Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Stephane Trapier

Stephane Trapier
Depuis plus de dix ans, Stéphane Trapier (75) squatte les colonnes Morris avec les affiches du théâtre du Rond-Point. À côté de son travail régulier pour la presse (Le Monde, Télérama, Le 1, La Revue dessinée.) et l'édition, il fait paraître dans Fluide glacial le strip « Giscard et ses ami... Voir plus
Depuis plus de dix ans, Stéphane Trapier (75) squatte les colonnes Morris avec les affiches du théâtre du Rond-Point. À côté de son travail régulier pour la presse (Le Monde, Télérama, Le 1, La Revue dessinée.) et l'édition, il fait paraître dans Fluide glacial le strip « Giscard et ses amis ». Adepte d'une philosophie de l'action en slip, il est l'auteur d'un ouvrage destiné à marquer des générations d'étudiants en marketing : Tarzan contre la vie chère (paru aux éditions Matière).

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Anagrammes dans le boudoir » de Jacques Perry-Salkow et Stephane Trapier et Laurence Castelain aux éditions Actes Sud

    Pilly sur Anagrammes dans le boudoir de Jacques Perry-Salkow - Stephane Trapier - Laurence Castelain

    Une bien belle découverte !

    J'ai eu la chance de gagner ce livre grâce à un anagramme de ma composition :
    Unis à la mort
    L'amour saint ?
    Mais il y en avait un autre encore mieux à mon sens :
    "Tu m'aimeras toujours ?
    Surtout jamais, morue !" de Nadine Giraud

    Y'a de quoi s'amuser !...
    Voir plus

    Une bien belle découverte !

    J'ai eu la chance de gagner ce livre grâce à un anagramme de ma composition :
    Unis à la mort
    L'amour saint ?
    Mais il y en avait un autre encore mieux à mon sens :
    "Tu m'aimeras toujours ?
    Surtout jamais, morue !" de Nadine Giraud

    Y'a de quoi s'amuser ! Mais faut se creuser les méninges. Haha !

    En tout cas, je déguste ces anagrammes, je les picore, au gré de mes envies.
    Ils sont coquins, crus, engagés, humoristiques ou poétiques... mais toujours ingénieux !

    Le thème est l'amour au sens large.
    Certains sont "juste" des anagrammes.
    D'autres sont agrémentés d'un texte plus fourni.
    Toujours un plaisir à la lecture, même si bien sûr, certains ont ma préférence.

    "Langue de Molière
    Génie de l'amour" ?
    Ce recueil semble bien l'illustrer.

  • add_box
    Couverture du livre « Mes plus grands succès » de Stephane Trapier aux éditions Casterman

    Yv Pol sur Mes plus grands succès de Stephane Trapier

    Compilation des œuvres de Stéphane Trapier, illustrateur de presse (Télérama, Le 1 Hebdo, XXI, Le Monde, ...) et auteur de bandes dessinées parues notamment dans Fluide glacial. Entre deux illustrations vintage détournées, on suit l'histoire de Giscard et de Giscarda sa femme, sous les traits...
    Voir plus

    Compilation des œuvres de Stéphane Trapier, illustrateur de presse (Télérama, Le 1 Hebdo, XXI, Le Monde, ...) et auteur de bandes dessinées parues notamment dans Fluide glacial. Entre deux illustrations vintage détournées, on suit l'histoire de Giscard et de Giscarda sa femme, sous les traits des propres parents de l'auteur, tandis que lui-même est un Manu Mac'on, héros d'un monde sans R, qui s'exprime et pense sans cette lettre.

    J'eus l'occasion il y a quelques semaines de compulser quelques planches virtuellement et l’expérience ne me satisfit point. Mais dès que je tins en mains la version papier, je fis une autre tête et me régalai aussitôt. La couverture du livre un peu rembourrée et ce dessin incroyable me plurent d'emblée, ce qui me conforta et me conforte toujours dans l'idée que je suis un homme à toucher du papier, à tourner des pages et non point à tapoter un écran pour les faire défiler, surtout lorsqu'il s'agit de bande dessinée.

    Stéphane Trapier s'amuse avec des références musicales et cinématographiques de son enfance, et j'ai les mêmes -dont parfois, je ne suis pas très fier- ; il fait se télescoper des illustrations de grands films avec des extraits de chansons françaises : Gabin dit à Ventura, par exemple "C'est pourtant clair : je vous dis d'aller siffler là-haut sur la colline !" Il peut aussi être question des grandes préoccupations sociales, comme la retraite, mais mises en scène avec Superman et des Martiens, un seul dessin, très drôle. Décalage et donc rire.

    Et la mise en scène des Giscard sous les traits des parents de l'auteur, avec un Giscard à l'ancienne, un peu machiste et une mère qui subit mais envoie des vacheries est irrésistible :

    Elle : "A quelle heure arrivent nos amis pour dîner ?

    Lui : Mais... Tu sais bien qu'on n'a pas d'amis...

    Elle : Quel dommage ! J'avais préparé une blanquette de cons. C'est comme une blanquette de veau, mais préparée pour des cons. Tant mieux pour toi ! Tu vas pouvoir manger leur part."

    Les dessins empruntent à plusieurs genres : la bande dessinée de SF vintage, l'illustration type affiche, le détournement d’œuvres et de personnages célèbres, la couleur, le noir et blanc.

    Hilarant, décalé, absurde. J'adore.