Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Hors des murs

Couverture du livre « Hors des murs » de Laurie Cohen aux éditions Plon
  • Date de parution :
  • Editeur : Plon
  • EAN : 9782259306324
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

On pense toujours que ça n'arrive qu'aux autres. Mais tout peut basculer en une fraction de seconde. Un jour c'est le bonheur parfait et le lendemain tout s'écroule. Le cauchemar. Le vide. Le silence. Marianne était heureuse avec son mari David, une petite vie tranquille loin du bruit de la... Voir plus

On pense toujours que ça n'arrive qu'aux autres. Mais tout peut basculer en une fraction de seconde. Un jour c'est le bonheur parfait et le lendemain tout s'écroule. Le cauchemar. Le vide. Le silence. Marianne était heureuse avec son mari David, une petite vie tranquille loin du bruit de la ville, dans la forêt. Et aujourd'hui, elle se retrouve menottée, dépossédée, enfermée, et pourtant, elle clame son innocence. Dans ce lieu gris, sale, dans cette prison où elle va devoir continuer d'exister. Elle attend son jugement, celui qui scellera son destin.

Alors que le procès tarde à arriver, le médecin lui annonce qu'elle est enceinte. Marianne doit décider : garder l'enfant ou interrompre sa grossesse. Peut-on devenir mère en prison ? Doit-on donner la vie en prison à un enfant innocent et dont la règle veut qu'il sera séparé de sa mère au bout de dix-huit mois ? Marianne ne peut renoncer à cet unique espoir : mettre au monde l'enfant de l'amour, le bébé de celui qu'elle aimait et qui n'est plus.

Les âmes tourmentées qu'elle rencontrera dans cette prison et au-delà des murs, l'aideront à faire les rares choix qu'elle a encore le droit de faire, et à tenir... mais jusqu'à quand ?

Donner votre avis

Avis (4)

  • Marianne est en détention provisoire en attendant son procès. Sa vie a basculé du jour au lendemain. Son mari est mort. Elle se retrouve plus seule que jamais dans cet univers froid et humiliant. Privée de liberté, elle raconte le quotidien dans une prison pour femme. Puis elle découvre qu’elle...
    Voir plus

    Marianne est en détention provisoire en attendant son procès. Sa vie a basculé du jour au lendemain. Son mari est mort. Elle se retrouve plus seule que jamais dans cet univers froid et humiliant. Privée de liberté, elle raconte le quotidien dans une prison pour femme. Puis elle découvre qu’elle est enceinte. Elle hésite un court instant et décide de garder le bébé. Une décision qui va donner un nouveau sens à sa vie et l’égayer pour un certain temps, car elle sait que son enfant lui sera retiré à ses 18 mois. Elle n’a plus de contact avec sa famille, à qui confiera-t-elle son enfant pendant sa détention ?
    Elle débute une correspondance avec une personne via une association. Ces lettres sont une bouffée d’oxygène pour elle. L’écriture lui fait du bien.
    Un premier roman sensible et très émouvant où on ressent que Laurie Cohen s’est beaucoup documenté sur le sujet. L’enfermement et les émotions ressentis par Marianne sont bien décrits. On découvre au fur et à mesure l’histoire de cette jeune femme et pourquoi elle est en prison. Les phrases sont courtes, les paragraphes espacés, la lecture s’enchaîne agréablement. J’ai beaucoup aimé l’insertion des lettres dans le roman. Je vous mets au défi de ne pas verser une larme vers la fin du livre !
    Merci à Laurie Cohen et aux éditions Plon pour l’envoi de ce roman éligible au Prix Orange du Livre 2022. Il ne figure pas dans la sélection car le choix est rude. Ce n’est pas un coup de cœur pour moi mais j’ai passé un très bon moment de lecture en sa compagnie.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ma lecture commence par l’admiration d’une jolie couverture, l’ombre d’une petite fille, tête baissée sur fond de ciel bleu et herbes folles, derrière une fenêtre à carreaux. Le roman de Laurie Cohen, "Hors des murs" me fait déjà de l’œil. Et, comme souvent ou toujours, je n’ai rien lu de...
    Voir plus

    Ma lecture commence par l’admiration d’une jolie couverture, l’ombre d’une petite fille, tête baissée sur fond de ciel bleu et herbes folles, derrière une fenêtre à carreaux. Le roman de Laurie Cohen, "Hors des murs" me fait déjà de l’œil. Et, comme souvent ou toujours, je n’ai rien lu de l’histoire, ni commentaires, ni quatrième de couverture.

    "Quand j’ai traversé la cour de la maison d’arrêt, j’ai guetté le ciel. Ce trou de bleu entre les murs de pierre…Et puis j’ai traversé ce long couloir. On m’a ordonné de me déshabiller. On m’a fouillée intégralement…". Là, forcément, je comprends le sens du titre… sauf qu’on est, pour l’instant, entre les murs. La narratrice s’appelle Marianne, elle menait une vie tranquille auprès de son mari David, retirée dans une campagne silencieuse. Aujourd’hui, elle est menottée, devenue un numéro, enfermée. Elle clame son innocence mais personne ne veut l’entendre. Et puis, elle apprend qu’elle est enceinte…Je préfère ne pas aller trop loin, ne pas dévoiler l’important, vous laisser découvrir au fil des pages le destin de cette femme.

    J’ai lu ce roman avec avidité. Souvent tentée d’aller à la dernière page pour connaître la fin, j’ai résisté. J’ai pris, je le reconnais, fait et cause pour cette jeune femme. Je me suis mise à sa place, ai ressenti, je pense, les mêmes affres, vécu les mêmes tourments. L’auteure n’utilise pas une écriture ampoulée mais les mots sonnent juste, chaque sentiment, chaque émotion sont parfaitement rendus. Le rythme est vif, les chapitres courts et les paragraphes encore davantage, les phrases claquent. Elle nous plonge, en apnée, dans l’univers carcéral féminin : la saleté des cellules, la promiscuité, l’agressivité, l’ennui… Sans pathos, sans jugement, elle dit les journées, les codétenues, les amitiés qui se créent dans l’adversité, le sas heureux du quartier mère/enfant, véritable semblant de liberté. Elle parle des visiteurs de prison, un lien avec l’extérieur.
    Pas de voyeurisme dans ce récit mais une réflexion sur la culpabilité, sur les lenteurs de la justice, l’attente interminable des procès, tout cela truffé de retours en arrière, de retours dans la vraie vie, celle d’avant, la liberté, le bonheur.

    Très maîtrisé, cet ouvrage, d’une extrême sensibilité m’a tenue en haleine de bout en bout.

    Roman éligible au Prix Orange du Livre 2022

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un livre profond et sensible sur le quotidien d’une femme, Marianne, dans un centre pénitentiaire. La simplicité de l’écriture m’a saisie dès les premières pages. Les raisons de son incarcération sont dévoilées par petites touches, et entretiennent le mystère.
    J’ai beaucoup aimé, trouvé...
    Voir plus

    Un livre profond et sensible sur le quotidien d’une femme, Marianne, dans un centre pénitentiaire. La simplicité de l’écriture m’a saisie dès les premières pages. Les raisons de son incarcération sont dévoilées par petites touches, et entretiennent le mystère.
    J’ai beaucoup aimé, trouvé peut-être par moments les codétenues difficiles à identifier, sauf peut-être Summer, dont j’aurais aimé connaître davantage l’histoire. Quand le roman se fait documentaire, cela m’intéresse particulièrement, lui donnant cette couleur réaliste que Laurie Cohen mentionne en préambule. Au-delà du drame de Marianne, ce livre alterne entre la violence de la réalité carcérale et la poésie, à travers les observations du carré de ciel, et des lettres de cet inconnu, qui m’ont émue. Tout est décrit, dans les moindres petits détails, facilitant l’immersion, et en cela c’est une réussite. Une belle leçon d’amour et d’humanité.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ma fille, née derrière les barreaux

    Laurie Cohen raconte le combat d'une femme incarcérée pour meurtre alors qu'elle est enceinte. Une plongée dans l'univers carcéral accompagnée d'une touchante histoire d'amour, mais aussi un cri de révolte. Fort émouvant.

    «Je m'appelle Marianne. Je suis...
    Voir plus

    Ma fille, née derrière les barreaux

    Laurie Cohen raconte le combat d'une femme incarcérée pour meurtre alors qu'elle est enceinte. Une plongée dans l'univers carcéral accompagnée d'une touchante histoire d'amour, mais aussi un cri de révolte. Fort émouvant.

    «Je m'appelle Marianne. Je suis née dans une petite région lointaine de l'Ouest américain, mais j'ai grandi dans une ferme aux alentours de Vichy, et finalement j'ai été mutée à Paris, et comme je ne supporte pas la ville, j'ai pris une maison à Gif-sur-Yvette. Mes parents adoraient la campagne française. Ils sont morts tous les deux. D'un accident de voiture.» C'est depuis sa cellule de prison que Marianne adresse cette lettre à un inconnu. La jeune femme qui vient d'être incarcérée clame son innocence, mais personne ne l'écoute. Elle doit désormais s'adapter au milieu carcéral et à ses codétenues, «une rousse et une Black aux cheveux frisés et une petite métisse avec un air enfantin.» Entre indifférence, sororité et animosité, elle cherche ses marques. Avant de s'effondrer, victime d'un malaise. Le médecin va alors lui annoncer qu'elle est enceinte et qu'elle peut choisir de garder l'enfant, mais qu'il lui sera retiré au bout de 18 mois. Oubliant cette terrible échéance, elle entend conserver cette graine infime qui répand la vie dans son corps, ce cœur qui doucement se met à battre. «J'aime l'inventer. L'imaginer. Chaque jour, il grandit, évolue, se forme. Envie de croire que l’univers m’a donné ce bébé pour trouver la paix. Qu'il me l’a offert pour me rendre plus sereine, me donner la force de me battre. Tout recommencer.» Si l'on oublie une bagarre avec une codétenue qui voulait la rouer de coups et lui faire perdre le fruit de ses entrailles, c'est assez sereinement qu'elle a attendu l'échéance, entre les promenades, les soins, l'atelier et la bibliothèque où elle peut emprunter des ouvrages de puériculture, mais aussi Gatsby le Magnifique ou Le joueur d'échecs de Stefan Zweig.
    Transférée dans le quartier des mères, elle va donner naissance à une petite fille. «Je vois ses petits yeux cobalt et ses mains minuscules. Elle gémit doucement. J'ai tout oublié. Le personnel. La prison. Ma vie de merde. Il n’y a plus qu’elle. Ce petit bout d'amour. Je glisse à son oreille :
    — Je suis là, mon cœur, c’est maman.
    Et sa main attrape mon pouce.»
    Avec beaucoup de sensibilité et un sens aigu de la formule – La prison est un dédale existentiel. La sérénade de la condition humaine – Laurie Cohen raconte le quotidien de la mère incarcérée. Entre la peur de ne plus voir sa fille, l'insoutenable attente du procès et le dossier de demande de sortie avec bracelet électronique, on est saisi par le manque d'humanité d'une justice qui par définition est aveugle. Un premier roman parfaitement maîtrisé et qui, sans jamais tomber dans le pathos, souligne les lacunes d’un système, voire ses contradictions.
    https://urlz.fr/hyQG

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com