Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Stephen King

Stephen King

Né le 21 septembre 1947 à Portland, aux Etats-Unis, Stephen King publie son 1er roman en 1974. Particulièrement connu pour ses livres d’horreur, il écrit également des histoires fantastiques, policières ou de science-fiction. L’auteur, dont le pseudonyme est Richard Bachman, a à son actif plus d’...

Voir plus

Né le 21 septembre 1947 à Portland, aux Etats-Unis, Stephen King publie son 1er roman en 1974. Particulièrement connu pour ses livres d’horreur, il écrit également des histoires fantastiques, policières ou de science-fiction. L’auteur, dont le pseudonyme est Richard Bachman, a à son actif plus d’une cinquantaine de romans et 200 nouvelles. Au-delà du caractère souvent terrifiant de ses personnages, Stephen King décrit à travers ses œuvres sa vision des Etats-Unis, dont il dépeint avec réalisme les aspects les plus sombres et violents.

Révélé au grand public par son roman Carrie, en 1974, Stephen King est entre autres l’auteur de Ça, Shining et Misery. Ces 3 romans, comme de nombreuses œuvres de l’écrivain, ont été adaptés au cinéma, notamment par Stanley Kubrick pour Shining. La carrière de Stephen King est d’ailleurs particulièrement liée au cinéma, puisque l’auteur est également scénariste et acteur.

Articles en lien avec Stephen King (3)

Avis sur cet auteur (890)

  • add_box
    Couverture du livre « L'institut » de Stephen King aux éditions Albin Michel

    Spitfire89 sur L'institut de Stephen King

    L'institut est en cours d'adaptation en série pour la saison 1 de huit épisodes on parle de Ben Barnes, Mary Louise Parker au casting au manette David E. Kelley et et Jack Bender

    Thriller fantastique de Stephen King qui permet de passer un bon moment de lecture qui vous donne des sueurs...
    Voir plus

    L'institut est en cours d'adaptation en série pour la saison 1 de huit épisodes on parle de Ben Barnes, Mary Louise Parker au casting au manette David E. Kelley et et Jack Bender

    Thriller fantastique de Stephen King qui permet de passer un bon moment de lecture qui vous donne des sueurs froides, École spéciale, Télékinésie, Télépathie , Pouvoirs, Amitié, Enfants. De l'action, de l'émotion, un rythme où tout va très vite, l'histoire nous tient en haleine, du début à la fin même si le scénario n'est pas très original. Une intrigue immersive, des personnages attachants.

    "Il n'avait que douze ans et savait que son expérience du monde était limitée, mais il était sûr d'une chose : quand quelqu'un vous disait "aie confiance", il mentait effrontément."

    "Il songea alors (avec toute la force d'une révélation) que la vie ressemblait foncièrement à un long test d'évaluation, mais au lieu d'avoir quatre ou cinq choix, vous en aviez des dizaines. Y compris des réponses merdiques du style parfois, peut-être, peut-être pas."

  • add_box
    Couverture du livre « Shining » de Stephen King aux éditions Le Livre De Poche

    Cerise Luo sur Shining de Stephen King

    J’ai personnellement trouvé que c’est un roman bien écrit, qui fait monter la tension au fur et à mesure de l’histoire, doucement mais sûrement, ce qui est très appréciable : on a le temps de comprendre et de visualiser la situation, les personnages, la folie qui s’empare du père peu à peu…. De...
    Voir plus

    J’ai personnellement trouvé que c’est un roman bien écrit, qui fait monter la tension au fur et à mesure de l’histoire, doucement mais sûrement, ce qui est très appréciable : on a le temps de comprendre et de visualiser la situation, les personnages, la folie qui s’empare du père peu à peu…. De plus, je trouve que les sensations ressenties sont bien plus fortes et stressantes qu’en regardant le film. J’ai presque eu l’impression, en ayant lu le livre précédemment au film, de ne pas avoir eu peur en le visionnant. Pour cette raison, je le recommande y compris à ceux/celles qui n’ont pas tout à fait accroché a l’adaptation cinématographique, puisque c’est vraiment un bouquin avec lequel on prend du plaisir à lire (lorson est pas en train de se cacher sous la couette, de peur

  • add_box
    Couverture du livre « Holly » de Stephen King aux éditions Albin Michel

    Christelle Point sur Holly de Stephen King

    En plein été 2021 et en pleine épidémie de COVID, l’agence de détective privé « Finders Keepers » dirigée par Holly Gibney est en mode « pause » lorsqu’elle est contactée par une Pénélope Dahl désespérée : sa fille de 23 ans est introuvable et la police a conclu (très) vite à une disparition...
    Voir plus

    En plein été 2021 et en pleine épidémie de COVID, l’agence de détective privé « Finders Keepers » dirigée par Holly Gibney est en mode « pause » lorsqu’elle est contactée par une Pénélope Dahl désespérée : sa fille de 23 ans est introuvable et la police a conclu (très) vite à une disparition volontaire. Pénélope n’y croit pas une seule seconde et Holly accepte la mission, en dépit du fait qu’elle se retrouve totalement seule pour enquêter : son coéquipier Pete à la COVID et ses amis Jérôme et Barbara ne sont pas disponibles. En cherchant Bonnie, Holly va découvrir que la jeune femme n’est pas la seule à s’être volatilisé dans le quartier où on a retrouvé son vélo. Depuis presque 10 ans, plusieurs personnes se sont évaporées aux abords du quartier universitaire, des personnes jeunes que personne ne cherche réellement à retrouver.
    Holly Gibney est, sauf erreur de ma part, le seul héros récurrent de Stephen King. Découverte dans la formidable série « Mr Mercedes » mise en valeur dans l’enthousiasmant « L’Outsider » puis dans la nouvelle « Si ça saigne », Holly a aujourd’hui droit à un roman qui porte son nom, et quel roman ! Ça faisait quand même longtemps que je n’avais pas lu un roman de King aussi réussi. Ici, pas de surnaturel, pas d’extraterrestre, ni de démons ou de Doppelgänger mais uniquement de l’humain. Je devrais plutôt dire, de l’Inhumanité. « Qui » est à l’origine de la disparition de Bonnie et des autres avant elle ? On le comprend dès les premiers chapitres, l’intérêt n’est pas là. C’est pareil pour le « pourquoi », rapidement on découvre avec horreur pourquoi ces jeunes gens sont enlevés, des gens jeunes, des gens sans attaches, des gens dont la disparition n’émeut pas grand monde… jusqu’à Bonnie. Les chapitres alternent entre l’enquête de Holly, minutieuse comme elle en a l’habitude (ce personnage est ultra attachant, depuis le premier roman elle a fait mouche) racontée sur quelques semaines, dans l’ordre chronologique et d’autres chapitres en flashs back, du côté des ravisseurs, où se succèdent les victimes. Le cœur du roman, le mobile de ces crimes, je n’en dirais rien, juste qu’on touche là au tabou ultime, la dernière transgression, le climax de l’ignominie. King était souvent allé loin en la matière, mais jamais jusque-là ! Passionnante, facile à suivre et parfaitement construite, l’intrigue est une réussite totale. Et puis il y a le contexte dans lequel King pose son roman : Trump a perdu l’élection de 2020 mais ses supporters (et Holly en croise) refuse d’y croire. L’épidémie fait des ravages (bien pire qu’ici e France) mais Holly (vaccinée) rencontre un nombre terrifiant de gens persuadés que le vaccin est pire que la COVID et scoop : ce sont souvent les mêmes ! Dans une Amérique qui n‘est pas confinée mais qui est à la fois fracturée et saignée à blanc, ce à quoi Holly va être confrontée n’est jamais que l’avatar ultime d’un pays qui a perdu la boussole. Car le racisme, l’homophobie, le mépris de classe, tout cela est aussi à l’œuvre dans les crimes sur lesquels enquêtent Holly. Même en allant relativement loin dans l’horreur, King (qui ne cache pas ses opinions tranchées sur les dérives actuelles de son pays) ne dépasse jamais la ligne rouge de la crédibilité. Et cela rajoute encore à la réussite de « Holly », non seulement c’est bien raconté, bien construit et totalement abominable, mais surtout c’est crédible, c’est affreusement crédible ! La fin, avec son lot de suspens, fonctionne là encore à plein. J’ai beau chercher, je ne vois aucun bémol à attribuer à « Holly », à part peut-être que les allusions aux romans précédents où apparaît Holly (voir ci-dessus) sont nombreux et que l’on savoure d’autant mieux ce roman si on les a lu auparavant. On comprend tout mieux quand on connaît ce qu’elle a traversé dans la trilogie « Mr Mercedes » et surtout dans la nouvelle « Si ça Saigne » qui est souvent évoquée. Mais on peut malgré tout lire ce roman seul, c’est juste que ce sera un plaisir un tout petit peu incomplet. Ce King est à dévorer, c’est un met de choix pour les amateurs de l’auteur, bref : un King cinq étoiles !

  • add_box
    Couverture du livre « Mr Mercedes » de Stephen King aux éditions Albin Michel

    MARTINE VALLAT sur Mr Mercedes de Stephen King

    comment ne pas aimer King.... C'est du pur King. Avec de la noirceur et de l'humour

    comment ne pas aimer King.... C'est du pur King. Avec de la noirceur et de l'humour