Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Goldorak

Couverture du livre « Goldorak » de Yoann Guillo et Denis Bajram et Brice Cossu et Alexis Sentenac et Xavier Dorison aux éditions Kana
  • Date de parution :
  • Editeur : Kana
  • EAN : 9782505078463
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa soeur sont repartis sur Euphor tandis qu'Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale. Mais, des confins de l'espace, surgit le plus puissant des golgoths : l'Hydragon. Alors que le monstre de l'ultime... Voir plus

La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa soeur sont repartis sur Euphor tandis qu'Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale. Mais, des confins de l'espace, surgit le plus puissant des golgoths : l'Hydragon. Alors que le monstre de l'ultime Division Ruine écrase les armées terriennes, les exigences des derniers représentants de Véga sidèrent la planète : sous peine d'annihilation totale, tous les habitants du Japon ont sept jours pour quitter leur pays et laisser les envahisseurs coloniser l'archipel. Face à cet ultimatum, il ne reste qu'un dernier espoir... Goldorak.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (8)

  • Se replonger dans l'univers de Goldorak plus de 40 ans après ses aventures télévisées fait forcément quelque chose. Le dessin animé a bercé l'enfance de nombreux quadragénaires et quinquagénaires et l'intérêt était de découvrir ce que les illustrateurs et auteurs en font en 2021. L'autre intérêt...
    Voir plus

    Se replonger dans l'univers de Goldorak plus de 40 ans après ses aventures télévisées fait forcément quelque chose. Le dessin animé a bercé l'enfance de nombreux quadragénaires et quinquagénaires et l'intérêt était de découvrir ce que les illustrateurs et auteurs en font en 2021. L'autre intérêt était aussi de redécouvrir Goldorak avec ses yeux d'adulte et donc forcément davantage de prise de recul, d'analyse et un avis critique plus affiné. Le pari était donc de donner une suite aux aventures du prince d'Euphor et de tous les personnages du dessin animé tout en conservant l'esprit des aventures originelles. Ce pari est réussi avec des aventures qui se déroulent 10 ans après la fin des troupes de Véga. Le pitch est qu'une nouvelle bataille s'annonce car toutes les troupes de la planète Arkhen d'où sont originaires les méchants de l'histoire n'ont pas disparu et un vilain golgoth, l'hydragon, menace à nouveau la Terre. Goldorak doit revenir ...

    On retrouve avec plaisir Actarus, Alcor, Vénusia, Phénicia, le professeur Procyon et tous les autres dans ce roman graphique de 167 pages. Les dessins et les textes très sont réussis.

    Le contenu nous interroge aussi sur des problématiques actuelles comme l'exil et l'accueil d'autres populations, avec la difficulté à cohabiter ensemble.
    Une belle découverte !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Goldorak, Go !!!!

    Beaucoup de descriptions de l'album déjà, je me retrouve plutôt dans les commentaires et je ne vais donc pas en rajouter inutilement.
    Juste un poil déçu par le scénar feel good, très american movie, mais on sent la sincérité et le plaisir des auteurs, ce qui efface la...
    Voir plus

    Goldorak, Go !!!!

    Beaucoup de descriptions de l'album déjà, je me retrouve plutôt dans les commentaires et je ne vais donc pas en rajouter inutilement.
    Juste un poil déçu par le scénar feel good, très american movie, mais on sent la sincérité et le plaisir des auteurs, ce qui efface la sensation.

    En lisant ce Goldorak, j'ai beaucoup pensé à l'hommage pour un autre petit robot de notre enfance, mise en oeuvre dans les années 2000 par Naoki Urasawa au travers du manga Pluto. Astro Boy aussi aurait pu nous sortir des griffes de Véga :).

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Dix ans se sont passées depuis la fin de la guerre entre les forces de Véga et Goldorak.
    Chacun a repris le cours de sa vie. Actarus et Phénicia sur leur planète Euphor, Alcor est un milliardaire à l'entreprise florissante et Vénusia jeune interne à l'hôpital. Alcyon quant à lui, s'est réfugié...
    Voir plus

    Dix ans se sont passées depuis la fin de la guerre entre les forces de Véga et Goldorak.
    Chacun a repris le cours de sa vie. Actarus et Phénicia sur leur planète Euphor, Alcor est un milliardaire à l'entreprise florissante et Vénusia jeune interne à l'hôpital. Alcyon quant à lui, s'est réfugié comme moine bouddhiste dans un temple.
    Mais un jour l'Hydragon, très puissant golgoth resurgit avec l'exigence de laisser les Japonais quitter leur pays rapidement pour pouvoir s'y installer. Goldorak va devoir reprendre du service.
    j'ai beaucoup apprécié de retrouver les héros qui ont baigné mon enfance et surtout celle de mes frères.
    J'aime beaucoup cette suite réalisée par ces talentueux auteurs français. Elle respecte l'auteur initial, l'histoire n'est pas farfelu et pose mine de rien, les problèmes de l'exil, de l'immigration, des réfugiés, du génocide à travers le genre science fiction.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • C'est un peu réticente que je me suis lancée dans l'œuvre. Reticente d'abord parce que le battage médiatique était tel que je me demandais s'il restait quelque chose à découvrir. Ensuite parce que le très grand format avec une couverture rigide ne me renvoyaient à aucune madeleine de Proust....
    Voir plus

    C'est un peu réticente que je me suis lancée dans l'œuvre. Reticente d'abord parce que le battage médiatique était tel que je me demandais s'il restait quelque chose à découvrir. Ensuite parce que le très grand format avec une couverture rigide ne me renvoyaient à aucune madeleine de Proust. Enfin, parce que j'ai été deroutée en voyant le graphisme BD, bien casé et propre (je m'attendais à des codes mangas).

    Et là, je me lance. Je cherche des repères, cet Alcor inconnu, et Venusia méconnaissable. Pourquoi ? Je cherche ceux que je connais, je cherche l'ellipse qui m'amène jusqu'à mon époque. Je cherche Actarus et Goldorak. Finalement, je suis comme Alcor, Venusia et tous les japonais : nous a-t-il oublié ?

    Et tout s'enchaîne. Encore un peu désarçonnée graphiquement par cet Actarus abattu, rongé de culpabilité et avachi, j'intègre vite les nouveaux repères et l'ellipse narrative prend tout son sens : que s'est il passé sur Euphor ? Va t il nous aider encore ou nous abandonner ?

    Et c'est parti. L'histoire est captivante, le dessin et la couleur magnifiques, la réflexion individuelle et collective est subtile et d'actualité. La question migratoire d'une certaine façon est centrale mais sans clichés, ni jugement, ni morale. Tout le questionnement d'Actarus sur le sens de nos actes, la destruction injuste et brutale (symboliquement ça peut être la perte de quelqu'un, ou d'un emploi, devoir tout recommencer mais pourquoi?), ou les dilemmes éthiques (utiliser
    les armes des ennemis ?), traversent ce Goldorak d'une manière intime et fine.

    C'est une très belle œuvre.

    La fin est peut-être mon seul bémol : un migrant oui, mais pas tout un peuple. Les autres meurent et ça règle ainsi toutes les questions politiques, génétiques, culturelles, etc. C'est ainsi que je le perçois. Je me trompe sûrement...

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Quel plaisir de retrouver Goldorak, robot géant des années 1970, dans une magnifique BD réalisée par des français ! L’action se déroule dix ans après le dernier épisode du dessin animé de la série TV. Nostalgie quand tu nous tiens...
    Le résultat est à la hauteur de mes espérances : scénario...
    Voir plus

    Quel plaisir de retrouver Goldorak, robot géant des années 1970, dans une magnifique BD réalisée par des français ! L’action se déroule dix ans après le dernier épisode du dessin animé de la série TV. Nostalgie quand tu nous tiens...
    Le résultat est à la hauteur de mes espérances : scénario passionnant riche en rebondissements et en action, planches magnifiques, belles couleurs (Bravo aux dessinateurs et au graphiste), personnages plus vieux mais toujours aussi attachants.
    J'ai beaucoup aimé les bonus en fin de volume c'est-à-dire le making-of de la BD. On découvre beaucoup d'infos intéressantes (photos et croquis aussi) sur la genèse et la construction du projet.
    Une version collector est aussi sortie mais tout a été vendu en précommande en une matinée (rien d'étonnant !)
    Bref « Goldorak » est une réussite totale. Une BD réalisée par des fans pour des fans.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Alors là franchement respect. Il fallait oser s'attaquer au mythe et le défi a été relevé de la plus belle des manières. Superbe album tant pour le scénario que pour les dessins. J'ai adoré. C'est un gros coup de coeur !! Et merci aux auteurs de nous avoir offert ce magnifique album !!

    Alors là franchement respect. Il fallait oser s'attaquer au mythe et le défi a été relevé de la plus belle des manières. Superbe album tant pour le scénario que pour les dessins. J'ai adoré. C'est un gros coup de coeur !! Et merci aux auteurs de nous avoir offert ce magnifique album !!

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Un album magistral qui nous replonge dans le manga des années 70.
    Tout y est, les personnages, les lieux, et bien sûr Goldorak avec ses armes, la métamorphose, le transfert, l'autoloargue... De la nostalgie, oui. Mais un scénario riche qui ne déçoit pas !

    Un album magistral qui nous replonge dans le manga des années 70.
    Tout y est, les personnages, les lieux, et bien sûr Goldorak avec ses armes, la métamorphose, le transfert, l'autoloargue... De la nostalgie, oui. Mais un scénario riche qui ne déçoit pas !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • C’est l’heure de la séquence nostalgie… 1978, j’ai 7 ans et je me presse de rentrer de l’école pour regarder la série animée qui révolutionne le goûter des écoliers… J’en garde un souvenir ému… et je ne souhaite pas le chambouler ce souvenir. Je n’aurais donc probablement pas lu cet album si je...
    Voir plus

    C’est l’heure de la séquence nostalgie… 1978, j’ai 7 ans et je me presse de rentrer de l’école pour regarder la série animée qui révolutionne le goûter des écoliers… J’en garde un souvenir ému… et je ne souhaite pas le chambouler ce souvenir. Je n’aurais donc probablement pas lu cet album si je n’avais pas senti la sincérité de Xavier Dorison, évidente dans le courrier ému qu’il a envoyé à Go Nagaï pour lui présenter ce projet (voir cahier final).

    J’ai donc tenté de renouer avec mon passé… et ça a fonctionné ! Quel plaisir de retrouver ces personnages d’autant qu’ils ont vieilli, évolué… Quel bonheur de revoir ce robot et son vocabulaire associé…. (je vous passe les Fulguropoing et autre Retrolaser…)

    J’ai beaucoup aimé l’histoire, son lien avec des problématiques contemporaines, son écueil évité du manichéisme, j’ai aimé les doutes et les failles d’Actarus, j’ai aimé la relation entre Alcor et Vénusia, j’ai aimé aussi le rôle crucial de Phénicia, la sœur d’Actarus.

    Le dessin est beau et puissant.. L’esprit de la série est bien là, respecté tout en apportant une touche de modernité et de complexité bien appréciable.

    Au final, ce retour est une réussite, il faut féliciter cette équipe de fans qui a osé s’attaquer au mythe…et je signerais bien avec eux pour une suite que la fin de cet album pourrait bien laisser envisager…

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.