Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le dicorona

Couverture du livre « Le dicorona » de Olivier Auroy aux éditions Intervalles
Résumé:

Il faut nommer les choses pour qu'elles existent. Pour les apprivoiser. Tout a commencé le premier jour du confinement. Olivier Auroy s'est rendu au supermarché où il a assisté à une scène invraisemblable. Des personnes se disputaient le dernier paquet de spaghettis bio. Eurêka !
PSYCHO-PÂTE,... Voir plus

Il faut nommer les choses pour qu'elles existent. Pour les apprivoiser. Tout a commencé le premier jour du confinement. Olivier Auroy s'est rendu au supermarché où il a assisté à une scène invraisemblable. Des personnes se disputaient le dernier paquet de spaghettis bio. Eurêka !
PSYCHO-PÂTE, le premier mot du Dicorona était né.
Le Dicorona est un dictionnaire de mots-valises. Un mot-valise se construit en fusionnant la dernière syllabe d'un premier mot avec la première syllabe du deuxième.
Un exemple ? RACONTAMINER. Le mot est formé de RACONTER et de CONTAMINER.
Olivier Auroy s'est rendu compte que la pandémie agissait comme une sorte de filtre. Notre quotidien changeait radicalement. Socialiser, travailler, se divertir, faire du sport... tout devenait différent, au point de modifier l'essence même de ces activités.
Mieux, ce contexte si particulier donnait naissance à des phénomènes nouveaux... qui n'avaient pas encore de noms.
Il s'est vite pris au jeu. Onomaturge depuis 25 ans, la conception du Dicorona lui a permis de pratiquer sa gymnastique intellectuelle. Ce dictionnaire contient 60 mots-valises créés pendant le confinement et le déconfinement. Ils se veulent informatifs, humoristiques ou poétiques.
Puisse ce Dicorona vous divertir et transformer cette période inédite en un souvenir moins douloureux. C'est aussi cela, la fonction de ce dictionnaire : ranger la pandémie dans la bibliothèque et ne pas en faire une souffrance refoulée. Car à la façon des oulipiens, on nomme parfois les choses pour mieux en plaisanter.

Donner votre avis

Avis (5)

  • « Dicorona » est une invention venue de l’esprit de Olivier Auroy, invention suite à la pandémie. Des mots inédits pour une période inédite. Olivier a repensé des tas de mots, des mots qui sont deux mots contractés ensemble pour n’en créer qu’un comme « fouting ». À ce mot, Olivier nous donne...
    Voir plus

    « Dicorona » est une invention venue de l’esprit de Olivier Auroy, invention suite à la pandémie. Des mots inédits pour une période inédite. Olivier a repensé des tas de mots, des mots qui sont deux mots contractés ensemble pour n’en créer qu’un comme « fouting ». À ce mot, Olivier nous donne une définition, « jogging malgré la consigne ». Et une mise en situation, « si je ne me risque pas au fouting, je prends le chemin de l’ommobésité. Bizarre, tout de même, cette interdiction d’aller courir entre 10 heures et 19 heures. J’y suis allée ce matin à l’aube. Je te jure, c’était au moins aussi bondé que le départ du semi-marathon. ». Et il ne faut pas oublier l’auteur de cette mise en situation, « D.Roger » (j’avoue avoir lu à haute voix les auteurs des mises en situation afin de rien louper!)!

    Voilà ce que donne le « Dicorona »!! Soit on le lit en un coup, soit on pioche des mots et on s’en délecte avec sourire, histoire de dédramatiser la période vécue par tous. C’est amusant, ingénieux, le cadeau idéal lors de nos repas de famille/amis, histoire de rire de notre passé commun lors d’une période difficile, éprouvante par tous!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La pandémie qui s'est abattue sur la planète au printemps 2020 et le confinement qui a suivi a entraîné toute une série de situations et de comportements inédits. Olivier Auroy est onomaturge, c'est à dire créateur de mots depuis 25 ans pour l'industrie, le commerce, les marques, les sociétés....
    Voir plus

    La pandémie qui s'est abattue sur la planète au printemps 2020 et le confinement qui a suivi a entraîné toute une série de situations et de comportements inédits. Olivier Auroy est onomaturge, c'est à dire créateur de mots depuis 25 ans pour l'industrie, le commerce, les marques, les sociétés. Il s'est attaqué au coronavirus avec beaucoup d'imagination et d'humour et a créé des mots-valises pour nommer ce qui jusqu'alors n'existait pas.

    Rappelez-vous au tout début du confinement, les pâtes avaient disparu des rayons des supermarchés . C'est en voyant la scène ridicule et surréaliste de deux personnes se disputant le dernier paquet du rayon que lui est venu l'idée et le premier mot "Psycho-pâtes" pour les serial stockeurs !!!

    Ce qu'on ne connaît pas fait peur, alors mettre des mots sur des concepts, situations, phénomènes inédits permet de dédramatiser les choses. Et puis on a toujours tendance à oublier, ce petit ouvrage dans notre bibliothèque nous fera nous souvenir avec le sourire de cette période tellement étrange ...

    Bavurne, chloroquiz, fiascorico, pénurixe, scolarisquer.... et plein d'autres mots avec leur genre, leur définition et un texte plein d'humour les mettant en situation vous attendent dans ce dico inédit.

    Une partie du produit de la vente du livre sera versée à un organisme luttant contre le coronavirus.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Si le corona nous a bien pourri l’année, ce dicorona nous remet de la joie au cœur.
    Chaque jour lors du premier confinement, Olivier Auroy nous offrait sur internet un mot nouveau tiré de la situation :
    coronavirer, fiascorico, malterner, medicâliner, pandémiurge, partousser,...
    Voir plus

    Si le corona nous a bien pourri l’année, ce dicorona nous remet de la joie au cœur.
    Chaque jour lors du premier confinement, Olivier Auroy nous offrait sur internet un mot nouveau tiré de la situation :
    coronavirer, fiascorico, malterner, medicâliner, pandémiurge, partousser, psycho-pâtes……
    Une succession de bons mots jubilatoires.
    Dans ce recueil, chaque mot est assorti de sa définition et d’un court texte illustrant la situation.
    Et chaque texte est signé d’un illustre auteur en rapport avec le mot expliqué :
    N.Arc, O.Pignon,S.Thomas, P.Tank………..
    Il faut dire que les mots, il connait ça Olivier Auroy.
    Il est onomaturge, c'est-à-dire qu’il crée des mots pour de grandes marques.
    En tout cas merci à lui de nous redonner le sourire en cette période morose.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Olivier Auroy a trouvé comment meubler son confinement : en rédigeant ce dictionnaire composé de néologismes qui racontent cette période particulière de nos vies. C’est drôle, vif et ça fait un bien fou!

    Après avoir refermé ce Dicorona, on a envie de croire qu’effectivement l’idée de ce...
    Voir plus

    Olivier Auroy a trouvé comment meubler son confinement : en rédigeant ce dictionnaire composé de néologismes qui racontent cette période particulière de nos vies. C’est drôle, vif et ça fait un bien fou!

    Après avoir refermé ce Dicorona, on a envie de croire qu’effectivement l’idée de ce dictionnaire pas comme les autres est née dans un supermarché, lorsque l’auteur a vu deux consommateurs se battre pour le dernier paquet de spaghettis bio et qu’il a trouvé qu’ils avaient tout de psycho-pâtes. La légende des «serial-stockeurs» était née tout autant que le concept de ce délicieux paquet de bonbons. Un mot construit en fusionnant deux mots existants, ce que l’on appelle un mot-valise, une définition qui du coup devient presque inutile mais qui ici permet de rajouter un peu d’humour et un storytelling efficace, sans oublier la création d’un auteur imaginaire dont l’assemblage prénom-nom vient mettre une drôle de touche finale à la page.
    Mais un exemple vaut bien mieux qu’un long discours, d’autant qu’ici la brièveté reste de mise.
    Le Dicorona s’ouvre sur le 1er maison, autrement dit la «Journée internationale des télétravailleurs». Signé «S. Cargo», le texte d’accompagnement prend la forme d’un encouragement: « Mes chers compatriotes, en ce jour si particulier, je veux avoir une pensée pour les organisations syndicales qui ne pourront tenir leurs traditionnels défilés, et pour tous les télétravailleurs fidèlement rivés à leurs écrans. À tous, je souhaite un bon 1er maison. » Suivront dans l’ordre alphabétique, de Abyssextile (année dont on ne voit pas le fond) à Wepinar (conférence en ligne qui saoule tout le monde), une soixantaine d’entrées complétées par un peu plus d’une dizaine de contributions d’amateurs de néologismes et de réseaux sociaux.
    C’est du reste une autre initiative à saluer. Olivier Auroy a, quasiment depuis le début de son projet, joué le jeu avec les internautes, notamment sur Twitter et Instagram en publiant ses trouvailles – l’occasion aussi de tester leur efficacité – et en sollicitant les apports de sa communauté qui, au fil de jours, ne cessait de croître. Comme je le disais, il a ainsi pu compléter son paquet de bonbons, de Apériticône (envoi d’un émoticône pour signaler le début d’un apéro en visioconférence) à Répidémie (calme passager entre deux vagues de contamination).
    Ajoutons que le seconde contamination devrait donner l’occasion à tous ces aficionados d’enrichir encore cette collection aussi drôle qu’impertinente, aussi riche que joyeuse. On peut déjà rêver à un second tome, ce qui serait en soi un joli pied de nez à l’anxiogénéité ambiante (désolé, mais je n’ai pas pu résister au plaisir de créer à mon tour un petit bonbon acidulé).
    https://urlz.fr/eiWD

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Olivier Auroy est onomaturge depuis 25 ans. C'est-à-dire qu'il invente des mots. Au début du confinement, il est entré dans un supermarché et a vu deux personnes qui "se disputaient le dernier paquet de spaghettis bio. Moi qui croyais ce genre de scène réservées aux réseaux sociaux du bout de la...
    Voir plus

    Olivier Auroy est onomaturge depuis 25 ans. C'est-à-dire qu'il invente des mots. Au début du confinement, il est entré dans un supermarché et a vu deux personnes qui "se disputaient le dernier paquet de spaghettis bio. Moi qui croyais ce genre de scène réservées aux réseaux sociaux du bout de la terre ! Je me suis dit : "ce sont vraiment des psychopathes". Eurêka ! PSYCHO-PÂTE, le premier mot du Dicorona était né" (p.3/4)

    Je m'étais promis à moi-même de ne pas parler de livre traitant de la COVID, du confinement et de tout ce qui a trait au Coronavirus. Mais celui-ci m'a fait de l’œil. Sa couverture vermillon et son sous-titre : Pour que l'humour ait le dernier mot.

    Et c'est un festival à l'intérieur. A chaque mot inventé, page paire, une courte définition et sur la page impaire, en face donc, une mise en situation signée d'une initiale et d'un nom, en rapport. C'est drôle mais pas seulement, c'est assez fin -bon, pas toujours- et bien vu et ça peut même renvoyer à certains comportements observés ou vécus. Mes mots préférés :

    - "Musculaxisme : entraînement basé sur le couché couché plutôt que sur le développé couché"

    - "Procrastiquer : remettre le ménage au lendemain" (deux activités que je pratique depuis longtemps même hors confinement)

    - "Pénurixe : pugilat ayant pour objet le dernier rouleau de papier toilette"

    - "Scolarisquer : rendre l'école obligatoire en dépit de l'épidémie"

    - "Trumpoline : discipline consistant à rebondir sur n'importe quelle ineptie"

    A citer ces mots, le correcteur d'orthographe s'affole, et pourtant ils sont clairs, la définition est presque superfétatoire. Il y a 120 mots, j'aurais pu en citer plein d'autres : "Autruisme : tendance à stigmatiser les autres en les qualifiant de "les gens". Covip : célébrité testée positive. Ibuprophète : charlatan qui ne soulage que les plus crédules."

    J'ajoute que les joueurs vont inévitablement tenter leur chance à la création de nouveaux mots. Onomaturges avérés ou en herbe, à vos crayons ! Ce second confinement qui en est un sans en être un sera propice aux nouvelles inventions.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.