Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Après le monde

Couverture du livre « Après le monde » de Antoinette Rychner aux éditions Buchet Chastel
Résumé:

Novembre 2022. Un cyclone d'ampleur inédite ravage la côte ouest des États-Unis. Incapables de rembourser les dégâts, les compagnies d'assurance font faillite ; à leur suite, le système financier américain s'effondre, entrainant dans sa chute le système mondial tout entier. Plus d'argent... Voir plus

Novembre 2022. Un cyclone d'ampleur inédite ravage la côte ouest des États-Unis. Incapables de rembourser les dégâts, les compagnies d'assurance font faillite ; à leur suite, le système financier américain s'effondre, entrainant dans sa chute le système mondial tout entier. Plus d'argent disponible, plus de sources d'énergie, des catastrophes climatiques en chaîne, plus de communications... En quelques mois, le monde entier tel que nous le connaissons est englouti.
Antoinette Rychner s'est inspirée de la « collapsologie » pour bâtir son roman. S'y déroulent, en alternance, les péripéties d'un groupe de personnages qui tente de survivre dans une société condamnée à réinventer ses propres logiques, parfois au prix de la barbarie ; et une « épopée », chant collectif tissé par deux femmes et retraçant, à la première personne du pluriel, les événements qui ont conduit puis succédé à la catastrophe.
L'humanisme est-il l'apanage des sociétés qui vont bien ? Ou bien est-il possible d'inventer, au coeur même du désastre, de nouvelles façons de vivre ensemble et d'habiter le monde ?

Donner votre avis

Avis (2)

  • Eh oui, encore une histoire post apocalyptique.
    Personnellement je suis assez férue de ce type de littérature, car cela met en scène les travers de notre société et les calamités vers lesquelles nous nous acheminons si nous perdons de vue le respect de la Terre et surtout des autres...
    Voir plus

    Eh oui, encore une histoire post apocalyptique.
    Personnellement je suis assez férue de ce type de littérature, car cela met en scène les travers de notre société et les calamités vers lesquelles nous nous acheminons si nous perdons de vue le respect de la Terre et surtout des autres humains.
    Pour preuve, j'en ai lu quelques uns que j'ai beaucoup apprécié :
    Le Mur invisible de Marlen Haushofer pour la version seule au monde. Très bon.
    Le Feu de Dieu de l'excellent Pierre Bordage, pour la version roadtrip en France.
    Le monde enfin de Jean-Pierre Andrevon. Très bon aussi.
    Et en vrac : la Route de Cormac McCarthy, Malevil de Robert Merle, The Rain de Virginia Bergin (plus pour les ados)...

    Celui-ci aborde l'angle de manière originale : c'est finalement le système financier qui se retrouve à l'origine de l'effondrement de la civilisation, avant même nos comportements écologiquement discutables. le second point d'intérêt est le principe narratif :l es errances des personnages sont entrecoupées de chants, qui content la vie avant, la chute de la civilisation et l'adaptation à un nouveau quotidien. le petit bonus est que ces chants sont au féminin pluriel. Eh oui. Après des siècles où l'on conte le monde au masculin pluriel, pourquoi ne pas le conter au féminin pluriel ? Et c'est fou comme la couleur du récit devient plus féminine. On sait qu'il y a aussi les hommes, mais les femmes passent ainsi en première ligne. C'est bien agréable. Et l'on voit au fil du roman comment les chants vont se transmettre, comme les histoires au coin du feu se transmettaient autrefois.

    Outre ces deux originalités, je n'ai pas été embarquée dans le voyage, autant que dans d'autres. Il m'a manqué un peu d'empathie. Pourquoi ? Je n'en sais rien. Pourtant les problématiques de survie sont abordés de manière aussi concrète qu'intelligente en explorant : le manque de confort, les problèmes de santé avec les nouvelles épidémies et les soins médicaux redevenus basiques, les problèmes alimentaires et la façon de réapprendre à auto-produire, les apprentis dictateurs qui tentent de devenir maître des territoires en soumettant ses habitants, les moyens de transport ralentis et la mémoire de tout cela à conserver coûte que coûte. Comment l'humanité se réinvente dans un dénuement de début du monde.

    Alors, faut-il le lire ? Si vous voulez. Ce n'est pas mon préféré sur le thème, mais il a le mérite d'être agréable à lire et d'offrir un angle original, avec une écriture fluide et agréable.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • 2022 : un cyclone balaie la côte ouest des USA, provoquant des dizaines de milliers de morts. La crise qui s'en suit provoque l'effondrement des économies américaine puis mondiale : les transports, la production d'énergie, les réseaux de communication, les usines de haute technologie, tout...
    Voir plus

    2022 : un cyclone balaie la côte ouest des USA, provoquant des dizaines de milliers de morts. La crise qui s'en suit provoque l'effondrement des économies américaine puis mondiale : les transports, la production d'énergie, les réseaux de communication, les usines de haute technologie, tout s'arrête progressivement.
    Quelques années plus tard, des communautés se sont installées tentant de recréer des micro-sociétés autonomes et de résister aux pillards, sans pouvoir s'appuyer sur des technologies connues mais impossible à mettre en oeuvre.

    Antoinette Rychner nous livre une histoire dont l'argument principal ressemble un peu à celui de Malevil de Robert Merle ou de La route de Cormac McCarthy : la construction, ou pas, de nouvelles vies sociales après une catastrophe ayant détruit notre société.
    J'y ai cependant trouvé deux ingrédients majeurs, qui apportent une originalité intéressante à Après le monde :
    - la nature de la catastrophe à l'origine des destructions : ici pas de bombe nucléaire ou de collision avec une météorite, juste un cyclone un peu plus fort que les autres qui frappe au mauvais endroit, San Francisco et la Silicon Valley, entraînant une série de faillites et un arrêt presque complet de l'économie mondialisée. Cela ne manque pas de nous rappeler les conséquences de la crise COVID-19...
    - la forme de la narration : elle s'appuie sur quelques chapitres contant le délitement de l'économie mondiale et les efforts de survie des uns et des autres, et de nombreux portraits d'individu(e)s (l'histoire est racontée par des femmes, au féminin !) permettant d'entrer plus en détail dans les conditions de (sur)vie sur terre au cours des plus de 35 ans qui suivent la catastrophe.

    Ajoutons la belle écriture de l'auteure, à la fois riche et simple, se laissant lire avec fluidité, et tous les ingrédients sont réunis pour un coup de cœur !

    http://michelgiraud.fr/2020/07/26/apres-le-monde-antoinette-rychner-buchet-chastel-un-coup-de-coeur/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.