guerre perdue, de Gernika et de cet arbre, un chêne défendu par une chaîne humaine. Ernesto aimait les toros, la corrida et c’est pour cela qu’il revenait en Espagne.
    Dans ce petit livre, Léonor de Récondo s’est livrée à un exercice difficile et l’a réussi. Son texte est plein d’amour, de sensibilité, d’humanité. Logiquement, Ernesto est plutôt en retrait mais sert de lien entre Félix et l’Espagne, la fuite de la dictature franquiste. Impossible, en lisant cela de ne pas penser, entre autres, à Leny Escudero. Dans Le début… la suite… la fin, livre paru hélas en auto édition en 2015, il raconte aussi son parcours et ses problèmes d’adaptation dans son pays d’accueil, le nôtre.
    Avec beaucoup d’émotion et de franchise, l’auteure parle de la fin de vie, de l’hôpital et du dévouement admirable du personnel soignant. Sans savoir si le mourant s’en rend compte, la présence des êtres chers à son chevet pour l’accompagner montre que l’essentiel c’est l’amour.

    Je n’oublie pas ce violon sculpté, fabriqué par Félix, violon si cher à Léonor de Récondo qui en joue admirablement. Par petites touches, la fille démontre tout ce qu’elle doit à ce père artiste qui aimait travailler en présence de Cécile. C’est une vie qui s’achève après tant de souffrances, de douleurs, de joies et de bonheurs partagés.
    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2019/07/leonor-de-recondo-manifesto.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Léonor reçoit un appel de sa mère Cécile pour se rendre au chevet de Félix, à la Salpêtrière. Léonor va donc accompagner son père dans ses dernières heures de vie après une opération qui s'est mal passée.
    Ce huis clos de la chambre d'hôpital va laisser en alternance les esprits de Félix et...
    Voir plus

    Léonor reçoit un appel de sa mère Cécile pour se rendre au chevet de Félix, à la Salpêtrière. Léonor va donc accompagner son père dans ses dernières heures de vie après une opération qui s'est mal passée.
    Ce huis clos de la chambre d'hôpital va laisser en alternance les esprits de Félix et Léonor s'exprimer.
    C'est à la fois un récit autobiographique et imaginaire que Léonor de Récondo, auteure et violoniste, nous livre, un vibrant hommage à son père disparu en 2015.
    Elle imagine des retrouvailles entre son père et Ernesto (Ernest Hemingway). La communion entre ces deux esprits permet de revenir sur la vie de Félix et sur ses souvenirs d'enfance en Espagne. Ce sont des échanges sur les femmes, le plaisir, la vie de Félix et les tragédies qui l'ont traversée, notamment la mort de trois de ses enfants, la guerre, l'exil, le deuil, le suicide, deux destinées un peu parallèles.
    Elle évoque quant à elle, avec douceur et délicatesse, des souvenirs familiaux et se souvient de leur complicité, lui à ses pinceaux, elle à son violon. Félix, le sculpteur, raconte d'ailleurs avec émotion la fabrication du violon de sa fille. La musique a accompagné leur vie, leur bonheur et les dernières heures ensemble.
    Cette nuit de chagrin se transforme en un bouleversant hommage à son père où la vie et la mort s'entrelacent au coeur de ce Manifesto.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Hospitalisé, Félix le père de l’auteure vit ses derniers moments dans le calme que lui procure la sédation. Son épouse et sa fille Léonor sont à son chevet. Comme le film d’une vie, le roman donne la parole à Felix, le met en relation avec Ernest. Ils se souviennent… de leur rencontre (imaginée...
    Voir plus

    Hospitalisé, Félix le père de l’auteure vit ses derniers moments dans le calme que lui procure la sédation. Son épouse et sa fille Léonor sont à son chevet. Comme le film d’une vie, le roman donne la parole à Felix, le met en relation avec Ernest. Ils se souviennent… de leur rencontre (imaginée ?), de la guerre d’Espagne, de l’exil, des femmes. Il ressent la douleur ineffaçable du décès de trois enfants, son amour pour l’art, la peinture, la sublime construction d’un violon pour sa fille Leonor.

    Construit sur un rythme d’alternance, Félix dialogue avec ceux qui ont marqué sa vie, amis ou famille. Quelques éclats de rire, le murmure des feuilles de l’arbre de Gernika, les odeurs, et sur le tempo du violon joué par Léonor, des mots feutrés et délicats évoquent des cascades de souvenirs.

    Sur la forme, ce roman a une force incroyable porté par des mots justes, une plume qui offre une grande douceur, beaucoup de sensibilité, la délicatesse et la pudeur nécessaires à l’évocation d’un moment intime et grave. Chaque ligne, chaque court chapitre mobilisent les émotions qui ont, pour ma part, instauré un état de mélancolie. Sans être inconfortable, j’ai parfois eu envie, comme Léonor de Recondo pendant les longues heures à accompagner la fin de vie de son père, que le rythme s’accélère. Finalement, si la nostalgie n’était pas réellement dans le livre, ce sentiment s’est installé en moi.
    Des douleurs à peine enfouies se sont réanimées. Manifesto m’a touchée droit au cœur, mais, en reconnaissant le talent de l’auteure, j’avais vraiment envie de tourner la page et ses fantômes pour me tourner vers l’avenir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Manifesto est le deuxième livre que je lis de l'autrice et violoniste Léonor de Récondo après Point cardinal.

    Manifesto relate les dernières heures de la vie de Félix de Récondo, le père de Léonor. L'écrivain a choisi une forme intéressante en faisant alterner un dialogue imaginaire entre...
    Voir plus

    Manifesto est le deuxième livre que je lis de l'autrice et violoniste Léonor de Récondo après Point cardinal.

    Manifesto relate les dernières heures de la vie de Félix de Récondo, le père de Léonor. L'écrivain a choisi une forme intéressante en faisant alterner un dialogue imaginaire entre Félix et Ernest Hemingway qu'il connut et les moments à l'hôpital dans le présent.

    Les deux hommes se racontent, évoquent leur passé, leurs relations aux femmes et au reste de leur famille notamment. Nous sommes notamment transportés dans l'Espagne d'une certaine époque, celle juste avant la guerre civile. C'est un livre qui évoque également l'exil et les nombreux deuils qu'ils ont pu connaître, notamment ceux qu'ont connu Félix et ses proches dont Léonor elle-même qui se raconte en même temps à travers ce livre, en même temps qu'elle nous offre le portrait vibrant et très émouvant de son père. La musique traverse également cet ouvrage, notamment à travers ce violon que le père avait sculpté pour sa fille.

    La plume de Léonor de Récondo est toujours aussi plaisante, d'une grande élégance. Les phrases coulent comme sur une portée de musique.

    C'est une lecture que je vous recommande vivement. C'est à la fois court - moins de 200 pages - et très riche, très dense. L'intimité des corps est rendue merveilleusement.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Ma bouche contre ton oreille, je te dis des mots qui ne s'écrivent pas. Des mots qui exigent la voix. Des mots de toi à moi, les derniers prononcés qui traversent ta peau devenue froide, qui parcourent tes oreilles, ton cerveau, tes veines et tout ton squelette pour rejoindre ton souffle si...
    Voir plus

    « Ma bouche contre ton oreille, je te dis des mots qui ne s'écrivent pas. Des mots qui exigent la voix. Des mots de toi à moi, les derniers prononcés qui traversent ta peau devenue froide, qui parcourent tes oreilles, ton cerveau, tes veines et tout ton squelette pour rejoindre ton souffle si ténu soit-il. Des mots d'amour, de gratitude, alors que déjà se profile l'incertitude de pouvoir jamais vivre sans toi. »

    Dans un texte magnifique tout en pudeur et en délicatesse, lumineux,
    Leonor de Recondo retrace la longue et éprouvante dernière nuit de son père Félix, et la transforme en manifeste d'amour envers ce père tant admiré, alternant la fiction, avec un dialogue entre Félix et Ernesto( Ernest Hemingway) chacun racontant à l'autre ce qui a façonné sa vie, et des souvenirs plus personnels de sa relation à son père.
    Un père marqué très tôt par l'exil, (le très beau" Rêves oubliés" raconte l'histoire familiale , et de nombreux passages ici font écho à ce roman que j'ai beaucoup aimé) et le deuil de ses trois premiers enfants. Un père peintre et sculpteur qui garda intacte sa force créatrice en dépit d'une vie qui ne l'épargna pas, qui eut une relation très forte avec sa fille musicienne pour qui il fabriqua de ses propres mains un violon...
    Il faut lire ce texte vibrant à l'écriture élégante, toute en nuances , magnifique hommage d'une femme à son père, d'une artiste à un autre artiste. @leonorderecondo, livre après livre ne cesse de me séduire...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le père de Leonor va mourir. Elle le veille à l’hôpital en compagnie de sa mère.
    Ses souvenirs d’enfance reviennent, mais aussi ceux de son père.
    Les chapitres alternent entre les deux.
    Réalité mêlée de fiction ?
    J’ai eu du mal à entrer dans cette histoire, bien que l’émotion soit présente....
    Voir plus

    Le père de Leonor va mourir. Elle le veille à l’hôpital en compagnie de sa mère.
    Ses souvenirs d’enfance reviennent, mais aussi ceux de son père.
    Les chapitres alternent entre les deux.
    Réalité mêlée de fiction ?
    J’ai eu du mal à entrer dans cette histoire, bien que l’émotion soit présente. Mais j’ai été perdue entre les récits, étrangère parfois à cette histoire, souvent même.
    Je suis toujours entrée à fond dans les romans de Leonor de Recondo que j’ai tous adorés, mais ici, quelque chose m’a échappé.
    Peut-être trop réel et autobiographique. En tout cas très décousu.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.