Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La colère et l'envie

Couverture du livre « La colère et l'envie » de Renard Alice aux éditions Heloise D'ormesson
Résumé:

Isor n'est pas comme les autres. Une existence en huis clos s'est construite autour de cette petite fille mutique rejetant les normes. Puis un jour, elle rencontre Lucien, un voisin septuagénaire. Entre ces âmes farouches, l'alchimie opère immédiatement. Quelques années plus tard, lorsqu'un... Voir plus

Isor n'est pas comme les autres. Une existence en huis clos s'est construite autour de cette petite fille mutique rejetant les normes. Puis un jour, elle rencontre Lucien, un voisin septuagénaire. Entre ces âmes farouches, l'alchimie opère immédiatement. Quelques années plus tard, lorsqu'un accident vient bouleverser la vie qu'ils s'étaient inventée, Isor s'enfuit. En chemin, elle va enfin rencontrer un monde assez vaste pour elle.




La Colère et l'Envie est le portrait d'une enfant qui n'entre pas dans les cases. C'est une histoire d'amour éruptive, d'émancipation et de réconciliation. Alice Renard impose une voix d'une incroyable maturité ; sa plume maîtrisée sculpte le silence et nous éblouit.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (30)

  • Un premier roman très remarqué à sa sortie, sorte d’OVNI littéraire qui a séduit la majorité.

    C’est l’histoire d’Isor, une enfant pas comme les autres, très différente, attardée ou brillante peu importe, elle n’entre pas dans les cases et ses parents sont très démunis.

    Dans la première...
    Voir plus

    Un premier roman très remarqué à sa sortie, sorte d’OVNI littéraire qui a séduit la majorité.

    C’est l’histoire d’Isor, une enfant pas comme les autres, très différente, attardée ou brillante peu importe, elle n’entre pas dans les cases et ses parents sont très démunis.

    Dans la première partie, nous découvrons Isor sous la plume de ses parents, le père et la mère tout à tour étonnés et désemparés. La mère fait preuve de compréhension pour sa fille, le père a des mots très durs face à ses colères inexpliquées, à son manque de communication (Isor ne parle pas). Même des « éminents » médecins échouent. Isor ne s’épanouit qu’en visionnant des émissions japonaises, semblant comprendre cette autre langue.

    « Maintenant, ce sera nous – rien que nous trois. » décide un jour la mère, et ainsi se construit cette famille en huis-clos.


    Nait alors une amitié fusionnelle et inimaginable. Isor va peu à peu se révéler. Lucien de son côté va sortir de sa solitude et de son mutisme. De très jolis passages sur cette amitié hors norme et poétique. Isor va alors prendre son envol.

    La troisième partie m’a moins convaincue, moins probable (ce n’est que mon ressenti), un langage écrit surjoué et soudain auquel je n’ai pas adhéré. Je ne me suis pas laissé embarquer par la fin de ce conte moderne.

    Une lecture en demi-teinte qui ne m’a pas conquise.

    Il n’en demeure pas moins qu’Alice RENARD est surprenante et qu’incontestablement un nouveau talent est né. A suivre !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Livre émouvant, sensible, où toutes les voix des personnages (quatre principaux) sont à la fois singulières et complémentaires pour comprendre le mystère Isor, l'héroïne principale, une enfant à part, hors des normes, terriblement attachante. Une grande maîtrise dans l'écriture et la...
    Voir plus

    Livre émouvant, sensible, où toutes les voix des personnages (quatre principaux) sont à la fois singulières et complémentaires pour comprendre le mystère Isor, l'héroïne principale, une enfant à part, hors des normes, terriblement attachante. Une grande maîtrise dans l'écriture et la construction de ce roman qui laissent pantois quand on apprend qu'il s'agit d'un premier roman. Une belle rencontre.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Isor n’a jamais été une enfant comme les autres. Mutique, ne semblant s’intéresser au monde que de manière purement sensorielle, régulièrement en proie à de sauvages et dévastatrices crises de violence mais ne cochant les cases d’aucun diagnostic médical, elle n’a jamais été scolarisée et vit...
    Voir plus

    Isor n’a jamais été une enfant comme les autres. Mutique, ne semblant s’intéresser au monde que de manière purement sensorielle, régulièrement en proie à de sauvages et dévastatrices crises de violence mais ne cochant les cases d’aucun diagnostic médical, elle n’a jamais été scolarisée et vit recluse auprès de ses parents désemparés, dans un appartement qu’il leur a fallu quasiment capitonner et que leur entourage a fui depuis longtemps. Un praticien a avancé l’idée que, loin d’être idiote et infirme, elle pourrait, si elle voulait. Elle pourrait, mais elle ne veut pas…

    Alors, leur vie avance, chaotique et infernale, comme nous la laisse percevoir, dans la première partie du récit, la solitaire alternance des apartés du père et de la mère. Entre la rage et la révolte chez l’un, l’amour qui étouffe de la frustration de ne pas comprendre chez l’autre, c’est par le regard d’autrui et par le constat désespéré de tout ce qu’elle n’est pas et qui la rend si insupportablement insaisissable et étrangère, en un mot inadaptée, qu’à treize ans, se dessine en creux une Isor toute d’« anormalité ». Jusqu’au jour où un incident oblige les parents à solliciter l’aide de leur voisin, un septuagénaire depuis longtemps résigné à la tristesse de sa solitude. A travers sa voix à lui, stupéfaite et bientôt comblée qu’un être puisse, contre toute attente, dégeler son coeur perclus de manque et de chagrin, émerge peu à peu de sa gangue d’opacité une Isor insoupçonnée. Qu’a donc décelé l’adolescente si instinctive, qui, chez ce vieil homme mis au rebut du monde, lui a soudain donné envie d’abattre les murs qui l’enserraient dans son inextricable intériorité ? Ne manquera plus à sa métamorphose que le dernier déclic, celui du grand âge et de la maladie de son ami, pour que la jeune fille brise définitivement ses entraves et trouve la motivation de vivre, enfin, ailleurs qu’en elle-même.

    Diagnostiquée surdouée à l’âge de six ans, Alice Renard déclare dans une interview avoir mis beaucoup d’elle-même dans son personnage d’Isor. « C’est comme une version de moi, poussée à l'extrême, qui m'a permis de faire une catharsis. » En tous les cas, si exagération il y a, l’on n’y verra nullement l’une de ces narrations doucereusement miraculeuses, si irritantes au regard de l’immense majorité des handicaps « ordinaires » oubliés dans leur néant. Alice Renard écrit du plus profond d’elle-même et son récit a les justes accents de l’honnêteté et de la sincérité. Une justesse sans faille accompagne sa restitution des regards sur cette enfant différente que les médecins ne savent classer ni ses parents réconcilier avec une existence « vivable ». Isor ne répond à aucune attente, ne se plie à aucune règle et, au risque de passer pour déficiente, semble décidée à ne jamais intégrer un monde trop en décalage avec son univers intérieur. Son absence irradie pourtant la présence, et toute sa façon d’être, entière, libre, animale, débordant d’émotions non contenues toujours prêtes à exploser aux points de friction avec le monde extérieur, peut apparaître, soit totalement incompréhensible et ingérable, soit d’une incomparable intensité, brutale, sans concession, mais toujours on ne peut plus authentique. « Isor peut être très différente d’un jour à l’autre, mais elle reste toujours elle-même, sincère, incapable de tricher. Elle ne peut pas se contenir à une seule personne, à une seule apparence. Elle est plusieurs, elle est trop vaste. C’est sa manière à elle de saisir le monde du mieux qu’elle peut. »

    Premier roman très maîtrisé d’une toute jeune auteur de vingt-et-un ans que sa propre expérience a menée à s’intéresser de près à la neurodiversité et à l’hypersensibilité, L’envie et la colère n’est que justesse et poésie dans sa manière d’évoquer la difficulté à être au monde de ceux que leurs particularités neurologiques font dévier des normes sociétales. Un livre bouleversant, prix Méduse 2023.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Un premier roman où on pense comprendre mais l'autrice nous bluffe par la maitrise de son texte et des personnages qui ne sont pas ceux qu'on pensait initialement.

    Isor, jeune fille qui souffre probablement d'un syndrome autistique, se révèle une jeune femme qui est capable de s'émanciper et...
    Voir plus

    Un premier roman où on pense comprendre mais l'autrice nous bluffe par la maitrise de son texte et des personnages qui ne sont pas ceux qu'on pensait initialement.

    Isor, jeune fille qui souffre probablement d'un syndrome autistique, se révèle une jeune femme qui est capable de s'émanciper et de réaliser de grandes choses. Ses parents que l'on pense abattus par les faits font au contraire preuve d'un grand courage pour faire face à la situation et laisser à leur fille une (bien trop grande) liberté même si on peut y voir une sorte de métaphore du lâcher prise. Enfin, la relation avec le voisin Lucien va permettre l'émancipation de tous même si elle cristallise au départ des non-dits et de la jalousie de la part de la mère.

    Ce roman est une ode à la différence et à l'acception des faits.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Ce premier roman est vraiment unique !

    Ayant entendu beaucoup de bien à son sujet, j'avais hâte de le découvrir.

    L'histoire est surprenante, marquée notamment par sa construction. Pendant les trois quarts du livre, l'autrice alterne entre les voix des parents d'Isor, puis dans la...
    Voir plus

    Ce premier roman est vraiment unique !

    Ayant entendu beaucoup de bien à son sujet, j'avais hâte de le découvrir.

    L'histoire est surprenante, marquée notamment par sa construction. Pendant les trois quarts du livre, l'autrice alterne entre les voix des parents d'Isor, puis dans la dernière partie, la jeune fille s'exprime à travers des lettres.

    À travers ce récit, le lecteur plonge dans le monde muet et colérique d'Isor, découvrant le quotidien difficile de cette famille hors norme.

    La rencontre d'Isor avec son voisin solitaire, un vieil homme, va changer irréversiblement le cours des choses.

    C'est le début d'une magnifique amitié. Une relation touchante, hors du commun et fusionnelle.
    Alice Renard présente une écriture déroutante, poétique et très originale.

    Une lecture dénuée de lourdeur. L'histoire émane d'une légèreté naturelle et d'une insouciance propres aux enfants.

    Ce livre, un véritable "ovni", explore la différence et la singularité des êtres humains, en en faisant une lecture vraiment captivante. C'est une agréable découverte, et il est certain qu'il faut suivre les écrits de cette très jeune romancière.

    Prochainement, je vais l'écouter en livre audio. Je suis persuadée que cela apportera une dimension particulièrement touchante à cette histoire. J'ai vraiment hâte !


    https://www.instagram.com/claudia.passionlivres/

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Voici une lecture qui me laisse un peu perplexe et mitigée. Je n'arrive pas à définir si j'ai aimé ou non.
    D'un côté, j'ai détesté (ou j'ai aimé detester, je ne sais plus..

    Voici une lecture qui me laisse un peu perplexe et mitigée. Je n'arrive pas à définir si j'ai aimé ou non.
    D'un côté, j'ai détesté (ou j'ai aimé detester, je ne sais plus..

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Une ode à la différence, au respect et à l’humanité.

    Dans ce roman polyphonique en trois actes, nous découvrons progressivement Isor, une enfant singulière.

    Dans la première partie, la voix des parents s’exprime, se répondant l’un et l’autre avec des émotions contradictoires sur la...
    Voir plus

    Une ode à la différence, au respect et à l’humanité.

    Dans ce roman polyphonique en trois actes, nous découvrons progressivement Isor, une enfant singulière.

    Dans la première partie, la voix des parents s’exprime, se répondant l’un et l’autre avec des émotions contradictoires sur la progressive découverte de la différence de leur fille. La joie se transforme en inquiétude puis en détresse de ne jamais recevoir son affection, de chercher les signes de son amour. Isor est dans son monde, alterne entre la colère et le mutisme, s’exprime par le corps avec grâce, mais ne joue pas. Elle leur échappe. Ils sont désarmés et se replient sur eux-mêmes, s’isolant pour se protéger des dangers et du regard des autres.

    La deuxième partie laisse entendre la voix de Lucien, leur voisin septuagénaire, qui reçoit un jour la visite d’Isor. Lucien, un être cabossé n’attendant plus rien de la vie. Entre ces deux personnes que les décennies oppose, le coup de foudre est immédiat, brisant tous les tabous. Lucien réussit à briser la carapace d’Isor, il la comprend, et un mode de communication magique, presque mystique, s’établit entre eux.

    Dans le troisième acte, on quitte le progressivement le réalisme pour entrer dans le conte. Isor a 16 ans, elle se révèle enfin et s’ouvre au monde. L’autrice créé pour elle un langage, qui est lumineux et poétique.

    Alice Renard, à seulement 21 ans, est une virtuose de l’écriture et montre une grande maturité pour ce premier roman. Elle réussit à se mettre dans la peau de chaque personnage, analysant leurs sentiments avec justesse. Comme Isor, ce roman n’entre dans aucune case, il est unique. Il m’a emportée dans un monde de tolérance, de respect et de langages secrets.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Ah qui es-tu Isor ? toi qui porte un prénom peut commun, une espèce d'enfant sauvage ? 13 ans déjà et une vie propre à elle.
    Sa mère Maud et son père, Camillo cherchent encore à comprendre : qui est-elle ? Elle ne réagit pas comme les autres enfants et à force, tous les 3 ont fini par vivre en...
    Voir plus

    Ah qui es-tu Isor ? toi qui porte un prénom peut commun, une espèce d'enfant sauvage ? 13 ans déjà et une vie propre à elle.
    Sa mère Maud et son père, Camillo cherchent encore à comprendre : qui est-elle ? Elle ne réagit pas comme les autres enfants et à force, tous les 3 ont fini par vivre en s'isolant de l'extérieur, Ils la regardent grandir et se demandent comment elle pourra prendre son envol de jeune fille, étant déconnectée de tous les codes de la société.
    Les voix du père et de la mère s'alternent dans des monologues intérieurs et nous décrivent avec leurs mots leur fille unique, comme s'ils étaient toujours spectateurs de son monde.
    Puis un jour, ils confient Isor à un voisin, Lucien, un homme seul de 76 ans. Et une alchimie s'opère entre ces deux-là. Lucien s'attache et se met à adorer Isor comme sa propre petite fille. Des rituels se mettent en place. Cependant Lucien subit un AVC et bouleverse cet équilibre car Isor disparaît.
    Sa voix se fera entendre par l'intermédiaire de lettres qu'elle enverra à ses parents.
    Une renaissance ? une révélation ? plusieurs éléments d'explication naitront de cette fugue qui révélera le passé de Lucien et l'avenir d'Isor.
    Un roman que j'ai écouté et dont les voix résonnent encore, porté par une écriture juste et sensible.
    Une très belle écoute, j'ai un coup de coeur pour ce roman d'une folle émotion et
    Les 4 voix des comédiens sont magnifiques et m'ont emportée.
    Lu par Hugues Boucher, Grétel Delattre, Alice de Lencquesaing, Michel Favory

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.